Panaït Istrati à la BDL : une vie, une œuvre. 11 mai – 9 juillet 2016

Portrait sans légende, reproduction extraite des Cahiers Panaït Istrati, numéro 12

Portrait sans légende, reproduction extraite des Cahiers Panaït Istrati, numéro 12

De mai à juillet 2016, la Bibliothèque Diderot de Lyon ouvre ses portes à tous ceux qui souhaiteraient découvrir l’écrivain franco-roumain Panaït Istrati (1884-1935) dont la vie et l’œuvre s’inscrivent dans l’histoire littéraire et dans la grande histoire des années 1920 et 1930. En partenariat avec l’Association des Amis de Panaït Istrati, elle organise une exposition et une journée d’étude consacrées à l’auteur des Chardons du Baragan.

Rencontres autour de la vie et de l’œuvre de Panaït Istrati
11 mai 2016
Salle de conférences
Institut français de l’éducation
19, allée de Fontenay
69007 Lyon
Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Exposition 
11 mai – 9 juillet 2016

Bibliothèque Diderot de Lyon
5, parvis René-Descartes – BP 7000
69342 cedex 07
Du lundi au vendredi de 9h à 19h
Le samedi de 9h à 17h
Ouvert à tous publics
Visite guidée chaque jeudi à 15h

Télécharger l’affiche de l’exposition

Télécharger le programme de la journée de rencontres

Un parcours de vie, humble, extraordinaire et tragique

En janvier 1921, quand Romain Rolland se plonge dans la lecture d’une lettre découverte sur le corps d’un désespéré qui vient de tenter de mettre fin à ses jours en se tranchant la gorge, il ne sait pas encore qu’il va être l’impulsion majeure qui va faire de ce jeune homme un grand écrivain. Né à Braïla en 1884, port roumain des rives du Danube, Panaït Istrati quitte très tôt sa mère qui l’élève seule pour découvrir le monde et y faire son éducation. S’en suivent vingt années d’errance où il fait tous les métiers pour survivre – chaudronnier, peintre en bâtiment, photographe, pâtissier … De 1924 à 1927, paraissent ses premiers livres – Kyra Kyralina, Oncle Anghel, Présentation des haïdoucs… Ces œuvres font de lui un écrivain reconnu à l’échelle internationale.

« Je ne suis pas un écrivain de métier, et je ne le serai jamais. Le hasard a voulu que je sois pêché à la ligne, dans les eaux profondes de l’océan social, par le pêcheur d’hommes de Villeneuve [Romain Rolland] ».[1]

« Adrien Zograffi n’est, pour le moment, qu’un jeune homme qui aime l’Orient. C’est un autodidacte qui trouve la Sorbonne où il peut. Il vit, il rêve, il désire bien des choses. Plus tard, il osera dire que bien des choses sont mal faites par les hommes et par le Créateur ».[2]

Panaït Istrati s’engage au service des plus pauvres en Roumanie comme en France. Il accomplit le fameux voyage en URSS comme bon nombre de représentants de l’intelligentsia européenne de la première moitié du XXe siècle. A son retour son récit et ses commentaires sur son périple en Russie bolchévique condamnent clairement les crimes du système stalinien. Malgré les avertissements de son mentor Romain Rolland qui s’emploie à le dissuader de le faire, Istrati publie néanmoins en 1929 son livre Vers l’autre flamme : la confession des vaincus, considéré encore aujourd’hui comme un des grands textes à avoir montré avec lucidité et courage le vrai visage de l’URSS. Victime de la vindicte de la plupart de ses anciens compagnons qui ne lui pardonnent pas ses positions contre le stalinisme, isolé dans la Roumanie fasciste des années 1930, Istrati n’a plus les ressources nécessaires pour lutter contre la maladie, la tuberculose, qui accompagne  depuis longtemps son quotidien. Il meurt le 16 avril 1935. A Bucarest, le jour de son enterrement, le peuple roumain, contrairement au monde intellectuel et littéraire, ne l’a pas abandonné : c’est une foule immense qui suit son cercueil dans les rues de Bucarest.

Une œuvre : des paysans, des brigands et des vagabonds

Dans une veine tout à la fois sociale et poétique, et dans un cheminement littéraire très autobiographique, P. Istrati nous transporte dans la Roumanie du début du XXe siècle auprès des plus démunis, dans des paysages qui respirent la tragédie, avec des personnages tout à la fois pathétiques et cocasses, tout droit sortis des contes traditionnels roumains.

Kyra-Kyralina copiehaidoucs

Chardons-de-Baragan copie

A la découverte d’un homme et d’une époque : donner à voir, donner à lire

Illustrations d’une bibliographie qui s’appuie sur toutes les collections de notre bibliothèque, des documents présentés dans l’exposition et sur notre table de livres évoqueront les univers de Panaït Istrati, liés à la vie littéraire franco-roumaine du début du siècle dernier, à l’histoire de la Roumanie et de la France, et à nos relations avec l’URSS.

L’Association des Amis de Panaït Istrati a offert à la bibliothèque plusieurs ouvrages qui enrichissent notre approche de la vie et de l’œuvre de l’écrivain franco-roumain. Elle nous a également confié le temps de l’exposition de beaux exemples d’éditions illustrées de ses œuvres, ainsi que d’autres documents comme des cartes postales écrites de la main d’Istrati. Le parcours, éclairé par des images et des textes, s‘efforcera de faire la part belle à une œuvre traversée par les visions sensuelles et poétiques des paysages du Baragan et de l’embouchure du Danube.

« Peu avant que le Sereth arrive à l’endroit où il fait don de sa vie au Danube glouton, son lit devient une grande campagne fertile qui s’étend entre Braïla et Galatz. Pour la traverser en toute sa largeur, ses habitants qu’on nomme « ceux de l’embouchure » ne peuvent mettre moins de deux heures de chariot, tellement elle est vaste.

Les dimensions accoutumées de ce lit aussi bien que sa générosité, les vieux du pays les expliquent à leur façon. Ils disent que le Sereth avait à l’origine une âme, à l’exemple de nous autres hommes, une âme ambitieuse. Après son départ de Bucovine, ayant en cours de route séduit une belle jeune fille dont il était amoureux, l’orgueilleux Sereth décida de la conduire, par ses propres moyens, jusqu’à la mer Noire et au-delà, afin de lui montrer des pays où poussent des oranges et des grenades qui sont tout ce qu’il y a de plus beau sur la terre, mais qui, néanmoins, pâliraient de jalousie devant la splendeur de sa bien-aimée, dont le nom est Bistritsa.

Bistritsa, rivière impétueuses, étourdie, acquiesça au projet de son amant, se joignit à lui et, ensemble, ils dévalèrent, jusque dans nos parages quand, tout à coup, le Danube leur cria : « Holà ! Seules les routes peuvent se croiser, jamais les eaux ! Encore moins une rivière oserait-elle couper le corps d’un grand fleuve ! »

 

Et le Danube leur barra le chemin, comme  on voit.

C’est alors que le Serteh, furieux, se mit en devoir d’élargir son lit. Il égala celui du Danube, le dépassa même, dans son désir de porter sa maîtresse droit vers cette mer qui baigne des rivages aux fruits d’or.

Mais la lutte était inégale,  trop géante la taille du vieux fleuve. Sereth et Bistritsa, bien qu’ils formassent un seul corps, furent vaincus.

Le Danube les engloutit tous deux.

Extrait de Tsatsa Minnka, L’embouchure.

Billet rédigé par Anne Maître, responsable des fonds slaves de la BDL

[1] Les récits  d’Adrien Zograffi. Kyra Kyralina / Panaït Istrati. Paris : F. Rieder et Cie, Editeurs, 1924. Extrait de l’avant-propos écrit par l’auteur

[2] Voir note 1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *