Claude Kastler : la passion des livres, des langues et de l’enseignement

Claude Kastler dans une librairie parisienne [Photographie de Lioudmila Kastler]

Claude Kastler dans une librairie parisienne
(Photographie de Lioudmila Kastler)

Claude Kastler, éminent slaviste français, disparu le 16 juin 2011, a laissé auprès de tous ceux qui l’ont connu, le souvenir d’une personnalité charismatique et rayonnante, d’un homme passionné par les cultures et les langues, possédant une érudition légendaire et un extraordinaire talent pédagogique.

La transmission du savoir constituait incontestablement le sens de sa vie. Cette vocation pour l’enseignement, Claude Kastler l’a sans doute héritée de ses parents. Né le 30 mai 1936 près de Bordeaux dans une famille d’enseignants, il a grandi dans le culte du savoir : son père, Alfred Kastler, normalien et agrégé, un des plus brillants professeurs à l’ENS de la rue d’Ulm, se verra attribuer en 1966 le prix Nobel de physique pour ses travaux dans le domaine de la physique optique ; sa mère, Elise Cosset, normalienne et agrégée elle aussi, était professeur d’histoire et de géographie au lycée Fénelon à Paris. Son frère aîné, Daniel Kastler, deviendra professeur de mathématiques à l’Université de Marseille, alors que sa sœur, Mireille Kastler, fera une carrière de médecin ophtalmologiste à Paris.

Selon le témoignage de Mireille, dans son enfance, son petit frère n’était pas très intéressé par les jouets. Observant ses parents, son frère et sa sœur plongés dans leurs lectures, Claude accède très tôt au monde des livres, un monde qui lui paraît fascinant, magique et sacré. Quand il devient adolescent, il dépense son argent de poche à l’achat de petits livres d’art chez les bouquinistes des quais de Seine. C’est ainsi que naît cette grande passion pour les livres qu’il conservera toute sa vie. Source de plaisir intellectuel certes, la lecture lui permettra surtout d’élargir la sphère de ses connaissances qu’il se donnera plus tard pour mission de transmettre à ses étudiants. Car Claude Kastler s’intéresse à de nombreuses sciences humaines : langues et littérature, histoire et géographie, philosophie et théologie, histoire de l’art, musicologie, botanique, etc. Il est en quelque sorte un continuateur des encyclopédistes du siècle des Lumières.

Photographie de Claude Kastler

Photographie de Claude Kastler

Une autre grande passion de Claude Kastler était les langues qui l’attirent depuis son enfance. Dans l’entourage cosmopolite de sa famille, il côtoyait des personnes qui parlaient d’autres langues que le français. A commencer par son père, né en Alsace et marqué par deux cultures, allemande et française, qui était non seulement un physicien, mais aussi un poète de langue allemande. Son recueil de poèmes écrits en allemand à diverses périodes de sa vie fut publié en 1970 sous le titre «Europe, ma patrie», suivi du sous-titre en allemand « Deutsche Lieder eines französischen Europäers ». Claude se tourne donc tout naturellement vers l’allemand et la littérature allemande. Plus tard, il s’intéressera aussi à l’alsacien.

