Ex-libris et autres marques de provenance

  • photo5_IHS-Cyr-Meth
  • photo4_museum-slavicum-bis
  • photo6_Saint-Georges_tampon-bis
  • photo7_Bib-slave
  • photo8_Saint-Georges
  • photo9_Tampon-SG-bib
  • photo1_BDL_FSJ_68-2-POS-vil_couv_monogramme-jésuites-copie
  • photo2_FS_AM_36-copie
  • photo3_BDL_FSJ_COTE_obshij-gerpovnik_blason
  • photo10_BDL_FS_Colloque_OctXIV_007-copie
  • photo11_Tampon-sec-AB-bis
  • photo12_BDL_FSJ_monogramme
  • photo13_BDL_FS_Colloque_OctXIV_013-copie
  • photo14_Palmer1-copie
  • photo15_BDL_FSJ-_A-15-g_portrait
  • photo16_Image1-copie
  • photo17_Palmer2
  • photo18bis_Alla-signature-2
  • photo18_alla-golovina-copie
  • photo19_Alla-ex-libris
  • photo20_Bunin-Alla

Du 26 octobre au 19 décembre 2015, se tient à la Bibliothèque Diderot de Lyon une exposition autour des ex-libris présents dans ses collections :

Traces. A la recherche des ex-libris de la Bibliothèque Diderot de Lyon

C’est là une nouvelle opportunité pour le département Patrimoine et Conservation d’attirer le regard sur ses collections, et pour les fonds slaves de se pencher à nouveau sur l’histoire du fonds slave des Jésuites.

Socle majeur des fonds slaves, cette bibliothèque abritée aujourd’hui par la Bibliothèque Diderot de Lyon témoigne du patrimoine important de la Province de France de la Compagnie de Jésus. Initiée au milieu du XIXe siècle par Ivan Gagarine (1814-1882), tout au long de son évolution, de la France de la Troisième république au XXIe siècle, elle attire l’attention des sociétés savantes, des slavistes, des historiens et des penseurs, philosophes et religieux,  des écrivains, des érudits passionnés par la Russie, comme celles des exilés russes. Fréquemment, les uns et les autres offrent ou lèguent leurs collections au fonds jésuite.

A travers des traces diverses et variées, un ex-libris armorié ou une simple signature, une dédicace, une photographie, ou encore un ex-dono, ce sont des pans entiers de l’histoire de la constitution de la bibliothèque qui se révèlent à nous.

Bibliothèque jésuite dont les marques d’appartenance à l’ordre de Saint-Ignace sont souvent présentes, la bibliothèque est imprégnée des nombreux regards de ceux qui l’ont façonnée,  hommes de foi et hommes de science, savants et artistes ;  elle porte aussi les traces de l’histoire personnelle de quelques-uns, personnages illustres ou pas, mais  sans qui ce gisement documentaire n’existerait pas.

La marque de la Compagnie de Jésus 

Le fonds slave des jésuites possède deux éditions de la publication d’un texte, Moscovia, l’une publiée à Ferrarra en 1592, et l’autre publiée à Vilnius en 1586[1]. Cette dernière comporte sur le plat supérieur de sa reliure en parchemin souple, avec estampage à chaud argenté « à la Duseuil » un des blasons de la Compagnie de Jésus, et  au centre de ce blason, le monogramme « IHS ».

photo1_BDL_FSJ_68-2-POS-vil_couv_monogramme-jésuites-copie

Cette œuvre a été écrite par un jésuite italien qui s’appelait Antonio Possevino. En 1581, A. Possevino est envoyé par le Pape Grégoire XIII en Russie, afin de servir de médiateur dans le conflit qui oppose le tsar Ivan IV au roi de Pologne-Lituanie Etienne Bathory. C’est à la suite de cette mission que l’émissaire du pape rédige un texte sur la Moscovie, considéré encore aujourd’hui comme une des publications majeures qui ont contribué à la connaissance de la Russie en Occident à la fin du XVIe siècle.

L’ex-libris armorié d’Ivan Gagarine

Lorsqu’Ivan Gagarine, contraint et forcé d’abandonner sa patrie parce qu’il a abjuré sa foi orthodoxe pour le catholicisme, quitte la Russie pour la France, il emporte probablement avec lui une partie de sa bibliothèque. En atteste la présence de l’ex-libris familial (ou le sien ?) sur bon nombre d’ouvrages. Ex-libris armorié, celui-ci restitue les éléments principaux du blason des Gagarin : le bras droit porteur de l’épée, le château, le chêne, l’ours, et le manteau d’hermine surmonté de la couronne princière[2].

Sur l’ex-libris, nous lisons la devise suivante en deux parties : Non nobis, sed nos, A vetustate robur. Selon Mireille Chmelwsky que nous avons sollicitée, il s’agirait « probablement d’une imitation de  « Non nobis, domine, sed nomini tuo da gloriam » et qui signifie mot à mot : ne nous donne pas la gloire à nous,  Seigneur, mais donne la gloire à ton nom (début du Ps. 115) »[3]. Et l’on peut traduire ainsi la dernière partie : « De l’ancienneté vient la force ».

photo2_FS_AM_36-copiephoto3_BDL_FSJ_COTE_obshij-gerpovnik_blason

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ex-libris de la Bibliothèque slave, fonds Gagarine et fonds Saint-Georges

De son origine jusqu’aux années 2000, le fonds slave des jésuites, lui-même en partie issue des cataclysmes provoqués par la révolution de 1917, connaît une histoire mouvementée, reflétant souvent la Grande Histoire qui a dessiné les destins communs de la Russie et de la France. Museum slavicum, bibliothèque des saints Cyrille et Méthode, le Fonds Gagarine, prend ensuite le nom de Bibliothèque slave de Paris, qui en 1982, unit son sort à une autre bibliothèque jésuite,  celle du Centre d’études russes de Meudon. L’aventure des jésuites de Meudon est née à Constantinople au début des années 1920. Dans la capitale turque un petit groupe de pères jésuites vient en aide à des exilés russes qui fuit la Russie des bolchéviques. Cette communauté, qui porte le nom de Saint-Georges, gagne la Belgique et s’installe à Namur, où se constitue l’internat Saint-Georges accompagné de sa bibliothèque, comme nous l’indique l’image du tampon où s’affiche Saint-Georges sur son cheval.

Au fil des années, d’autres appellations désignent les fonds Gagarine et Saint-Georges et se traduisent par différents ex-libris, étiquettes, tampons, cachets, autant de jalons qui traduisent les étapes de leur histoire.

photo4_museum-slavicum-bisphoto5_IHS-Cyr-Meth

 

 

 

 

photo6_Saint-Georges_tampon-bisphoto7_Bib-slave

 

 

 

 

 

photo8_Saint-Georgesphoto9_Tampon-SG-bib

 

 

 

 

Anciens possesseurs et donateurs : William Palmer et Alla Golovina

Nombreux sont les livres du fonds jésuite qui attestent de l’appartenance passée de tel ou tel donateur ou possesseur dont certains livres se retrouvent aujourd’hui associés à jamais à l’histoire du fonds slave des jésuites.

Nous pouvons citer la dédicace d’Anatole Leroy-Beaulieu à Gagarine. Nous pouvons aussi découvrir sur les pages liminaires d’un livre le tampon sec de la bibliothèque d’Alain Besançon, et sur sa correspondance avec Frédéric Masson, le sceau du grand-duc Nikolaï Mikhaïlovitch, l’un des grands donateurs de la Bibliothèque slave[4].

photo10_BDL_FS_Colloque_OctXIV_007-copie

photo11_Tampon-sec-AB-bisphoto12_BDL_FSJ_monogramme

 

 

 

photo13_BDL_FS_Colloque_OctXIV_013-copie

Nous avons choisi de nous attarder sur deux personnages dont le destin et l’œuvre sont emblématiques de la Bibliothèque slave, William Palmer et Alla Golovina. Chacun à leur manière, ils ont personnalisé leur bibliothèque. C’est un peu de leur histoire intime qui qui se livrent à nous lorsqu’un de leurs livres passent entre nos mains.

William Palmer (1811-1879)

photo14_Palmer1-copiephoto15_BDL_FSJ-_A-15-g_portrait

 

 

 

 

 

 

 

 

William Palmer est un théologien anglais qui tenta de rapprocher Anglicans, Catholiques et Orthodoxes. Son œuvre nous plonge au cœur des questions qui agitent l’ensemble des églises chrétiennes au milieu du XIXe siècle.

W. Palmer lègue sa bibliothèque aux pères jésuites du fonds Gagarine. Si une étiquette « Ex-dono G. Palmer » apposée sans doute par ses héritiers se remarque sur presque tous

ses livres, d’ex-libris, nous n’en trouvons pas, à l’exception de son nom, manuscrit, en haut d’une page de titre, à ce jour repéré une seule fois. On a aussi découvert des notes manuscrites sur les premières pages d’un livre[5].

S’il est un signe qui singularise vraiment sa bibliothèque, c’est du côté de la reliure qu’il faut le chercher. La plupart de  ses livres sont reliés de la même manière ; et sur la tranche, c’est en anglais que l’on peut lire le titre de l’ouvrage, quelle que soit la langue dans laquelle il est écrit.

photo16_Image1-copiephoto17_Palmer2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Алла Сергеевна Головина / Alla Sergeevna Golovina / Alla Gillès de Pélichy (1909-1987)

photo18bis_Alla-signature-2

photo18_alla-golovina-copie

 

 

 

 

 

 

 

 

Alla S. Golovina, poètesse russe, est une des brillantes représentantes de la Russie « hors-frontières » dont la vie culturelle s’épanouit à Paris entre les deux-guerres. La photographie à droite de son ex-libris nous montre l’écrivain Ivan Bounine (1870-1953), prix Nobel de littérature en 1933, au centre l’épouse de ce dernier, et à droite leur amie, l’écrivaine russe Galina Kouznetsova (1900-1976). Alla Golovina épouse en secondes noces Philippe Gillès de Pélichy, qui, après la mort de sa femme,  fait don de ses livres à la Bibliothèque slave.

La plupart des livres d’A. Golovina portent son empreinte – signature, notes manuscrites, photographies… On y retrouve aussi la trace émouvante de ceux qui l’ont côtoyée, ainsi celle de l’écrivain Boris Poplavski (1903-1935), qui a dédicacé à sa consœur et amie son recueil de poèmes[6].

photo19_Alla-ex-libris

photo20_Bunin-Alla

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur William Palmer et Alla Golovina : télécharger la Bibliographie Palmer-Golovina

 

Billet rédigé par Anne Maître

[1] La Moscovia d’Antonio Possevino,… trad. di latino in volgare da Giovambattista Possevino,…. – In Ferrara : appr. Benedetto Mammarelli, 1592. – [8-]295[-1] ff. : armoiries au titre ; in-8

Moscovia. Antonii Possevini Societatiss Iesu. – Vilnae. In Lituania apud Ioannem Velicensem. Anno Domini. M.D.LXXXVI. Superiorum Permissu. – vol. (186 p.) : din-8. – Marque et encadrement décoratifs au titre, lettrines, culs-de-lampe gr. s. bois. – a3 ; A-Z8 ; Aa3. Erreur de signature : feuillet B4 signé A4

[2] Jacques Ferrand, Les familles princières de l’ancien empire de Russie (en émigration en 1978) : dans le volume  2, p.29 et suivantes, le chapitre sur la famille Gagarine, avec le descriptif du blason familial.

Обший гербовник дворянских родов всероийския империи начатый в 1797 году, publié à Saint-Pétersbourg sous le règne du tsar Paul 1er , ouvrage sur les blasons de la noblesse russe :  la partie consacrée à la famille Gagarine avec l’image de leur blason (reproduite ici) et sa description se trouve dans le volume 1, p.14.

[3] Mireille Chmelewski a co-dirigé, avec le Père François Rouleau, l’édition du journal de Gagarine : Journal : 1833-1842 / Prince Ivan S. Gagarine ; introduction du père François Rouleau ; édition préparée par le père François Rouleau et Mireille Chmelewsky, Paris : Desclée de Brouwer, impr. 2010 ; elle est aussi l’auteur de L’ Affaire Gagarine : la conversion du prince Gagarine au catholicisme : un drame familial, politique et religieux dans la Russie du XIXe siècle / Mireille Chmelewsky, Paul Pierling SJ, Wiktoria Śliwowska ; préface de François Rouleau, Roma : Institut Historicum Societatis Iesu, 2014.

[4] Le grand-duc Nikolaï Mikhaïlovitch (1859-1919), petit-fils du tsar Nicolas 1er et oncle du tsar Nicolas II, historien, a donné des exemplaires de son œuvre à la Bibliothèque slave, qui conserve également les lettres qu’il a écrites à son ami, l’historien et académicien français, Frédéric Masson (1847-1923).

[5] Palmer, William, Notes of a visit to the Russian Church in the years 1840, 1841.  London : Keagan Paul, Trench, 1882 [FSJ A15g PAL not] [Reproduction du portrait]

Pinkerton, Robert, Russia : or Miscellaneous observations on the past and present state of that country and its inhabitants...

– London : Seeley & sons, 1833 [FSJ B3b PIN]

Breza, Eugeniusz Martyre de soeur Irena-Macrina-Mieczyslawska et de ses compagnes en Pologne... – Paris : Gaume Fréres, 1846 [FSJ 69-2 MIE 1] [Notes manuscrites]

Новиков [Novikov], Николай Иванович, Древняя россійская вивліоѳіка, содержащая въ себѣ : собраніе древностей россійскихъ, до исторіи, географіи и генеалогіи россійскія касающихся

Москва : типографія Компаніи типографической, 1788-1791 [20 vol.]

[FSJ 5-2 NOV dre 1] [Ancient Russian Library, I]

[6] Головина [Golovina], Алла,  Городской ангел : избранные стихи.

– Брюссель : [s.n.], 1989 [Reproduction du portrait]

[FSJ 890 c GOL as 1]

Кузнецова [Kouznetsova], Галина , Грасский дневник. Washington : В.Камкин, 1967

[FSJ 887 c BUN ia 52]

Поплавский / [Poplavski], Борис, Флаги : стихи. Париж : Числа, 1931

[FSJ 890 c POL bl 4]

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *