Ivan Bilibine : l’art d’illustrer

  • bilibine_1
  • bilibine_2
  • bilibine_3
  • bilibine_4
  • bilibine_5
  • bilibine_6
  • bilibine_7
  • bilibine_8
  • bilibine_9
  • bilibine_10
  • bilibine_11
  • bilibine_12
  • bilibine_13
  • bilibine_14
  • bilibine_15

bilibine_1Ivan Yakovlevicth Bilibine / Иван Яковлевич Билибин (1876-1942) est un illustrateur russe né à St Pétersbourg. Nous possédons peu d’informations sur sa formation, mais ses sources d’inspiration se reflètent dans l’ensemble de son œuvre. Le passé de son pays, les contes, l’art traditionnel et populaire russe sont au cœur de son travail. Ses dessins et sa technique se sont également inspirés de nombreux artistes dont Viktor Vasnetsov1 pour ses tableaux épiques, Alexandre Afanassiev2 pour ses dessins satiriques, ou encore Akseli Gallen-Kallela3 pour ses compositions monumentales.

 

bilibine_2Bilibine reste essentiellement connu pour ses illustrations de contes, mais son œuvre est bien plus riche. Il a en effet participé à la création de décors et de costumes pour le théâtre et s’est essayé à la peinture de paysages et de portraits.
Ses premières aquarelles inspirées des contes populaires sont réalisées lors d’un voyage en 1899 dans la province de Tver, caractérisée par ses forêts impénétrables, ses rivières et ses lacs mystérieux.

 

 

Tandis qu’il prend des cours de dessin avec Répine4, il commence à travailler à l’illustration d’une série de contes publiés par l’Hôtel des Monnaies. Son style se distingue rapidement de celui de ses contemporains par ses motifs ornementaux fantaisistes et ses couleurs décoratives, moyens par lesquels il transforme même les scènes de genre en un monde enchanté.

Les dessins réalisés pour le conte le Canard blanc montrent l’expérience croissante de Bilibine : il insère de petits détails sans briser l’harmonie générale, il choisit une gamme limitée de couleurs qu’il rehausse de petites touches plus colorées et joue des contrastes entre tons froids et tons chauds.

bilibine_3

Vers 1898 Bilibine se rapproche du « Monde de l’Art » (« Mir Iskousstva »), un groupe qui réunit artistes et hommes de lettres pétersbourgeois ; il fait paraître une revue et organise des expositions. Le but de ce groupe est de promouvoir une synthèse des différentes branches de l’art. Ces artistes s’intéressent en particulier au livre et au décor de théâtre. C’est notamment grâce à eux que Bilibine étudie l’héritage culturel de la Russie. Il va en particulier s’enthousiasmer pour l’ornementation miniaturisée et l’éclat des coloris qui caractérisaient le XVIIe siècle russe et qu’il retrouve dans l’art populaire. Il va d’ailleurs publier une série d’articles sur l’art populaire dans le cadre de ses activités au sein du « Monde de l’art ».

Le travail de Bilibine s’appuie sur une recherche documentée ainsi que sur les informations tirées de ses expéditions. Pour autant il n’hésite pas à dépasser les caractéristiques strictement historiques afin de recréer son propre univers enchanté. Il s’inspire de la vieille Russie ainsi que de folklores d’origines diverses, se référant au principe d’influence réciproque subie par les folklores. C’est pourquoi il se plaît à mêler motifs russes et orientaux, malgré les critiques de spécialistes qui attendent des représentations plus conformes à la réalité.

Bilibine s’affirme dès ses débuts en tant qu’illustrateur de livres et cherche les procédés graphiques appropriés pour que chaque illustration s’insère dans un « tout organique »5. Il emprunte aux broderies, aux tissus imprimés, au loubok6 et à l’icône afin de donner l’illusion du merveilleux et de ressusciter l’ancien temps russe. Son but est aussi de créer un langage nouveau qui serait un langage graphique.

bilibine_4Il trouve parfois l’inspiration dans le style de la xylographie japonaise comme en témoigne  la scène du tonneau balloté par la mer, inspirée des Vagues de Hokusaï.

