Retour sur un événement : Istrati et Istratiens à la Bibliothèque Diderot de Lyon

  • istrati_16
    Photographie de Christian Delrue
  • istrati_17
    Reproduction de la première de couverture du numéro 11 des Cahiers Panaït Istrati, publié en 1994
  • istrati_19
    Reproduction de la première de couverture du livre d’Anatole de Monzie (1931)
  • portrait Panaït Istrati
    Panaït Istrati (1884-1935) Reproduction d’une photographie extraite du numéro 19 des Cahiers Panaït Istrati. Origine inconnue
  • istrati_4
    Christina Rakovski et Léon Trotski Reproduction numérique confiée par Christan Delrue, origine inconnue de la photographie originale
  • istrati_5
    Reproduction de la première de couverture de l’édition russe de Codine de 1925, Izdatelstvo Proletarij / Издательство Пролетарий
  • istrati_2
    De gauche à droite, Christian Delrue, président de l’Association des Amis de Panaït Istrati et Christine Boyer, directrice de la Bibliothèque Diderot de Lyon, salle de conférences de l’Institut français de l’Éducation (Photographie AM)
  • istrati_3
    Le public à la journée Istrati dans la salle de conférences de l’Institut français de l’Éducation (Photographie AM)
  • istrati_6
    Le comédien Philippe Morier-Genoud le 11 mai dans la salle de conférence de l’Institut français de l’Éducation (Photographie AM)
  • istrati_7
    Photographie Christian Delrue
  • istrati_8
    Photographie Christian Delrue
  • istrati_9
    Photographie Christian Delrue
  • istrati_10
    Photographie Christian Delrue
  • istrati_11
    Image d’une carte postale écrite par Panait Istrati et envoyée de Tiflis pendant son fameux voyage en URSS à son ami Adrien de Jong Document prêté par l’Association des Amis de Panaït Istrati
  • istrati_12
    Photographie de Christian Delrue
  • istrati_13
    La rue de la Victoire à Bucarest Reproduction d’une photographie extraite du livre La Roumanie / Marcel Monmarché, Emilie Cussac Paris : Hachette, 1937
  • istrati_14
    Reproduction de la première de couverture du livre de George Cosbuc, Poezii, publié en 1964
  • istrati_15
    Reproduction de la première de couverture du livre de Mihail Sebastian édité en 1962
  • istrati_18
    Photographie de Christian Delrue
  • istrati_20
    Reproduction de la première de couverture du livre d’Henri Barbusse (1935)
  • istrati_21
    Reproduction de la première de couverture du livre de Pierre Herbart (1937)
  • istrati_22
    Reproduction de la première de couverture du livre de Sophie Coeuré, Cousu de fil rouge
Panaït Istrati (1884-1935) Reproduction d’une photographie extraite du numéro 19 des Cahiers Panaït Istrati. Origine inconnue

Panaït Istrati (1884-1935)
Reproduction d’une photographie extraite du numéro 19 des Cahiers Panaït Istrati.
Origine inconnue

En mai 2016, pour saluer l’entrée dans sa bibliothèque numérique de l’intégralité de la revue, les Cahiers Panaït Istrati,  la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) et l’éditeur de cette revue, l’Association des Amis de Panaït Istrati, ont organisé ensemble une manifestation composée d’une journée de rencontres et d’une exposition, autour de la vie et de l’œuvre de Panaït Istrati (1884-1935), écrivain français d’origine roumaine et intellectuel engagé dans son temps.

La journée du 11 mai

La bibliothèque a eu le plaisir d’accueillir des spécialistes de l’écrivain franco-roumain qui ont évoqué son œuvre comme ses engagements politiques, et ses liens avec l’histoire de l’intelligentsia européenne dans la première moitié du XXe siècle. C’est dans la salle de conférence située dans le bâtiment de l’Institut français de l’Éducation que les organisateurs ont accueilli les intervenants et tous les participants à cet événement. Le public a répondu présent et les discussions qui ont accompagné les communications ont témoigné du grand intérêt et de la passion toujours suscités par Istrati. La journée a été inaugurée par Christine Boyer, directrice de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

De gauche à droite, Christian Delrue, président de l’Association des Amis de Panaït Istrati et Christine Boyer, directrice de la Bibliothèque Diderot de Lyon, salle de conférences de l’Institut français de l’Éducation (Photographie AM)

De gauche à droite, Christian Delrue, président de l’Association des Amis de Panaït Istrati et Christine Boyer, directrice de la Bibliothèque Diderot de Lyon, salle de conférences de l’Institut français de l’Éducation
(Photographie AM)

Le public à la journée Istrati dans la salle de conférences de l’Institut français de l’Éducation (Photographie AM)

Le public à la journée Istrati dans la salle de conférences de l’Institut français de l’Éducation
(Photographie AM)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christian Delrue, président de l’Association des Amis de Panaït Istrati, nous a embarqués dans les péripéties intenses et dramatiques de la vie de l’écrivain franco-roumain. Jean-Pierre Longre (littérature contemporaine – Université Jean Moulin Lyon 3) a fait le lien entre l’œuvre littéraire d’Istrati et les univers d’écrivains du XXIe siècle, nous invitant ainsi à découvrir des auteurs d’aujourd’hui, avec, parmi eux, des écrivains d’origine roumaine. Venu jusqu’à nous de Kiev, le chercheur et écrivain Sergueï Feodossiev a restitué les relations complexes, voire douloureuses qu’Istrati a entretenues avec l’URSS ; il nous a montré beaucoup d’images, souvent inédites, qui évoquaient en particulier certains de ses compagnons dont Christian Rakovsky, ainsi qu’un court film réalisé au moment de son voyage en URSS1. Sergueï Feodossiev nous a offert plusieurs ouvrages, dont l’un concerne la documentation soviétique sur Istrati2

Christina Rakovski et Léon Trotski Reproduction numérique confiée par Christan Delrue, origine inconnue de la photographie originale

Christina Rakovski et Léon Trotski
Reproduction numérique confiée par Christan Delrue, origine inconnue de la photographie originale

Reproduction de la première de couverture de l’édition russe de Codine de 1925, Izdatelstvo Proletarij / Издательство Пролетарий

Reproduction de la première de couverture de l’édition russe de Codine de 1925, Izdatelstvo Proletarij / Издательство Пролетарий

En début d’après-midi, le thème abordé par l’intervention d’Hélène Lenz (département d’études roumaines – Université de Strasbourg) a été celui des minorités dans l’œuvre de Panaït Istrati. Puis l’écrivain et journaliste Alain Dugrand a évoqué la place et la réception d’Istrati dans le paysage littéraire français de la deuxième moitié du XXe siècle.

Enfin Vincent Baas et Anne Maître de la Bibliothèque Diderot de Lyon ont présenté, le premier, la numérisation de la revue Les Cahiers Istrati, aujourd’hui accessible à tous  à partir du site de la bibliothèque, et la seconde, l’illustration dans les collections de la bibliothèque de l’œuvre d’Istrati et de tous les thèmes qui ont nourri le parcours de l’exposition. Tout au long de cette journée, ouverte à tous, aux istratiens avertis comme à tous ceux qui souhaitaient mieux connaître ou découvrir cet écrivain, le comédien Philippe Morier-Genoud a donné vie à ses textes en en disant plusieurs extraits. Toutes les interventions des uns et des autres ont été filmées et seront prochainement disponibles à partir de la bibliothèque numérique de la BDL.

Le comédien Philippe Morier-Genoud le 11 mai dans la salle de conférence de l’Institut français de l’Éducation (Photographie AM)

Le comédien Philippe Morier-Genoud le 11 mai dans la salle de conférence de l’Institut français de l’Éducation
(Photographie AM)

L’exposition

Photographie Christian Delrue

Photographie Christian Delrue

L’exposition installée dans le hall de la bibliothèque du 11 mai au 15 juillet 2016 avait pour objectif de célébrer l’œuvre de Panaït Istrati, de nous immerger dans son temps et d’approcher les mondes qu’il a traversés. Si la créativité de l’écrivain s’est exprimée en français, son inspiration reste principalement roumaine. Evoquer la vie d’Istrati nous entraînait donc jusqu’en Roumanie, nous plongeant dans son histoire et dans sa culture.  C’était aussi remettre nos pas dans les siens à travers son fameux voyage en URSS, et ainsi aller à la rencontre de penseurs et témoins du xxe siècle, qui avaient partagé, ou pas, ses prises de position vis-à-vis de l’URSS.

Pour réaliser cette entreprise, nous avons bénéficié de nombreux documents prêtés pour cette occasion par l’Association des Amis de Panaït Istrati – éditions illustrées des années 1930, cartes postales écrites par Istrati et envoyées à son ami Adrien de Jong… Et nous avons puisé dans les ressources de toute la bibliothèque, dans celles de ses fonds spécialisés plus particulièrement.

La vie et l’œuvre d’un roumain qui écrivait en français

Photographie Christian Delrue

Photographie Christian Delrue

Au cœur de l’exposition, s’articulaient six panneaux consacrés à Istrati. Les textes, écrits par Christian Delrue, nous racontent la vie de l’écrivain et mettent en parallèle son cheminement intime et littéraire. Quête personnelle et quête artistique s’éclairent l’une l’autre et se répondent, à travers un parcours de vie souvent éprouvant et toujours passionné, illuminé par les éblouissements de la création, et toujours porté par une soif d’amour et d’amitié jamais rassasiée. D’origine plus que modeste, autodidacte, formé quasiment seul à la langue française, Panaït Istrati publie son premier livre, Kyra Kyralina,  dans l’exil en France et en français à l’âge de 40 ans. Ce roman, et ceux qui lui, succèdent,  Codine, Oncle  Anghel, Les chardons du Baragan… rencontrent rapidement un  vif succès. Istrati explore la veine des grands romans d’apprentissage à l‘instar de ceux de son mentor, l’auteur de Jean-Christophe, Romain Rolland. Récits inspirés des contes traditionnels roumains, peinture à la fois réaliste et poétique de la vie des paysans, les aventures de son principal héros, Adrien Zoografi, nous entraînent dans la Roumanie du début du siècle, toujours au plus près des plus humbles et de ceux qui souffrent.

Photographie Christian Delrue

Photographie Christian Delrue

Ces œuvres font rapidement l’objet d’édition de prestige illustrées par des peintres et dessinateurs de renom. Plusieurs exemplaires de ces livres illustrés étaient exposés dans les vitrines, comme par exemple des exemplaires de la collection Le livre moderne illustré  des éditions Férenczi3.

Ont été présentés également des documents plus intimes, comme des cartes postales écrites par Istrati, un lot de cartes éditées en Roumanie à l’occasion du centenaire de sa naissance, représentant plusieurs portraits de l’écrivain, mais aussi de sa mère, Joita Istrati et de son oncle Dumitru Istrati.

Photographie Christian Delrue

Photographie Christian Delrue

Image d’une carte postale écrite par Panait Istrati et envoyée de Tiflis pendant son fameux voyage en URSS à son ami Adrien de Jong Document prêté par l’Association des Amis de Panaït Istrati

Image d’une carte postale écrite par Panait Istrati et envoyée de Tiflis pendant son fameux voyage en URSS à son ami Adrien de Jong
Document prêté par l’Association des Amis de Panaït Istrati

Le temps de l’exposition, nous avons aussi proposé au public une table de livres composée d’ouvrages empruntables : les œuvres de l’écrivain, des biographies et des ouvrages critiques, des documents sur les liens de l’intelligentsia occidentale avec l’Union soviétique, ainsi que sur plusieurs personnages qui ont croisé la vie de Panaït Istrati – Christian Rakovski (1873-1941), Pierre Pascal (1890-1983), Victor Serge (1890-1947) … La manifestation aura été l’opportunité d’enrichir nos ressources – la réimpression de l’ouvrage de Monique Jutrin, dont la bibliothèque possède aussi la première édition chez Maspéro, le livre de Jacques Baujard, et le dictionnaire de Dolorès Toma par exemple4. Nous avons présenté aussi l’ouvrage d’Eleni Samios-Kazantzaki. En 1935, la veuve de Nikos Kazantzakis (1883-1957) écrit en français le récit de ce voyage en URSS qu’elle et son époux ont partagé avec Istrati. Cet ouvrage est uniquement publié en espagnol au Chili en 1938. La version originale reste inédite jusqu’à la publication réalisée par les éditions Lignes en 20135.

La Roumanie 

Photographie de Christian Delrue

Photographie de Christian Delrue

La rue de la Victoire à Bucarest Reproduction d’une photographie extraite du livre La Roumanie / Marcel Monmarché, Emilie Cussac Paris : Hachette, 1937

La rue de la Victoire à Bucarest
Reproduction d’une photographie extraite du livre
La Roumanie / Marcel Monmarché, Emilie Cussac
Paris : Hachette, 1937

Nous interroger sur la place de P. Istrati dans notre bibliothèque fut aussi une belle occasion de recenser nos ressources sur la Roumanie. Les engagements d’Istrati dans son propre pays, ses prises de position vis-à-vis de la Roumanie fasciste, les textes publiés à l’extrême fin de sa vie dans la revue Croisades, sont autant d’éléments qui nous invitent à mieux connaître la vie intellectuelle et politique de la Roumanie d’avant la deuxième guerre mondiale. Sur ces sujets, les numéros de la revue Les Cahiers Panaït Istrati offrent une grande richesse d’informations6. D’autres ouvrages nous renseignent sur l’histoire du pays et sur ses écrivains. La bibliothèque abrite quelques éditions de prestige, très illustrées, , offrant des photographies prises dans les années 1920 et 1930. Elle conserve également un joli corpus roumain en langue roumaine, avec, entre autres, les œuvres de Mihail Eminescu, celle de George Cosbuc ou encore celle de Mihai Sebastian, dont le journal est un texte littéraire majeur et un document fondamental sur la vie de l’intelligentsia roumaine, alors que le pays est aux mains de la Garde de fer7.  On peut aussi trouver dans nos collections les livres du grand historien roumain Nicolae  Iorga, quelques 55 volumes de la collection Bibliotheca historica Romaniae. Studi, et des publications de Traian Sandu et Catherine Durandin8.

Nous avons découvert aussi le livre de Norman Manea, Romanian writers on writing, et celui de Leon Volovici, Nationalist ideology and antisemitism : the case of Romanian intellectuals in the 1930s9.

Enfin, nous avons profité de l’événement pour acquérir un nouveau livre de Traian Sandu publié chez Perrin en 2014, Un fascisme roumain : histoire de la Garde de fer, celui de Lucian Boia, édité aux Belles Lettres, Les pièges de l’histoire: l’élite intellectuelle roumaine entre 1930 et 1950, et aussi celui de Bernard Camboulive, Sur les pas des écrivains roumains, sorti aux  Editions Vailant en 2012.

Reproduction de la première de couverture du livre de George Cosbuc, Poezii, publié en 1964

Reproduction de la première de couverture du livre de George Cosbuc, Poezii, publié en 1964

Reproduction de la première de couverture du livre de Mihail Sebastian édité en 1962

Reproduction de la première de couverture du livre de Mihail Sebastian édité en 1962

Intelligentsia et URSS

Photographie de Christian Delrue

Photographie de Christian Delrue

Reproduction de la première de couverture du numéro 11 des Cahiers Panaït Istrati, publié en 1994

Reproduction de la première de couverture du numéro 11 des Cahiers Panaït Istrati, publié en 1994

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Compagnon de route », Panaït Istrati accomplit comme bon nombre d’intellectuels son fameux voyage en URSS dans les années 1927 et 1928. A son retour, il publie un des premiers textes majeurs qui dénoncent les crimes staliniens, Vers l’autre flamme : après seize mois dans l’URSS10. Cette attaque frontale de l’Union soviétique ne lui sera pas pardonnée par les tenants de l’orthodoxie communiste.

Grâce au fonds slave des jésuites, la bibliothèque conserve une documentation extrêmement riche sur la vision de l’URSS transmise par les Occidentaux et les Français en particulier, dès les premières années de son existence jusque dans les années 1930. Récits de voyage, reportages, témoignages, restituent le climat des années 1920 et 1930, et éclairent les prises de position des uns et des autres qui souvent s’affrontèrent pour et contre l’idéologie communiste, de ceux qui comme Istrati et Gide ont ouvert les yeux sur les horreurs staliniennes, de ceux qui se sont tu comme Romain Rolland ou qui se sont fourvoyés comme Henri Barbusse.

Photographie de Christian Delrue

Photographie de Christian Delrue

Reproduction de la première de couverture du livre d’Anatole de Monzie (1931)

Reproduction de la première de couverture du livre d’Anatole de Monzie (1931)

Reproduction de la première de couverture du livre d’Henri Barbusse (1935)

Reproduction de la première de couverture du livre d’Henri Barbusse (1935)

 

Reproduction de la première de couverture du livre de Pierre Herbart (1937)

Reproduction de la première de couverture du livre de Pierre Herbart (1937)

Plusieurs ouvrages, qui étudient ou qui évoquent la question du ralliement à la cause de l’URSS de nombreux intellectuels, sont disponibles dans le catalogue de la bibliothèque  – les livres de Sophie Coeuré et de Rachel Mazuy, les travaux  de Michael David-Fox et de Ludmila Stern,  les grands classiques que sont Le passé d’une illusion de François Furet et le livre de Fred Kupferman sur le voyage en URSS, et également le catalogue de l’exposition Intelligentsia : entre France et Russie : archives inédites du XXe siècle, pour n’en citer que quelques-uns11
.

Reproduction de la première de couverture du livre de Sophie Coeuré, Cousu de fil rouge

Reproduction de la première de couverture du livre de Sophie Coeuré, Cousu de fil rouge

L’origine des documents : des collections savantes et des parcours singuliers

L’exposition s’est appuyée sur toutes les collections de la bibliothèque, mais plus particulièrement sur celles des fonds slaves, sur celles des fonds Éducation et sur celles d’autres fonds particuliers, qui témoignent de parcours d’hommes de conviction, engagés dans leur temps, et liés par leurs activités et leurs travaux à l’histoire russe, à l’Europe centrale et orientale et au communisme.

Notre gisement documentaire s’est constitué au fil du temps ; il est le reflet des stratégies d’acquisition de nos prédécesseurs et des dons qui nous ont été prodigués. Strates successives aujourd’hui mêlées, nos différents ensembles traduisent des cheminements de transmission anciens dont le pourquoi et le comment nous échappent souvent.  Si les noms de nos donateurs s’affichent toujours sur nos sites web et dans nos catalogues, ils se sont la plupart du temps désincarnés et ont perdu leur charge évocatrice et émotionnelle. Mais, à chaque fois que nous explorons nos collections afin de documenter un thème particulier, dans nos magasins, sur nos étagères, nous venons réveiller nos « belles endormies ». Ainsi nous remettons en lumière les travaux des uns, les passions des autres, et les convictions de quelques-uns. En cherchant à éclairer un domaine, nous reconstituons des pans entiers de l’histoire de nos collections et nous remettons sur le devant de la scène tous ceux qui ont déposé leurs livres entre nos mains.

Jean-Marc Négrignat  (1948-2002)

Nous avons ainsi rencontré plusieurs références issues de la bibliothèque de Jean-Marc Négrignat. En effet, en 2003, l’ancienne bibliothèque de l’École normale Lettres et sciences humaines (ENS LSH), aujourd’hui intégrée à la BDL,  a accueilli les collections de Jean-Marc Négrignat. Docteur en sociologie politique, spécialiste du communisme, cet historien a enseigné l’histoire et la civilisation russes à l’ENS LSH. Il a travaillé sur les autobiographies d’Arthur Koestler, d’Eugen Löbl, et d’Ignazio Silone, dont les convictions  pro-communistes se sont construites dans le premier quart du xxe siècle, pour être ensuite abandonnées et condamnées. A travers l’étude de ces cheminements individuels, Négrignat s’interroge sur le conditionnement idéologique qui a conduit à ces engagements et sur le système communiste dans son ensemble. La bibliothèque de J.-M. Négrignat, entièrement signalée dans notre catalogue, témoigne des réflexions d’un homme profondément marqué par les totalitarismes ; elle donne la parole aux victimes de la Shoah et à celles du Goulag. Souvent cri de souffrance et de révolte, la voix de l’homme de lettres franco-roumain, dont la démarche et les prises de positions politiques rejoignent les interrogations de l’historien, résonne elle aussi dans cette documentation.  On y trouve en particulier l’édition de 1980, annotée par de Vers l’autre flamme, la confession des vaincus, la première édition de 1970 du livre de Monique Jutrin, et enfin la version de Kyra Kyralina, éditée en 1959 aux Presses universitaires de France12.

Béla Elek (1930-2003)

Autres miroirs du siècle passé, les livres de Béla Elek, libraire d’origine hongroise, d’obédience communiste, issu d’une famille d’immigrés juifs, illustrent des thématiques liées à la philosophie politique, à l’histoire sociale et à l’histoire des idées. Béla Elek est le frère de Thomas Elek, membre des FTP-Moi, fusillé au Mont Valérien, en même temps que Missak Manouchian et tous leurs compagnons de l’ « Affiche rouge ». Sa bibliothèque nous révèle le poids des engagements, contre le franquisme, contre le nazisme, d’un homme qui tout au long de sa vie, s’attache à essayer de comprendre ce qui a fait le lit des totalitarismes. Dans sa bibliothèque, nous croisons aussi les victimes de Staline et celles de Hitler. En 2004, la bibliothèque universitaire Lettres et Sciences humaines se porte acquéreur du fonds de Béla Elek, mis en vente par sa veuve. C’est dans le fonds Béla Elek que nous trouvons la première biographie écrite en français de l’écrivain franco-roumain, Panaït Istrati : vagabond de génie, écrite par Edouard Raydon, l’un des membres fondateurs de l’Association des Amis de Panaït Istrati. Cette publication inaugure de belle manière une période de renaissance pour le rayonnement de l’œuvre d’Istrati.

Cornelis van Schooneveld (1921-2004)

Nos investigations nous amènent aussi à nous plonger dans la documentation amassée par le linguiste Cornelis van Schooneveld,  spécialiste des langues de la Russie et de l’Europe centrale et orientale. D’origine hollandaise, ce dernier étudie les langues et littératures slaves à l’université de Leiden, puis  aux Etats-Unis à l’université de New-York, à Columbia auprès de Roman Jakobson. Ensuite il rentre aux Pays-Bas enseigner les langues balto-slaves à Leiden. Il revient plus tard aux Etats-Unis pour enseigner à Stanford en Californie et à Bloomington dans l’Indiana. Si son intérêt pour les langues slaves domine, ses recherches le conduisent à étudier la plupart des langues de l’Europe centrale et orientale, dont le roumain.

Sa bibliothèque, riche d’environ 14 000 documents, monographies et fascicules de périodiques, nous a été donnée en 2004 par sa veuve Dorothy van Schooneveld. Sur deux étagères d’un magasin, on peut découvrir, non encore catalogués, un petit corpus de littérature roumaine, en roumain. Nous avons là des exemplaires édités dans les  années 1950 et 1960. Certains de ces livres sont écrits par des contemporains d’Istrati, comme Camil Petrescu et Mihail Sebastian ; d’autres sont les œuvres de grands auteurs classiques de la littérature roumaine, tel le poète Mihai Eminescu que Panait Istrati a lu dans son enfance et qu’il appréciait beaucoup.

Le fonds slave des jésuites

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve depuis 2002 une bibliothèque jésuite fondée par des exilés russes du xixe siècle et par des émigrés russes d’après 1917, et qui lui a été confiée en dépôt pour 50 ans.

Née de la vision missionnaire de son premier fondateur, l’aristocrate Ivan Sergueievitch Gagarine (1814-1882), prince russe converti au catholicisme, cette bibliothèque, aujourd’hui appelée fonds slave des jésuites, rassemble plus de 100 000 documents sur la civilisation russe et le monde slave – Moscovie, Russie impériale, révolutions, émigration, URSS et Fédération de Russie, Europe centrale et orientale, sphère soviétique et environnement post 1991. Constituée par des hommes de sciences qui restent des hommes de foi, elle accorde une large place à tous ceux qui s’opposent aux diktats soviétiques. Elle est aussi largement abondée par des émigrés qui ne cessent de vouloir accumuler toutes les publications possibles qui concernent leur pays, qu’ils se sont donné pour mission de continuer à faire exister hors-frontières. Ainsi trouve-t-on dans le fonds jésuite les publications des dissidents et résistants de tout bord à la doxa soviétique, et la plupart des ouvrages parus en France entre les deux guerres, en français comme en russe, publications scientifiques et « grand public », qui touchent de près ou de loin la Russie, son histoire et sa culture. Une documentation abondante permet donc d’éclairer le  climat de tension permanente dans lequel s’expriment les intellectuels, compagnons ou adversaires de P. Istrati.

Pour compléter cette présentation, on peut télécharger le catalogue de l’exposition qui restitue tout le contenu des vitrines et des panneaux. Ce catalogue comporte également le texte intégral écrit par Christian Delrue sur la vie et l’œuvre d’Istrati, ainsi que la liste des références bibliographiques, recensement le plus complet possible, mais non exhaustif, des  ressources de la Bibliothèque Diderot de Lyon sur l’écrivain franco-roumain et sur les thématiques abordées par l’exposition.

On peut aussi consulter le site web de l’Association des Amis de Panaït Istrati, ressource extrêmement riche sur l’écrivain, sur sa vie et sur son œuvre : http://www.panait-istrati.com/

L’Association édite aujourd’hui la revue, Le Haïdouc, dont elle offre les exemplaires à la bibliothèque. Les deux prochains numéros sont déjà annoncés : le premier, attendu pour fin-octobre comportera, entre autres, un article sur Victor Serge et Istrati ; le second prévu pour le premier semestre 2017, contiendra la transcription des interventions de la journée du 11 mai.

Consulter le catalogue de l’exposition Panaït Istrati d’hier à aujourd’hui (11 mai – 9 juillet 2016)

Billet rédigé par Anne Maître

  1. Ce film peut être visionné à partir du site de l’Association des Amis de Panaït Istrati : http://www.panait-istrati.com/ []
  2. Panait Istrati : omul care nu aderă la nimic : documente din Rusia Sovietică / Editie alcaluita, note si comentari de Zamfir Balan ; selectia documentoelor din presa sovietica : Serghei Fedodosiev ; traducere din limba rusa : Livia cotorcea. – Brăila : Editura Istros, Muzeul Brăilei Cas Memoriala « Panait Istrait », 1996 2 volumes []
  3. Les Chardons du Baragan illustré par Maurice Delavier (1929), Kyra Kyralina illustré par Ambroise Thébault (1932), Oncle Anghel illustré par Michel Jacquot (1933), Présentation des Haïdoucs illustré par Valentin Le Campion (1934), et Domnitza de Snagov illustré par François Quelvée (1935 []
  4. Monique Jutrin, Panaït Istrati, un chardon déraciné : écrivain français, conteur roumain Paris : François Maspéro, 1970
    Monique Jutrin, Panaït Istrati, un chardon déraciné, Montreuil : Éd. l’Échappée, DL 2014
    Jacques Baujard, Panaït Istrati : l’amitié vagabonde, Paris : Éditions Transboréal, DL 2015, cop. 2015
    Dolores Toma, Panaït Istrati de A à Z, Francfurt am Main : Peter Lang, 2014 []
  5. Eleni Samios-Kazantzaki, La véritable tragédie de Panaїt Istrati ; textes établis par Anselm Jappe & Maria Teresa Ricci ; présentation, notes et postface d’Anselm Jappe ; note bibliographique de Daniel Lérault, [Fécamp] : Lignes : Imec, DL 2013, cop. 2013 []
  6. On peut consulter en particulier le numéro 6, Panaït Istrati et « La croisade du Roumanisme » : écrits politiques 1934-1935, publié en 1989 []
  7. Mihail Eminescu (1848-1889), Poezii ; ediţie îngrijită de Perpessicius, cuvînt înainte de Mihai Beniuc, Bucureşti : Editura de stat pentru literatură şi artă, 1960
    George Cosbuc (1881-1918), Poezii, București : Editura Tineretului, 1964
    Mihail Sebastian (1907-1945), Journal : 1935-1944 ; traduit du roumain par Alain Paruit ; préface d’Edgar Reichmann, Paris : Stock, impr. 2007 []
  8. Nicolae Iorga (1871-1940), Histoire des Roumains et de la romanité orientale, 5 volumes publiés par l’Académie roumaine en 1937
    Bibliotheca historica Romaniae. Studii, collection dirigée par Stefan Pascu (1914-1998), Ştefan Ştefănescu‎ et
    Miron Constantinescu (1917-1974), Bucureşti : Editura Academiei R.S. România, 1963
    Traian Sandu, Histoire de la Roumanie, Paris : Perrin, 2008
    Catherine Durandin, Histoire des Roumains, Paris : Fayard, 1995 []
  9. Norman Manea, Romanian writers on writing, San Antonio, Tex. : Trinity University Press, cop. 2011
    Leon Volovici, Nationalist ideology and antisemitism : the case of Romanian intellectuals in the 1930s, Oxford : Pergamon press, 1991 []
  10. Panaït Istrati, Vers l’autre flamme : après seize mois dans l’URSS, Paris : éditions Rieder, 1929 []
  11. Sous la direction de Sophie Coeuré et de Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge, Paris : CNRS, 2012

    Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir : voyages en Russie soviétique (1919-1939), Paris : O ; Jacob, 2002
    Michael David-Fox, Showcasing the great experiment : cultural diplomacy and Western visitors to Soviet Union, 1921-1941, Oxford ; New York : Oxford University Press, cop. 2012
    Ludmila Stern, Western intellectuals and the Soviet Union : 1920-40 : from Red Square to the Left Bank London : New York, NY : Routledge, 2007
    François Furet, Le passé d’une illusion : essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris : R. Laffont : Calmann-Lévy, DL 1995, cop. 1995
    Fred Kupferman, Au pays des Soviets : le voyage français en Union soviétique, 1917-1939 / [choix de textes] présenté par Fred Kupferman, Paris : Gallimard : Julliard, impr. 1979, cop. 1979
    Sous la direction de Véronique Jobert et de Lorraine de Meaux, Intelligentsia : entre France et Russie : archives inédites du XXe siècle ; avec le concours d’Isabelle Nathan ; préface d’Hélène Carrère d’Encausse, Paris : Beaux-arts de Paris, Les éditions : Institut français, 2012 []

  12. P. Istrati, Vers l’autre flamme : après seize mois dans l’U.R.S.S., 1927-1928, confession pour vaincus ; introduction de Marcel Mermoz, Paris : Union générale d’éditions, 1980
    Monique Jutrin-Klener, Panaït Istrati, un chardon déraciné : écrivain français, conteur roumain, Paris : F. Maspéro, 1970
    P. Istrati, Kyra Kyralina : Les récits d’Adrien Zograffi ; préface de R. Rolland, Paris : Presses Universitaires de France, [1959], c1923 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *