Regards croisés sur la mémoire de la Révolution russe en exil (1917-2017). Colloque international et expositions

Affiche Regards croisés sur la mémoire de la Révolution russe en exil (1917-2017)

Colloque international

Le mardi 24 octobre 2017 de 9h à 18h
ENS de Lyon, Institut Français de l’Éducation
Salle de conférence
19 allée de Fontenay | 69007 Lyon

Le mercredi 25 octobre 2017 de 9h à 17h
Université de Lyon
Amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et des Cultures
35 rue Raulin | 69007 Lyon

Expositions

Du 17 octobre au 22 décembre 2017

• Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC)

Cette exposition d’ouvrages issus des fonds slaves des BU Lyon 3 met en scène la mémoire de la Révolution de 1917 chez les émigrés russes.

Cette mémoire multiforme s’exprime dans des ouvrages historiques, littéraires, philosophiques, mais également dans des journaux intimes et à travers les arts. Au fil des témoignages vécus ou fictionnels, on prend la mesure de la diversité des émigrés russes tant sur le plan géographique (de par la multiplicité des pays d’accueil des émigrés) que sociologique et politique. En effet, de par son caractère totalitaire, le régime soviétique contraignit à l’exil certes les membres de la noblesse soutenant le tsar (ceux que l’on qualifia de « russes blancs ») mais peu à peu au fur et à mesure de sa radicalisation, le spectre des classes sociales concernées s’élargit, allant jusqu’à toucher également d’anciens acteurs de la Révolution même, devenus persona non grata dans leur propre pays. L’émigration ne fut pas toujours volontaire, le régime soviétique n’hésitant pas à recourir au bannissement et à l’exil pour ceux qu’il considérait comme des « ennemis de l’intérieur ».

L’exposition se déroule suivant parcours dont la mise en scène est d’inspiration constructiviste.

Le témoin de l’histoire1


• Bibliothèque Diderot de Lyon

L’exposition s’appuie sur les fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon. Son entrée en matière revient sur la manière dont cet ensemble s’est constitué. En effet, on ne peut pas s’interroger sur la mémoire des révolutions russes à travers ces collections, sans évoquer l’histoire de leur composant le plus prestigieux, le fonds slave des jésuites, dont l’existence même a été déterminée par 1917 et ses conséquences. Cette bibliothèque jésuite constitue toujours aujourd’hui un des grands gisements documentaires dépositaires de la mémoire russe en France.

Puis, au centre du parcours de l’exposition, se déploie la mise en scène des révolutions russes dont une des conséquences majeures est l’exil de plus d’un million de personnes. Cette communauté d’émigrés russes se manifeste à travers une vie associative et culturelle intense, dont une vie éditoriale riche et diverse.

La troisième partie du parcours propose ainsi de nombreux exemples de publications qui témoignent des révolutions – œuvres poétiques et romanesques, récits, mémoires, essais philosophies, historiques…

Enfin, l’exposition s’achève par l’évocation de plusieurs trajectoires de vie particulières, de celle d’un créateur hors du commun comme Alexandre Soljenitsyne dont l’œuvre a pesé sur le cours du monde, à la destinée tragique et pathétique d’un écrivain cosaque hier très célèbre et aujourd’hui presque oublié, appelé Petr Krasnov.

Eugène Zamiatine

Eugène Zamiatine2

Toutes les informations sur cette manifestation sont disponibles sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon : Centenaire 1917 – 2017

Anne maître, responsable des fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon
Laurence Vialaron, responsable scientifique des fonds slaves des bibliothèques universitaires de l’université Jean Moulin – Lyon 3

  1. Livre de Mikhail Ossorguine (1878-1942), publié à Paris en 1932 : Свидѣтель исторiи : романъ / Мих. Осоргинъ. – Парижъ : [s.n.], 1932 []
  2. Portrait d’Evgueni Zamiatine (1884-1937)par Iouri Annenkov (1889-1974) extrait du livre : Островитяне: повѣсти и разсказы / Евг. Замятинъ. – Берлинъ-Петербургъ-Москва : Изд-во З.И. Гржебина, 1923
    []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *