1918 : la guerre est finie ?

Affiche

 

Réunissant les chercheurs des universités lyonnaises et grenobloises qui consacrent leurs travaux aux littératures d’Europe centrale et orientale, un séminaire inter-laboratoire sur « l’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » s’ouvre cette année avec quatre rencontres qui auront lieu à la Bibliothèque Diderot de Lyon entre janvier et avril 2018. Ouvert à tout public, étudiant, enseignant et chercheur, ce séminaire est l’occasion de présenter un ouvrage récent, d’annoncer un colloque, ou d’articuler communications et discussion autour d’un programme de recherches.

Le programme complet est disponible sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon : <programme>.

Deuxième séance du 16 février 2018 :
« 1918 : la guerre est finie ? »

Les invités de cette séance sont Xavier Galmiche, directeur de l’UMR Eur’ORBEM (Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane) et professeur de langue et littérature tchèques à Sorbonne Universités, et Magdalena Răduță, professeur au Centre de critique et théories littéraires de l’université de Bucarest (Roumanie). Avant qu’Hélène Martinelli, organisatrice de la rencontre, ne leur donne la parole, Anne Maître présente deux séries de documents des fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon, encore inexploités, en rapport avec le thème de notre séance consacrée à la fin de la Première Guerre mondiale : il s’agit des papiers personnels et des photos de la famille de Tatiana Shagall concernant le bataillon féminin de Petrograd et d’un album de photos prises sur le front russe par un officier français à la même époque, document issu du fonds slave des Jésuites (voir notre billet de blog Le don Schagall : un regard intime sur la Révolution russe : <Don Schagall>.

Magdalena Răduță introduit ensuite son exposé sur « La fureur, la gloire et l’infamie. Les représentations discursives du “profiteur de guerre” dans la presse d’opinion roumaine (1918-1919) » en rappelant la chronologie de l’engagement de la Roumanie dans la Première Guerre mondiale qui aboutit à la constitution de la « Grande Roumanie », deux fois plus étendue que le « Vieux Royaume » d’avant-guerre. De décembre 1918 au début de 1920, sont à l’ordre du jour l’uniformisation de ce vaste territoire et l’expropriation des grands propriétaires terriens, promise par le roi. Mais l’occupation par les troupes allemandes et bulgares pendant la guerre a laissé un sentiment de culpabilité collective qui se traduit à la fin de la guerre par un discours public véhément appelant à la punition des « traîtres » (non-combattants, collaborateurs, fournisseurs divers, etc.). La figure qui cristallise les affects négatifs dans la presse de l’après-guerre est celle du « profiteur de guerre », offense à la mémoire des soldats morts pour la patrie : le sacrifice des morts impose une morale sans tache. Il est trop tôt pour que s’exprime publiquement le sentiment de culpabilité collective évoqué plus haut, pourtant perceptible à l’échelle individuelle dans les journaux et carnets intimes (par exemple ceux d’Arabella Yarka, 1913-1918). C’est la décomposition morale de la société roumaine qui est ici mise en cause publiquement, décomposition greffée sur un antagonisme spatial reflétant les tensions sociales de l’époque : la campagne « pure » sacrifiée, d’un côté, et la ville vénale et profiteuse de guerre, de l’autre.

Une loi avait certes été prévue dans le but de taxer les profits de guerre, mais comme elle n’a finalement jamais été promulguée, c’est le discours journalistique qui, en 1918 et 1919, prend le relais et se charge d’administrer la sanction sociale attendue. En l’absence de solution législative, reste l’humiliation publique. Le pamphlet ad hominem est ainsi la forme privilégiée que prend ce discours à partir de décembre 1918 : le pamphlétaire justifie la violence du langage employé par les risques qu’il prend par rapport à la censure (1918-1922) ; le pamphlétaire nomme le coupable dont il fait un portrait minutieux, le pimentant d’insertions narratives ou dramatiques. Cette mort en effigie est par exemple celle que subit Alecu C. Constantinescu, ancien ministre des Affaires extérieures, qui représente le plus haut degré d’infamie du fait de sa position dans la fonction publique : il est désigné comme « le génie malfaisant de notre patrie » et caricaturé sous les traits d’un porc à propos duquel sont rapportées toutes sortes de fables et d’anecdotes. Dans un contexte de grave frustration sociale, le pamphlet individualise donc la responsabilité et joue le rôle d’un mécanisme substitutif, la violence discursive créant une illusion de justice.

Lors de la discussion qui suit l’exposé, une comparaison est faite avec la situation de l’après 1945 et de l’après 1989 en Roumanie. On évoque aussi la question de l’antisémitisme et des nationalités visées en 1918 ou 1919, puis l’amertume qui succède à cette période de défoulement collectif.

Xavier Galmiche prend ensuite la parole et expose le projet qu’il pilote, « 1918 : la guerre est finie ? », labellisé par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale. Ce projet s’intéresse à la « sortie de guerre » dans les États successeurs issus des empires austro-hongrois et russe ainsi qu’en Allemagne. L’hypothèse est que les incertitudes pesant sur cette fin de guerre se traduisent par des affects différents dans les écrits intimes et les écrits publiés. Sont prévus autour de cette question des colloques (Varsovie, Berlin) et des journées d’étude (Paris), des numéros spéciaux de revues en tchèque, polonais, allemand, français, italien et une anthologie de textes inédits (voir le site de l'<Eur’ORBEM>).

Pour illustrer son propos et le passage du récit de guerre au récit de l’après-guerre, Xavier Galmiche présente d’abord un ouvrage rare de Richard Weiner, Lítice. Povídky o vojně [Furies. Récits de guerre] (1916), recueil de textes écrits dans un style expressionniste et un des tout premiers ouvrages sur la guerre. Xavier Galmiche compare à ce livre les textes de deux témoins francophones de l’après-guerre, ceux du célèbre slaviste André Mazon (1881-1967) et ceux de William Ritter (1867-1955), journaliste et voyageur d’origine suisse, dandy et esthète qui a arpenté l’Europe centrale pendant l’entre-deux-guerres, accumulant notes, dessins et photos (voir ses archives dans sa ville natale, Neuchâtel).

Les textes de Mazon pris ici en considération sont des conférences faites entre 1920 et 1922 en Alsace-Lorraine sur « la nation tchécoslovaque » : il s’agit d’une apologie de la cause tchécoslovaque, mise en parallèle avec celle de l’Alsace-Lorraine, deux régions « camouflées » dans la carte géographique d’avant-guerre et rendues enfin à leur identité véritable. Or dans ses notes privées, Mazon juge a posteriori sévèrement le texte de ces conférences qu’il considère comme « très médiocre » et « inutilisable » en l’état. Cette œuvre de commande fait donc l’objet de la mauvaise conscience et du repentir tardif de son auteur. Ritter, pour sa part, suit une évolution différente : victime avant-guerre d’une forme de « syndrome empathique » qui fait de lui un propagateur des nationalismes dirigés contre l’Autriche-Hongrie, il prend conscience que ce monde qu’il aime est en train de périr. Après 1918, il devient ainsi une sorte de spécialiste de la nostalgie, perceptible dans l’ouvrage qu’il projette alors, Les Vibrions dans la tourmente. L’auteur en a égaré le manuscrit, mais Xavier Galmiche a retrouvé dans les archives de Berne le sommaire des quarante-quatre chapitres qui devaient composer ce recueil, sorte de liber amicorum avec une thématique centre-européenne. Le nationalisme que William Ritter défend à présent, c’est son attachement à tous les peuples d’Autriche-Hongrie, et cette somme de textes avait pour but de fixer des sentiments contradictoires qu’il ne parvient en définitive ni à éditer ni même à conserver.

La séance est levée à 17 heures, après des échanges portant sur le travail en cours dans le cadre du projet exposé.

La troisième séance du séminaire aura lieu comme annoncé le 16 mars, de 14 à 17 heures, toujours dans la salle de séminaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon. Elle est organisée par Anna Lushenkova-Foscolo et s’intitule Écrivains plurilingues et autotraduction.

Pour en savoir plus, consulter le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon : <Séance du 16 mars>.

Compte rendu rédigé par Marie-Odile Thirouin
(université Lumière-Lyon 2, laboratoire Passages XX-XXI)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *