Russie : une éducation européenne

Affiche

Réunissant les chercheurs des universités lyonnaises et grenobloises qui consacrent leurs travaux aux littératures d’Europe centrale et orientale, un séminaire inter-laboratoire sur « l’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » s’ouvre cette année avec quatre rencontres qui auront lieu à la Bibliothèque Diderot de Lyon entre janvier et avril 2018. Ouvert à tout public, étudiant, enseignant et chercheur, ce séminaire est l’occasion de présenter un ouvrage récent, d’annoncer un colloque, ou d’articuler communications et discussion autour d’un programme de recherches.

Le programme complet est disponible sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon : <programme>.

 

Quatrième séance du 6 avril 2018 :
« Russie : une éducation européenne »

Gayaneh Armaganian-Le Vu (ENS de Lyon), organisatrice de cette quatrième séance, ouvre la rencontre par la présentation du projet de colloque international « Écrire en français en exil du XIXe siècle à nos jours » porté par le Centre d’études et de recherches comparées sur la création (CERCC, ENS de Lyon), avec la collaboration des Fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

L’objectif visé par ce colloque en littératures slaves et comparées consiste dans l’analyse de diverses manifestations du bilinguisme littéraire impliquant la langue française, avec une prise en compte du fait que les formes du bilinguisme sont tout aussi variées que le sont les parcours individuels des auteurs plurilingues. La citation du traducteur et slaviste Léon Robel, placée en incipit de l’argumentaire du colloque, montre la particularité de l’angle de vue adopté : « Il y a beaucoup de langues dans notre langue, beaucoup de littératures dans notre littérature » (Léon Robel, Histoire de la neige. La Russie dans la littérature française, Hatier, 1994).

Les apports dans la littérature française des auteurs issus d’autres aires linguistiques seront donc envisagés. Les domaines géographiques et linguistiques concernés sont à la fois vastes et délimités : les œuvres des écrivains issus des anciennes colonies françaises dépassent le cadre du présent colloque, tandis que les ouvrages des auteurs de langue maternelle slave s’inscrivent dans les problématiques centrales de la manifestation. En effet, l’année 2018 marque le centenaire de la première vague de l’émigration russe qui a fait suite à la Révolution d’Octobre. Cet exode a contribué à nourrir la littérature française, avec des écrivains comme Henri Troyat né Lev Tarassov ou Nathalie Sarraute née Natalia Tcherniak, nés l’un comme l’autre en Russie à l’aube du XXe siècle.

Le colloque va également inclure l’étude des auteurs qui, avant de se tourner vers l’écriture en français, étaient déjà des auteurs confirmés dans une autre langue, comme Marina Tsvetaeva, ainsi que des cas « inclassables » comme celui de Romain Gary. Seront également considérés les écrivains issus des vagues ultérieures de l’émigration (Andreï Makine, Luba Jurgenson, etc.), ou nés en France de parents étrangers, à l’instar de Vladimir Volkoff.

Enfin, la tradition de la « francophilie » étant un élément constitutif de la culture de la noblesse de l’Empire russe au XVIIIe siècle, le colloque fixe des limites chronologiques vastes, allant du XIXe siècle à nos jours. C’est l’occasion d’inscrire ce phénomène littéraire et culturel dans la durée, et d’évoquer en particulier le cas d’Ivan Tourguéniev (1818-1883) dont on célèbre le bicentenaire de la naissance le 28 octobre 2018.

Cependant, bien que pour des raisons historiques, les auteurs issus de l’Empire russe et de l’URSS soient particulièrement représentés dans ce domaine, le colloque est également ouvert au corpus mettant en lien le français avec d’autres langues. Ce corpus englobe des auteurs hispanophones (l’espagnol Jorge Semprun, l’argentin Hector Bianciotti), anglophones (Samuel Beckett, Jonathan Littell, Oscar Wilde, Anaïs Nin, Julien Green, Nancy Huston), roumains (Eugène Ionesco, Emil Cioran), chinois (Ma Jian, Dai Sijie, Gao Xingjian) ou encore danois (Pia Petersen). L’approche comparatiste sera privilégiée pour confronter le phénomène du bilinguisme littéraire dans ces diverses combinaisons linguistiques et géographiques.

La notion même de la langue maternelle fera l’objet d’analyse critique. Les problématiques vont également inclure les questions de la motivation du passage à l’écriture en français, dans une tentative de structurer ces divers cas de figure, et de percevoir des motifs et des thèmes récurrents. Qu’il s’agisse des raisons politiques, identitaires ou artistiques, la perspective psychanalytique n’est pas à exclure lorsqu’il s’agit d’étudier les logiques sous-jacentes du bilinguisme littéraire.

Ce séminaire a été l’occasion de se pencher sur l’état des lieux dans la matière du bilinguisme littéraire. Les discussions portaient notamment sur l’œuvre-témoignage de l’écrivain bilingue Luba Jurgenson Au lieu du péril (2014), l’ouvrage collectif Écrivains franco-russes (dir. par Murielle Lucie Clément, 2008), l’article « Deux langues et deux cultures » de Giulia Gigante, publié dans le recueil Être russe, écrire à l’étranger (éd. par Anna Louyest et Robert Graham, 2013). Il était également question de la première Bibliographie des ouvrages français publiés par des Russes, datant de 1874 et établie par Grégoire Ghennady, ainsi que des travaux récents portant sur le bilinguisme littéraire. Le colloque à venir relève ainsi d’un domaine d’études de longue tradition et en croissance exponentielle.

La bibliographie éditée par Grégoire Ghennady, qui confirme l’inscription de l’un des axes centraux du colloque dans les siècles passés, et d’autres documents rares faisant partie de la collection des fonds slaves, ont été présentés par Anne Maître, responsable des fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

En effet, les thèmes de l’exil, de la confrontation des cultures et celui de la construction ou reconstruction d’un patrimoine en terre étrangère sont au cœur de la constitution de ce gisement documentaire. Ils illustrent en particulier l’histoire du fonds slave des jésuites, socle majeur de ces ressources, initié en France et abondé au fil des décennies par des exilés et des émigrés russes des XIXe et XXe siècles, ainsi que par des chercheurs issus des deux cultures qui naviguaient avec bonheur d’une langue à une autre.

L’histoire de ces collections, marquée par ce double regard linguistique, traduit en particulier deux moments forts des échanges culturels russo-français : au XIXe siècle, entre les exilés de l’empire russe et le monde intellectuel français, et après 1917, entre les émigrés russes et la société française dans son ensemble, quand le Paris de l’entre-deux-guerres est la capitale de l’émigration russe. De nombreuses publications, conservées dans les fonds slaves, témoignent de ce bain francophile et francophone, représenté, dès les XVIIIe et XIXe siècles, par les écrits de Catherine II et par ceux de la princesse Dachkova, par les Lettres philosophiques de Petr Tchaadaev et par le journal d’Ivan Gagarine, initiateur du fonds jésuite, ou encore par les publications de Nicolas Tourgueniev. La documentation reflète aussi le rôle fondamental joué pour le rayonnement de ces échanges franco-russes par des écrivains, des intellectuels et des artistes, tels que les amis d’Ivan Tourgueniev, Louis et Pauline Viardot, Proper Mérimée et Eugène de Vogüe pour n’en citer que quelques-uns parmi les plus fameux. Les œuvres des écrivains évoquées plus haut par Gayaneh Armaganian-Levu sont évidemment présentes dans les collections de la bibliothèque ; si nécessaire, elles peuvent faire l’objet de nouvelles acquisitions.

Dorena Caroli
Traduction et adaptation de la littérature de jeunesse : Pinocchio et le récit d’Alexeï Tolstoï, La Petite Clé d’or ou les Aventures de Bouratino.

Pour le deuxième temps de la séance, Dorena Caroli se propose de de comparer Les Aventures de Pinocchio. Histoire d’une marionnette (Le Avventure di Pinocchio. Storia di un burattino) de Collodi et la traduction en russe, ou plutôt l’adaptation, qu’en a réalisée Aleksej Nikolaevich Tolstoj, La Petite Clé d’or ou Les Aventures de Bouratino, assez libre en réalité par rapport au texte original. L’exposé se compose ainsi de trois parties. La première partie aborde le problème de la traduction et adaptation des livres de jeunesse dans la perspective de la littérature comparée. La seconde partie présente rapidement la figure de l’écrivain et dramaturge Aleksej N. Tolstoj et compare l’œuvre originale italienne et l’adaptation russe, en essayant de saisir les similitudes et les différences entre la marionnette italienne, Pinocchio et la marionnette soviétique, Bouratino, du point de vue de l’intrigue, des personnages et de la fonction symbolique des éléments de contes de fées présents dans le récit adapté.

Carlo Lorenzini (pseud. Carlo Collodi,1826-1890) et Aleksej Nikolaevič Tolstoj (1883-1945) sont deux écrivains éloignés l’un de l’autre dans le temps, par la période historique à laquelle ils ont vécu, et par le style très différent de leurs œuvres mais, ils sont unis dans l’histoire de la littérature pour la jeunesse par Les Aventures de Pinocchio. Histoire d’une marionnette (Le Avventure di Pinocchio. Storia di un burattino, 1883) qu’Aleksej Tolstoj traduisit en russe dans une version réduite en 1936.

Collodi est influencé par les canons littéraires du XIXe siècle qui offraient des modèles de comportement aux classes populaires dans le but de leur faire assimiler les valeurs bourgeoises et de promouvoir le progrès social au moyen de l’instruction et la culture ; il écrit à un moment important pour l’histoire italienne, avant et après l’Unification de 1861, et dans Les Aventures de Pinocchio, il décrit un topos du XIXe siècle : le polisson rebelle et indiscipliné qui, après une série d’aventures, devient un bon garçon et un écolier exemplaire. Aleksej N. Tolstoï est un des écrivains soviétiques les plus connus à l’étranger dans les années vingt et trente en raison du grand intérêt porté au nouveau régime communiste (et surtout à la littérature classique russe du XIXe siècle) ; il prend lui-même une part active à la promotion de la littérature russe. Il traduit en russe Les Aventures de Pinocchio. Son œuvre est toujours l’histoire d’une marionnette, mais dans une version réduite révisée, intitulée La Petite Clé d’or ou Les Aven­tures de Bouratino (Zolotoj ključik, ili Priključenija Buratino, 1936), avec les dessins et la couverture de l’architecte et illustrateur Bronislav Malaxovskij (1902-1937), en l’adaptant aux goûts et aux canons du réalisme socialiste qui caractérisait alors la production de livres pour enfants. La marionnette italienne en bois a un nez, bien sûr, plus long que celui de la marionnette russe (le nez de cette dernière ne s’allonge pas quand elle ment), elle traverse une série d’aventures qui l’amènent à « évoluer », à devenir un enfant sage, obéissant. Le Buratino soviétique, après de multiples vicissitudes, réussit à contrer l’injustice du marionnettiste Caraba Baraba, un tyran, un despote, grâce à la magie de la petite clé d’or. Les deux marionnettes sont des figures très populaires de l’imaginaire des enfants, car elles sont aussi des jouets en Italie et en Russie.

La fin des deux récits se différencie. La lutte finale contre Caraba Baraba est très difficile comme la sortie du ventre de la baleine, qui offre l’occasion de montrer son courage, premier pas vers le changement, la transformation en enfant, l’obtention d’une vie heureuse. Tandis que dans le récit italien Pinocchio devient un brave enfant, après avoir vécu de nombreuses mésaventures, chez A. Tolstoj le processus de rééducation du petit bonhomme de bois est tout aussi aventureux, mais moins douloureux. Les deux pantins ont une tête en bois, mais sont animés par le courage, le sens de la solidarité et de la justice.

La dimension éducative est présente dans les deux récits, quoique la nature politique de ce message soit différente. Dans le premier cas, il s’agissait d’éduquer les enfants à aimer l’école et le travail selon les normes de la discipline de la bourgeoisie italienne, dans l’autre de leur apprendre à se révolter contre les injustices sociales, symbole de la lutte de classe. Les personnages, positifs et négatifs, font partie de cet univers de conte de fées qu’on peut raconter de mille façons, comme le faisait A. Tolstoj. Il s’agit de « personnages mythiques » et qui, pour cela, resteront toujours dans la mémoire des enfants.

Billet rédigé par
Anna Lushenkova-Foscolo (université Jean-Moulin-Lyon 3, MARGE)
Gayaneh Armaganian-Levu (ENS de Lyon, CERCC)
Dorena Caroli (université de Macerata)
Anne Maître (Bibliothèque Diderot de Lyon)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *