Le don Schagall : un regard intime sur la Révolution russe

En 2014, madame Tatiana Schagall a fait don à la Bibliothèque Diderot de Lyon de documents témoignant des vies extraordinaires de ses parents Pavlik et Natacha : leur jeunesse avant la chute des Romanov, leur rencontre dans le 1er bataillon féminin de Petrograd, leur résistance face aux bolcheviks, et enfin leur exil.

Portraits de Pavlik et Natacha Schagall, 1919

Portraits de Pavlik et Natacha Schagall, 1919

Leur histoire (1917-1924)

Pavlik et Natacha se rencontrent dans un camp militaire en mai 1917, au printemps qui suit la révolution de février. À l’époque, pour compenser les nombreuses désertions dans l’armée, le ministre de la Guerre, Alexandre Kerenski autorise la constitution de bataillons féminins dans le but d’inspirer les soldats épuisés et démoralisés par la guerre sur le front de l’Est. Pavlik assume l’instruction du 1er bataillon féminin de Petrograd ; il est officier de la 3e compagnie. Natacha, désirant se rendre utile à son pays déchiré, s’engage comme volontaire. Après la formation des soldates, le moment du départ pour le front approche. Mais, en octobre 1917, le Palais d’hiver est pris par les bolcheviks, et la 2e compagnie du bataillon féminin est l’une des dernières formations à leur résister. Les officiers et les volontaires doivent fuir et se cacher pour échapper à la terreur qui suit. Les bataillons féminins sont dissous, mais Natacha et Pavlik restent avec l’armée de volontaires, l’une des premières Armées blanches  qui se replie de ville en ville, suivie par des centaines de réfugiés qui craignent de tomber aux mains des Rouges. Entre deux combats, Pavlik et Natacha se marient, unis lors d’une courte cérémonie accompagnée par le son des canons. En 1920, à la dernière étape en Crimée de l’Armée blanche sous le commandement du général Piotr Nikolaïevitch Wrangel, Pavlik et Natacha se séparent à Sébastopol. Pavlik s’embarque avec les troupes, mais le succès de l’Armée rouge au siège de Perekop en novembre permet de chasser l’Armée blanche de Wrangel hors de la Crimée, marquant la fin de la guerre civile dans le Sud. Pavlik arrache ses épaulettes d’officier et quitte la Russie. Puis, il se met à travailler, retrouvant un emploi dans les métiers fastidieux pour faire venir Natacha. À Sébastopol, puis à Pétrograd, Natacha lutte pour survivre dans un pays ravagé par la famine. Après trois ans, ils font une première tentative pour permettre à Natacha de traverser clandestinement les frontières russes. Mais la Tchéka1 intervient, et Natacha réussit tout juste à lui échapper. Encore un an passe avant la deuxième tentative, qui, cette fois, aboutit. Enfin, en 1924, Pavlik et Natacha se retrouvent à la gare d’une ville étrangère, à Sofia, ne sachant pas alors, qu’ils ne reviendront jamais en Russie. Ils s’installent d’abord en Bulgarie avant d’émigrer en France, où ils passent le reste de leurs jours.

Le don Schagall, une source primaire sur l’histoire de la révolution russe

Le don de madame Schagall présente plusieurs témoignages de cette expérience vécue par ses parents en Russie révolutionnaire. Leurs récits personnels détaillés dans le tapuscrit de leur mémoires entrecroisées (titré À la nuit succède le jour), les poèmes de Natacha, des photographies et des documents militaires ou personnels ; tous fournissent un aperçu de résistance et de survie sous les bolcheviks, de 1917 à 1920.

Le passé militaire

L’un des poèmes de Natacha, « Bataillon féminin », paraît dans le numéro 65 de la revue franco-russe Le passé militaire / Voennaa Byl / Военная быль. Publiée à Paris de 1952 à 1974 par d’anciens officiers de l’armée et de la marine russes et par l’Union des cadets dirigée par Alexeï Guering, la revue s’étend sur 129 numéros, chacun avec 48 pages de texte en deux colonnes pourvues d’illustrations2. Les articles fournissent un matériel précieux sur la vie et les traditions de l’armée russe, couvrant des épisodes des batailles de la Première Guerre mondiale et de la guerre civile presque tombées dans l’oubli. La mission du Passé militaire était de recueillir des histoires de l’armée et de la marine impériales russes pour les générations futures qui, comme Guering l’a déclaré dans le premier numéro, « ne verraient probablement jamais sa gloire. »3 La revue fut conçue comme une publication indépendante et non politisée, évitant les conflits idéologiques. Guering voulait que les contributions soient intéressantes pour tous les émigrés de tous âges, tout en se cantonnant au thème de l’histoire militaire.

Le poème « Bataillon féminin » est une commémoration patriotique de la soldate ; il salue sa volonté de rejoindre l’armée pour la défense de sa patrie. Cela représentait assurément un fier souvenir pour les lecteurs de la revue. Une gravure de saint Georges accompagne le poème ; c’est une distinction militaire décernée pour bravoure. Le passé militaire fait partie du don de madame Tatiana Schagall et la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve d’autres numéros de cette publication dans ses fonds slaves.

Couverture avec le blason impérial de la revue Военная Быль [Le passé militaire]. Numéro 95. Union des cadets : Paris, 1969

Couverture avec le blason impérial de la revue Военная Быль [Le passé militaire]. Numéro 95. Union des cadets : Paris, 1969

Pages de l’album photo de la famille Schagall. À gauche : le poème « Bataillon féminin » de Natacha Stebline-Kamensky [Schagall] avec le ruban jaune et noir et l’insigne de l’ordre de Saint-Georges, ainsi que le ruban rouge et blanc de l’ordre de Saint-Stanislas. À droite : deux reproductions des cartes postales photographiques du 1er bataillon féminin de Petrograd sur le champ de Mars, 1917.

Pages de l’album photo de la famille Schagall. À gauche : le poème « Bataillon féminin » de Natacha Stebline-Kamensky [Schagall] avec le ruban jaune et noir et l’insigne de l’ordre de Saint-Georges, ainsi que le ruban rouge et blanc de l’ordre de Saint-Stanislas. À droite : deux reproductions des cartes postales photographiques du 1er bataillon féminin de Petrograd sur le champ de Mars, 1917.

L’histoire racontée en images…

Le don comprend également une riche collection de photographies et de reproductions photographiques, parfois annotées par la famille Schagall. Parmi ces images, on retrouve des photographies familiales d’avant-guerre (des doux étés à la campagne, des parents en uniforme, des portraits de famille, etc.), mais aussi des reproductions d’images des bataillons féminins, notamment du 1er bataillon féminin de la mort et du 1er bataillon féminin de Pétrograd.

Dans la reproduction photographique tirée du film de propagande The German Curse in Russia de Donald C. Thompson (Pathé, 1918), ci-dessous, Maria Botchkareva, la féroce capitaine du bataillon féminin de la mort, est en position de salut avec Emmeline Pankhurst, la suffragette britannique. Malgré son analphabétisme et ses humbles origines, Botchkareva est parvenue à la célébrité pendant la Première Guerre mondiale (cinq médailles pour sa bravoure) ; elle fut un symbole de la patrie russe en tant qu’instauratrice des bataillons féminins. Ses confrères et consœurs l’ont surnommée Yashka. Bien qu’elle ne soit pas mentionnée dans leurs mémoires, les Schagall gardaient quelques reproductions photographiques de Botchkareva aux commandes de son bataillon.

Maria Botchkareva et Emmeline Pankhurst observent le salut pour le 1er bataillon féminin de la mort. Reproduction photographique tirée du film de Donald C. Thompson The German Curse in Russia (Pathé, 1918)

Maria Botchkareva et Emmeline Pankhurst observent le salut pour le 1er bataillon féminin de la mort. Reproduction photographique tirée du film de Donald C. Thompson The German Curse in Russia (Pathé, 1918)

Dans une autre reproduction photographique, ci-dessous, on signale la présence du capitaine Schagall et de la soldate Natacha, dans un camp militaire près de Petrograd. Dans des archives conservées à la Library of Congress, on peut découvrir d’autres images comme celle-ci portant des informations documentaires : elles sont identifiées, datées et numérotées pour être éventuellement diffusées dans la presse ou sous forme de cartes postales4. D’après Alison Rowley, le gouvernement provisoire a utilisé des cartes postales photographiques dans une volonté de renforcer sa propre légitimité dans une ère où la carte postale était un outil commun pour la diffusion de propagande5. Défilant avec pompe au champ de Mars à Petrograd pour relever le moral du reste de l’armée, la femme soldate était un argument fort au service de la propagande. Ces images, prises au camp militaire ou au Palais d’hiver, représentent des soldates aux têtes rasées, portant des pantalons et des bottes militaires standards, leurs fusils rutilants, et offrant à tous des images de guerrières disciplinées.

1er bataillon féminin de Petrograd. Reproduction avec notes manuscrites de Tatiana Schagall ou d’Irène Schagall-Ackerman

1er bataillon féminin de Petrograd. Reproduction avec notes manuscrites de Tatiana Schagall ou d’Irène Schagall-Ackerman

…et par des documents officiels

Après la chute du Palais d’hiver, Pavlik poursuit son service dans l’Armée des volontaires, un détachement de l’Armée blanche largement composé d’officiers tsaristes, au front sud-est. Ses mémoires racontent ses expériences sous le commandement du général Mikhail Alekseyev et du général Lavr Kornilov et de la première campagne du Kouban. Pendant l’attaque de l’Armée rouge en direction du nord, les forces de l’Armée des volontaires commencent leur retraite de la ville de Rostov vers le sud pour le Kouban, dans l’espoir d’obtenir le soutien des Cosaques du Don contre le gouvernement bolchevik à Moscou. Les volontaires doivent livrer combat avant de pouvoir pénétrer dans les villages lors de leur retraite, et à chaque tentative, ils font fuir les bolcheviks. Cette campagne de glace, malgré ses grandes difficultés, est considérée par les volontaires comme une preuve de leur persévérance et de leur espoir.

La bibliothèque conserve deux documents de Pavlik délivrés lors de son service dans l’Armée des volontaires. Les deux documents sont scellés avec le blason de l’Armée blanche6, l’aigle impérial à deux têtes portant une épée et un sceptre, derrière un bouclier représentant saint Georges. Le premier des documents contient les éloges du lieutenant-général Alexandre Gueïman7 décernés à Pavlik pour son comportement courageux au combat. Le deuxième document est un certificat signé par le lieutenant-général Alexandre Pavlovitch Koutiepov8 et donne à Pavlik le droit de porter « la distinction de la première campagne du Kouban »9, une médaille ornée d’une couronne d’épines percée d’une épée qui honore les soldats ayant participé à cette marche héroïque.

De la campagne de glace, les récits de Pavlik racontent le froid et la fatigue implacables, les actes brutaux des bolcheviks et enfin la joie des petites victoires et des conforts. Mais le sentiment le plus prononcé est l’incertitude de la situation politique, une crise fortement désastreuse.

Certificat du lieutenant-général Alexandre Gueïman

Certificat du lieutenant-général Alexandre Gueïman

Traduction : « Du bureau de l’officier de Konstantinograd. Pavlik Schagall, a rejoint volontairement les rangs de l’Armée des volontaires, a participé aux batailles contre les bolcheviks dans la composition du bataillon qui m’a été confié du 1er juillet au 19 juillet 1919, étant un soldat dans la compagnie des officiers de Konstantinograd et un soldat du rang. Pour son comportement vaillant dans la bataille, la compagnie d’officiers a reçu une gratitude du commandant du 2e plastounes (un télégramme du lieutenant général Gueïman, commandant du 8e bataillon au n° 24 / 1919) – dont la signature et la demande officielle sont certifiées ».

[Traduction d’Anastasiia Kozyreva, ENS de Lyon]

 

Certificat pour la distinction de la première campagne du Kouban signé par le lieutenant-général Alexandre Pavlovitch Koutiepov

Certificat pour la distinction de la première campagne du Kouban signé par le lieutenant-général Alexandre Pavlovitch Koutiepov

Traduction : « Pour sa valeur militaire et son excellente bravoure lors des batailles, pour son travail inestimable et les privations subies pendant la première campagne du Kouban, Pavel Vasilievitch Schagall, capitaine en seconde du service automobile des forces militaire du sud de la Russie, se voit délivrée la certification présente qui certifie le droit de porter “la distinction de la première campagne du Kouban” 1 degré, que je signe et scelle ».

[Traduction d’Anastasiia Kozyreva, ENS de Lyon]

Enfin, le tapuscrit de l’ouvrage de Pavlik et Natacha, une contribution au corpus très étendu de la littérature émigrée, reflète l’identité nationale russe au milieu des bouleversements sociopolitiques. La camaraderie, la survie, la suspicion, le nationalisme et le deuil sont tous des thèmes majeurs dans leurs écrits. Accompagnés des autres documents, ces mémoires, écrits des années après les événements racontés, redonnent vie au parcours souvent douloureux de Pavlik et de Natacha. Si la distance temporelle peut diluer ou déformer l’histoire, de telles sources primaires peuvent aujourd’hui incarner en les singularisant les destins des émigrés russes. Par conséquent, le don Tatiana Schagall est un regard à la fois intime et universel sur la révolution russe, la guerre civile et l’exil.

Billet rédigé par Bridget BOWERS
(département Patrimoine et conservation,
Bibliothèque Diderot de Lyon)

Textes traduits du russe au français par Anastasiia KOZYREVA (ENS de Lyon)

Bibliographie

Les mémoires publiés de Pavlik et Natacha Schagall

SCHAGALL, Pavlik et Natacha. SCHAGALL-ACKERMANN, Irène (Trad.). À la nuit succède le jour. Lyon : Éd. Baudelaire, 2012.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 989 SCH nui
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 989 SCH nui

Sur la Première Guerre mondiale et la Russie

SUMPF, Alexandre. La Grande Guerre oubliée : Russie, 1914-918. Paris : Perrin, 2014.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 937 SUM gra

JOBERT, Véronique (dir.). Une courte guerre qui n’en finit pas. Paris : Institut des études slaves, 2016.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 973.2 cou

PETROV, Iouri Alexandrovitch. [La Russie pendant la Première Guerre mondiale] Россия в годы Первой мировой войны : экономическое положение, социальные процессы, политический кризис / Ответственный редактор Ю.А. Петров / Российское историческое общество ; Институт российское истории РАН. Мoscou : РОССПЭН, 2014
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 973.2 c PET ros

Autour des bataillons féminins

BOTCHKAREVA, Maria, AUDOIN-ROUZEAU, Stéphane (Ed.). Yashka : journal dune femme combattante, Russie 1914-1917. Paris : A. Colin, 2012.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 980 BOT YAS

BOTCHKAREVA, Maria. LEVINE, Isaac Don (Ed.). PRÉVOST, Michel (Trad.). Yashka, ma vie de paysanne, d’exilée, de soldat. Paris : Plon-Nourrit, 1923.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 980 BOT

BOTCHKAREVA, Maria. PRÉVOST, Michel (Trad.). Yashka, ma vie de soldat : souvenirs de la guerre, de la révolution, de la terreur en Russie (1914-1918). Paris : Librarie Plon, 1933.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 974 BOT yas

BOTCHKAREVA, Maria. LEVINE, Isaac Don (Trad.). Yashka, My Life as a Peasant, Exile and Soldier. Londres : Constable and Company limited, 1919.
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 980 BOT

STOFF, Laurie. They fought for the Motherland: Russia’s women soldiers in World War 1 and the Revolution. Lawrence, KS : University Press of KS, 2016.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : Cote FSJ 980 STO the

Autour de l’émigration russe

STRUVE, Nikita. Soixante-dix ans d’émigration russe : 1919-1989. Paris : Fayard, 1996.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 989 STR soi

GOUSSEFF, Catherine. L’exil russe : la fabrique du réfugié apatride, 1920-1939. Paris : CNRS, 2008
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 989 GOU exi

GREY, Marina. La campagne de glace : Russie 1918. Paris : Perrin, 1978.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 980 GRE

RAEFF, Marc. Russia Abroad : a cultural history of the Russian emigration, 1919-1939. Oxford : Oxford University Press, 1990.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 989 RAE

ROSS, Nikolaj Georgievič. Koutiepov : le combat d’un général blanc de la Russie à l’exil. Genève : Éditions des Syrtes, 2016.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 977 KOU ROS

ROWLEY, Alison. Open Letters: Russian Popular Culture and the Picture Postcard, 1880-1922. Toronto : University of Toronto Press, 2013. Prochainement disponible dans les collections de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

GUERING, A. A. Военная быль / Voennaâ bylʹ [Le passé militaire]. Paris : Union des cadets, 1952-1974. Collection de périodiques du fonds slave des jésuites, disponible sur demande.

  1. Plus tard connue sous le nom de GPU, puis de KGB []
  2. Alexeï Alekseievitch Guering (1895-1977) est un officier de l’armée russe qui combat contre les bolcheviques. Il choisit d’émigrer et s’installe en France. []
  3. « О журнале “Военная Быль”. » ВОЕННАЯ БЫЛЬ. [Le passé militaire]. Архивы номеров журнала. 2017. []
  4. Voir sur le site de la Library of Congress : <images>. Consulté le 25 février 2018. []
  5. Alison Rowley. Open Letters : Russian Popular Culture and the Picture Postcard, 1880-1922. Toronto : University of Toronto Press, 2013, p. 216. []
  6. Voir sur le site Wikimedia : <blason>. Consulté le 25 février 2018. []
  7. Alexandre Alexandrovitch Gueïman (1866-1939), lieutenant-général de l’armée russe, s’installe en Serbie après la victoire des bolcheviks ; il publie des nouvelles et des mémoires dans des revues cosaques. []
  8. Alexandre Pavlovitch Koutiepov (1882-1930) fut un chef important de l’Armée des volontaires et gouverneur militaire de la mer Noire. Il émigra à Paris d’où il fut enlevé en 1930 par les services secrets soviétiques. Voir à ce sujet le livre de Nicolas Ross, Koutiepov, le combat d’un général blanc : de la Russie à l’exil, publié en 2016. []
  9. Voir sur le site Wikimedia : <médaille>. Consulté le 25 février 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.