Au royaume des rats de bibliothèque : des livres anciens et des bibliothécaires

  • 01-Ex-libris-de-Jules-Chevrier
    1. Ex-libris de Jules Chevrier ((Jules Chevrier (1816-1883) était commerçant, graveur amateur et archéologue d’après l’Afcel.)) (Afcel C1194)
  • 02-V14-ex-libris-Gagarin
    2. Ex-libris d’I. Gagarine ((cf. Interfaces, « Les fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon », 24 octobre 2012 : http://bibulyon.hypotheses.org/2662))
  • 03-Ex-libris-Jean-Jacques-Rapet
    3.Ex-libris de Jean-Jacques Rapet ((Jean-Jacques Rapet (1805-1882) était inspecteur général de l'enseignement primaire. Il a constitué une importante collection d’ouvrages relatifs à l’éducation rachetée par le Musée pédagogique après son décès.))
  • 04-B19-décor-à-l'éponge
    4. Basane décorée à l’éponge ( cote : FSJ B2a mém)
  • 05-V10-décor-à-la-Du-Seuil
    5. Veau décoré à la Du Seuil (cote : FSJ 69-4 CLE apo)
  • 06-B17-décor-à-la-plaque
    6. Basane (ou peut-être veau) décorée à la plaque (cote : FSJ A7g zon svâ)
  • 07-Ex-libris-A
    7. Ex-libris du médecin A. Garrigues (cote : 1R 84088)
  • 08-P02T
    8. Orthodoxos didaskalia,… / Platon, 1782. (cote : FSJ A11c PLA ort)
  • 09-Pa03
  • 10-T01
  • 11-T01C
  • 12
  • 13-M14-grain-long
  • 14-M13G
  • 15-M13Tr
  • 16-B18-grain-artificiel
  • 17-M12Gbis
  • 18-M12T
  • 19-V19-BIU
  • 20-Melchiorre-Sessa

1. Ex-libris de Jules Chevrier1 (Afcel C1194)

Que se passe-t-il donc au département Patrimoine de la Bibliothèque Diderot de Lyon ? D’ailleurs, le patrimoine de la BDL, c’est quoi ? Dans les couloirs de la bibliothèque, une équipe travaille au signalement et à la conservation de livres anciens, c’est-à-dire des livres publiés entre le XVe et le XIXe siècle. Comment s’y prend-elle ?
Laissez-vous embarquer dans l’antichambre de notre catalogue, et découvrez en notre compagnie le quotidien d’une équipe attachée au signalement des livres anciens.

Le patrimoine de la BDL

Fusion de 3 bibliothèques :

Comme nous l’avons rappelé dans plusieurs billets de blog, la Bibliothèque Diderot de Lyon est issue de la fusion de trois établissements, riches chacun de collections patrimoniales.

2. Ex-libris d’I. Gagarine2

Ces collections patrimoniales s’articulent essentiellement autour de trois grands ensembles :

Les collections patrimoniales de l’ENS de Lyon, dont le fleuron est constitué par les fonds slaves, gisement documentaire de plus de 100 000 documents. Ils sont issus pour l’essentiel du fonds slave des jésuites, fruit de l’union de deux fonds distincts, Gagarine et Saint-Georges, enrichis eux-mêmes par de nombreux dons3.

Les collections patrimoniales de l’Université de Lyon4 sont des collections anciennes, pluridisciplinaires, antérieures à 1830. Elles comprennent environ 15 000 titres, représentant 28 000 volumes. Parmi les pièces remarquables, on dénombre 20 manuscrits médiévaux, une vingtaine d’incunables, et environ 900 livres édités au XVIe siècle.

3.Ex-libris de Jean-Jacques Rapet5

Les collections patrimoniales Éducation, collections anciennes et fonds spécialisés, héritières de l’ancien Institut national de la recherche pédagogique devenu Institut français de l’éducation6. De nombreux manuscrits et environ 15 000 livres anciens au sens classique du terme (c’est-à-dire antérieurs à 1810) composent les collections.

 

 

 

Les équipes du livre ancien

Les collections bénéficient de toute la synergie développée dans le département par des équipes spécifiques formées à la conservation et au signalement de fonds patrimoniaux et spécialisés, des forces unies pour la valorisation de l’ensemble des collections du département. En effet, le département Patrimoine et Conservation de la BDL, composé de 16 personnes, prend en charge la gestion matérielle de l’ensemble de la documentation de la bibliothèque – préservation et conservation des ouvrages, gestion des magasins et des réserves (rangement, surveillance de l’hygrométrie…).

4. Basane décorée à l’éponge ( cote : FSJ B2a mém)

Il assure le signalement et la valorisation des trois grands ensembles cités plus haut – traitement documentaire des documents, d’hier et d’aujourd’hui, acquisitions, accueil des chercheurs et des étudiants, collaborations à des manifestations scientifiques, tables de livres, expositions, billets de blog… Il dispose aussi d’un atelier de réparation et de conditionnement pour les ouvrages endommagés ou fragiles.

Au sein de ce département s’est constitué un pôle « signalement du livre ancien », où l’équipe des fonds slaves collabore avec ceux qui cataloguent les livres issus des collections Éducation et Université de Lyon. Nous suivons régulièrement des formations spécifiques à la description et au catalogage du livre ancien. En effet, pour signaler un livre ancien, il est par exemple nécessaire non seulement de connaître les normes du catalogage du livre ancien mais aussi d’être en mesure d’en faire la description matérielle (type de reliure, marque de provenance,…).

Nous sommes guidés dans notre tâche par une personne référente, dont le rôle est de superviser la mise en pratique des normes de catalogage au sein de l’équipe et de mettre à notre disposition les ressources nécessaires. Elle travaille en lien avec la coordinatrice du Sudoc7 et de l’Abes8.

Ce pôle est le lieu d’échanges privilégié où nous confrontons nos connaissances et nos pratiques, car il n’est pas toujours facile d’identifier une provenance, une reliure, un ex-libris.
C’est dans cet esprit que la responsable du département Patrimoine et Conservation a proposé au pôle « signalement du livre ancien », et à quelques autres collègues, une formation approfondie sur les différents types de reliure.

Identification des livres anciens

5. Veau décoré à la Du Seuil (cote : FSJ 69-4 CLE apo)

Sur les bancs de l’école

Au printemps dernier l’équipe du département Patrimoine a eu l’opportunité de suivre une formation de deux jours sur l’identification des reliures anciennes avec M. Philippe Thiollière9 qui est à la fois relieur, restaurateur et formateur. Étaient présents en particulier les membres de l’équipe chargés du catalogage des fonds anciens et amenés à les décrire dans la base du Sudoc. À l’occasion de cette formation ont été présentés à M. Thiollière un certain nombre d’ouvrages des fonds anciens, en particulier des ouvrages dont la reliure nous avait semblé difficile à identifier10. Le formateur s’est donc appuyé sur les ouvrages de nos fonds pour nous donner des éléments de différenciation du parchemin, des différents cuirs (basane, veau, maroquin, chagrin), et de la peau de truie essentiellement. Il s’est également servi d’une maquette pour illustrer les différentes techniques de couture. Il nous a enfin donné des exemples de papiers marbrés et des références permettant de les identifier. Suivant ses conseils la BDL a ensuite fait l’acquisition de l’ouvrage Marbled Paper par Richard J. Wolfe.

Suite à cette formation nous avons eu l’idée de constituer un répertoire d’images numérisées à partir des ouvrages identifiés avec l’aide du spécialiste. Ce répertoire, à usage interne, pourrait nous servir d’exemple pour des identifications ultérieures de reliures ou de papiers marbrés. Le numériseur de la salle Patrimoine nous a donc permis de scanner le plat supérieur des reliures, la page de garde et la page de titre pour constituer ce dossier de références. Nous continuons à alimenter ce fichier lorsqu’une reliure, un papier marbré, ou même un ex-libris attire notre attention dans le cadre de la rétroconversion des fonds anciens.

6. Basane (ou peut-être veau) décorée à la plaque (cote : FSJ A7g zon svâ)

Basane ou veau, that is the question

Toutefois un certain nombre de reliures nous posent toujours des difficultés d’identification précise. La basane et le veau en particulier peuvent s’avérer délicats à distinguer notamment quand la reliure est relativement récente ou a été bien conservée et que la basane ne s’est pas épidermée, ou encore quand elle a été traitée afin d’être rendue plus lisse et/ou plus brillante.

Lorsque nous rencontrons des difficultés à décrire une reliure, nous avons la chance de pouvoir consulter nos collègues afin d’échanger nos impressions sur le cuir utilisé, du vocabulaire relatif à la description des motifs décoratifs, etc. Nous pouvons en outre faire appel à l’expertise de notre responsable qui prend également en charge le signalement des manuscrits.

T’es qui toi ?

7. Ex-libris du médecin A. Garrigues (cote : 1R 84088)

Qui plus est, il peut être difficile d’identifier certains anciens possesseurs. Les ex-libris manuscrits s’avèrent souvent difficiles à déchiffrer selon la lisibilité de la graphie mais aussi selon la langue. On peut en effet rencontrer des ex-libris en latin et quelques-uns en grec ou en russe. Les ex-libris imprimés quant à eux ne comportent pas toujours de nom, ni même d’initiales. Un certain nombre d’entre eux contiennent une devise qui peut être un indice d’identification. Pour identifier un ex-libris ou des armoiries, nous nous référons le plus souvent à la base de l’Afcel11 qui est un outil précieux en la matière.

De la même manière, la base BaTyr12 (Base de typographie de la Renaissance) du programme « Bibliothèques Virtuelles Humanistes » de l’université de Tours est utile à l’identification d’un imprimeur quand seule la marque typographique apparaît dans l’ouvrage, souvent en page de titre et parfois au colophon.

J’en perds mon latin, mon russe, et mon grec ancien…

8. Orthodoxos didaskalia,… / Platon, 1782. (cote : FSJ A11c PLA ort)

Les fonds anciens de la BDL sont particulièrement riches et contiennent des ouvrages dans différentes langues étrangères. Ces langues posent parfois problème pour le catalogueur qui ne les maîtrise pas toutes. Là encore nous avons la chance de pouvoir échanger nos compétences en aidant à la réalisation de la notice pour un ouvrage en langue étrangère. Les collègues des fonds slaves apportent leur connaissance des langues slaves et en particulier du russe. Les collègues des fonds Éducation apportent d’une part leur expertise dans la bibliographie matérielle et d’autre part, une plus grande familiarité avec les langues anciennes – latin et grec. Enfin nous partageons quand l’occasion se présente différentes ressources notamment en ligne, sur lesquelles nous nous appuyons pour l’identification et la description des reliures. Récemment des liens vers ces différentes ressources ont été ajoutés dans l’intranet accessible aux membres du personnel qui peuvent ainsi les retrouver aisément. Pour les ouvrages en langues étrangères inconnues de l’équipe, nous procédons au mieux pour rédiger une notice succincte susceptible d’être améliorée par la suite, parfois grâce à l’expertise d’un chercheur. Pour la réaliser nous nous aidons de notices de bibliothèques étrangères, que l’on peut trouver notamment à l’aide du site Worldcat13, et de traducteurs en ligne.

Quelques trésors des fonds anciens

Fonds Gagarine

Moscovia, Antonio Possevino, 1586 (cote : FSJ 68-2 MOS vil)

Cet ouvrage de 1586 a été écrit par Antonio Possevino (1533-1611), jésuite, diplomate et historien. Cette édition a une reliure dite à l’hollandaise, c’est à dire en parchemin souple avec rabats sur la tranche de gouttière. On constate que le dos et les bordures des plats sont peints. Les fleurons qui décorent le dos sont estompés par la peinture. Un titre et une cote manuscrits ont été ajoutés. Pourquoi l’ancien possesseur a-t-il repeint une reliure en bon état ? A-t-il voulu faire disparaître une information ? Est-ce une manière de singulariser tous les ouvrages de sa bibliothèque ? Ou était-ce pour rajouter sa cote et le titre ? Des questions sans réponse pour l’heure.

Les plats sont décorés d’un double filet à froid avec des fleurons aux coins. Des médaillons sont estampés à froid au centre des plats : le premier porte les initiales de la Compagnie de Jésus, le second représente la Vierge à l’enfant. Enfin, il y a des trous de lacets sur les plats et les tranches sont dorées et ciselées.

Пушкинскій сборникъ : въ память столе̌тія дня рожденія поэта)‎, съ офортомъ профессора В.В. Матэ, 1899 (cote : FSJ D-5d c PUS MAT)

Ce Recueil de textes choisis a été publié en hommage à Alexandre Pouchkine, pour le centième anniversaire de sa naissance. On y trouve les poèmes et textes en prose de 82 auteurs.

Le portrait en frontispice de Pouchkine est gravé par un graveur russe très connu Matè Vasilij Vasilʹevič (1856-1917).

La reliure de cette édition est en toile verte. Sur le plat supérieur l’encadrement extérieur est estampé à froid, et l’encadrement intérieur, le titre, le portrait et la couronne sont estampés à chaud. Le dos long est décoré à froid. Le plat inférieur est décoré à froid avec un double encadrement et un médaillon central.

Les gardes sont en papier doré et les tranches marbrées peignées.

On trouve un ex-praemio sur le contreplat. Ce prix d’excellence date du 15 mai 1905. Il est décerné par le conseil pédagogique du lycée des femmes de Khabarovsk à Ekaterina Boutakova, élève de IIIe classe, pour sa réussite scolaire, son excellent comportement et son passage de la IIIe à la IVe classe.

De officio curati ad praxim, Giovanni Battista Possevino, 1610 (cote : FSJ 65-4 Pos off)

Cette édition d’un livre de liturgie date du XVIIe siècle. Il s’agit d’un guide pour célébrer la messe et les offices religieux.

La reliure de cet ouvrage est typique des reliures germaniques : une peau de truie décorée à la plaque à froid sur ais de bois biseautés. Elle comporte deux fermoirs en métal sur lanières de cuir. Le dos est à trois nerfs. Les tranches sont mouchetées de rouge.

Памятная книжка : На 1856 годъ, 1855 (cote : FSJ 68-4 PAM)

Parmi les reliures luxueuses du XIXe siècle figurent les reliures en maroquin à grain long. N’ayant pas rencontré ce type de reliure au cours de notre formation, la difficulté est de l’identifier de manière sûre. Il s’agit donc de trouver des références, telles que le blog Bibliomab14, et de relever les « indices » d’identification. On rencontre ce maroquin surtout dans des reliures riches et au XIXe siècle, ce qui est le cas de cette publication de 1855, parue à Saint-Pétersbourg. Cette reliure a été teintée en bleu, décorée à chaud à la plaque, avec un motif d’entrelacs sur les plats et également sur le dos, ce qui rappelle les dos à la romantique. Les gardes sont en tabis rose, et les tranches dorées. L’ouvrage est conservé dans un fourreau décoré du même motif. Ce maroquin est dit à grain long en référence à son grain de forme allongée qui se distingue du maroquin « classique ». Il est donc probable qu’il s’agisse bien de ce type de maroquin.
Cette belle reliure orne un petit ouvrage au format in-16. C’est un « Carnet de notes », c’est-à-dire un agenda pour l’année 1856.

Novum Testamentum, 1670 (cote : FSJ 65-2 NOV TES)

Parmi les différentes éditions de la Bible que comptent les fonds slaves, on trouve une édition en latin de 1670 au format in-24, soit environ 11,5 cm. Il s’agit d’une édition de la Vulgate sixto-clémentine, c’est à dire une version latine revue et corrigée par ordre des papes Clément VIII et Sixte V, et publiée pour la première fois en 1592. Le texte biblique est précédé d’un titre gravé faisant allusion à différentes scènes et différents personnages de la Bible, surplombés par le Christ.
Cette édition est parée d’une reliure luxueuse en maroquin rouge dont les contreplats sont décorés à la plaque à chaud. La décoration des tranches en particulier est remarquable : elles ont été à la fois dorées, ciselées et peintes à la main pour représenter un motif floral. Les plats sont encadrés d’un filet doré et les coupes d’une roulette dorée. Au niveau de la tranche de gouttière, la reliure peut être attachée par deux fermoirs en métal, toujours intacts. L’ouvrage porte le cachet de la Compagnie de Jésus et l’ex-libris imprimé du « Museum slavicum », comme la plupart des ouvrages issus de ces fonds.

Ιστορια της πωσσικης εκκλησιας (Historia tès pôssikès ekklèsias), Theódōros Valliános, 1851 (cote : FSJ A15c BAL ist)

Les fonds slaves possèdent également plusieurs ouvrages du XIXe siècle en grec. Bien qu’ils ne soient pas à proprement parler des livres anciens – puisque publiés après 1830 – certains ont été reliés dans des matériaux imitant les reliures anciennes. Parmi ces derniers, on trouve L’histoire de l’Eglise par Theódōros Valliános, publiée à Athènes en 1851. Sa reliure est en basane grainée artificiellement et teintée en vert. Ce type de basane est reconnaissable à son grain rectiligne et trop régulier qui se distingue du grain naturel du maroquin. Le dos est décoré d’un motif de style romantique et du titre grec à chaud. Les plats sont quant à eux décorés d’un large encadrement avec de grands fleurons aux coins intérieurs, estampés à chaud, ainsi que d’un grand fleuron central, à chaud également. Ce motif a probablement été réalisé à l’aide d’une plaque gravée. Les gardes sont en papier maroquiné rouge, c’est à dire grainé de manière à ressembler au maroquin.

Fonds Éducation

Icones, Johannes Mersius, 1617 (cote : 1R 154481)

Dans les fonds Éducation on peut trouver plusieurs reliures qui portent la signature du relieur. Parmi ces ouvrages, la BDL possède un exemplaire de l’œuvre de Johannes Mersius, Icones, elogia ac vitae professorum Lugdunensium apud Batavos, publié en 1617 à Leyde, chez Andries Clouck. Il s’agit d’une compilation de biographies de professeurs de l’université de Leyde et qui contient trente-deux portraits gravés sur cuivre par Willem Swanenburg d’après Jan Cornelis Woudanus. Le titre est également gravé par Swanenburg avec un encadrement de type architectural et des figures inspirées de la mythologie dont une représentation d’Athéna et d’Apollon.
Cette œuvre a notamment appartenu à Laurent Veydt, homme politique et bibliophile dont elle porte l’ex-libris imprimé. Elle a été reliée dans un beau maroquin brun par C. Hardy. Le dos possède cinq nerfs et le titre y est estampé à chaud. La reliure s’accompagne de gardes en papier marbré « peignes tourniquet »15. Les contreplats sont encadrés d’une large frise dorée. Les tranches sont à la fois marbrées avec un motif à la coquille et dorées. La signature « Hardy » apparaît au bas du contreplat supérieur. Ce relieur estimé par les bibliophiles du XIXe siècle, fut plus particulièrement actif entre 1850 et 1870, et travailla notamment pour le comte d’Artois, futur Charles X, et pour Jules Janin.

Fonds Université de Lyon 

De conscribendis epistolis, Erasme, 1523 (cote : Mss et R 104)

Les collections patrimoniales de la BDL comptent un certain nombre d’ouvrages du XVIe siècle, dont certains possèdent encore leur reliure d’origine. Il semble que ce soit le cas notamment de cet exemplaire du De conscribendis epistolis d’Erasme, publié à Paris chez Simon de Colines en 1523. Il s’agit d’un manuel d’épistolographie, c’est-à-dire un guide dans l’art d’écrire les lettres, genre particulièrement en vogue à la Renaissance.
Cette édition est ornée d’un titre gravé sur bois avec un décor architectural. Le titre est précédé d’une feuille aldine typique de l’ornementation du XVIe siècle.
La reliure en veau brun est abîmée mais on y distingue très bien un décor à la plaque réalisé à froid sur les deux plats.

 

9. Marque de l’imprimeur Melchiorre Sessa16 (cote : 1R 84228)

La réunion des différentes équipes et des différents fonds patrimoniaux au sein du département Patrimoine et Conservation tel qu’il existe aujourd’hui a permis de développer un mode de travail en association, grâce à la collaboration du personnel notamment pour la bibliographie matérielle et le catalogage, la conservation et la réparation. La coopération au sein du service permet l’échange d’expertises pour un meilleur traitement des fonds.

Toutefois il existe quelques perles rares ou trésors dans les fonds de la BDL, écrites en langue étrangère ou encore décorées aux armes d’un illustre inconnu, pour lesquelles, nous devons le reconnaître, nous avons donné notre langue au chat ! Nous nous efforçons donc de compléter notre formation et nous ne nous avouons pas vaincus.

Billet rédigé par :

Emilie Bleschet, catalogage du livre ancien, département Patrimoine et Conservation – BDL

Catherine Perrinel, signalement et valorisation des fonds slaves, département Patrimoine et Conservation – BDL

Bibliographie

Précédents billets de blog sur les livres anciens :

 

 

 

 

 

 

  1. Jules Chevrier (1816-1883) était commerçant, graveur amateur et archéologue d’après l’Afcel. []
  2. Ivan Sergueevitch Gagarine (1814-1882), noble russe converti au catholicisme et devenu jésuite, est à l’initiative d’une mission apostolique, l’Œuvre des saints Cyrille et Méthode, dont l’objectif est de rallier les schismatiques orthodoxes à l’Église de Rome. La documentation que lui-même et ses successeurs vont réunir constitue la base de la future Bibliothèque slave, appelée alors Musaeum slavicum, et désignée aujourd’hui sous le nom de fonds Gagarine. []
  3. cf. Interfaces, « Les fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon », 24 octobre 2012 : http://bibulyon.hypotheses.org/2662 []
  4. cf. Interfaces, « Mémoire des livres, mémoire des hommes : aux origines de la bibliothèque de l’Université de Lyon » : http://bibulyon.hypotheses.org/1287 []
  5. Jean-Jacques Rapet (1805-1882) était inspecteur général de l’enseignement primaire. Il a constitué une importante collection d’ouvrages relatifs à l’éducation rachetée par le Musée pédagogique après son décès. []
  6. cf. Interfaces, « Les fonds patrimoniaux Éducation de la BDL », 24 février 2014 : http://bibulyon.hypotheses.org/4381 []
  7. Système Universitaire de Documentation []
  8. Agence bibliographique de l’enseignement supérieur []
  9. Site de l’atelier Thiollière : http://www.thiolliere.com/ []
  10. Les reliures qui illustrent ce billet sont représentatives des types de reliures abordés lors de la formation []
  11. Afcel : http://www.afcel.fr/fr/base-des-ex-libris/ []
  12. BaTyr : http://www.bvh.univ-tours.fr/batyr/beta/ []
  13. Worldcat : https://www.worldcat.org/ []
  14. « Une reliure en maroquin à grain long » : https://bibliomab.wordpress.com/2013/05/23/une-reliure-en-maroquin-a-grain-long/ []
  15. cf. WOLFE, Marbled Paper : “French curl on wide comb pattern” (pl. 25 n°34, pl. 26 n°37 []
  16. Melchiorre Sessa (14..-1555?) : imprimeur-libraire en activité à Venise. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Vas dit :

    Aurons nous un jour, nous aussi, l’occasion de voir une partie de ses magnifiques ouvrages dans une exposition ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *