Pratiques artistiques intermédiales et traduction collaborative : autour de l’œuvre de Vladimir Maïakovski

Séance n°1, 6 décembre 2019

Cette première séance du séminaire L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok 2019-2020, organisée par Anna Lushenkova-Foscolo, a été consacrée à l’œuvre de Vladimir Maïakovski et notamment aux interprétations de ses poèmes, d’une part par le biais des traductions, et d’autre part par le biais de l’illustration.

Valentina Chepiga (Haute École linguistique de Strasbourg / ITEM-CNRS)
Traduction collaborative : Un nuage en pantalon

La première heure de la séance s’est ouverte par la présentation de Valentina Chepiga de la nouvelle traduction du long poème maïakovskien Un nuage en pantalon [« Oblako v stanakh », 1914-1915] parue en octobre 2019 aux Vibrations Éditions et rédigée à quatre mains par Elena Bagno et Valentina Chepiga. Après une brève présentation de la personnalité et de l’œuvre de Maïakovski, Valentina Chepiga est entrée dans les détails du processus de la traduction collaborative et des difficultés rencontrées lors de ce travail. Selon elle, ce mode de travail représentait à la fois des avantages et des désavantages. Il permettait notamment d’avoir deux visions différentes sur le poème, ce qui offrait un choix plus riche d’interprétations du texte. Un travail à quatre mains assurait également une possibilité de recul sur l’exercice de la part de chacune des traductrices, ce qui aidait à atteindre une précision et une finesse du texte. En revanche, la différence de deux visions donnait également lieu à des conflits d’interprétation qui nécessitaient un temps de discussion.

Une autre difficulté du travail était liée à la nature du texte. Le style maïakovskien se distingue par une construction très saccadée, avec sa célèbre représentation graphique en « escalier ». Il était en outre question des rimes maïakovskiennes (par exemple [v Odesse – desjat’] et des néologismes (« dekabryj ») qu’il fallait transmette en français sans perdre ce dessin rythmique. Afin d’y parvenir, les traductrices cherchaient des alternatives françaises qui d’une part produisaient un effet semblable sur les lecteurs (notamment les sonorités : les allitérations et les assonances) et d’autre part n’effaceraient pas la construction rythmique et le style de l’original.

Un autre choix très important se trouve dans le titre même du poème. Elena Bagno et Valentina Chepiga ont été les premières parmi les traducteurs du poème à introduire un article indéfini : Un nuage en pantalon et non pas le nuage en pantalon dans les traductions de Vladimir Berelovič et Charles Dobzynski. Ce choix est justifié par le texte lui-même, car on lit dans le texte du poème :

Не мужчина, а – облако в штанах ! [Ne moužčina, a oblako v štanakh] :

« pas un homme, mais un nuage en pantalon »,

et d’autre part, par la volonté des traductrices d’atténuer le caractère canonique que donne l’article défini au texte de Maïakovski et de faire connaître aux lecteurs un autre texte du poème, de les faire relire Un nuage en pantalon.

La présentation de Valentina Chepiga rejoint plusieurs problématiques de la théorie de la traduction qui s’articulent autour de la question des retraductions des textes « classiques ». Ce statut, qui souligne une certaine reconnaissance officielle à la fois de l’œuvre et de son auteur, contribue souvent à la canonisation d’une œuvre littéraire, et, par conséquent, à sa conservation en tant que monument ou lieu de mémoire plutôt que comme œuvre apte à interagir avec le lecteur. À leur tour, les interprétations produites à chaque lecture contribuent à l’enrichissement d’un texte et forment un dialogue vif et continuel qui assure la longévité et l’actualité de l’œuvre. Les retraductions, qui sont d’abord des relectures, permettent aussi une réception « active » d’une œuvre littéraire et contribuent à maintenir son intérêt auprès des lecteurs.

Florian Voutev (traducteur de poésie russe)
Le rôle de la recherche littéraire pour la traduction

La deuxième intervention de la séance a été présentée par le traducteur Florian Voutev et portait sur l’importance du travail de la recherche dans le travail de la traduction. Afin d’illustrer ce postulat Florian Voutev a proposé une traduction du poème de Vladimir Maïakovski dédié à Sergueï Essénine. Les œuvres de Maïakovski nécessitent particulièrement une recherche préalable, car elles sont remplies de références contextuelles et intertextuelles qui, pour reprendre les mots de Florian Voutev, représentent un « océan d’informations ». Selon l’intervenant, la tâche du traducteur consisterait en un travail d’assistance au lecteur dans sa découverte d’une œuvre littéraire ; ce dernier pourrait donc appréhender le monde poétique de l’auteur grâce au travail du traducteur.

Maïakovski, Vladimir. À Sergueï Essénine. Traduction de Florian Voutev [À télécharger]

Le poème À Sergueï Essénine est une réponse poétique au poète Sergueï Essénine qui était contemporain de Maïakovski et dont les regards esthétiques provoquaient à la fois une critique violente et une appréciation ardente chez ce dernier. Le poème met en place des allusions ambivalentes à la vie d’Essénine, à son suicide, à sa poésie, que Maïakovski apprécie et dénonce en même temps. Florian Voutev cite également d’autres poèmes maïakovskiens qui se réfèrent à Essénine afin d’une part d’illustrer le paradoxe de l’amitié de deux poètes et d’autre part, de démontrer le dialogue que Maïakovski mène avec lui-même et qui fait partie de son œuvre poétique. Derrière la critique de la vie d’Essénine se cachent également les références à la nouvelle société soviétique, à son univers culturel constitué d’écrivains, de chanteurs et de critiques contre lesquels s’indigne Maïakovski. La fin du poème se termine par le huitain paraphrasé d’Essénine que celui-ci a écrit avec son sang juste avant sa mort. Selon Florian Voutev, cette paraphrase représente à la fois une source d’inspiration et de polémique pour le poème de Maïakovski et un hommage à Essénine, ce qui rend très important de faire comprendre ce renvoi aux lecteurs en se référant par exemple aux traductions françaises du huitain d’Essénine.

Ainsi, la présentation du travail de recherche que Florian Voutev a dû faire en tant que traducteur met en évidence la tâche du traducteur en tant qu’interprète du texte. Il serait fautif et insuffisant d’évaluer la traduction résultante comme correcte ou non, proche de l’original ou non, privilégiant une langue source ou une langue d’arrivée, et il serait plus justifié d’évaluer le texte traduit en fonction de la richesse poétique qu’elle parvient à transmettre au lecteur depuis l’œuvre littéraire à laquelle elle se réfère.

Aleksandar Bošković (Université de Columbia)
Ciné-dispositive with An Alternating Current: Aleksandr Rodchenko’s Photomontages for Maiakovskii’s About This

Aleksandar Boškovič (Université de Columbia / professeur invité au Collegium de Lyon) terminait la première séance de cette année par un exposé sur le « livre bioscopique » que représente l’édition de 1929 du poème De ça réalisée par Vladimir Maïakovski et Alexandre Rodtchenko. De ça s’inscrit dans la continuité du monde poétique de Maïakovski en entrant dans un dialogue avec le poème Un nuage en pantalon. Ce poème dont le thème principal est l’amour, répond à la question : « comment peut-on lutter contre l’ancien mode de vie ? » représenté par des objets et des habitudes propres à la bourgeoisie. Le poème devient un espace de lutte et de tension entre le « je » lyrique et le quotidien (быт [byt]) de l’ancienne société, qui, chez Maïakovski, s’avère être associé avec la féminité. Malgré le fait que le poème soit dédié à l’amour, ni ce mot, ni le destinataire de l’amour (l’amoureuse de Maïakovski Lilya Brik) n’apparaissent dans le texte. En revanche, la couverture de l’édition créée par Rodtchenko, ainsi que ses photomontages qui accompagnent le texte poétique mettent en premier plan le portrait de Lilya Brik. Quant à la notion de féminité, chez Rodtchenko, elle n’est pas associée au « byt », mais aux références cinématographiques. L’espace du livre organisé par Rodtchenko se réfère à une salle de cinéma, les pages deviennent des sources de projection. Rodtchenko construit son propre monde de référence qui inclut également des objets du quotidien qui, placés par le biais d’un collage tout autour et même sur le cœur du poète, créent cependant un jeu parodique avec le texte de Maïakovski. La tension créée par le texte poétique se trouve dévoilée de manière hyperbolique par les images. Selon Aleksandar Boškovič, cela détruit d’une part la frontière entre le privé et le publique, et crée d’autre part l’effet d’un double codage du texte qui est auto-parodique. C’est ainsi que le lecteur se trouve face à deux mondes poétiques et imagés qui se rejoignent dans sa perception. Le livre bioscopique crée ainsi un espace dynamique dans lequel se rejoignent des interprétations différentes. Le lecteur, faisant partie intégrante de ce système à la fois conceptuel et matériel, joue un rôle de modérateur et de producteur qui assure les transferts entre les mediums, ainsi qu’entre les systèmes sémiotiques.

C’est, ainsi que le rôle du lecteur devient équivalent à celui des auteurs, car il devient créateur d’une œuvre littéraire et/ou artistique à la même échelle que ses auteurs. Par le biais d’une approche intermédiale, l’exposé d’Aleksandar Boškovič a remis en cause non seulement les problématiques de la réception, mais aussi les questions de la hiérarchie, notamment du texte et des images dans l’espace livresque.

Anastasiia Kozyreva (INALCO)

Valentina Chepiga et Florian Voutev via skype… et Anna Lushenkova-Foscolo (en haut à gauche)
Aleksandar Boškovič

Bibliographie

Vladimir Maïakovski

 

Maïakovski, Vladimir. Un nuage en pantalon : poésie / Maïakovski ; traduit par Elena Bagno & Valentina Chepiga ; [préface d’Eléna Truuts] ; [avant-propos de Florian Voutev] ; illustration de Vladimir Khvostik. – Strasbourg : Vibrations éditions, DL 2019.
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.790 4 MAAK

Autres traductions du poème de V. Maïakovski disponibles à la Bibliothèque Diderot de Lyon

Poèmes. 1, 1913-1917; traduits du russe et présentés par Claude Frioux. – Ed. bilingue. – Paris : L’Harmattan, cop. 2000
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.790 4 MAAK

Le nuage en pantalon; adaptation de Charles Dobzynski ; [traduction par Paulette Max Heilbron]. – Paris : Editeurs français réunis, 1977
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon FSJ 896 MA vv 1

Poèmes. 1; adaptation [du russe par] Christian David ; préface de Claude Frioux ; [illustrations de Carlos]. – Paris (4, rue Cretet, 75009) : Éditions le Champ du possible, DL 1973
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon FSJ 896 MA vv 8

Le nuage en pantalon / Vladimir Mai͏̈akovsky ; traduit du russe et présenté par Benjamin Goriély ; avec un portrait de l’auteur par Granovski. – Paris : Éd. des Portes de France. – 1947
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon FSJ 896 MA vv7

L’amour, la poésie, la Révolution / Vladimir Maïakovski ; choix de poèmes, traductions, présentations, Henri Deluy ; illustrations, Alexandre Rodtchenko. – Pantin ; Montreuil : Le Temps des cerises, DL 2011
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.790 4 MAAK

Autre traduction du poème À Sergueï Essénine [in]
Poèmes. 4, 1924-1930 / Vladimir Maïakovski ; traduits du russe [et présenté] par Claude Frioux. – Éd. bilingue. – Paris : Éd. Messidor, impr. 1987
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.790 4 MAAK

Maïakovski graphiste et illustrateur
Катанян, Василий Абгарович. Маяковский – художник : [альбом] / автор-составитель Василий Абгарович Катанян ; вступ. статья Бориса Абрамовича Слуцкаго. – Москва : Советский Художник, 1963

Sur V. Maïakovski
Быков, Дмитрий. Маяковский : трагедия-буфф в шести действиях. – Москва : Молодая гвардия, 2016
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.790 4 MAAK BY

Jangfeldt, Bengt. La vie en jeu : une biographie de Vladimir Maïakovski; traduit du suédois par Rémi Cassaigne. – Paris : Albin Michel, DL 2010
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.790 4 MAAK JA

Alexandre Rodtchenko

Rodtchenko, Alexandre. Ecrits complets sur l’art, l’architecture et la révolution; [édité par Alexandre Lavrentiev et Brigitte Hermann ; traduit du russe par Bernadette Du Crest]. Paris : P. Sers, 1988
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 132215

Lavrentiev, Alexander. Alexander Rodchenko : photography, 1924-1954 / Alexander Lavrentiev. – Köln : Könemann, 1995
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 770.947 RODT LA

Khan-Magomedov, Selim O. Alexandre Rodtchenko : l’oeuvre complet; avec la collaboration de Vieri Quilici ; [traduit de l’italien par Sylvie Coyaud]. – Paris : P. Sers, cop. 1986
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 770.947 RODT

Alexandre Rodtchenko : [photographies] / introduction par Serge Lemoine. – Paris : Centre national de la photographie, cop. 1986
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 770.947 RODT

Leclanche-Boulé, Claude. Typographies et photomontages constructivistes en U.R.S.S / [documentation iconographique C. Leclanche-Boulé et M. Martin-Malburet]. – [Paris] : Papyrus, [1984]
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon FSJ GFA 286


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search