Écrivain et exil : Alexandre Soljenitsyne et Marina Tsvetaeva

Affiche

Réunissant les chercheurs des universités lyonnaises et grenobloises qui consacrent leurs travaux aux littératures d’Europe centrale et orientale, le séminaire inter-laboratoire sur « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » s’ouvre cette année avec quatre rencontres qui auront lieu à la Bibliothèque Diderot de Lyon entre janvier et avril 2018. Ouvert à tout public, étudiant, enseignant et chercheur, ce séminaire est l’occasion de présenter un ouvrage récent, d’annoncer un colloque, ou d’articuler communications et discussion autour d’un programme de recherches.

Le programme complet est disponible sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon : <Programme>.

 

Première séance du 26 octobre 2018 :
« Écrivain et exil : Alexandre Soljenitsyne et Marina Tsvetaeva »

SÉMINAIRE « DE BERLIN À VLADIVOSTOK »

La première séance de cette nouvelle édition du séminaire consacré à « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok », bien accueilli l’année passée, s’ouvre sur une présentation à double voix des manifestations prévues à la Bibliothèque Diderot de Lyon pour commémorer le centenaire de la naissance d’Alexandre Soljenitsyne et le dixième anniversaire de sa mort. Tatiana Victoroff, maître de conférences habilitée à l’Université de Strasbourg et commissaire de l’exposition « L’Archipel du Goulag d’Alexandre Soljénitsyne, un séisme littéraire » (« Архипелаг ГУЛаг ». История литературного взрыва) au Centre culturel russe Alexandre Soljenitsyne installé dans les locaux de la librairie Les Éditeurs réunis à Paris, évoque l’itinéraire de l’écrivain, de sa formation par le système soviétique à son installation dans la banlieue moscovite en passant par le Vermont, puis Vladivostok et l’extrême-orient russe, au contact du pays réel. Puis elle montre la carte des camps de concentration soviétiques qui figure dans L’Archipel du Goulag dont Tatiana Victoroff rappelle, à l’aide de documents visuels et sonores, le choc qu’il a suscité en France : on ne peut plus voir l’URSS de la même façon après ce livre qui modifie le paysage idéologique en Occident.

Mais l’œuvre de Soljenitsyne ambitionne davantage : elle a une portée universelle dans la mesure où elle figure la destruction de l’homme par l’homme. La réception contrastée dont Soljenitsyne fait l’objet aujourd’hui incite à redécouvrir cette portée universelle. Car en Russie, Soljenitsyne passe auprès de certains pour un « traître », un « ennemi de sa propre patrie », tandis qu’en France, l’œuvre d’un auteur, considéré parfois comme étranger à la mentalité occidentale, tombe partiellement dans l’oubli et que d’autres cherchent à récupérer son image à des fins partisanes. Pour introduire à une lecture renouvelée de Soljenistyne, Tatiana Victoroff recommande un certain nombre d’ouvrages : de Georges Nivat, Le Phénomène Soljenitsyne (2009) ; de Luba Jurgenson, Soljenitsyne et le destin russe (1991) ; d’Elena Balzamo, Soljenitsyne aux origines de la Russie contemporaine (2002). Ces trois livres mettent l’homme de lettres au premier plan, ce que se propose de faire à son tour la journée d’étude du 14 mai 2019, intitulée « Lire aujourd’hui Soljenitsyne ». Car on a reproché à Soljenitsyne, avec mauvaise foi sans doute, d’être un témoin plus qu’un écrivain (Francis Cohen, Alain Bosquet, etc.), auquel il faudrait préférer des « œuvres plus généreuses et désintéressées ». Or le sous-titre de L’Archipel, « Essai d’investigation littéraire », indique bien que Soljenitsyne se situe lui-même dans le champ de la littérature, que la réalité historique qu’il décrit est transmuée par lui en littérature : les chiffres lui importent moins que la dignité de l’homme. Il faut donc prendre au sérieux ces « romans cinématographiques », ces récits lyriques qui restent d’une actualité brûlante.

C’est dans cette perspective que la journée du 14 mai 2019 donnera la parole à Georges Nivat, Françoise Lesourd (traductrice du Journal de la Roue rouge, à paraître en français prochainement, avec l’autorisation de Natalia Soljenitsyne, avant même la parution en russe), Yves Hamant (ancien attaché culturel en URSS et l’un des « invisibles » qui ont réussi à faire publier L’Archipel), René Marichal (directeur de la Bibliothèque slave et traducteur du Chêne et le veau), Tatiana Victoroff (qui parlera des Miniatures de Soljenitsyne dont elle prépare une édition bilingue), Victoria Zayanchkauskayte (auteur d’une thèse en cours à l’université Lyon 3 intitulée À la recherche de la langue perdue : les récits d’Alexandre Soljenitsyne des années 1993-1998, sous la direction de Jean-Claude Lanne et Irina Arzamastseva), Marie-Odile Thirouin (qui parlera de ce que la littérature peut pour l’homme, selon Soljenitsyne et selon Milan Kundera).

Anne Maître, responsable des fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon, prend ensuite le relais de Tatiana Victoroff pour présenter l’exposition qui s’y tiendra en même temps que la journée d’étude en mai 2019. Il s’agira de donner à voir certains documents des fonds slaves dans la salle Patrimoine, selon une organisation en quatre « cercles » : l’histoire des publications (la Bibliothèque détient en particulier le numéro très rare de la revue Novy Mir de 1962 où est parue pour la première fois Une journée d’Ivan Denissovitch, la première édition en russe du Premier Cercle et du Pavillon des Cancéreux, etc.), une façon très concrète de reconstituer le parcours de vie de Soljenitsyne ; la réception de l’œuvre, en particulier de L’Archipel du Goulag, à travers les coupures de presse conservées à la Bibliothèque ; le contexte de la dissidence ou troisième vague de l’émigration russe ; enfin les lectures du Goulag selon les publications passées et récentes (témoignages, travaux historiques, œuvres littéraires, etc.). Selon Anne Maître, il s’agit de montrer que si l’œuvre de Soljenitsyne a eu la portée qui est la sienne, c’est qu’elle donne à entendre la voix d’un écrivain : il faut donc oublier les polémiques et revenir aux grands textes pour enfin considérer l’héritage qui est celui de Soljenitsyne aujourd’hui (héritage dont relèvent des écrivains comme Sergueï Lebedev, Luba Jurgenson, etc.).

Anna Lushenkova Foscolo, co-animatrice du séminaire et maître de conférences de littérature russe à l’université Lyon 3, présente enfin, dans la deuxième partie de cette séance, le fonds Guillaine Ivanoff-Limant, professeur de russe lyonnaise qui a légué à la Bibliothèque Diderot de Lyon, il y a une dizaine d’années, une grande partie de sa bibliothèque de littérature russe et plus de dix-sept boîtes d’archives contenant de nombreux documents attachés à la figure de la poétesse russe Marina Tsvetaeva (1892-1941). Ce sont à ces documents que s’est intéressée Anna Lushenkova Foscolo : on trouve là les épreuves de l’édition de Mon frère féminin [Lettre à l’Amazone], texte de Tsvetaeva de 1934 écrit en réponse aux Pensées d’une Amazone de Natalie Clifford Barney de 1918 (l’Amazone de Rémy de Gourmont), édition qui paraît en 1979 au Mercure de France ; des copies d’articles et de publications en russe parfois rares, provenant de Géorgie ou des Pays Baltes par exemple (photocopies, polycopiés, etc.) ; des documents relatifs à d’autres auteurs que Tsvetaeva (articles sur Alexandre Blok, sur Alexandre Soljenitsyne) ; des photos de Tsvetaeva ; des documents personnels de Guilaine Ivanoff-Limant se rapportant à ses travaux consacrés à Tsvetaeva ; manuscrits de poèmes de Tsvetaeva ; des lettres autographes de Tsvetaeva datant de 1938-1939, juste avant son retour en URSS ; une collection d’articles, réunis par Guilaine Ivanoff-Limant sur des thèmes russes, et des documents personnels de différentes natures (correspondances, photos, programmes de colloques, etc.).

Cette séance consacrée à deux écrivains russes opposés sur bien des points (engagement, résistance intérieure, etc.), mais tous deux « exilés parmi les exilés », s’achève avec les questions du public. Pour répondre à l’une d’elles, Tatiana Victoroff détaille l’actualité française consacrée à Soljenitsyne et Tsvetaeva (colloque « Alexandre Soljenitsyne : un écrivain en lutte avec son siècle » à Paris, à l’Institut de France et à la Sorbonne, en présence de Natalia Soljenitsyne, les 19, 20 et 21 novembre 2018 ; le cycle « Alexandre Soljenitsyne : vivre sans mentir » des 19 septembre-19 décembre 2018 au Collège supérieur de Lyon où seront visibles en décembre l’exposition du Centre culturel russe de Paris consacré à L’Archipel du Goulag et la lecture-spectacle d’Une journée d’Ivan Denissovitch par la Compagnie Frontale, dans la mise en scène de Grégoire Lopoukhine ; la journée d’étude du 23 novembre 2018 à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg sur « L’Archipel du Goulag : quand un livre changeait le monde » avec la projection du film documentaire « L’Histoire secrète de L’Archipel du Goulag » (2008), suivie d’une rencontre avec les réalisateurs Nicolas Miletitch et Jean Crépu, le 27 novembre ; le colloque des 12-14 décembre sur « Marina Tsvetaeva et l’Europe » à l’Université de Strasbourg, avec une table ronde « Traduire Tsvetaeva » qui réunira Jacques Darras, Florian Voutev, Alina Popova, Hélène Henry-Safier, Caroline Bérenger.

Anna Lushenkova Foscolo précise pour sa part le travail de transcription demandée par Tsvetaeva à Nadejda Toukalevskaïa et l’importance, pour la poétesse, des détails de la mise en page, ce qui entraîne une comparaison avec les propres exigences de Soljenitsyne en cette matière, puis une discussion sur sa conception et son travail de la langue russe.

Enfin, un point est fait sur l’actualité centre-européenne de la région, particulièrement riche en ce moment : Laurence Vialaron évoque la manifestation intitulée « La Faculté des langues de l’université Lyon 3 aux couleurs de la Pologne », en collaboration avec le consulat polonais de Lyon (concert du 14 novembre 2018 et soirée culturelle du 27 novembre 2018 en commémoration du centenaire de l’indépendance de la Pologne ; pour le programme ultérieur voir <Programme>) ; Marie-Odile Thirouin signale la publication de La littérature de jeunesse russe et soviétique : poétique, auteurs, genres et personnages (XIXe-XXe siècles), sous la direction de Dorena Caroli et Anne Maître, Éditions Universitaires de Macerata (Italie), Bibliothèque « History of Education & Children’s literature », 2018 (un exemplaire est disponible pour le prêt à la bibliothèque) ; Isabelle Després rappelle la journée d’étude consacrée à « Corps et corporalité dans la culture de jeunesse russe » des 20-21 septembre 2018 à Clermont-Ferrand, organisée par Katia Cennet.

À cette liste de manifestations évoquées pendant le séminaire, il convient d’ajouter les informations suivantes…

Vendredi 9 novembre 2018 (19 h 30 à 21 heures) au Grand Amphithéâtre de l’Université de Lyon (90, rue Pasteur à Lyon) : « Le temps de la mémoire, rencontre avec Philipp Sands et Javier Cercas », en collaboration avec la Villa Gillet. Philipp Sands est l’auteur de Retour à Lemberg (Albin Michel, 2018), où il mêle l’histoire de ses grands-parents à celle de deux juristes, originaires comme eux de Lemberg (Lwów/Lviv), Hersch Lauterpacht et Raphael Lemkin, inventeurs des concepts de « crime contre l’humanité » et de « génocide » entrés dans le droit international à l’occasion du procès de Nuremberg, et à l’histoire de Hans Frank, gouverneur général de la Pologne exécuté à l’issue de ce procès.

Vendredi 16 novembre et samedi 17 novembre 2018 à l’université Lyon 3 : colloque « L’héritage de l’Âge d’argent dans la littérature émigrée » (responsable scientifique : Svetlana Garziano). Voir le programme détaillé en ligne : <Programme>.

Jeudi 22 novembre 2018 (19 heures) à la librairie Passages (11, rue de Brest à Lyon) : rencontre avec l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov à l’occasion de la sortie de son roman Vilnius, Paris, Londres (Liana Lévi, 2018).

Compte rendu rédigé par
Marie-Odile Thirouin (université Lumière-Lyon 2, Passages XX-XXI)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.