Le Voyage en Sibérie de l’abbé Chappe d’Auteroche quand l’enquête scientifique devient un enjeu politique

L’ouvrage de l’abbé Chappe, qui eut à l’époque de sa publication une grande portée, suscita rapidement une intense controverse et de vigoureuses réactions, en premier lieu de la part de nulle autre personne que l’illustre Catherine II, impératrice de Russie, qui fit publier le fameux Antidote, ou Examen du mauvais livre superbement imprimé, intitulé Voyage en Sibérie (1770). « Superbement imprimé » et édité, l’ouvrage de Chappe d’Auteroche l’est sans nul doute, et l’exemplaire détenu par le fonds slave jésuite de la Bibliothèque Diderot de Lyon ne fait pas exception : si ces volumes in-quarto ont certes subi quelques altérations qui en dégradent l’aspect extérieur, notamment la reliure du premier tome dont le premier anneau a été décroché du reste, les gravures qui parsèment les quelque 740 pages, magnifiquement réalisées à partir des dessins de Le Prince, membre de l’Académie de peinture, illustrent avec une qualité toute particulière les pérégrinations, découvertes et résultats scientifiques du voyageur-auteur.

Gravure Gravure
Les gravures ornent déjà les premières pages du livre

Comme on le comprend en ayant connaissance de l’Antidote, le contenu du récit de Chappe d’Auteroche est en partie politique ; cependant, même si les chercheurs aiment aujourd’hui à mettre en avant cette dimension, il convient de ne pas oublier que l’auteur est membre de l’Académie des sciences, et que la majeure partie de l’ouvrage consiste en des recherches scientifiques minutieuses, dont le résumé des six parties en lesquelles l’ouvrage est divisé permet d’avoir une idée générale. C’est dans la première partie que l’on trouvera des observations ethnographiques sur la population russe, celle des campagnes et contrées reculées, ainsi que des réflexions comparatives sur l’évolution des sociétés, leurs formes de gouvernement et leur rapport avec le milieu ; l’objectif poursuivi est aussi de s’inscrire dans les débats philosophiques contemporains :

« L’humanité considérée dans les voyages sous différents points de vue offre le tableau le plus intéressant et le plus propre à former l’homme et à le diriger vers le bonheur. Le philosophe y trouve l’histoire de l’homme et de la nature ; l’homme d’état, le système politique des nations, les intérêts et la connaissance des peuples. ».

La deuxième partie est consacrée à la géographie, non seulement en Sibérie mais dans toute la Russie puisque c’est l’intégralité de son voyage que Chappe a mis à profit. La troisième traite de l’histoire naturelle, avec une ferme intention de mettre au jour des données plus solidement établies et de procéder de façon plus rationnelle. L’évaluation du « nivellement », des altitudes en divers points de la Russie, fait l’objet de la quatrième partie. La cinquième est plus proche du but premier du voyage en Sibérie puisqu’il y est question d’astronomie, et avant tout de l’observation, à Tobolsk, du passage de Vénus devant le Soleil. La sixième et dernière compare les expériences sur « l’électricité naturelle » (la foudre et les orages) réalisées par Chappe une décennie plus tôt en Lorraine, avec celles effectuées à Tobolsk.

Troisième partie

Une grande partie du travail que s’assigne l’abbé Chappe consiste à effectuer des mesures. Cet extrait montre à quel point il procède de façon progressive, combine les informations, en partant même de la France (les chapitres de la partie sur le nivellement continuent à la page suivante).

Nivellement, climat… Des exemples de thèmes de recherche scientifique du XVIIIe siècle

Étant donnée la taille de l’ouvrage et l’ampleur des sujets qu’il embrasse, nous nous bornerons à fournir quelques éclairages sur les questions scientifiques traitées avant d’en venir à la partie sociale voire politique et à la façon dont elles s’articulent.

Les recherches de Chappe sur ce qu’il appelle le « nivellement » laissent transparaître les thématiques scientifiques en vogue à son époque : l’objectif de déterminer l’altitude précise de la Sibérie est lié à la volonté d’expliquer le climat particulièrement froid de la Sibérie, « des physiciens du premier ordre ont cru trouver des preuves de ce froid rigoureux dans la prodigieuse élévation que les voyageurs ont donnée au terrain de Sibérie. Mais ce terrain est-il aussi élevé qu’on l’a cru ? » C’est la théorie des climats, au cœur de nombreuses réflexions philosophiques et académiques au XVIIIe, et défendue notamment par Montesquieu, qui est à l’arrière-plan de ce questionnement ; nous la retrouverons à propos des jugements politiques que porte Chappe d’Auteroche sur les Russes.

L’étude de l’ouvrage révèle une masse considérable d’informations sur les instruments de mesure utilisés par un scientifique de l’époque à la pointe de sa discipline. L’attirail de Chappe d’Auteroche est si fourni qu’il n’est guère possible d’en donner un inventaire exhaustif, mais on peut par exemple indiquer que le baromètre est un compagnon incontournable du voyageur scientifique. Il est notable que non seulement Chappe d’Auteroche soit particulièrement préoccupé par l’exactitude de son outil, ce qui l’amène à le comparer avec ceux dont dispose un autre savant auquel il rend visite à Saint-Pétersbourg, mais aussi qu’il soit « capable de reconstruire de nouveaux baromètres semblables » par lui-même. On découvre ainsi la figure d’un savant du XVIIIe siècle qui n’a pas uniquement des capacités intellectuelles mais aussi un savoir-faire manuel.

Cette exigence se comprend en regard de l’importance que revêt le choix de l’instrument adapté pour observer le passage de Vénus, Chappe d’Auteroche faisait alors preuve d’un souci extrême de perfection en la matière :

« d’abord j’avais voulu me servir d’un oculaire de trois pouces de foyer pour ma grande lunette de dix-neuf pieds ; mais la veille de l’observation je me décidai pour un qui avait seulement 1 pouce & 9 lignes de foyer […] ».

Comment exposer ses recherches et résultats ?

Pour les historiens des sciences, la manière dont sont relatées les expériences et administrées les démonstrations est elle aussi d’un grand intérêt. On remarque ainsi que le fait d’utiliser des tableaux (appelés « tables ») pour présenter les données et mesures effectuées est courant et même utilisé de façon systématique par notre auteur. Lorsqu’il s’agit de déterminer une latitude, il procède par croisement des données entre mesure absolues et mesures relatives, afin d’atténuer les effets de l’incertitude des méridiens sur ses résultats. Par ailleurs, à l’occasion du passage de Vénus, Chappe d’Auteroche, dont les observations consistent principalement à classifier les principales phases par lesquelles passe ce phénomène et à les inscrire dans le temps relativement les unes aux autres, a recours à un autre procédé graphique que le tableau : la figure schématique, qui n’est nullement aussi fréquente que la table à travers l’ouvrage, mais qui, par là même, n’en est que plus remarquable.

p. 364 p. 698 fig. 8, 9 et 10
Quelques exemples illustrant comment les recherches en matière de « nivellement » et d’astronomie sont présentées

L’ouvrage peut revêtir par endroits un caractère quasiment encyclopédique. C’est par exemple le cas lorsqu’il est question d’histoire naturelle et de géologie, dans des développements où une quantité considérable de mines, regorgeant des principaux minéraux présents dans le sous-sol russe, sont recensés par le savant. Celui-ci fait se succéder des descriptions assez courtes, toutes établies plus ou moins suivant un même modèle, à la manière d’un catalogue : localisation de la mine, état intérieur, aspect notamment en termes de couleur, technologies utilisables (en particulier l’aimant), produit de la mine. Les inventaires sont d’une richesse remarquable et sont aussi entrecoupés à quelques reprises de gravures représentant admirablement les roches observées sur le terrain.

p. 635 Planche malachites

Le discours social et politique

Quant aux aspects qui ont suscité l’ire de Catherine II et ont pu être considérés par elle et ses alliés comme une attaque politique, ils se trouvent plutôt au début du livre. Notons tout d’abord que Chappe d’Auteroche ne fournit pas seulement des renseignements ethnographiques sous-tendus par un net jugement d’Occidental se sentant supérieur. aux peuples qu’il observe. En effet, de nombreuses pages sont aussi consacrées à évaluer la puissance de la Russie, aussi bien au niveau des revenus qu’elle tire de ses principales ressources, en partant de la « capitation », jusqu’au butin des conquêtes sur la Suède et la Perse, en passant par les domaines royaux, la potasse, les salines, le commerce du tabac, etc. De plus, l’auteur a été à Cronstadt, et ainsi été en mesure de fournir un compte-rendu de la constitution du gros de la flotte des tsars, à une époque où l’idée d’une menace russe est présente dans les esprits européens et en particulier français. Par ailleurs, les informations d’ordre social et ethnographique que livre Chappe d’Auteroche tendent, dans l’ensemble, à aller dans un sens contraire à l’image biaisée et méliorative donnée de la Russie par Voltaire, mais aussi à contester les théories de certains philosophes des Lumières selon lesquelles la « barbarie », un stade de développement moindre, la proximité avec « l’état de nature » sont choses positives. Il en va de même pour les conceptions de Montesquieu concernant le rôle d’un climat froid sur les comportements et mœurs des peuples. Chappe est choqué tant par la promiscuité sexuelle dans les isbas, que par « l’esclavage » dans lequel se trouve le peuple russe, les supplices et châtiments corporels, ou encore le degré qu’il juge peu élevé des arts, des sciences et de l’éducation, ce qu’il attribue à la forme despotique du gouvernement.

Le Voyage en Sibérie apparaît en somme comme une œuvre composite, à multiples facettes, où l’astronomie « mène loin » (C. Claudon-Adhémar et F. Claudon), si loin que la rencontre avec les peuples de Sibérie débouche sur la protestation en haut lieu que l’on sait. Le savant du siècle des Lumières s’avère encore une fois être un voyageur habile sur le plan intellectuel et technique, un auteur doué de qualités littéraires, un adepte des débats scientifiques et un homme épris de précision et d’avancées dans ces connaissances. Il s’agit bien d’un ouvrage inclassable, prenant des positions bien spécifiques par rapport à quelques-uns des plus grands auteurs de son temps, tout en étant un réservoir de connaissances de tout premier plan pour son époque.

Cyrille Bonafous-Murat (ENS de Lyon)

Source

CHAPPE D’AUTEROCHE, Jean. Voyage en Sibérie fait par ordre du roi en 1761, contenant les mœurs, les usages des Russes, et l’état actuel de cette puissance ; la description géographique & le nivellement de la route de Paris à Tobolsk ; l’histoire naturelle de la même route ; des observations astronomiques, & des expériences sur l’électricité naturelle. Paris : Debure, 1768, deux volumes.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ A20d(1) et (2).

Bibliographie

CHAPPE D’AUTEROCHE, Jean. Voyage en Sibérie, fait par ordre du roi en 1761. Oxford, Voltaire Foundation, coll. Studies on Voltaire and the eighteenth century 3-4, 2004.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 910.4 CHA (1) et 910.4 CHA (2).

CARRÈRE D’ENCAUSSE, Hélène (éd.). L’Impératrice et l’Abbé : un duel littéraire inédit entre Catherine II et l’abbé Chappe d’Auteroche. Paris : Fayard, 2003. > Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FSJ 967 CAR imp.

CATHERINE II et  CHOUVALOV, Andreï Petrovitch. Antidote ou Examen du mauvais livre superbement imprimé intitulé: Voyage en Siberie fait par ordre du Roi en 1761 contenant les mœurs, les usages des Russes, & l’état actuel de cette puissance… Par M. l’abbé Chappe d’Auteroche de l’Académie royale des sciences. Paris : Debure, 1768.
> Cote Bibliothèque Diderot : FSJ 9-5 ant.

CHABIN, Marie-Anne. La curiosité des savants français pour la Russie dans la première moitié du XVIIIe siècle ». Revue des Études Slaves, vol. 57, n° 4, 1985, p. 565-576.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : PB9 18

CLAUDON ADHÉMAR, Catherine et  CLAUDON, Francis. Le Voyage en Sibérie de Chappe d’Auteroche. Dix-Huitième Siècle, vol 22, n° 1, 1990, p. 61-71.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : PB 20

MERVAUD, Michel. L’envers du « mirage russe » : Deleyre et Chappe d’Auteroche. Revue des Études slaves, vol. 70, n° 4, 1998, p. 837-850.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : PB9 18


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.