Des dessins pour la Russie…

La Bibliothèque Diderot de Lyon vous convie à une nouvelle rencontre avec la Russie, son histoire et sa culture, à travers des illustrations diverses et variées, qu’elle a pu engendrer au fil du temps. Du loubok, l’image d’Epinal russe, aux gravures qui ornent nos livres, en passant par la caricature et l’affiche, jusqu’au roman graphique, anonymes et créateurs fameux nous embarquent dans leurs univers singuliers pour nous donner à voir autrement un monde dont la richesse est depuis longtemps source d’inspiration.

Cette présentation que vous pouvez découvrir en salle Patrimoine vous invite à déambuler d’un dessin à l’autre pour parcourir certaines étapes de l’histoire du livre, de l’irruption de l’image dans nos livres anciens aux livres d’artiste, jusqu’aux lettres de noblesse de la bande dessinée magnifiée par de grands créateurs comme Hugo Pratt, Enki Bilal, ou encore l’écrivain et illustrateur russe Nikolaï Maslov.

Images d’hier et d’aujourd’hui évoquent aussi l’émergence de la Moscovie puis de la Russie, au fil de son histoire, de l’empire russe en passant par l’URSS jusqu’à la Fédération de Russie, sur la scène occidentale. Elles traduisent les liens complexes, conflictuels ou fraternels, souvent passionnels et passionnés, qui unissent depuis des siècles l’Europe occidentale, la France et le monde russe.

Sont donnés à voir de nombreux exemples de mariages entre texte et image, entre culture savante et culture populaire. Ces unions s’expriment très fréquemment dans la culture russe, dans un environnement où l’image incarnée en icône, objet spirituel et cultuel autant qu’objet d’art tient une place prépondérante. Le loubok, image imprimée accompagnée d’un texte en prose ou en vers, vendue souvent par des colporteurs en milieu rural, exprime dès le xviie siècle cette alliance des mots et de l’illustration, qui s’affirme de manière éclatante à l’aube du xxe siècle, durant l’Âge d’argent.

La Russie connaît alors une forte effervescence artistique où se télescopent de multiples mouvances – symbolistes, impressionnistes, cubistes…, irriguées par les arts traditionnels. Ce foisonnement extraordinaire qui embrase toutes les manifestations artistiques, de la peinture aux créations de décors et de costumes pour le théâtre ou la danse, jusqu’à l’art théâtral lui-même et la chorégraphie transfigurée par les spectacles des ballets russes, sert particulièrement l’art du livre. Le livre s’affirme alors comme le support idéal pour concrétiser cette « union sacrée de la poésie et la peinture », selon la belle expression de la grande spécialiste de l’art russe qu’est Valentine Marcadé. Il devient le théâtre de toutes les innovations, terrain privilégié d’expérimentation pour les futuristes et l’avant-garde, source de créativité toujours vivante et sans cesse renouvelée pour les illustrateurs et les graphistes de Russie et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui.

Les fonds slaves sont un réservoir de multiples imprimés en tout genre, riches d’illustrations qui sont autant de trésors qui se cachent au creux des livres, au détour des pages, ou sur des objets plus inattendus, comme un calendrier ou des reproductions d’affiches du début du xxe siècle. Aujourd’hui l’occasion est offerte d’en découvrir certains en salle Patrimoine ; regardez nos tables de livres, passez la porte, et laissez-vous séduire par ce vagabondage en imaginaire russe.

Quand Ivan Bilibine nous invite au voyage

À l’entrée de la salle, une première vitrine accorde la part belle à Ivan Bilibine avec une superbe « une » d’un des journaux les plus populaires des émigrés russes en France « La Russie illustrée » ; elle nous propose un florilège d’illustrations – celles d’Alexeï Remizov qui marie ses textes avec ses propres images (Paris, 1949), celles de Natalia Gontcharova qui met en images l’œuvre de Mikhail Tsetlin (Paris, 1920), celles de cette magnifique revue consacrée au poète Ossip Mandelstam, « La Revue des Belles lettres » (1981), celles d’un élégant petit format publié au début du xixe siècle (Paris, 1813), sans oublier la touche plus caustique apportée par les dessins des revues satiriques – Krokodil, Satirikon et Tchaian.

Quand l’image de la Russie apparaît dans nos livres anciens

Sous les regards décalés du créateur anonyme du chat de Kazan (xviiie siècle) et de l’artiste à jamais associé à l’aventure des Ballets russes de Diaghilev, Léon Bakst, notre vitrine-armoire présente quelques exemples de livres anciens, où au fil du temps, un imaginaire consacré à la Moscovie puis à la Russie, se fait une place dans notre univers occidental. De terra incognita foulée par ses premiers explorateurs aux grands voyageurs du xixe siècle – Adam Olearius (1599-1671), Cornelis de Bruyn (1623-1683), Georges Lecointe de Laveau (1793-18..), la Russie devient une puissance européenne ; elle intrigue, elle fascine, elle indispose, elle attire… Pendant ce même temps, le livre se transforme, et accueille les images sous diverses formes, planches hors-textes ou pages qui se déploient… Une édition anglaise publiée à Londres au début du xixe siècle propose de magnifiques gravures en couleur des costumes de l’empire russe.

Art et art du livre

À gauche en entrant dans la salle, deux vitrines offrent quelques beaux exemples de publications de la fin de l’Âge d’argent aux premières années de la Russie soviétique : art nouveau et symbolisme avec la revue Shipovnik, futurisme avec « Strelets », constructivisme avec les couvertures des éditions Petropolis (Berlin, 1922 et 1923), et cette célébration de l’art russe que fut l’éphémère revue soviétique de l’année 1923, « Русское искусство/Russkoe iskusstvo », dont la bibliothèque conserve les trois numéros parus. Puis les images de l’artiste graphiste Dmitri Bisti consacrées au Lénine de Maiakovski (Moscou, 1972) côtoient celles de Mikhail Larionov et Natalia Gontcharova illustrant leurs propres textes (Paris, 1980). Une édition de luxe publiée à Moscou en 2017 donne à lire et à voir une nouvelle version, richement illustrée de l’œuvre de Tourgueniev, Un mois à la campagne.

Nous voilà immergés dans la caricature française, avec le chef d’œuvre de Gustave Doré, lHistoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie et les dessins de Caran d’Ache, pseudonyme d’Emmanuel Poiré, artiste novateur qui malheureusement se fourvoya du côté des antisémites en particulier durant l’affaire Dreyfus. Retour aussi à la fameuse alliance franco-russe avec un numéro de l’Assiette au beurre (1901) et des vignettes de John Grand-Carteret (1893).

L’art de l’affiche

Un calendrier de l’année 1990 édité à Moscou présente des reproductions d’œuvres d’artistes du mouvement du Monde de l’Art, emblématique de l’Âge d’argent.

Plusieurs ouvrages nous rappellent l’influence fondamentale des artistes soviétiques, de l’Avant-garde au constructivisme – quand la création, même au service de la propagande, reste une manifestation artistique. Enfin cette utopie, cette lueur venue de l’est censée être incarnée par le modèle soviétique, a passionnément inspiré ses adorateurs comme ses détracteurs durant de nombreuses décennies, affiches qui sont autant de traces grandiloquentes, aux couleurs exacerbées, aux slogans violents et excessifs, stigmates des rêves brisés sur l’autel des dictatures mensongères par une répression meurtrière.

Des reproductions d’affiches publicitaires réalisées en Russie fin xixe/début xxe siècle jalonnent le parcours de l’exposition dans la salle, comme à côté des tables de livres.

Bandes dessinées et romans graphiques

Successeurs de Gustave Doré puis de Hergé, d’Enki Bilal et d’Hugo Pratt, écrivains et graphistes, maniant parfois aussi bien la plume que le crayon, interprètent et réinventent cette héritage de textes et d’images pour nous raconter encore et encore des histoires russes…. Cette fenêtre sur… vous propose de découvrir quelques bandes dessinées ou romans graphiques pour lire ou relire cette histoire qui, de l’Ukraine à la Sibérie, ne cesse pas de traverser la nôtre.

Des reproductions d’affiches publicitaires du début du siècle tout au long du parcours

Pour clore l’aventure, une balade dans Moscou en noir et blanc

 

Vous pouvez trouver toutes les références des documents présentés dans le catalogue de cette exposition « Fenêtre sur… Des dessins pour la Russie : Illustrateurs et graphistes d’ici et d’ailleurs, d’hier à aujourd’hui »

Billet rédigé par Anne Maître
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.