A propos de Mikhail Vassilievitch Lomonossov (1711-1765)

  • Photo-5_Grammaire-russe_page-de-titre-et-frontispice-copie
  • Photo6_Louis-Leger_preface
  • Photo-7_Kussifche-Grammatik_page-de-titre
  • Photo-9_catalogue-d’exposition
  • Photo-10_Portrait-de-Pierre le Grand
  • Portrait
  • Portrait de M. V. Lomonossov (ph. 1)
    Reproduction d’une gravure extraite du livre d’A. Miunster : Портретная галерея русскихъ деятелей издание А. Мюнстера. Томъ второй, сто портретовъ =Галерие де портраитс дес цэлэбритэс руссес публиэе пар А. Мюнстер. Томе second, cent portraits. Санктпетербург : Типография и литографиа А. Мюнстера, 1869.
  • Photo-2_Chronique-couverture
  • Photo-3_Chronique_Page-de-titre
  • Photo-4_Histoire-de-la-Russie_Page-de-titre
Reproduction d’une gravure extraite du livre d’A. Miunster : Портретная галерея русскихъ деятелей издание А. Мюнстера. Томъ второй, сто портретовъ =Галерие де портраитс дес цэлэбритэс руссес публиэе пар А. Мюнстер. Томе second, cent portraits. Санктпетербург : Типография и литографиа А. Мюнстера, 1869.

Reproduction d’une gravure extraite du livre d’A. Miunster : Портретная галерея русскихъ деятелей издание А. Мюнстера. Томъ второй, сто портретовъ =Галерие де портраитс дес цэлэбритэс руссес публиэе пар А. Мюнстер. Томе second, cent portraits.
Санктпетербург : Типография и литографиа А. Мюнстера, 1869.

 

En novembre 2014, la Bibliothèque Diderot de Lyon et ses fonds slaves ont collaboré à l’organisation d’un colloque, Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens : réception, appropriation et résistances, du règne de Pierre le Grand à 1914. Une exposition présentant des sources imprimées des XVIIIe et XIXe siècles russe et européen a accompagné cette manifestation scientifique et a mis en valeur quelques figures de femmes et d’hommes qui ont incarné ces chassés-croisés entre la Russie et l’Occident. Une séquence du parcours a été consacrée à Mikhail Vassilievitch Lomonossov (1711-1765).

Les Fonds slaves possèdent dans leurs collections plusieurs ouvrages remarquables écrits par ce génie des Lumières russes ou susceptibles d’apporter des informations sur son œuvre et son temps.

Mikhail Vassilievitch Lomonossov, d’origine modeste, est connu aujourd’hui comme le grand homme du XVIIIe siècle russe – un brillant scientifique, homme de lettres, professeur, académicien, poète, artiste … Il avait une personnalité et une force de caractère hors du commun. Son parcours pour accéder aux plus hautes fonctions en Russie est original, voire atypique. On pourrait aussi le décrire comme un précurseur ou un innovateur dans de nombreux domaines[1].

M. Lemontey, dans son introduction de l’ouvrage Fables russes tirée du recueil de M. Kriloff le décrit comme un « homme extraordinaire…avec une force merveilleuse de jugement et de génie…original et supérieur dans plusieurs genres »[2].

L’œuvre de M. Lomonossov est multiple et couvre des disciplines très diverses : les sciences, l’histoire, la littérature, les langues, l’art… La grande ambition de ce savant russe était de faire connaître à l’Europe la richesse de la civilisation de son pays.

Mikhail V. Lomonossov (1711-1765) : quelques dates clé

Modeste fils de pêcheur, M. Lomonossov a passé son enfance dans une petite île de la Dvina du Nord tout près de la mer Blanche, à 80 km d’Arkhangelsk. Il n’avait pas accès à l’instruction, comme c’était le cas pour l’ensemble des enfants du peuple de la Russie au début du XVIIIe siècle. L’éducation donnée par son père qu’il accompagne souvent dans ses journées de travail forge son caractère. Grâce à un de ses voisins, il s’initie à la lecture.
Trois ouvrages dans son enfance vont avoir beaucoup d’influence sur lui toute sa vie. Il s’agit du Psautier  de Siméon de Polotsk,  de la Grammaire slave de Smotritski et de l’Arithmétique de Magnitski[3].

A 19 ans, M. Lomonossov,  sans ressources, quitte son île pour Moscou. Malgré des conditions très difficiles, il parvient à se faire inscrire, en rusant, à l’Académie slave-gréco-latine où il étudie les langues anciennes, le slavon, la rhétorique, la philosophie et la théologie.

En 1736, il intègre l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg où il se forme aux mathématiques, à la physique, à la géographie,  à l’histoire et à l’économie liée au développement de la Russie.
Dans le cadre des échanges scientifiques avec l’Europe, il est choisi pour aller étudier la métallurgie et la science moderne en Allemagne avec deux autres condisciples.
A Marbourg, de 1736 à 1739, il apprend l’allemand, le français, les mathématiques, les sciences physiques, la chimie et la philosophie.
A Fribourg, de juillet 1739 à mai 1740, il apprend la fabrication de la porcelaine et de la verrerie, et la métallurgie.

La vie et l’œuvre de M. Lomonossov sont indéfectiblement liés à l’histoire de l’impératrice Elisabeth, qui, tout au long de son règne, apporte son soutien au savant.

En 1745 Lomonossov est nommé professeur de chimie à l’Académie des sciences dont il devient membre titulaire en 1751. A la même époque, il compose une ode qui le consacre aussi en tant que poète.
Jusqu’à la fin du règne d’Elisabeth il est le seul académicien russe. C’est sur son initiative, et en collaboration avec le principal conseiller d’Elisabeth, Ivan Chouvalov qu’est fondée en 1755 l’université de Moscou qui porte aujourd’hui son nom.
Le 1er mars 1757, Lomonossov est nommé membre du conseil académique de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Grâce à lui, l’art de la mosaïque intègre l’Académie. Les travaux en chimie du savant russe lui permettent de mettre au point la production du verre coloré. Lomonossov crée sa propre fabrique de verre en 1753, à Ust-Ruditsa, dans le district d’Oranienbaum, ville située à environ 40 km de Saint-Pétersbourg et baptisée du nom du scientifique depuis 1948. Cette avancée dans l’art du verre coloré sert l’art de la mosaïque. Lomonossov réalise lui-même plusieurs œuvres. Le savant russe est nommé membre honoraire de l’Académie des Beaux-arts pour ses réalisations dans le travail de la mosaïque.

Mikhail V. Lomonossov meurt en avril 1765 à l’âge de 54 ans.

Nous avons choisi de présenter quatre documents issus de nos collections : 3 ouvrages écrits par M. Lomonossov – une chronique, un ouvrage sur l’histoire de la Russie et  une grammaire russe , et un catalogue d’exposition qui présente un portrait de Pierre le Grand en mosaïques réalisé par le savant russe.

Mihail Lomonosov (1711-1765) : chroniqueur

Chronique de l’histoire russe accompagnée d’une généalogie des souverains, 1760 :
Краткий Российский летописец с родословием / Ломоносов М. В. ; Санкт-Петербург : Санкт- Петербургская Императорская типография , 1760 . – 132 p.

Photo-2_Chronique-couverture

Photo-3_Chronique_Page-de-titre

 

 

 

 

 

 

 

Ce manuscrit a été identifié comme étant une œuvre de Lomonossov mais on n’a pas d’information sur celui qui l’a écrit de sa main : est-ce le travail d’un élève, d’un étudiant ? Il fait partie des raretés offertes par le fonds slave des jésuites. Il a été expertisé par un chercheur russe, Tatiana Ligoune, venue travailler dans les collections patrimoniales des fonds slaves. Mme Ligoune, malheureusement décédée aujourd’hui, fut directrice adjointe de la Bibliothèque universitaire de Saint-Pétersbourg.

La  reliure de cet exemplaire est en cuir de basane avec un filet d’encadrement à froid. Le titre sur la page de couverture est estampé à froid.  Le dos est à trois nerfs. Le texte est joliment calligraphié sur du papier datant du XVIIIe siècle.
Il n’y a pas à proprement parler de page de titre avec des indications de lieu d’édition et de date. Cette chronique généalogique semble avoir été écrite à la manière d’un cahier d’écolier : le titre est mentionné, puis tout de suite après, le rédacteur rédige son document.
Il n’est pas paginé, on comptabilise 132 pages.
On estime aujourd’hui qu’il n’existe pas plus de 200 exemplaires au monde de ce texte copié à la main.

Mikhail Lomonossov (1711-1765) : historien

Histoire de la Russie, depuis l’origine de la Nation Russe, jusqu’à la mort du Grand-Duc Jaroflaws Premier. Par Michel Lomonossow, c Московский университет Conseiller d’Etat & Membre des Académies Impériales & Royales de Saint-Petersbourg, de Stockolm, etc, etc. Traduite de l’allemand, par M.E***. Augmentée de deux cartes géographiques.
A Paris chez Guillyn, Libraire, Quai des Augustins, au Lys d’or. A Dijon, chez François Des Ventes, Libraire de S.A.S Monseigneur le Prince de Condé.  1769. – 253 p.

Photo-4_Histoire-de-la-Russie_Page-de-titre

Cet exemplaire est en pleine reliure de veau avec un dos long orné avec pièce de titre rouge.
Lomonossov commence à rédiger cet ouvrage en 1753, à la demande de l’Impératrice Elisabeth, et il le termine vers 1758.
Cette histoire de la Russie  a été traduite en allemand et en français. D’ailleurs, dans cette version française, on peut lire l’avis du traducteur français et allemand. Le traducteur français précise qu’il a travaillé, non pas à partir de la version  russe, mais à partir de la traduction allemande du Baron d’Holbach. Cette édition française a eu un grand succès en France.

Mikhail Lomonossov (1711-1765) : grammairien

Российская грамматика Михайла Ломоносова Печатана въ Санктпетербуге при Императорской Акамедии Наукъ 1755 года.-212 pages
Grammaire russe, Saint-Petersbourg, 1755

Photo-5_Grammaire-russe_page-de-titre-et-frontispice-copie

Cet exemplaire ne possède pas de reliure remarquable, on peut signaler la présence d’un frontispice gravé au burin.
Cette grammaire, publiée en 1755, est considérée comme la première grammaire de la langue russe. Ouvrage technique, cette œuvre de Lomonossov est aussi un  hymne à la gloire de la langue russe, ainsi que l’on peut le lire dans la  traduction de la préface citée par Louis Léger dans son ouvrage sur la littérature russe publié en 1892[4].

Photo6_Louis-Leger_preface

La bibliothèque conserve une traduction allemande de cette grammaire :

Rußische Grammatick verfaßet von Herrn Michael Lomonoßow Kayserl. Staats-Rath, der Kayserl. Academie der Wißenschafften zu St. Petersburg wirklichem Mitgliede und Professorn der Chymie, St. Petersburg Kayserl. Acad. der Wißenschafften 1764
Traduction de Johann Lorenz Stavenhagen

Photo-7_Kussifche-Grammatik_page-de-titre

La reliure est en  maroquin blond. Il comporte des jolies lettrines gothiques sur la page de titre.

Mikhail Lomonossov (1711-1765) : artiste

En 1911-1912, la Russie célèbre le bicentenaire de la naissance de Lomonossov ainsi que le règne de l’impératrice Elisabeth. Organisée par l’Académie des sciences, une exposition, Ломоносов и елизаветинское времия / Lomonossov et l’époque d’Elisabeth se tient à Saint-Pétersbourg et  donne lieu à des publications et à des articles dans les revues d’art de l’époque[5]. La bibliothèque conserve plusieurs de ces documents, le catalogue et guide de l’exposition publié en 1912, et un autre ouvrage en plusieurs volumes édité par l’Académie des sciences en 1917 : Выставка Ломоносовъ и Елизаветинское время, путиводитель и каталогиь publié en 17 fascicules en 1912, et Выставка « Ломоносовъ и Елизаветинское время », publié en plusieurs volumes de 1912 à 1917. Elle abrite également une collection quasi-complète de la revue Старые годы Starye Gody ainsi que quelques numéros de la revue Аполлон / Apollon, dont elle possède aussi une version reprint en fac-similé (1909-1912) publié par les éditions Mouton dans la célèbre collection Slavistic printings and reprintings  dirigé par Cornelis van Schooneveld. Ces deux revues consacrent de nombreux articles à la Russie du XVIIIe siècle et à cette exposition qui salue l’œuvre du savant russe et le règne d’Elisabeth[6].

C’est dans le tome 8 de la publication de l’Académie des sciences de 1917 que l’on peut trouver deux portraits de Pierre le Grand réalisé en mosaïques par M. Lomonossov.

Photo-9_catalogue-d’exposition

Мозаичныя работы Ломоносова / описалъ Николай Макаренко ; Академія наукъ. – Петроградъ : Россійская Академія наукъ, 1917. – 1 vol. (232 p.-XX f. de pl.) ; 26 cm. – (Выставка « Ломоносовъ и Елизаветинское время » ; 8). – Index

Voici ci-dessous une reproduction d’un de ces portraits.

Photo-10_Portrait-de-Pierre le Grand

 

Billet rédigé par Catherine Perrinel

Bibliographie

  • Langevin, Luce
    Lomonossov 1711-1765, sa vie, son œuvre
    Paris, Editions sociales, 1967
  • Lur-Saluce, marquis de
    Lomonossof : le prodigieux moujik,
    Paris, Editions Emile-Paul-Frères
  • Serman Ilya Z.
    Mikhail Lomonosov : life and Poetry
    Jérusalem : the centre of Slavic and Russian studies, 1988
  • Martel,  Antoine
    Michel Lomonosov et la langue littéraire russe
    Paris, Honoré Champion, 1933
  • Tikhomirov, Lev Aleksandrovitch (1852-1923)
    La Russie politique et sociale
    Paris, Albert Savine, 1888
  • Léger, Louis (1843-1923)
    La littérature russe : notices et extraits,
    Paris, Armand Colin et Cie, Editeurs, 1899
  • Gerspach, Édouard (1833-1906)
    La mosaïque
    Paris, A. Quantin, 1880
  • Orlov, Grigoriĭ Vladimirovitch (1777-1826)
    Fables russes / tirées du recueil de M. Kriloff et imitées en vers français et italiens par divers auteurs ; précédées d’une introduction française de M. Lémontey ; et d’une préface italienne de M. Salfi ; publiées par M. le comte Orloff.  (introduction de M. Lemontey p. viii-ix)
    Paris : Bossange, 1825
  • Борзаковский, Петр Корнилиевич (1855-….)
    Михаилъ Васильевичъ Ломоносовъ съ портретами, образцами сочинений, факсимиле
    Типографиа Л. Нитче, 1911
  • Ломоносов, М.В.
    О воспитании и образовании
    Москва, Педагогика, 1991
  • Коровин, Герман Михайлович
    Библиотека Ломоносова…
    Москва, Издательство АН СССР, 1961
  • Полевой, Ксенофонтъ (1801-1867)
    Михаилъ Васильевичъ Ломоносовъ
    С.-Петербургъ, изд. А. С. Суворина, 1887, T. 1 et 2
  • Ломоносов, М.В, Избранныя
    Сочиненiя (1711-1911)
    С.-Петербургъ, Изд. Я. Башмакова, 1911
  • Белявский М.Т.
    М. В. Ломоносов и основание Московского университета
    Москва, Московский университет, 1955
  • Макаренко, Николай
    Выставка « Ломоносовъ и Елизаветинское время » ; 8
    Мозаичныя работы Ломоносова / описалъ Николай Макаренко ; Академія наукъ
    Петроградъ : Россійская Академія наукъ, 1917
  • Site internet : http://gallica.bnf.fr/ : Revue : « La Pensée : revue du rationalisme Moderne » n°41 – Mars-Avril 1952 (vue 94 sur 164). Site consulté le 14/09/2015
  • Site internet : https://www.hermitagemuseum.org/wps/portal/hermitage/what-s-on/temp_exh/1999_2013/hm4_1_286/?lng=fr
  • Pages web du site du Musée de l’Ermitage consacrées à l’exposition sur Lomonossov et le règne d’Elisabeth (2011-2012). Site consulté le 01/10/2015

Pour en savoir plus, on peut consulter le catalogue de l’exposition De Pierre le Grand à 1914, les élites russes face aux modèles occidentaux, ainsi qu’une liste de références d’ouvrages qui concernent M. V. Lomonossov, son œuvre et son temps, et qui sont disponibles à la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Télécharger la bibliographie autour de M. Lomonossov

 
[1] Les informations sur la vie et l’œuvre de M. Lomonossov sont majoritairement issues du livre de Langevin, Luce, Lomonossov 1711-1765, sa vie, son œuvre, Paris, Editions sociales, 1967

[2] Orlov, Grigoriĭ Vladimirovitch (1777-1826), Fables russes / tirées du recueil de M. Kriloff et imitées en vers français et italiens par divers auteurs ; précédées d’une introduction française de M. Lémontey ; et d’une préface italienne de M. Salfi ; publiées par M. le comte Orloff.  Paris : Bossange, 1825
Introduction de Pierre-Edouard Lemontey (1762-1826) p. viii-ix.

[3]Siméon de Polotsk (1629-1680), originaire de Polotsk (Biélorussie), théologien formé à l’Académie gréco-latine de Kiev, est aussi connu pour avoir introduit en Moscovie la poésie syllabique et le théâtre. Il compose des comédies, inspirées de scènes religieuses, des poèmes. La bibliothèque conserve sa dernière publication (1680), un exemplaire très rare de son récit romanesque, L’Histoire de Varlam et Joséphat, История или повесть предобного Варлама и о Иосафе.
Meleti Smotritski, de son vrai nom Maksim Guerassimovitch Smotritski (1578-1633), fut recteur du collège de Kiev et participa à la rédaction de la Bible d’Ostrog. Il est donc l’auteur de la première grammaire de la langue slave, ainsi que d’autres textes, publiés dans le recueil Сборник КириллоМефoдевский/Sbornik Kirillo-Mefodevskij.
Ce recueil, publication des pères fondateurs du fonds slave des jésuites, Ivan Gagarin (1814-1882), Ivan Martynov (1821-1894) et Evgueni Balabin (1815-1893), ne connaît que deux numéros toujours consultables aujourd’hui dans notre bibliothèque.
Leontiev F. Magnitski (1669-1739), enseignant de mathématiques, est l’auteur de la première encyclopédie de Mathématiques destinée aux jeunes russes.

[4] LEGER, Louis (1843-1923), La littérature russe : notices et extraits des principaux auteurs depuis les origines jusqu’à nos jours

[5]En 2011-2012, les célébrations du tricentenaire de la naissance de Lomonossov conduisent à l’organisation d’une nouvelle exposition, au Musée de l’Ermitage, qui porte le même nom que celle de 1911
https://www.hermitagemuseum.org/wps/portal/hermitage/what-s-on/temp_exh/1999_2013/hm4_1_286/?lng=fr

[6] Аполлон / Apollon, numéro 7, 1912 : article de Николай Николаевич Впангел / Nikolaï Nikolaevicth Vranguel Vranguel (1880-1915), Императрица Елисавета и искусство ея времени (по поводу выставки «Ломоносовъ и Елисавеинское время»), p. 5-21.
Старые годы / Starye gody / Les vieilles années, numéro de mai 1912 : article de  Александр Николаевич Бенуа / Alexandre Nikolaevitch Benois (1870-1960), Выставка посвященная времени императрицы Елисаветаъ Петровны (Alexandre Benois : l’exposition « Lomonossoff et l’époque d’Elisabeth « , organisée à St. Pétersbourg par l’Académie Impéraile des Sciences), p. 3-28.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *