Art populaire, art décoratif russes : la miniature sur laque

  • BDL_DSC2117 copie
    Reproduction de I. I. Golikov « У колодца », extraite de Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. - Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 128)
  • BDL_DSC2109 copie
    Couverture de Палехская миниатюра ((Палехская миниатюра = Palekh miniature painting = La miniature de Palekh = Palech-Miniaturmalerei / М. А. Некрасова. - Ленинград : Художник РСФСР, 1977))
  • BDL_DSC2110 copie
    1ère de couverture du livre Fedoskino = Федоскино ((Fedoskino = Федоскино / [text and selection by Nikolai Malakhov ; translated into English by Tatyana Butkova ; photography by Yuri and Oleg Grigorov]. - Moskva : Изобразителноые Искусство, 1990))
  • 00002250 copie
    Reproduction de Ivan Petrovitch Vakourov /Иван Петрович Вакуров (1885-1968), « Буревестник », illustration pour une œuvre de M. Gorki, extraite de Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. - Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 176)
  • 00002267 copie
    1ère de couverture du livre Мстера рукотворная ((Мстера рукотворная : рассказы об искустве лаковой миниатюры и ее мастерах / Н. Г. Дмитриев. - Ленинград : Художник РСФСР, 1986 ))
  • 00002266 copie
    Couverture de livre : Искусство холуйской миниатюрной живописи ((Искусство холуйской миниатюрной живописи : [альбом] / Составитель альбома и автор текста Л. К. Розова ; составитель кратких биографических сведений о художниках, перечня иг основных произведений, перечня выставок и библиографии В. В. Стариков. - 2 издание с дополнениями. - Ленинград : "Художник РСФСР », 1975))
  • BDL_DSC2116
    1ère de couverture du livre « Искусство древней традиции Палехa »
  • BDL_DSC2114 copie
  • BDL_DSC2115 copie
  • 00002257 copie
  • 00002258 copie
    Planche de la page 12
  • BDL_DSC2118 copie
    Reproduction de Ivan Ivanovitch Zoubkov / Иван Иванович Зубков (1883-1933), « Палех », extraite de Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. - Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 208)
1ère de couverture du livre « Искусство древней традиции Палехa »

1ère de couverture du livre « Искусство древней традиции Палехa »1

L’art russe de la miniature sur laque

L’apparition des miniatures laquées

Depuis le XIXe siècle, un art populaire très particulier et unique en son genre se développe et prospère en Russie, selon une tradition toujours vivace aujourd’hui. L’art de la miniature sur laque, sur des supports en papier-mâché, constitue certainement une des expressions les plus appréciées des Russes comme des étrangers de l’art décoratif russe.

Des objets en tout genre – coffrets, écrins, boîtes, panneaux décoratifs, sont recouverts de laque et décorés de motifs chatoyants. Fortement lié au savoir-faire des peintres d’icônes, l’art de la miniature va principalement se développer dans des centres renommés pour la création de peinture religieuse. Mis à mal par l’industrialisation et par la Révolution de 1917 et ses conséquences, ces centres renaissent peu à peu à partir des années 1920, grâce à la création d’objets laqués qui s’affirment comme une des représentations les plus populaires et les plus renommées de par le monde de la culture russe.

Tout commence en 1798 à Fedoskino, bourgade proche de Moscou qui s’appelle alors Danilkovo2. Le commerçant russe Petr Ivanovitch Korobov / Петр Иванович Коробов (1752-1819) fonde à Danilkovo une fabrique d’objets sur papier mâché. La mode des objets en papier mâché recouverts de laque vient d’Orient et se répand progressivement en Europe et en Russie à partir du XVIe siècle.

Petr Korobov s’inspire du travail des Allemands ; il va à Brunswick étudier les procédés mis au point par ces collègues germaniques. Korobov commence par produire des visières pour les casquettes militaires, puis il se tourne vers la fabrication de boîtes pour tabac à priser, objets alors très demandés. Les couvercles des boîtes sont alors encollés d’une image recouverte de laque transparente. C’est dans un deuxième temps que les objets sont peints.

A la mort de Korobov, ce sont des commerçants moscovites qui héritent de la fabrique et reprennent le flambeau, d’abord Petr Vassilievitch Loukoutine / Петр Васильевич Лукутин (1784-1863), puis son fils, Alexandre Petrovitch / Александр Петрович (1819-1888), enfin son petit-fils, Nikolaï Alexandrovitch / Николай Александрович (1853-1902). Les Loukoutine dynamisent la production et la font rayonner dans toutes la Russie et même au-delà pendant plus de 80 ans. Ils sont présents dans les boutiques des marchands européens comme dans les expositions internationales d’art appliqué.3

La fabrication

Il faut au préalable fabriquer le matériau qui va permettre de confectionner le support de la miniature, le papier-mâché. A partir du carton à pâte de bois, sont découpées des bandes de carton en forme de longs rubans. Ces bandes sont enduites de colle d’amidon, disposées l’une sur l’autre, mises sous presse et séchées à l’air. Elles sont ensuite plongées dans un bain chaud d’huile de lin puis séchées dans des fours spéciaux à très haute température. On obtient ainsi un matériau qui peut être aussi solide que du bois et qui peut, lui aussi, être taillé, scié, raboté, pour fabriquer les objets les plus divers, des tabatières ou des baguiers, comme des boîtes et des coffrets à allumettes, des boîtes à thé et à tabac, des porte-monnaie etc…

Une fois l’objet réalisé, il faut ensuite le préparer avant de le peindre. Cette opération est similaire à celle employée pour les icônes. A Fédoskino on dépose un apprêt, le blanc de céruse délayé dans du vernis et appliqué à la main. On laisse sécher durant deux heures, puis on saupoudre sa surface d’une fine poudre d’aluminium. A Palekh, on utilise de l’argile, puis de la suie et de l’huile de lin cuite. L’apprêt est déposé en plusieurs couches, après chaque séchage. La surface obtenue est poncée  pour obtenir une surface mate.

Le dessin qui va décorer l’objet est réalisé d’abord sur papier, puis reporté sur papier-calque. Ensuite le revers du dessin est frotté à la craie et appliqué sur la surface à décorer. Les restes de craie sont éliminés à la plume d’oie. Puis les couleurs sont appliquées, avec un jeu de mise en valeur entre les parties sombres et les parties claires.4

En se fondant sur ces savoir-faire  mis au point par les artistes de Fedoskino, trois autres principaux centres de  création de miniatures laquées sur papier-mâché se développent au XXe durant la période soviétique, Mstiora, Kholouï et le plus célèbre de tous, Palekh.

Fedoskino, Mstiora, Kholouï

Fedoskino / Федоскино  

1ère de couverture du livre Fedoskino = Федоскино

1ère de couverture du livre Fedoskino = Федоскино5

Après la disparition de Nikolaï, l’entreprise Loukoutine ferme. Mais un atelier de 10 artistes se constitue et perdure jusqu’en 1916. Après 1917, malgré les difficultés des  premières années de l’URSS et celles de la Grande Guerre Patriotique, l’art de la miniature subsiste à Fedoskino et prospère à nouveau dans les années 1960. Une école d’art est créée.

Un site web est consacré à Fedoskino, à son histoire et à sa production. Une vidéo évoque l’œuvre des fondateurs, les Korobov et  les Loukoutine ; on peut y voir à l’œuvre les artistes d’aujourd’hui.6

Mstiora  / Мстера

1ère de couverture du livre Мстера рукотворная

1ère de couverture du livre Мстера рукотворная7

Le village de Mstiora se situe à environ 100 km de la ville de Vladimir, sur la rive de la Kliazma. Mstiora était connu pour être un centre de créations d’icones, dans la tradition de l’école de Vladimir-Souzdal. On rapporte aussi qu’après le schisme de 1655, beaucoup d’habitants restèrent fidèles à la Vieille foi et continuèrent à exécuter des icônes selon les traditions anciennes. Avec l’avènement de techniques de reproduction modernes, la production d’icônes s’industrialise et la peinture d’icônes devient plus rare. En 1920 des artistes se regroupent et se mobilisent pour continuer à mettre en pratique les savoir-faire des maîtres de Mstiora. Ils travaillent en décorant des objets en bois ou en fer blanc, ou encore des tentures à la peinture à l’huile.

En 1931, cinq artistes, membres d’un nouveau groupe, l’Artel prolétarien, commence à produire des miniatures sur laque sur des supports en papier-mâché. En 1937, tout comme leurs collègues de Palekh, ils sont honorés de prix et de médailles lors de l’Exposition universelle de Paris.

Aujourd’hui, d’autres artistes continuent à perpétuer cette tradition à Mstiora.

Kholouï / Холуй

Couverture de livre : Искусство холуйской миниатюрной живописи

Couverture de livre : Искусство холуйской миниатюрной живописи8

Kholouï est le centre le plus récent où s’est développé l’art de la miniature sur laque. C’est un village de la région d’Ivanovo situé sur les rives d’un affluent de la Kliazma, la Tezy, et considéré, dès le XVIe siècle, comme un important centre de production d’icônes, un art proche de l’imagerie populaire. L’industrialisation provoque à Kholouï les mêmes effets néfastes qu’à Mstiora sur l’artisanat local. Après la guerre et la révolution russe, les artisans de Kholouï tentent aussi la reconversion de la peinture sur des supports en papier–mâché, tout en essayant de trouver leur propre style. Ce sont là encore d’anciens peintres d’icones qui se mobilisent en organisant en 1934 un artel indépendant qui devient une fabrique en 1960. Kholouï se dote également d’une école où sont formés sans cesse de jeunes artistes qui perpétuent les traditions anciennes de la peinture d’icônes et les nouvelles techniques et procédés stylistiques de la miniature sur laque.

Palekh / Палех

Couverture de Палехская миниатюра

Couverture de Палехская миниатюра9

Palekh se trouve aussi dans la région d’Ivanovo. On raconte que le village de Palekh a été fondé lors de l’invasion tartaro-mongole. Des habitants de Souzdal et de Vladimir auraient fui  les envahisseurs, et se seraient réfugiés  dans la forêt, où ils auraient fondé un village appelé Palekh. Dans ce nouveau lieu, certains d’entre eux, des moines de Souzdal, auraient perpétué l’art et la tradition de la peinture d’icônes.

Après la guerre et la révolution russe, les ateliers d’icônes sont fermés. Les artistes de Palekh doivent donc explorer d’autres voies et ils vont à leur tour s’inspirer des créations de Fedoskino sur papier-mâché. Souvent à contre-courant de la ligne soviétique, ils parviennent  à défendre l’artisanat local et à préserver des techniques très anciennes acquises au service de la peinture religieuse, en les appliquant à la réalisation de miniatures sur laque.

Au début des années 1920, les ateliers de peinture et de restauration d’icônes sont en grande difficulté. Au même moment, des entrepreneurs originaires de Palekh prospectent à Moscou, à la recherche de nouvelles idées artistiques, de nouveaux contacts, de nouveaux marchés. Un des plus importants est Alexandre Alexandrovitch Glazounov  / Александр Александрович Глазунов  (1884-1952). Glazounov vend des icônes, il s’intéresse aussi à l’art décoratif profane. Avec son beau-frère, le peintre Ivan Golikov et d’autres artistes formés à la peinture d’icônes, il se lance dans la fabrication de miniatures sur laque. Ivan Ivanovitch Golikov / Иван Иванович Голиков (1887-1937) a étudié l’art profane à l’École de dessin du Baron Shtiglitz. Il arrive en 1922 à Moscou chez Glazounov après une expérience en tant que décorateur de théâtre. Glazounov et Golikov explorent les boutiques et les musées de Moscou ; ils sont très impressionnés par des boîtes en papier-mâché du Musée des arts populaires de Moscou. L’un et l’autre pensent qu’ils peuvent produire semblables réalisations. C’est ainsi que Golikov commence à travailler, en utilisant les techniques de la peinture d’icônes ; il adopte le fond noir des boîtes laquées et trouve de nouveaux thèmes d’inspiration.

Reproduction de I. I. Golikov « У колодца », extraite de Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. - Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 128)

Reproduction de I. I. Golikov « У колодца », extraite deИскусство Палеха / А. В. Бакушинский. – Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 128)

Le premier grand succès international vient de la participation des Palekhiens à la grande exposition universelle de Paris en 1925. Forts de leurs invitations pour Paris, 7 artistes de Palekh constituent très officiellement un nouvel artel en 1924, le 5 décembre, jour considéré comme l’acte de naissance du Palekh de l’époque soviétique. Son nom, Артель древней живописи / L’artel de la peinture ancienne, affiche clairement une volonté de préserver l’héritage des formes traditionnelles mises au service de la société soviétique.10 Le groupe remporte un Grand Prix à Paris.

Reproduction de Ivan Ivanovitch Zoubkov / Иван Иванович Зубков (1883-1933), « Палех », extraite de Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. - Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 208)

Reproduction de Ivan Ivanovitch Zoubkov / Иван Иванович Зубков (1883-1933), « Палех », extraite de Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. – Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 208)

Reproduction de Ivan Petrovitch Vakourov  /Иван Петрович Вакуров (1885-1968), « Буревестник », illustration pour une œuvre de M. Gorki, extraite de Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. - Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 176)

Reproduction de Ivan Petrovitch Vakourov /Иван Петрович Вакуров (1885-1968), « Буревестник », illustration pour une œuvre de M. Gorki, extraite de Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. – Москва ; Ленинград : Academia, 1934 (p. 176)

Les thèmes inspirés de la vie traditionnelle russe comme ceux des contes de Pouchkine remportent un grand succès : la nature, la vie aux champs, les récits des légendes et du folklore, les mythes fondateurs de la nation russe… D’autres expositions ont lieu en URSS, à Nijni-Novgorod, à à Moscou, à Saint-Pétersbourg… L’État fait aussi des commandes. Dans les années 1930, la société des peintres de Palekh compte 70 membres. Les artistes pratiquent la miniature sur laque, mais ils vont aussi vers d’autres supports et moyens d’expression. Ils réalisent des décorations sur porcelaine, des décors de théâtre, et ils illustrent des livres.

Palekh devient une enclave renommée de l’artisanat russe, c’est une des vitrines les plus célèbres de l’art populaire russe, grâce au talent de ses artistes et au dynamisme de ses marchands, et malgré des attaques récurrentes. Jusque dans les années 1960, les autorités officielles soviétiques reprochent régulièrement aux artistes de Palekh de propager une vision de la Russie trop proche de la Russie pré-révolutionnaire. Dans les premières années du développement de l’art de la miniature, les succès remportés à l’étranger comme l’apport de devises étrangères qu’ils suscitent contribuent à conforter la production de Palekh. Les encouragements et les louanges de personnalités telles qu’André Malraux et Romain Rolland, en URSS, ceux des écrivains Alexeï Tolstoï ou Boris Pilniak qui constituent leur propre collection de miniatures, sont autant de soutiens importants aux artistes Palekhiens11. Enfin il faut souligner les interventions favorables de Maxime Gorki et d’Anatoli Lounacharski sont déterminantes pour la survie des artistes de Palekh.12 Après la 1945, les tensions se manifestent au sein même de Palekh avec l’arrivée d’une nouvelle génération qui veut chasser les traditions du passé et éradiquer les vieux thèmes d’inspiration au profit de thèmes en accord avec la réalité soviétique, peignant un monde urbain et ouvrier. La déstalinisation puis les années Brezhnev remettent la tradition au goût du jour.13

Tandis que le rôle de l’art de Palekh incarne définitivement la culture russe soviétique, un artiste entreprend d’en fixer les règles.

Pour conclure sur Palekh, son art et ses artistes, nous souhaitons évoquer le peintre-miniaturiste Nikolaï Mikhaïlovitch Zinoviev  / Николай Михайлович Зиновьев (1888-1979). Comme beaucoup de ses compagnons, Nikolaï Zinoviev commence à travailler en tant que peintre d’icônes. Puis il intègre en 1902 une école créée par  Nicolas II. Zinoviev veut affiner son art mais aussi se former aux techniques  de la peinture académique et profane. Le peintre va à Moscou et Saint-Pétersbourg, étudier en particulier l’œuvre de Mikhail Nesterov et celle de Viktor Vasnetsov. Il essaie de synthétiser l’art religieux et la culture populaire.

Ce que Zinoviev plus que tout autre artiste de Palekh contribue à réaliser c’est une synthèse entre les traditions esthétiques de la religion orthodoxe, les techniques modernes de la peinture profane, et les thèmes du folklore russe. Et même si on ajoute des contenus socialistes à cette synthèse, ce qui prévaut reste une imagerie issue de la période impériale popularisée par Vasnetsov et Bilibine et l’univers des contes de Pouchkine.

À partir des années 1940, Zinoviev entreprend une carrière d’écrivain et de journaliste au service de la promotion de son art. Il enseigne aussi et forme les futurs artisans de Palekh. Il écrit aussi ses mémoires qui seront en partie publiés. La bibliothèque conserve un ouvrage sur Zinoviev, Николай Михайлович Зиновьев, художник Палеха , ainsi que deux ouvrages écrits par lui, Искусство Палеха et Стилистические традиции искусства Палеха, qui constitue une analysé très détaillée des liens qui unissent les standards de la peinture religieuse des icônes et l’art soviétique de la miniature de Palekh.14

La documentation des fonds slaves sur l’art de la miniature

Les fonds slaves de la BDL conservent une documentation importante sur l’art de la miniature sur laque – des ouvrages richement illustrés sur l’art décoratif et l’art populaire russes, et sur Fedoskino, Mstiora, Kholouï et Palek, des analyses plus détaillées et plus historiques sur l’art, de la miniature, ainsi que des écrits d’artistes  comme ceux de Nikolaï Grigorievitch Dmitriev / Николай Григорьевич Дмитриев (1916-1991), Михаил Степанович Чижов (1923-1986), ou encore deux de Nikolaï Zinoviev cités plus haut. Dans plusieurs de ces ouvrages, beaucoup d’artistes qui ont fait la renommée de cet art sont répertoriés.

Télécharger la Bibliographie sur l’art de la miniature sur laque en Russie

Un des ouvrages les plus complets et disponible en français aujourd’hui est certainement l’ouvrage de Margerita Albedil,  Peinture sur laque russe : Kholouï, Mstiora, Palekh, Fedoskino.15 Il aura été une source précieuse pour la rédaction de ce billet.

Parmi les livres qui font référence encore aujourd’hui, on peut citer ceux de Maria Aleksandrovna Nekrassova / Мария Александровна Некрасова, Палехская миниатюра et Искусство Палеха.16 Grande historienne et critique d’art,  M. Nekrassova a dirigé également l’édition de l’ouvrage Искусство древней традиции Палех.17 On peut aussi noter l’ouvrage d’Anatoli Vassilievitch Bakouchinski (1883-1939) qui fut un historien et un théoricien de l’art, en même temps qu’un grand pédagogue qui œuvra  à  la transmission de la connaissance artistique.18 Dans les années 1930 il joint sa voix à celle de Maxime Gorki et à celle de Lounacharski pour défendre l’art artisanal de Palekh, sa tradition et ses techniques héritées du savoir-faire des peintres d’icônes.

Les fonds slaves conservent également l’album de l’exposition 30 лет искусства советского Палеха / 30  ans d’art  soviétique à Palekh qui s’est tenue à Moscou durant l’été 1955. Publié en 1958, l’ouvrage contient un livret dont le texte est en russe, en anglais et en français, ainsi que 39 planches qui reproduisent 39 réalisations des maîtres de Palekh. Cette exposition présentait toute la diversité des activités des artistes palekhiens : les miniatures, la peinture murale, les décors de théâtre et le cinéma, et l’illustration de livres.

En voici deux exemples :

Reproduction de I. M. Bakanov « Сказка о золотом петушке », 1934
Шкатулка
Государственный музей палехского искусства, Палех
Œuvre conservée au Musée de Palekh

BDL_DSC2114 copie

 

Reproduction de I. I. Golikov, « Слово о полку Игореве. Встреча Игоря Всеволодом.
Пластина 1933
Государственная Третьякоская галерея. Москва
Œuvre conservée à la Galerie Tretiakov à Moscou

BDL_DSC2115 copie

Il faut noter également une publication de 1985 aux éditions « Molodaa gvardia / Молодая гвардия », Le champs de la gloire : la patrie, l’ancien, le nouveau, le lumineux / Поле славы Отечество : Старое, Новое, вечное. Cet ouvrage est un recueil de textes sur les moments forts de la construction de l’identité nationale russe ; les illustrations sont toutes des reproductions d’œuvres d’artistes de Palekh conservées à la Galerie Tretiakov, au Musée des Arts décoratifs et appliqués, au Musée de Palekh…

Enfin les fonds slaves de la BDL ont la chance de conserver dans leurs collections, encore une fois grâce au fonds slave des jésuites, un exemplaire de l’édition de prestige de la geste d’Igor publiée en 1934 par les éditions Academia. L’image que l’on peut voir quelques lignes plus haut, extraite de l’album Искусство советского Палех, reproduit une des œuvres d’I. Golikov réalisées pour illustrer cette édition, Слoво о плъку Игорєве. Ce poème épique raconte l’expédition malheureuse du prince Igor Sviatoslavitch contre les Polovtses, encore appelés les Coumans.19

C’est Maxime Gorki qui est à l’origine de cette publication. L’écrivain demande à l’éditeur de faire appel à un seul artiste, et désigne celui qu’il considère comme le plus grand de tous, le peintre-miniaturiste Ivan Golikov, et le seul capable selon lui de réaliser aussi les lettrines, les culs-de-lampes et les enluminures qui vont magnifiquement orner la publication. La couverture et pages de garde sont entièrement décorées de motifs colorés où dominent le vert, l’orange et le bleu. Et de nombreux moments forts du récit sont illustrés par des planches hors-texte réalisés selon l’art de la miniature dans une gamme de couleurs où se fondent le brun, le rouge et l’orange.

00002257 copie

 

Planche extraite de : Слово о плъку Игорєве Игоря сына Святъславля, внука Ольгова / древнерусский текст подготовленный к печати В. Ожигой и С. Шамбинаго, писанный и иллюстририванный палехским мастером Иваном Голиковым. - Москва : Academia, 1934 (p. 12)

Planche extraite de : Слово о плъку Игорєве Игоря сына Святъславля, внука Ольгова / древнерусский текст подготовленный к печати В. Ожигой и С. Шамбинаго, писанный и иллюстририванный палехским мастером Иваном Голиковым. – Москва : Academia, 1934 (p. 12)

Billet rédigé par l'équipe des fonds slaves
  1. Искусство древней традиции Палех / [автор текста и составитель М.А. Некрасова ; цветные фото Ю.Г. и О.Ю. Григоровы]. – Москва : Сов. художник, 1984 []
  2. Fedoskino = Федоскино / [text and selection by Nikolai Malakhov ; translated into English by Tatyana Butkova ; photography by Yuri and Oleg Grigorov]. – Moskva : Изобразителноые Искусство, 1990 []
  3. Русские лаки : к 200-летнему юбилею фабрики Лукутиных : каталог выставки / [Автор вступительной статьи, И.Н. Уханова ; составители каталога, И.Н. Уханова, М.Д. Малченко]. – Санкт-Петербург : Гос. Эрмитаж, 1995 []
  4. Peinture sur laque russe : Kholouï, Mstiora, Palekh, Fedoskino / Margarita Albedil ; traduit de russe par Zinovi Spetchinsky. – Saint-Petersbourg : Yarkiy Gorod, 2007, cop. 2007

    Искусство советского Палеха = Lart de Palekh Sovietique. = The art of Soviet Palekh. – Moskva : Sovetskij Hudožnik, 1958

    Note: Texte de N. Sobolevskij en Russe, français, et anglais []

  5. Fedoskino = Федоскино / [text and selection by Nikolai Malakhov ; translated into English by Tatyana Butkova ; photography by Yuri and Oleg Grigorov]. – Moskva : Изобразителноые Искусство, 1990 []
  6. http://fedoskino.ru/ Site web officiel de Fedoskino [consulté le 7 décembre 2015] []
  7. Мстера рукотворная : рассказы об искустве лаковой миниатюры и ее мастерах /
    Н. Г. Дмитриев. – Ленинград : Художник РСФСР, 1986
    []
  8. Искусство холуйской миниатюрной живописи : [альбом] / Составитель альбома и автор текста Л. К. Розова ; составитель кратких биографических сведений о художниках, перечня иг основных произведений, перечня выставок и библиографии В. В. Стариков. – 2 издание с дополнениями. – Ленинград : « Художник РСФСР », 1975 []
  9. Палехская миниатюра = Palekh miniature painting = La miniature de Palekh = Palech-Miniaturmalerei / М. А. Некрасова. – Ленинград : Художник РСФСР, 1977 []
  10. Лаковая миниатюра Палеха : 90 лет со времени создания Палехской артели древней живописи : présentation sur la miniature sur laque de Palekh disponible sur Internet et réalisée pour les 90 ans de la fondation de l’Artel de la peinture ancienne par la Bibliothèque de l’université « Тольятинский государственный университет ». Une photographie nous montre les plus fameux artistes qui se sont illustrés à Palekh, et parmi eux les 7 fondateurs : Ivan Ivanovitch Golikov / Иван Иванович Голиков (1887-1937), Ivan Vassiliévitch Markitchev / Иван Васильевич Маркичев (1883-1955), Ivan Mikhaïlovitch Bakanov / Иван Михайлович Баканов (1870-1936), Ivan Ivanovitch Zoubkov / Иван Иванович Зубков (1883-1933), Aleksandr Ivanovitch Zoubkov / Александр Иванович Зубков (1885-1938), Aleksandr Vassilievitch Kotoukhine /  Александр Васильевич Котухин (1885-1957), Vladimir Vassilievitch Kotoukhine  / Владимир Васильевич Котухин (1897-1957). Se joindront rapidement à eux Ivan Petrovitch Vakourov / Иван Петрович Вакуров (1885-1968), Dmitri Nikolaevitch Boutorine / Дмиртий Николаевич Буторин (1891-1960), et Nikolaï Mikhaïlovitch Zinoviev  / Николай Михайлович Зиновьев (1888-1979). http://edu.tltsu.ru/sites/sites_content/site122/html/media68235/Palex.pdf [consulté le 7 décembre 2015] []

  11. Les écrivains Алексей Николаевич Толстой (1883-1945) Boris Andreevitch Pilniak / Борис Анлдреевич Пильняк (1894-1938), cités par Andrew L. Jenks , p. 442, dans son article From Periphery to Center : Palekh and Indigenization in the Russian Heartland [In] Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, Volume 3, Number 3, Summer 2002 (New Series), pp. 427-458 – article []
  12. L’écrivain Maxime Gorki / Максим Горкий (1868-1936), considéré alors comme le grand homme  de la culture russe et soviétique  et Anatoli Lounacharski / Анаторий Васильевич Луначарский (1875-1933), commissaire du peuple à l’Instruction publique de 1917 à 1929 []
  13. Sur ces questions, et particulièrement, le rôle de Palekh et ses relations avec le pouvoir officiel à la période soviétique, voir les articles d’Andrew L. Jenks : From Periphery to Center: Palekh and Indigenization in the Russian Heartland [In] Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, Volume 3, Number 3, Summer 2002 (New Series), pp. 427-458 et Palekh and the forging of a Russian nation in the Brezhnev Era Cahiers du monde russe 2003/4 (Vol. 44) p. 628-656. Dernières consultations le 7 décembre 2015 []
  14. Николай Михайлович Зиновьев, художник Палеха  / М.А. Тихомирова. Ленинград : « Художник РСФСР, 1987.

    Искусство Палеха / Н. М. Зиновьев. Ленинград : Художник РСФСР, 1975

    Стилистические традиции искусства Палеха / Н. М. Зиновьев. Ленинград : Художник РСФСР, 1981 []

  15. Peinture sur laque russe : Kholouï, Mstiora, Palekh, Fedoskino / Margarita Albedil ; traduit de russe par Zinovi Spetchinsky Saint-Petersbourg : Yarkiy Gorod, 2007, cop. 2007 []
  16. Искусство Палеха  / М. Некрасова Москва : Советский Художник, 1966

    Палехская миниатюра. = Palekh miniature painting. = La miniature de Palekh. = Palech-Miniaturmalerei / M. A. Nekrasova  Ленинград : Художник РСФСР, 1977, cop. 1978 A ce jour, la BDL est la seule biliothèque à être localisée sous cette référence dans le Sudoc. []

  17. Искусство древней традиции Палех / [автор текста и составитель М.А. Некрасова ; цветные фото Ю.Г. и О.Ю. Григоровы]. Москва : Сов. художник, 1984 []
  18. Искусство Палеха / А. В. Бакушинский. Москва : Ленинград : Academia, 1934 []
  19. Слово о плъку Игорєве Игоря сына Святъславля, внука Ольгова / древнерусский текст подготовленный к печати В. Ожигой и С. Шамбинаго, писанный и иллюстририванный палехским мастером Иваном Голиковым. – Москва : Academia, 1934. – 1 vol. (50 p.) : pl. en coul. ; In-folio. Cette œuvre, censée être écrite au XIIe siècle, provient d’un manuscrit découvert en 1795 qui malheureusement disparaît en 1812 dans l’incendie de Moscou. Subsistent de l’original une copie faite pour Catherine II et une première édition datant de 1800. Ce texte à l’authenticité controversée, notamment par le slaviste André Mazon, prend vite une importance majeure dans la littérature et la culture russes, inspire les artistes russes et suscite d’abondantes publications. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *