Traduction et transferts poétiques France‑Russie (fin XIXᵉ‑début XXᵉ siècles)

Affiche

Réunissant les chercheurs des universités lyonnaises et grenobloises qui consacrent leurs travaux aux littératures d’Europe centrale et orientale, le séminaire inter-laboratoire sur « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » s’ouvre cette année avec quatre rencontres entre octobre 2018 et avril 2019. Ouvert à tout public, étudiant, enseignant et chercheur, ce séminaire est l’occasion de présenter un ouvrage récent, d’annoncer un colloque, ou d’articuler communications et discussion autour d’un programme de recherches.

Le programme complet est disponible sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon : <Programme>.

 

2018-2019, deuxième séance du 23 novembre 2018 :
« Traduction et transferts poétiques France‑Russie (fin XIXe‑début XXe siècles) »

SÉMINAIRE « DE BERLIN À VLADIVOSTOK »

La deuxième séance de séminaire de l’année 2018-2019 était consacrée à La réception croisée des poètes symbolistes russes et français. Anne Maître et Anna Lushenkova Foscolo présentent Natalia Gamalova, professeur de langue et littérature russes à l’université Lyon 3, dont l’intervention est consacrée à la présence du poète Innokenti Annenski (1855-1909), le « Mallarmé russe » selon la formule consacrée dans les différentes anthologies de poésie russe parues en français. Natalia Gamalova constate d’abord que la réception des poètes russes en Occident a été inversement proportionnelle à celle des prosateurs russes, considérable, et que dans cette réception, Annenski joue un rôle bien plus discret que celui de Pouchkine ou de Lermontov : si les poètes russes ont beaucoup emprunté à la France, l’inverse n’est pas vrai. Puis, Natalia Gamalova, se fondant sur son travail de recherche dans les fonds slaves de la Bibliothèque Diderot et à la BnF, fait le point à la fois sur la notion d’anthologie elle-même et sur les anthologies de poésie russe en français depuis le XIXe siècle.

La notion d’anthologie renvoie à un sens étroit (recueil ou « florilège » de poèmes courts ou d’épigrammes, caractéristique de l’Antiquité grecque et latine) et à un sens large codifié par l’usage propre à chaque culture : cette sélection de fragments divers, en vers ou en prose, concerne par exemple en Russie des ensembles de textes spirituels. Les anthologies françaises de poésie russe commencent quant à elle leur carrière avec le Choix des meilleurs morceaux de la littérature russe, à dater de sa naissance jusqu’au règne de Catherine II traduit en français, par Manuel Léonard Pappadopoulo et Pierre Gallet (1800), suivie de l’Anthologie russe d’Émile Dupré de Saint-Maure (1823), la première à recourir au nom d’anthologie. Dupré de Saint-Maure ne sachant pas le russe, se faisait faire un mot à mot oral qu’il transcrivait ensuite en français, selon une stratégie de traduction habituelle à l’époque, ou plutôt une pratique « d’imitation » comme on disait alors pour la poésie. Pour ce qui est d’Annenskij, il est présent dans les huit anthologies parues en France entre 1914 et 1985 : il est cité, il est traduit, mais il n’est pourtant pas considéré comme un « classique ». S’il est absent de l’Anthologie des poètes russes d’Olga Lanceray de 1911 chez Grasset, c’est que cette dernière est une simple réédition du texte paru à Saint-Pétersbourg en 1902 (Annenskij ne publie qu’à partir de 1904). MaisAnnenski est présent avec 4 poèmes dans l’Anthologie des poètes russes de Jean Chuzewille (Crès, 1914), 3 poèmes dans l’Anthologie de la poésie russe de Jacques David (en deux volumes chez Stock, 1946-1948), 19 poèmes dans l’Anthologie de la poésie russe, du XVIIIe siècle à nos jours d’Emmanuel Rais et Jacques Robert (Bordas, 1947), 5 poèmes dans l’Anthologie de la poésie russe du XVIIIe siècle à nos jours de Katia Granoff (Gallimard, 1961), 3 poèmes dans La Poésie russe. Anthologie d’Elsa Triolet (Seghers, 1965), 8 poèmes dans l’Anthologie de la poésie russe : la renaissance du XXe siècle de Nikita Struve (Aubier-Flammarion, 1970), 6 poèmes dans la Poésie russe : anthologie du XVIIIe au XXe siècle d’Efim Etkind (Maspéro, 1983). La particularité de L’Âge d’argent de la poésie russe : anthologie des œuvres poétiques russes des prédécesseurs et contemporains de Bounine de la fin du XIXe au début du XXe siècle traduites ou adaptées de Michel Raslovleff (La Bruyère, 1985), c’est de donner simplement deux extraits de poèmes d’Annenskij (« Pétersbourg » et « Boutade », un titre inventé pour l’occasion).

Natalia Gamalova compare les poèmes choisis, notamment ceux qui connaissent plusieurs traductions, pour essayer d’en déduire les critères de sélection retenus, en fonction du goût subjectif des traducteurs, de leur « état d’âme » au moment de la traduction, et de la recherche qui est la leur de représentativité. Elle analyse ensuite les préfaces et les notices consacrées à Annenski par les traducteurs et éditeurs en français : elle signale celle de Chuzewille qui en fait un poète élitiste appartenant par son âge au XIXe siècle, par sa poétique au XXe (il est un maître pour Akhmatova, Pasternak, Mandelstam…). Ce serait le seul symboliste russe au sens français de ce terme, puisqu’Annenskij est exactement de la même génération que les symbolistes français et belges (nés entre 1855 et 1865). Jacques David, quant à lui, classe Annenski parmi les décadents plutôt que parmi les symbolistes, car il applique en réalité à la poésie russe une grille française, peut-être pour lui gagner plus facilement le public français. Rais et Etkind en font un génie silencieux, le « Mallarmé russe », le poète de l’absence. Ce faisant, Rais attribue à Annenski les traits de son sujet lyrique, concluant directement de l’œuvre à l’auteur. Il véhicule aussi l’erreur fréquente commise sur la date de naissance du poète (qui n’est pas 1856, mais bien 1855), de même que Nikita Struve considère à tort qu’il s’est trouvé orphelin de bonne heure, comme on le lit encore souvent. Natalia Gamalova relève aussi un certain nombre d’inexactitudes concernant les établissements et les lieux où Annenski a étudié et enseigné. Enfin, elle conclut par des considérations sur la qualité comparée des traductions, en particulier celles des Russes vivant en France : c’est celle de Nikita Struve qui lui paraît la meilleure, même si Annenski sonne, dans sa traduction ou encore dans celle de Rais, comme Verlaine ou Baudelaire. La discussion qui suit l’exposé porte sur la place d’Annenskij parmi les poètes symbolistes russes (qui le considèrent comme trop peu « artiste », donc comme ne faisant pas partie des leurs, alors que son influence a été très importante sur la génération suivante), sur les différences entre symbolisme russe et symbolisme français, sur l’admiration d’Annenskij pour le travail formel et le travail du style des poètes français.

Natalia Gamalova donne ensuite la parole à Rosina Neginsky, professeur de littérature comparée à l’université d’Illinois, elle-même poète et écrivain d’expression russe, française et anglaise. L’exposé de cette dernière complète celui de Natalia Gamalova dans la mesure où il s’agit encore de la période symboliste, mais cette fois dans le sens de la France vers la Russie. Rosina Neginsky présente donc la personne qui, par ses articles, a fait connaître le symbolisme français en Russie et à qui elle a consacré une monographie en anglais : Zinaida Venguerova: In Search of Beauty. A literary Ambassador between East and West (Peter Lang, 2004 pour la première édition). Zinaida Venguerova (1867-1941) a en effet l’immense mérite d’avoir été l’une des premières (sinon la première) théoriciennes à la fois du symbolisme occidental et russe. Son très long article intitulé « Les poètes symbolistes français » a eu un écho considérable en Russie, par exemple. Rosina Neginsky présente tout d’abord le milieu familial de Zinaida Venguerova, issue d’une grande famille juive aisée et cultivée, assimilée à la culture russe. Sa mère, Pauline Wengeroff (1833-1916), née Epstein, est l’auteur de très remarquables Memoiren einer Großmutter : Bilder aus der Kulturgeschichte der Juden Russlands im 19. Jahrhundert (1908-1910), un livre sur le passage des Juifs d’une société traditionnelle à une société moderne, traduit en de nombreuses langues ; le père de Zinaida, Afanasy Vengeroff, est un banquier installé à Minsk. Parmi les huit enfants du couple, signalons, outre Zinaida, sa sœur Isabella (1977-1956), une pianiste et musicienne de premier plan. Zinaida adopte le style de vie bohème des symbolistes, vivant en ménage à trois avec sa nièce Ludmila Viľkina, fille de sa sœur aînée Elisaveta, et le poète Nikolay Minsky (1855-1937) qu’elle épouse en 1924. Zinaida parle de très nombreuses langues européennes qu’elle acquiert au cours de séjours prolongés à l’étranger, au fil d’une éducation extrêmement complète : c’est ainsi qu’elle lit, traduit, écrit sur toutes les littératures en plusieurs langues. Elle s’installe à Paris à la fin du XIXe siècle (elle y fait la connaissance de Sofia Grigorievna Balakhovskaia [1870-1966], étudiante en droit devenue la première femme-avocat de France, femme d’Eugène Petit, le futur bras droit du président Millerand, et future belle-sœur du philosophe russe Lev Chestov) et séjourne à Londres également où elle découvre les préraphaélites.

C’est ainsi qu’elle est amenée à étudier les modernistes français et anglais qu’elle décrit comme cherchant à se libérer du code moral au nom de la création de valeurs spirituelles nouvelles. Rosina Neginsky montre dans la suite de son exposé que Zinaida Venguerova les considère comme des combattants pour la beauté et la spiritualité. Elle devient la théoricienne du mouvement symboliste qu’elle présente comme double : l’art symboliste, dans un premier sens, a selon elle toujours existé comme méthode qui utilise la réalité physique pour parler de la réalité invisible ; mais dans un deuxième sens, l’art symboliste ne se préoccupe plus que de la réalité invisible comme c’est le cas des modernistes français et anglais. Le critique Max Nordau, dans Dégénérescence (1892), se moque du symbolisme français dont Venguerova prend maintenant la défense, en particulier dans son fameux article sur « Les poètes symbolistes français » qui a eu une grande influence sur Valéri Brioussov, le fondateur de la « décadence » russe : cet article constitue pour lui et d’autres une véritable révélation. Dans la première partie de son essai, Venguerova recherche l’origine du symbolisme et la voit dans le pessimisme français d’après la défaite de 1870. Ce pessimisme débouche selon elle sur un retrait des Parnassiens dans les arts, loin de la vie quotidienne et de la vie en société, des contraintes de l’existence physique et sociale. Or les symbolistes ont pris la suite des parnassiens et s’éloignent comme eux de la foule, de la banalité. Dans la deuxième partie de son essai, Venguerova examine alors en quoi les symbolistes se distinguent des Parnassiens. C’est qu’ils renoncent, dit-elle, à la froideur des Parnassiens, pour rester simplement fidèles à la défense de la beauté éternelle : tout ce que le poète voit est symbole de la vie supérieure de l’art. Rosina Neginsky choisit deux exemples parmi les poèmes de Mallarmé, « Surgi de la croupe et du bond » et « Le Cygne », que Venguerova analyse comme expression de la musique de l’âme dans une poésie qui se veut synthétique et repose tout entière sur les métaphores. Dans son essai, Venguerova parle ensuite des poètes autour de Verlaine et Mallarmé (Laforgue en particulier, dont elle raffole), et des revues. La première, elle explique le terme de décadent, né de la parodie des poètes symbolistes. Elle distingue ainsi différentes phases du symbolisme français, différentes qualités aussi de poésie, autour de Rimbaud (qu’elle distingue), Gustave Kahn (dont elle pense qu’il sera oublié) ou encore Jean Moréas.

Zinaida Venguerova fait véritablement figure de pionnière dans la mesure où elle se livre à la fois à une théorisation du symbolisme, à un examen critique de la terminologie employée à son propos et à une appréciation des courants et figures traversant ce mouvement poétique qu’elle rend compréhensible sans le simplifier, au moment même de son essor. La discussion avec Rosina Neginsky porte pour finir sur le travail de traduction personnel de Zinaida Venguerova (elle a traduit de la prose, mais jamais de la poésie), sur ses rapports personnels avec Gustave Kahn, l’historien français du mouvement symboliste (c’est pour elle un idéaliste qui écrit une utopie symboliste, c’est-à-dire qui pense qu’on peut créer une société idéale à travers l’art) et sur les archives de Nikolaï Gogoliev, encore à explorer à la Bibliothèque Diderot de Lyon (c’est Gogoliev qui a attiré l’attention de Rosina Neginsky sur Zinaida Venguerova). Pour conclure, Rosina Neginsky insiste sur la motivation de Zinaida Venguerova, qui veut à tout prix faire accepter le symbolisme, souvent critiqué et rejeté par ses contemporains : elle y a sans conteste réussi.

Compte rendu rédigé par
Marie-Odile Thirouin (université Lumière-Lyon 2, Passages XX-XXI)
avec la collaboration
d’Anne Maître (Bibliothèque Diderot de Lyon)

Bibliographie de Natalia Gamalova

Anthologies et recueils poétiques

BOWRING, John. Российская антология [Rossijskaâ antologiâ]. Specimens of Russian poets, with preliminary remarks and biographical notices. Londres : printed for the author, sold by Rowland Hunter, 1821.

Choix des meilleurs morceaux de la littérature russe, à dater de sa naissance jusqu’au règne de Catherine II, traduits en français par Manuel-Léonard Pappadopoulo et par le Cen Gallet. Paris : chez Lefort, 1800.

CHUZEWILLE, Jean. Anthologie des poètes russes. Paris : Crès & Cie, 1914 [réédition 1924].

CHUZEWILLE, Jean. La poésie russe de 1890 à nos jours. Mercure de France, 15 septembre 1925.

DAVID, Jacques. Anthologie de la poésie russe. Précédée d’une introduction à la poésie russe, choix, traduction et commentaires. Paris : Stock, 1946-1948.

DUPRÉ DE SAINT MAURE, Jean Pierre Émile. Anthologie russe suivie de poésies originales, dédiée à S. M. l’Empereur de toutes les Russies, par P.-J. Émile Dupré de Saint Maure, Chevalier de l’ordre royal de la Légion d’Honneur, etc. Paris : chez C. J. Trouvé, 1823.

HÉGUIN DE GUERLE, Charles. Les Veillées russes : choix de morceaux traduits ou imités des écrivains les plus distingués de la Russie. Paris : H. Féret, 1827.

GRANOFF, Katia. Anthologie de la poésie russe, du XVIIIe siècle à nos jours. Préface de Brice Parain. Paris : Gallimard, 1961 [réédité en 1974].

LANCERAY, Olga. Anthologie des poètes russes, traduits en vers français par Olga Lanceray. [Sankt-Peterburg] : T-va Труд, 1902 ; Paris : Grasset, 1911.

LÉGER, Louis. La littérature russe. Notice et extraits des principaux auteurs depuis les origines jusqu’à nos jours. Paris : Armand Colin, 1892.

LIRONDELLE, André, La poésie lyrique russe du XIXe siècle. Introduction, traductions et notes par A. Lirondelle. Paris : La Renaissance du livre, 1917.

MESTSCHERSKI, Èlim. Les poètes russes traduits en vers français par le prince. T. I-II. Paris : H. Fournier, 1846.

PORRY, Eugène de. Fleurs littéraires de la Russie. Traduction en vers en prose d’auteurs du XIXe siècle. Paris : Téchener, 1861.

RAIS, Emmanuel, ROBERT, Jacques. Anthologie de la poésie russe : du XVIIIe siècle à nos jours. Préface de Stanislas Fumet. Paris : Bordas, 1947.

TRIOLET, Elsa. La poésie russe : anthologie. Deux siècles de poésie russe (1896-1970). Paris : Seghers, 1965.

SAINT-ALBIN, Emmanuel de. Les poètes russes. Anthologie et notices biographiques. Paris : éd. Albert Savine, 1893.

RASLOVLEFF, Michel. L’Âge d’argent dans la poésie russe. Anthologie des œuvres poétiques russes des prédécesseurs et contemporains de Bounine de la fin du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle, traduites ou adaptée. Paris : La Bruyère, 1985.

АННЕНСКИЙ, И.Ф. Стихотворения и трагедии. Библиотека поэта. Большая серия. Ленинград : 1959.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 891.7/34 ANN 2 sti

КИБАЛЬНИК, Cергей. Античная поэзия в России, XVIII – первая половина XIX века. СПб : Петрополис : 2012.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 800 c KIB ant

Краткий критико-биографический словарь русских писателей. Т. 1. Под ред. С. А. Венгерова. CПб., тип. Эфрона, 1889 ; T. 4, 1904.

MАЗОН, Aндре. « Лермонтов у французов ». B : М. Ю. Лермонтов, Полное собрание сочинений. В 5 томах. Под ред. Д. И. Абрамовича. Изд. Разряда изящной словесности Имп. Академии наук. СПб., 1910-1913. Т. 5 : Материалы для биографии и литературной характеристики.

В. М. МУЛЬТАТУЛИ, В. М. Пушкин во французских переводах : cоотношения ритмических форм русского и французского стихосложений. СПбГУКИ, 2002.

ПЕТРОВА, Галина. Творчество Иннокентия Анненского. Великий Новгород, 2002.

Русская литература за рубежом: Перевод как восприятие и восприятие перевода. Коллективная монография.Тверь, ТГУ, 2015.

ФЁДОРОВ, А. В. Иннокентий Анненский. Личность и творчество. Ленинград, Художественная литература, 1984.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 887 ANN if 1

ЭКШТУТ, C. « Карьера юрисконсульта ». В : Иннокентий Анненский. Жизнь, творчество, эпоха. М., Азбуковник, 2016, с. 7-20.

BACKÈS, Jean-Louis. La littérature européenne. Paris : Belin, 1996.

BARTHES, Roland, Le Degré zéro de l’écriture (1953). Seuil, 1972.

CHINSKY, Pavel. La littérature russe et soviétique dans les Lettres françaises de janvier 1946 à mars 1953. Revue des études slaves, t. 72, fasc. 1-2, 2000, p. 81-95.

GRÈVE, Claude de. Problèmes spécifiques de la réception de la littérature russe en France. Revista de Filología Francesa, 7, 1995, p. 115-128.

HEMINGWAY, Ernst . Paris est une fête. Trad. de l’anglais par M. Saporta. Paris : Gallimard, 1973.

NIVAT, Georges. La réception de Blok en France. Revue des études slaves, tome 54, fasc. 4, 1982, p. 567-582.

Revue encyclopédique ou analyse raisonnée des productions les plus remarquables dans les sciences, les arts industriels, la littérature et les beaux-arts. T. XXXIII. Paris : 1927.

Bibliographie de Rosina Neginsky

NEGINSKY, Rosina. Zinaida Vengerova: In Search of Beauty. A Literary Ambassador between East and West. Francfort-sur-le-Main : Peter Lang, 2004.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 881.5 NEG zin

NEGINSKY, Rosina. Symbolism, Its Origins and Its Consequences. Newcastle : Cambridge Scholars Publishing, 2010.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon: SLA 300419

NEGINSKY, Rosina. Light and Obscurity in Symbolism. Newcastle : Cambridge Scholars Publishing, 2016.

NEGINSKY, Rosina. Salome: The Image of a Woman Who Never Was. Newcastle : Cambridge Scholars Publishing, 2018.

VENGEROVA, Zinaida. Literaturnye kharakteristiki (Les portraits littéraires), le livre I, St. Peterbourg, 1887 ; le livre II, St.-Peterbourg, 1905 ; le livre III, St.-Peterbourg, 1910.

VENGEROVA, Zinaida. Feminism and Woman’s Freedom, traduit par Rosina Neginsky. In Russian Women Writers. Londres, New York : Garland Publishing, vol. 2, pages 892-907, 1898.

VENGEROVA, Zinaida. Pevetz vremeni. Henri de Régnier” (Chanteur du temps moderne. Henri de Régnier). Novy Put’, n° 4, April 1904.

VENGEROVA, Zinaida. La femme russe. Revue des revues, septembre 1897.

VENGEROVA, Zinaida. Symbolisme v ego sovremennom ponimanii (Symbolisme in its Modern Understanding). Dnevniki pisatelej, n° 2, 1914.

À télécharger, liste des anthologies de poésie russe, en traduction française et/ou bilingues, conservées à la Bibliothèque Diderot de Lyon : <Liste des anthologies de poésie russe>.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.