Au lycée Montaigne, il s’enthousiasme pour les langues anciennes, le latin, bien sûr, et le grec ancien, tout particulièrement. Il garde en mémoire toutes les histoires de la mythologie grecque que sa sœur lui contait lorsqu’il était petit, mais il est surtout fasciné par l’harmonie de cette langue ancienne et sans doute par l’aspect inhabituel de l’écriture grecque qu’il recherchera plus tard dans la graphie des langues slaves, du russe avant tout. Son camarade de classe, Michel, était le fils d’Ida Karskaïa, artiste peintre d’origine russe. Ayant perçu chez Claude une  grande curiosité pour la langue russe, celle-ci proposa de lui donner des leçons particulières. Ida Karskaïa avait une méthode originale : elle enseignait le russe à travers la poésie. C’est ainsi que l’un des premiers textes en russe que Claude apprit à l’âge de 14 ans, sans connaître encore toutes les difficultés grammaticales de cette langue mélodieuse, fut un poème de Mandelstam, qui restera à jamais un de ses poètes de prédilection. Et à chaque fois, ce sera par le biais d’un attachement sentimental et émotif qu’il se lancera dans l’étude d’une nouvelle langue, que ce soit l’allemand, le russe, le tchèque, le polonais, l’italien, etc. Mais il avait aussi une bonne perception auditive, étant très doué pour la musique et jouant lui-même du violoncelle. Sa « mémoire d’éléphant » l’aidait aussi beaucoup dans sa démarche polyglotte. Enfin, grâce à son goût pour la conversation et les échanges, il considérait les langues non seulement comme l’objet de ses recherches linguistiques, mais surtout comme un moyen de communication avec les représentants des autres cultures. Ce n’est donc pas un hasard si dans les grammaires des trois langues slaves qu’il a rédigées, tchèque, russe et polonaise, l’aspect communicatif est mis au premier plan.

Ses études se poursuivent au lycée Louis-le-Grand où il fait deux Khâgnes ; il obtient ensuite à la Sorbonne une licence d’allemand et une licence de russe, tout en commençant l’étude de la langue tchèque. En 1959, il reçoit une bourse du ministère des Affaires étrangères pour étudier pendant un an à la Faculté des lettres à l’Université de Moscou. En 1961, il est brillamment reçu à l’agrégation de russe (sa seconde langue slave, obligatoire à l’époque pour les russisants, était le tchèque) et apprend sa nomination en tant que professeur de russe au lycée du Parc à Lyon. Le professeur Claude Robert, qui fonde en 1962 une section de russe à l’Université de Grenoble, l’invite à assurer des cours de russe parallèlement à son activité au lycée du Parc. Puis à partir de la rentrée 1964, il est mis à disposition de l’enseignement supérieur. Dès lors, toute la carrière universitaire de Claude Kastler sera liée à Grenoble : il y devient d’abord assistant au département de russe et d’études slaves, puis, plus tard, professeur des universités et directeur du Centre d’études slaves contemporaines de l’Université Stendhal-Grenoble3.

Claude Kastler à l’université Stendhal en 2003 (Photographie de Lioudmila Kastler)

Claude Kastler à l’université Stendhal en 2003
(Photographie de Lioudmila Kastler)

Enseignant «passionné et passionnant»1, il s’adonne avec enthousiasme à l’enseignement du russe dans tous ses aspects : grammaire, littérature, culture et civilisation. Pendant vingt ans, il se consacre à la mise en œuvre d’une programmation pédagogique en vue d’organiser une préparation en quatre ans au CAPES de russe à Grenoble. Des résultats notables sont enregistrés avant que le nombre de places ne diminue sensiblement.

Durant les années 1960, Claude Kastler s’est rendu plusieurs fois en URSS en tant qu’interprète (par exemple, à l’Exposition française à Moscou de 1961), mais aussi en qualité de chercheur. Le sujet de sa thèse était l’œuvre d’Alexandre Voronski, critique littéraire, écrivain et rédacteur en chef de la revue littéraire Krasnaja nov’, très renommée dans les années 1920. Faisant partie de l’opposition au régime de Staline, Voronski périt, comme beaucoup d’autres, sous le rouleau compresseur répressif lors des purges staliniennes. Dans le cadre de cette recherche, Claude Kastler se rapproche de la revue littéraire libérale Novyj mir, tout un symbole de la période du Dégel, dont certains collaborateurs très connus, comme Igor Vinogradov, deviendront ses amis fidèles. Il entretient aussi des liens d’amitié avec Galina Voronskaïa, la fille d’Alexandre Voronski, qui passa plusieurs années au Goulag. Plus tard, il fera connaissance avec la petite-fille de Voronski, Tatiana Issaeva, née à Kolyma. Des conversations très franches avec ces personnes lui ont permis de comprendre beaucoup de choses qui étaient tues en URSS et lui ont fait perdre définitivement ses illusions. Il rédige alors son cours magistral «La genèse du stalinisme» et son cours sur la poésie russe à travers l’œuvre de M. Tsvétaeva, B. Pasternak, O. Mandelstam. Plus tard, en 2000, il publiera son ouvrage «Alexandre Voronski. Un bolchévique fou de littérature»2 qu’il dédiera à Galina. Claude Kastler a transmis aux Fonds slaves de la bibliothèque Diderot de Lyon l’ensemble des archives Voronski qu’il a pu rassembler lors de ses séjours à Moscou, en Allemagne et en Suède.

Première de couverture du livre de C. Kastler sur Alexandre Voronski

Première de couverture du livre de C. Kastler sur Alexandre Voronski

En 1968, il commence à donner des cours de langue tchèque. En effet, une des raisons de sa venue à l’Université de Grenoble, outre son désir ardent d’y ouvrir le CAPES de russe, était la possibilité d’enseigner non seulement le russe mais également le tchèque3. Les circonstances dans lesquelles ces enseignements furent initiés sont décrites dans l’introduction de sa grammaire tchèque, laquelle est née « de l’enthousiasme que provoquait le printemps de Prague 1968 et de la rage impuissante suscitée par l’invasion du pays le 21 août de la même année »4. Il faut dire que Claude Kastler, comme nombre de jeunes intellectuels français à une certaine époque, était engagé dans le PCF, qu’il quitte au lendemain de l’invasion de Prague par les tanks soviétiques. En septembre 1968, il organise un stage d’étude intensif de langue tchèque avec une vingtaine d’étudiants grenoblois et rédige très vite sa première grammaire de tchèque en voulant apporter ainsi son soutien aux Pragois. Cette grammaire «anti-tank» (comme il l’a baptisée lui-même) a été publiée plus tard aux éditions Ophrys. Éditée deux fois, elle reste un ouvrage de référence pour les linguistes français et toute personne désireuse d’apprendre à fond la langue tchèque.

Première de couverture de la grammaire tchèque, éditée en 1995 chez Ophrys

Première de couverture de la grammaire tchèque, éditée en 1995 chez Ophrys

La principale préoccupation de Claude Kastler était de perfectionner ses enseignements, de faire progresser ses étudiants en langues et de leur inculquer l’intérêt pour la culture, en général, et les cultures slaves, en particulier. Il incarnait un type d’enseignant-artiste, pour qui chaque cours était une petite représentation théâtrale. Dans son approche pédagogique, il suivait les préceptes de Comenius, le grand pédagogue et philosophe tchèque qui préconisa, et en cela ce fut un précurseur de la pédagogie moderne, l’utilisation de l’image et du jeu dans l’apprentissage des langues et le principe d’«apprendre en s’amusant». Ce n’est donc pas un hasard si, en 1992, la médaille Comenius fut décernée à Claude Kastler à l’Ambassade de Tchécoslovaquie en France pour ses activités scientifiques et pédagogiques dans le domaine de la langue tchèque5.

Le certificat de la médaille Comenius décernée à C. Kastler Photographie de Lioudmila Kastler

Le certificat de la médaille Comenius décernée à C. Kastler
(Photographie de Lioudmila Kastler)

En 1971-1973, il rédige sa « Grammaire insolite de la langue russe. Syntaxe et communication » qui restera non-publiée, mais qui se diffusera auprès de ses étudiants et de ses collègues russisants sous forme de tapuscrit de l’Université Stendhal. Tous se souviennent de la générosité et de la simplicité qui étaient les siennes quand il expliquait les aspects les plus difficiles de la grammaire russe dans ses cours.

Première de couverture de la grammaire de russe, édition de 1993

Première de couverture de la grammaire de russe, édition de 1993

Toujours fidèle à sa passion de découvrir de nouvelles langues, Claude Kastler se lance, à partir de 1981, dans l’étude du polonais. Et, comme toujours, lorsqu’il a l’intention d’apprendre à fond une langue, il entreprend de rédiger une Grammaire polonaise, son rêve étant de composer une grammaire comparative des langues slaves. Pendant des années, il se perfectionne en polonais, n’hésitant pas à suivre plusieurs stages Polonicum à l’Université de Varsovie. Chaque fois, il en rapporte des valises de livres en polonais. On l’invitait souvent à la Maison de la culture polonaise de Grenoble pour intervenir sur diverses questions de l’histoire polonaise. Il participait aux activités de l’association des pays baltes, à celles de l’Association Romarin autour de la culture tchèque, il aidait les artistes russes et ukrainiens à organiser des expositions, et ne ménageait pas non plus son temps pour discuter avec metteurs en scène et comédiens.

Personnalité à multiples facettes – bibliophile, encyclopédiste, polyglotte, pédagogue – Claude Kastler a vécu à fond sa vocation de « passeur de culture ». Sa riche bibliothèque servait de lieu de passage pour ses étudiants, collègues et amis, car il prêtait ses livres très volontiers et, en même temps, c’était aussi un moment d’échanges très généreux. Le séminaire SLAVALP qu’il crée en 1995 a réuni de nombreuses personnes autour de sujets relevant de toutes les cultures slaves : russe, ukrainienne, polonaise, tchèque, serbe, croate, ainsi que celles des pays baltes.

Travailleur infatigable, il puisait son énergie dans la nature : dans ses rares moments de détente, il faisait de la montagne, photographiait les fleurs dans la vallée de Chamonix, écoutait de la musique classique en contemplant par la fenêtre de son chalet le massif du Mont-Blanc, une belle métaphore de ses aspirations incessantes vers les hauteurs de l’esprit humain.

Le Massif du Mont Blanc vu de Coupeau, commune des Houches, photographie de Claude Kastler (1988)

Le Massif du Mont Blanc vu de Coupeau, commune des Houches, photographie de Claude Kastler (1988)

Photographie de Claude Kastler

Photographie de Claude Kastler

Billet rédigé par Lioudmila Kastler, Université Grenoble-Alpes

En 2015, Lioudmila Kastler a donné à la Bibliothèque Diderot de Lyon une grande partie des livres polonais et tchèques de son époux.
Consulter la description du fonds Kastler sur le site web de la bibliothèque.

Ex-libris de Claude Kastler

Ex-libris de Claude Kastler

  1. Isabelle Després, Claude Kastler (1936-2011), Revue des études slaves, Paris, LXXXII/3, 2011, p.579-581. []
  2. Claude Kastler, Alexandre Voronski. 1884-1943. Un bolchevik fou de littérature, Grenoble, ELLUG, 2000. []
  3. Claude Kastler, « Ahoj, bohemisto, ahoj », interview publiée par  Lenka Froulíková et Tamara Ibehejová dans la Revue Krajiny čestiny, n° 3, 2011. Texte disponible également sous le titre : Claude Kastler, «Salut, bohémisant, salut !» sur le site de l’Ambassade de la République tchèque en France []
  4. Claude Kastler, La langue tchèque. Nouvelle grammaire tchèque pratique et raisonnée, Paris, Ophrys, 1995,  p. 6. []
  5. La médaille Jan Amos Comenius, créée conjointement par le Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et du sport de la République tchèque et le Directeur général de l’UNESCO, à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Jan Amos Comenius en 1992, est destinée à récompenser des réalisations remarquables accomplies dans les domaines de la recherche et de l’innovation pédagogiques, ainsi que des personnes qui ont fait preuve d’un engagement personnel envers la cause de l’éducation et les idéaux de l’UNESCO durant une partie importante de leur vie. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Galina OVCHINNIKOVA dit :

    Cet article va du fond de coeur. Claude lui-même offrait son coeur de Lumières à tous les amis, les étudiants, les collègues, les passants . Nous étions très heureux d’écouter des heures et des heures cette vraie « Encyclopédie qui marche » (C’est Claude!!!) peu importe où: à Grenoble, à Paris, à Coupeaux…. à l’amphi, à la cuisine, dans les montagnes…il semait chaque moment du bien et ça pousse et donne de très belles récoltes claudiennes. Il est toujours avec nous!!!!

  2. Alex dit :

    Отличная статья, спасибо

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *