Les réponses du Pomorié ou la doctrine des vieux-croyants

Le jeudi 4 avril, la Bibliothèque Diderot de Lyon accueille Mikhail Roschin, directeur de recherche à l’Institut d’études orientales de l’Académie des sciences de Russie. Invité par le Labex Comod, M. Roschin vient nous offrir une conférence sur les vieux-croyants. Cette rencontre, organisée par la bibliothèque dans le cadre du cycle « Parlez-nous de… », est animée par Laurent Thirouin, professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’université Lumière-Lyon 2, qui est à l’origine de la venue à Lyon de M. Roschin (voir affiche de la rencontre ci-après. Visuel : tableau Boyaryna Morozova par V. Surikov, détail).

Affiche

Les vieux-croyants

Les vieux-croyants représentent une branche dissidente de l’orthodoxie russe, née au XVIIe siècle et toujours vivante aujourd’hui. En effet, sous le règne du tsar Alexis (1645-1676), survient un schisme, ou Raskol dans sa terminologie russe, qui configure l’éclatement de l’Église orthodoxe russe à la suite des réformes liturgiques du patriarche Nikon (1605-1681) entérinées par les conciles de 1666-1667.

Un vent de réforme souffle alors sur la Russie. Un groupe de prêtres, les zélateurs de la piété, veulent améliorer la formation du clergé, renforcer son contrôle sur la vie des laïcs et combattre les pratiques païennes. Certains d’entre eux préconisent un retour aux sources grecques des textes sacrés. Au long des siècles les copistes ont accumulé des erreurs de rédaction et d’interprétation. Mais les vérificateurs eux-mêmes n’inspirent pas confiance et n’ont pas souvent les connaissances requises pour pratiquer les bonnes corrections. Des considérations politiques sont aussi en jeu : l’État russe veut asseoir son contrôle sur l’Église, gommer les différences avec Byzance et placer la Russie et Moscou dans la succession de Rome, en accord avec les déclarations du moine Philotée vers 1520, Moscou est la troisième Rome, après la chute de Rome et de Constantinople. En 1652, encouragé par le tsar, le patriarche Nikon engage la réforme. Les changements concernent les rituels : signe de croix avec trois doigts au lieu de deux, remplacements des grandes prosternations jusqu’à terre par de petites inclinations, célébrations eucharistiques avec cinq pains pour l’eucharistie au lieu de sept… Ils provoquent de nombreux mécontentements auprès d’une partie des croyants, chez les moines et les prêtres, dans les communautés paysannes mais aussi dans certaines familles princières. Une rébellion est menée par l’archiprêtre Avvakoum (1620-182) qui somme Nikon de démissionner. Le tsar juge Nikon trop ambitieux et trop incontrôlable et ne le soutient pas. Le concile de 1660 désavoue Nikon, définitivement écarté au concile de 1666. Pourtant, les réformes sont adoptées et ceux qui ne veulent pas s’y plier sont excommuniés et bannis. Les schismatiques ou Raskolniki ou encore vieux-croyants sont pourchassés et déportés en Sibérie. On dit que 200 000 à 300 000 dissidents fuient et se réfugient dans des régions du Grand Nord de la Russie. Avvakoum est brûlé vif en 1682.

La communauté de Vyg

En 1695, un groupe de vieux-croyants, qui font partie de ceux qui se déclarent « sans-prêtres », décide de se retirer dans la région du lac Vyg, à mi-chemin entre le lac Onéga et la mer Blanche. La communauté de Vyg établit là un ermitage qui devient le grand centre de la culture traditionnelle russe, un foyer d’une contre-culture en résistance à la culture officielle de Saint-Pétersbourg. Cette réussite est due aux deux fondateurs, les frères Dénissov, André (1674-1730) et Simon (1605-1681), théologiens et hommes de grande culture, personnages issus d’une grande famille princière russe. Cette région reculée du nord de la Russie recèle de grands gisements de fer. André Denissov convainc le tsar Pierre le Grand que sa communauté saura en extraire les tonnes qui lui sont alors bien nécessaires pour mener à bien les guerres contre la Suède. En contrepartie, le tsar dispense la communauté des taxes et autres dommages infligés aux vieux-croyants. Tout un réseau de relations commerciales se met en place avec les régions alentour et profite à l’approvisionnement en vivres et denrées diverses et variées à la capitale en construction.

Les membres de Vyg voyagent dans toute la Russie et s’enrichissent. Des écoles d’instruction religieuse d’un très haut niveau sont créées, ainsi que des écoles de peinture d’icônes et de chants liturgiques. On perpétue ainsi, même après l’époque pétrovienne, l’art du livre copié et enluminé. La diffusion de la vieille foi n’est pas oubliée. De nombreux copistes reproduisent les vieux textes officiellement interdits pour les propager dans toute la Russie. D’autres écrits voient le jour à Vyg, dont le fameux texte des frères Denissov : Les réponses du Pomorié.

Les réponses du Pomorié

En 1722, un envoyé du Saint-Synode, l’archiprêtre Néophyte, demande à André Dénissov de répondre à 106 questions qui concernent les points de désaccord entre l’Église officielle et la vieille foi. André, aidé de son frère Simon et d’autres membres de la communauté, rédige les fameuses Réponses, œuvre extrêmement savante tant sur le plan théologique que philologique et paléographique. Ce texte fixe pour longtemps la doctrine de la vieille foi.

Quelques années plus tard, le théologien Théophylacte est chargé par le Saint-Synode de réfuter les thèses du Pomorié. Théophylacte, né Fiodor Leontievitch Lopatinski (16..-1741), formé à l’Académie slavo-latine de Kiev, l’un des fondateurs de celle de Moscou, archevêque de Tver et vice-président du Saint-Synode, reprend les unes après les autres les différentes réponses des frères Dénissov.

La Bibliothèque Diderot de Lyon a la chance de conserver en ses murs ces deux œuvres. Les documents sont issus l’un et l’autre du fonds slave des jésuites.

Les collections slaves abritent en effet une copie du manuscrit des vieux-croyants de Vyg. Cette copie a probablement été réalisée vers 1750. Cette version, dont on peut lire le tire suivant sur la page de titre, Ответы пустынножителей на вопросы иеромонаха Неофита или поморские ответы [Les réponses des solitaires aux questions du ieromoine Néophyte ou réponses du Pomorié], comporte une reliure, une couverture de cuir sur une planche de bois, ainsi que des fermoirs métalliques. Il s’agit d’une version illustrée, avec un portrait d’André Dénissov et des éléments qui représentent les rituels.

Portrait Denissov Rituels

Le second document provient de l’imprimerie du Saint-Synode. Il a été imprimé en 1745 à Saint-Pétersbourg. Il est agrémenté d’une reliure en cuir. Il comporte lui aussi des illustrations. On peut voir ci-dessous la page de titre et les dessins du signe de croix.

Titre Doigts

Compte rendu rédigé par Anne Maître (Bibliothèque Diderot de Lyon)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.