L’espace anti-utopique, de New-York à Moscou

Compte-rendu de la séance du séminaire « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » du 7 janvier 2022, organisée par Anna Saignes, maîtresse de conférences HDR en littérature comparée (UMR 5316 Litt&Arts, UGA) et Célia Mugnier, doctorante en littérature comparée (UMR 5316 Litt&Arts, UGA)

« Welcome to zombieland »
(Célia Mugnier, doctorante, Litt&Arts, Université Grenoble Alpes, sous la direction d’Anna Saignes et Isabelle Després)

Cette communication avait pour projet d’étudier les figures contemporaines de morts-vivants de deux espaces géographiques et culturels bien différents, la pop-culture américaine et la littérature dystopique russe, à partir d’un constat de la chercheuse Dina Khapaeva : on assisterait aujourd’hui à un véritable « boom vampiresque » (vampire boom). Si aux États-Unis des créatures tels les zombies et les vampires ont le vent en poupe et déterminent même un genre à part entière, on les retrouve aussi dans les mondes des anti-utopies russes. Célia Mugnier s’interroge sur les raisons de ce succès, qui pourrait s’expliquer par certaines spécificités de l’espace post-soviétique, marqué, comme le constate Todd K. Platts, par une ambiance apocalyptique (apocalyptical mood), entre Tchernobyl, la guerre de Tchétchénie, et le chaos politique du début des années 1990. D’un point de vue littéraire, la fin de la censure et l’ouverture à certains modèles étrangers participent sans doute également à cet essor. Il s’agit, dès lors, de se demander si le succès de la dystopie en Russie est comparable au boom dystopique du monde anglo-saxon.

La comparaison entre les figures de morts-vivants russes et américaines se présente donc comme un levier de réflexion stimulant. Chacune de ces espèces de morts-vivants dessine une phénoménologie bien singulière : le fantôme correspond par exemple à un corps sans esprit, et incarne volontiers un traumatisme du passé, qui revient hanter le présent. Le vampire, quant à lui, est traditionnellement associé à Dracula et à l’Europe de l’Est. Mais les vampires contemporains tendent à dépasser l’image érotique de la morsure, et se présentent désormais comme l’allégorie d’une certaine subjectivité néo-libérale (BRIDE, Amy E.). Dans Empire V (2006), Victor Pélévine représente l’élite russe comme une caste vampirique, au comportement parasitaire, qui suce le sang des travailleurs. Vladimir Sorokine, dans Manaraga (2017), s’appuie sur la même association d’idées, qualifiant « l’oligarchie militaro-mafieuse » de « nouveaux Dracula ».

À cette figure du vampire répond celle du zombie. Hérité de la tradition haïtienne vaudou, le zombie a incarné une figure de l’altérité dégradée et inquiétante, celle de l’esclave tout d’abord, avant de devenir la figuration du prolétaire, puis plus généralement du consommateur sans conscience, réduit à une bouche et un ventre. Le roman américain Zone 1 (2011), de Colson Whitehead, nourrit ce rapprochement entre zombie contemporain et consommateur hébété, véritable lécheur de vitrine écervelé, tandis qu’avec Intégrale Z (2013), de Max Brooks, ce danger aliénant de la consommation est abordé par l’angle de l’écocritique.

En Russie cependant, la figure du zombie s’augmente d’une nouvelle dimension : chez Pélévine, dans Homo zapiens (1999), on retrouve certes la figure du consommateur passif et abruti, à travers la description de la société comme un organisme parasite aux sonorités suggestives : l’« Oranus » Toutefois, ce système repose avant tout sur des dispositifs de communication publicitaire, de stimuli qui incitent à la consommation. En plus de souligner les pulsions consuméristes de la société, l’Oranus oriente la réflexion vers les dangers du brain-washing et de la propagande télévisuelle. Ce processus correspond à ce que l’on appelle, en Russie, la « zombification » (zombirovanié). Comme le remarque le chercheur Eliot Borenstein, ce terme fonctionnerait comme la métaphore d’une perte de conscience, d’un lavage de cerveau politique, lié aux médias de masse et avant tout à la télévision.

Ainsi, les figures de morts-vivants, vampires et zombies, dessinent des lignes de force politiques, entre Amérique et espace post-soviétique, qui participent d’un même regard critique jeté sur le présent capitaliste, sans pour autant lisser les singularités de chacun de ces deux espaces.

Bibliographie indicative

Borenstein, Eliot. The Talking Dead: Articulating the “Zombified” Subject Under Putin. In Plots against Russia. 2019.

Botting, Fred. Globalzombie. In Globalgothic. ed. by Glennis Byron. Manchester University Press, 2015. <https://doi.org/10.7765/9781526102973.00019>

Bride, Amy E. Zombies, Spectres, and a “Great Vampire Squid”: Monstrous Capitalism and Financial Fear in American Gothic Fiction. University of Manchester, 2019.

Khapaeva, Dina. From a Vampire’s Point of View. Kinokultura. 2011.

Platts, Todd K. Locating Zombies in the Sociology of Popular Culture: Locating Zombies. Sociology Compass. 2013, vol. 7. No 7, pp. 547-560. <https://doi.org/10.1111/soc4.12053>

Saltykov, Denis. The Living Dead in Post-Soviet Cultural Consumption. Studies in the Fantastic. Summer/Fall 2019, no 7, pp. 89–104. <https://doi.org/10.1353/sif.2019.0007>

Zabirko, Oleksandr. The Magic Spell of Revanchism: Geopolitical Visions in Post-Soviet Speculative Fiction (Fantastika). The Foundation for Good Politics. 2018,  no 1.


La pensée politique de l’anti-utopie 
(Anna Saignes, maîtresse de conférence HDR, Litt&Arts, Université Grenoble Alpes)

Dans son intervention, Anna Saignes s’est proposée de présenter son ouvrage, La pensée politique de l’anti-utopie, paru chez Honoré Champion en mars 2021. Elle a commencé par revenir sur la constitution du corpus. Ce livre est en fait né d’un souvenir d’adolescence, la lecture de La Petite apocalypse (1979) de Tadeusz Konwicki, publié en Pologne dans une maison d’édition clandestine. Ce roman met en scène un univers totalement absurde, et pourtant très proche de la réalité polonaise des années 1970 : un activiste dissident passe la journée à errer dans une Varsovie délabrée, alors qu’il doit s’immoler, le soir, pour protester contre l’annexion de la Pologne par l’URSS.

À cette première anti-utopie répondent deux autres romans. Le Slynx (2000), de l’écrivaine russe Tatiana Tolstoï, et Les Particules élémentaires (1998), de Michel Houellebecq. Le « slynx » désigne un animal imaginaire qui hante les forêts d’un monde mutant, dans lequel se déroule le roman (« slynx » étant un choix de traduction visant à reproduire la polysémie sonore du titre russe, kys’). Ce monde d’après la catastrophe se lit comme un retour vers le passé : l’histoire du héros, Benedikt, bibliophile et ardent lecteur, se déploie dans un village primitif (anciennement appelé Moscou comme pour souligner cette régression) où sévit un régime dictatorial qui repose avant tout sur l’ignorance et la censure.

Enfin, Les Particules élémentaires met en scène deux demi-frères, Bruno Clément et Michel Dzerjinski. Le roman propose, à partir du récit croisé de ces deux destins tragiques, une réflexion sur la France contemporaine, mais s’ouvre aussi vers l’Est (ne serait-ce que par le jeu sur le nom de Michel) et vers un horizon dystopique (par les possibles scientifiques qu’ouvrent les recherches de Michel).

Ces trois anti-utopies se rejoignent en de nombreux aspects : succès de librairie au parfum de polémique, elles jettent toutes un regard singulier sur la question du totalitarisme, diffractée dans les espaces polonais, russes et français. Surtout, ces romans s’écrivent chacun en dialogue avec une anti-utopie classique. C’est ainsi que La Petite apocalypse rappelle 1984 ; Le Slynx, Farenheit 451 et Les Particules élémentaires, Le meilleur des mondes. Ces six romans, trois anti-utopies contemporaines, au miroir de trois classiques du genre, regroupés deux à deux, constituent alors un corpus de choix pour resserrer les enjeux politiques de l’anti-utopie.

Pour aborder ce corpus, Anna Saignes a enfin souligné l’importance de certaines références qui scandent l’ensemble de sa réflexion. Le corpus est tout d’abord traversé, comme de manière archéologique, par la fable du Grand inquisiteur des Frères Karamazov, et par le roman Nous, d’Evgueni Zamiatine. D’un point de vue philosophique et politique enfin, l’ouvrage d’Anna Saignes s’est appuyé sur les analyses d’Hannah Arendt dans Les Origines du totalitarisme, de Claude Lefort dans La Complication, et de Miguel Abensour dans La Communauté politique des « tous uns ».

Face à ce corpus et grâce aux outils conceptuels qui permettent de l’aborder, Anna Saignes a déterminé différents angles d’attaques et pistes de réflexion. Chacune des anti-utopies s’écrit tout d’abord dans un double réseau de signification : une hypertextualité insistante et un ancrage dans un univers référentiel très marqué. Elles ressassent toutes la question du sens de l’Histoire, et du risque, ou de la menace, de son non-sens, qui s’accompagne notamment d’une dialectique de l’urgence et de l’impuissance. D’un point de vue politique enfin, elles explorent, chacune à leur manière, des espaces marqués par des questionnements entre totalitarisme et démocratie.

Dans le dernier temps de son propos et pour illustrer sa méthode, Anna Saignes s’est arrêtée plus précisément sur la question de la liberté, en explorant, à partir de différentes occurrences du terme chez T. Konwicki, T. Tolstoï et M. Houellebecq, la pensée politique de la liberté que les trois romans développent et mettent à l’épreuve, dans leurs mondes respectifs.

Œuvres citées et conservées à la BDL

Saignes, Anna. La pensée de l’anti-utopie. Paris : Honoré Champion éditeur, 2021.
Cote BDL : 809.933 58 SAI

Dostoïevski, Fédor. Les frères Karamazov. Volume I et II. roman traduit du russe par André Markowicz. Arles : Actes Sud, 2002.
Достоевский, Фёдор Михайлович. Братья Карамазовы. Книги I-X. Ленинград : Наука, 1976.
Достоевский, Фёдор Михайлович. Братья Карамазовы. Книги XI-XII: эпилог : рукописные редакции. Ленинград : Наука, 1976.
Cote BDL : 891.790 3 DOST

Konwicki, Tadeusz. Mała apokalipsa. Warszawa : Niezależna Oficyna Wydawnicza, 1979
Cote BDL : 891.85 KONW

Konwicki, Tadeusz. La Petite apocalypse : roman. traduit du polonais par Zofia Bobowicz. Paris : R. Laffont, 1981
Cote BDL : JMN 127277

Sorokine, Vladimir. Manaraga. traduit du russe par Anne Coldefy-Faucard. Paris : L’Inventaire : Moscou : Éditions Nouveaux Angles, 2019
Сорокин, Владимир . Манарага: роман. Москва : Издательство АСТ : CORPUS, 2017.
Cote BDL : 891.790 4 SORO

Tolstaïa, Tatiana. Le slynx. traduit du russe par Christophe Glogowski. Paris : R. Laffont, 2002.
Толстая, Татьяна. Кысь: роман. Москва : Подкова, 2001
Cote BDL : 891.790 4 TOLS

Zamiatine, Evgueni. Nous. traduit du russe par Hélène Henry. Arles : Actes Sud, 2017.
Замятин, Евгений. Мы: роман, повести, рассказы, пьесы, статьи и воспоминания. Кишинев : Литература артистикэ, 1989
Cote BDL : 891.790 4 ZAMA

Houellebecq, Michel. Les particules élémentaires : roman. [Paris] : Flammarion, 1998.
Cote BDL : 840.900 92 HOUE

Arendt, Hannah. Les origines du totalitarisme. [1], Sur l’antisémitisme. traduit de l’anglais par Micheline Pouteau. Paris : Seuil, 1998
Arendt, Hannah. Les origines du totalitarisme. [2], L’impérialisme. traduit de l’anglais par Martine Leiris. Paris : Seuil, 1984
Arendt, Hannah. Les origines du totalitarisme. [3], Le système totalitaire. traduit de l’américain par Jean-Loup Bourget, Robert Davreu et Patrick Lévy. Paris : Éditions du Seuil, 1972
Cote BDL : 190.904 AREN

Lefort, Claude. La complication : retour sur le communisme. Paris : Fayard, 1999.
Cote BDL : 155422

Abensour, Miguel. La communauté politique des “tous uns” : désir de liberté, désir d’utopie. entretien avec Michel Enaudeau. Paris : les Belles lettres, 2014.
Cote BDL : 320.01 ABE

Compte-rendu rédigé par Alexis Pignol, Université Grenoble-Alpes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search