 

 

 

 

C’est à partir des illustrations du conte du Coq d’or (1906-1907) que l’on peut considérer que le style de Bilibine est parvenu à maturité. Les éléments tirés de ses différentes sources d’inspiration fusionnent et s’harmonisent.

De manière générale, ses illustrations sont remarquables tant par leur ornementation ouvragée, leurs combinaisons de couleurs raffinées que par l’habileté de l’artiste à faire vivre à nos yeux un monde légendaire.
Il enlumine de nombreux albums pour les enfants, et ses contes de fées étaient envoyés gracieusement aux enfants du Tsar jusqu’en 1917. Ses livres ont été constamment réédités pendant l’époque soviétique et ont suscité de nombreux travaux bibliographiques.

bilibine_5

bilibine_6

 

 

 

 

 

 

 

 

Bilibine fait ses débuts au théâtre en 1904, et son travail pour l’édition passe au second plan. Il commence par créer des décors et des costumes pour la Snegourotchka de Rimski-Korsakov. Il s’inspire de la réalité historique pour ses costumes d’époque, mais s’affranchit du style russe pour ses décors, qu’il emprunte parfois au XVIIe siècle français, notamment pour Le mystère en un acte de Sollogoub.
Sa plus grande réussite a été le décor réalisé pour le Coq d’or de Rimski-Korsakov en 1909. Voyant dans le conte du Pouchkine un pamphlet contre le pouvoir absolu, il sabote la dimension majestueuse et romantique des décors et caricature les costumes, le maquillage et les personnages pour produire des effets satiriques.

bilibine_7

bilibine_8

 

 

 

 

 

 

 

 

La composition du décor réalisé pour le deuxième acte, mettant en scène la tente de la princesse, est particulièrement intéressante. Au premier plan, un paysage de montagnes en étages qui finalement se perd sous la voûte, et de derrière surgissent des touffes de verdure, des sapins ployés comme pour opiner du chef. Les coulissent semblent reculer vers la pénombre, entourée de rochers qui se perdent dans les nuages, et éclairée par le disque lunaire. Devant la tente de la princesse, en position centrale et surélevée, est aménagé un espace libre destiné aux acteurs. Cette mise en scène a influencé les décorateurs qui ont repris par la suite Le Coq d’or, et ceux qui ont créé des décors d’après d’autres contes, à la manière du loubok adopté par Bilibine. Au début du XXe siècle, les peintres ont joué un rôle important dans les recherches scéniques, contribuant ainsi à rendre les spectacles plus parlants et cohérents.

bilibine_9

Bilibine s’inspire de plus en plus de la nature dans ses œuvres, et notamment dans ses peintures. Parmi ses travaux les plus poétiques figurent des aquarelles de la forêt russe en hiver et au début du printemps.

bilibine_10« La neige, il la rend tangible en laissant sur la feuille des blancs, en appliquant des bleus, des roses nuancés et tendres sur lesquels contrastent les taches de brun vert de la forêt et bleu gris des eaux. Cet aspect lyrique de son œuvre n’est pas toujours perçu chez l’illustrateur ou le décorateur. »7

bilibine_11

L’artiste dessine essentiellement des paysages et des portraits, parfois au fusain, parfois en couleur, et il s’essaie également à la peinture à l’huile. Ces tableaux sont pour la plupart réalisés lors de voyages en Crimée, au Caire, ou même en France lorsqu’il choisit de quitter la Russie.

bilibine_12

bilibine_13

 

 

 

En effet, durant la révolution de 1905, il collabore et milite en participant à des revues satiriques d’opposition. Puis il émigre en Egypte en 1918 pour finalement s’installer en France en 1925. Là il dessine des décors pour des opéras russes chantés par Chaliapine8 et illustre des livres pour enfants en français. C’est à cette époque qu’il réalise les illustrations d’albums du Père Castor dont le Conte du petit poisson d’or, vieux conte populaire russe raconté par Rose Celli, et Le Tapis volant. Ce dernier a été considéré comme l’ : « Un des plus merveilleux contes des Mille et une Nuits,… somptueusement enluminé par Ivan Bilibine. La scrupuleuse authenticité des décors et des costumes, la justesse d’expression des personnages, font des grandes illustrations en couleur de cet album toute une imagerie de l’Ancien Orient »9.
Bilibine retourne finalement à Leningrad en 1936 et il y finira ses jours.

bilibine_14

bilibine_15

 

 

 

 

 

 

 

 

« Si on la prend dans son ensemble, son œuvre reste égale à elle-même, puisant son énergie dans un amour, absolument dénué de chauvinisme, pour la Russie et pour l’art populaire, dans une foi romantique du rôle fondateur de la beauté »10.

Billet rédigé par Émilie Bleschet (département Patrimoine et Conservation de la Bibliothèque Diderot de Lyon)

Origine des illustrations

Par ordre d’apparition dans le billet, les reproductions sont extraites des documents suivants :

  • 1, 2, 4, 07, 08, 09, 10, 11, 12, 13 : Ivan Bilibine / Sergueï Golynets, Editions d’art Aurora, 1988
  • 3, 5 : Contes de l’isba / Traduction de Mme H. Isserlis et Mlle B. Auroy ; enluminures d’Ivan Bilibine. – Paris : Boivin et Cie, Editeurs, 1931
  • 6: Василиса Прекрасная / рисунки И. А. Билибина. – [С.-Петербург] : Изданіе экспедиціи заготовленія Государственныксъ бумагъ, [1902?]
  • 14 : Conte du petit poisson d’or / Rose Celli ; d’après les illustrations de J. Bilibine. – Paris : Flammarion, 1943
  • 15 : Le Tapis volant, le tuyau d’ivoire et la pomme magique : Conte des Mille et une nuits, enluminé par Ivan Bilibine, raconté par Marguerite Reynier / Marguerite Reynier. – Paris : Flammarion, 1935

Bibliographie

  • Ivan Bilibine / Sergueï Golynets, Editions d’art Aurora, 1988
  • Dictionnaire des illustrateurs de livres d’enfants russes (1917-1945) / Françoise Lévèque et Serge Plantureux, 1997
  • Vassilissa-La-Très-Belle / [images de I. Bilibine] ; [traduit du russe par Luda]. – [Paris] : Editions La Farandole, impr. 1976, cop. 1976
  • Moscou / Maurice Percheron, Nathan, 1947
  • Conte du petit poisson d’or / Rose Celli, Flammarion, 1943
  • Moscou / Maurice Percheron ; illustrations I. Bilibine. – Paris : F. Nathan, 1936
  • Le Tapis volant, le tuyau d’ivoire et la pomme magique : Conte des Mille et une nuits, enluminé par Ivan Bilibine, raconté par Marguerite Reynier / Marguerite Reynier, Flammarion, 1935
  • Contes de l’isba / Traduction de Mme H. Isserlis et Mlle B. Auroy ; enluminures d’Ivan Bilibine. – Paris : Boivin et Cie, Editeurs, 1931

Pour les russophones :

  • И. Я. Билибин в Египте, 1920-1925 : письма, документы и материалы / [составление, предисловие и примечания, В. В. Беляков ; ответственный редактор В. И. Шеремет], 2009
  • Статьи, письма, воспоминания о художнике / Иван Яковлевич Билибин ; редактор-составитель, автор вступит. статьи и коммент. С.Б. Голынец, 1970
  • Сказка о царе Салтане, о сыне его славном и могучем богатыре князе Гвидоне Салтановиче и о прекрасной царевне Лебеди / А. С. Пушкин ; рисунки И. Билибина, 1949
  • Шарманка / В. Корсакъ ; обложка работы худ. И. Я. Билибина, 1937
  • Хрестоматія по исторіи русской литературы. Часть II, литературы XVIII-ый вѣкъ : примѣнительно къ программамъ средныхъ учебныхъ заведеній / Составилъ … П. М. Бицилли ; обложка работы И. Я. Билибина, 1932
  • Русская земля : альманахъ для юношества (ко дню русской культуры) / [И.Бунин, А. Куприн, И. Шмелев, А. Ремизов, М. Осоргин, В. Зензинов, А. Яблоновский, А. Черный, Г. Флоровский, И. Лаговский, И. Билибин, В. Зенковский, Б. Вишеславцев ; под редакцѝей А.М. Чернаго и В.В. Зе̌ньковскаго, А. Д. Александрович], 1928
  • Царевна лягущка / Рисунки И. Я. Билибина. – Санкт-Петербург : Изданіе Экспедиціи заготовленія государственныхъ бумагъ, 1901
  • Сказка об Иванѣ-царевичѣ, жаръ-птицѣ и о сѣромъ волкѣ / рисунки И. Я. Билибина. – С.-Петербургъ : Изданіе Экспедиціи заготовленія государственныхъ бумагъ, 1901
  • Василиса Прекрасная / рисунки И. А. Билибина. – [С.-Петербург] : Изданіе экспедиціи заготовленія Государственныксъ бумагъ, [1902?]
  • Сестрица Аленушка и братецъ Иванушка ; Бѣлая уточка / рисунки И. А. Билибина. – С.-Петерсбургъ : Экспедиція заготовленія гос. бумаг, [1903]
  • Сказки. Сказка об Иване-царевиче, Жар-птице и о сером волке / [Обработка текста и редакция А. В. Вансловой] ; pисунки И.Я. Билибина. – Москва : Гознак, 1965
  • Сказки. Перышко Финиста Ясна-Сокола / [обработка текста и редакция А. В. Вансловой] ; рисунки И. А. Билибина. – Москва : Издание главного управления « Гознак » министерства финансов СССР, 1967

  1. Viktor Mikhaïlovitch Vasnetsov / Виктор Михайлович Васнецов (1848-1926) : artiste russe qui se spécialisa dans les représentations mythologiques et historiques []
  2. Alexandre Nikolaïevitch Afanassiev / Александр Николаевич Афанасьев (1826 – 1871) : folkloriste russe mais surtout rassembleur et éditeur de contes populaires russes. Il a rassemblé et publié presque six cents contes traditionnels ce qui lui a valu d’être comparé aux frères Grimm. []
  3. Akseli Gallen-Kallela (1865-1931) de son vrai nom Axel Waldemar Gallen est un peintre et graveur finlandais de la fin du XIXᵉ et du début du XXᵉ siècle. []
  4. Ilia Iefimovitch Répine / Илья Ефимович Репин  (1844-1930) : un des principaux peintres et sculpteurs russes du mouvement artistique Ambulants. Une part importante de sa création est consacrée à son Ukraine natale. Ses œuvres réalistes expriment souvent une critique cinglante de l’ordre social. []
  5. Ivan Bilibine / Sergueï Golynets. Léningrad : Editions d’art Aurora, 1988 []
  6. Le loubok, en russe Лубок, est une estampe populaire russe, généralement gravée sur bois, composée par des graphismes simples et narratifs, inspirés de la littérature, d’histoires religieuses ou populaires. []
  7. Ivan Bilibine / Sergueï Golynets, 1981. p.18 []
  8. Fiodor Ivanovitch Chaliapine (1873 -1938), est un chanteur d’opéra et acteur russe qui avait également un grand talent pour le dessin. []
  9. Catalogue d’Etrennes de Flammarion, 1936. []
  10. Ivan Bilibine / Sergueï Golynets, 1981. p.21 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/04/2017

    […] personnel et remarquable, on peut citer Victor Vasnetsov, Mihkail Vroubel, Sergueï Malioutine et Ivan Bilibine6. Mais on peut certainement dire que leurs illustrations ne leur ont pas permis de s’approcher de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *