Récits et poèmes d’Ukraine, des Carpates à la Bucovine

Compte rendu de la séance du 14 février 2020 (Bibliothèque Diderot, Lyon), animée par Anne Maître et Marie-Odile Thirouin

 

Photographie de Jaromir Funke (1896 -1945), extraite du cycle « Podkarpatská Rus », 1937

La deuxième séance de notre séminaire de l’année 2019/2020 est consacrée à deux régions du Sud-Ouest de l’Ukraine, proches dans l’espace, mais dotées de personnalités très différentes : l’Oblast de Transcarpatie (Закарпатська область) qui correspond à l’ancienne « Ruthénie subcarpatique » comme on l’appelait en France entre les deux guerres, et l’Oblast de Tchernivtsi (Чернівецька област) qui correspond au Nord de la région historique de la Bucovine (la partie sud se trouve aujourd’hui en Roumanie). Les Carpates ukrainiennes forment une sorte de bastion montagneux « fermé » sous administration hongroise jusqu’en 1918, puis tchécoslovaque, tandis que la Bucovine, un pays de collines et de plaines « ouvert » adossé aux Carpates, a été administrée par l’Autriche avant 1918, puis par la Roumanie. Leur seul point commun, outre la proximité géographique, c’est leur caractère multi-ethnique et multilingue qui les destinait à l’attention d’un séminaire comme le nôtre, dont l’ambition est d’aborder les littératures « de Berlin à Vladivostok » sous un angle non pas national, mais spatial : comment la littérature rend-elle compte des contacts, des échanges, des conflits dans un espace partagé par plusieurs peuples ?

Czerny, Boris. Contes et récits juifs et ukrainiens du pays houtsoule. Paris : Pétra, 2018

Pour éclairer cette question du point de vue des deux régions citées, nous avons invité Boris Czerny, professeur de russe à l’Université de Caen et auteur de Contes et récits juifs et ukrainiens du pays houtsoule, un ouvrage paru aux éditions Petra en 2018. C’est une anthologie de textes que Boris Czerny a traduits de l’ukrainien, du russe, du yiddish et de l’hébreu, précédée d’une longue introduction d’une centaine de pages. Cette introduction comprend un rappel de l’histoire de la région, une présentation des Carpates comme espace de recherches ethnographiques et de ressourcement identitaire à la fois pour les Ukrainiens et pour les Juifs, enfin une présentation des deux peuples les plus nombreux dans cette région jusqu’en 1941-1942 : les Houtsoules et les Juifs. « Houtsoules » (гуцули), ou parfois aussi Ruthènes, est un terme employé de façon générique pour désigner les trois ethnies slaves des Carpates, Lemkos, Boikos et Houtsoules, aussi présents sur les versants polonais, hongrois, slovaque et roumain de ce massif : c’est une façon floue (ethniquement et linguistiquement), mais commode, de désigner une population qui s’identifie aujourd’hui à la nationalité ukrainienne. Quant aux Juifs de cette région, ils ont presque tous été exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale, dans la « Shoah par balles » ou par déportation. La thèse que Boris Czerny défend dans son introduction, c’est qu’on a étudié cette région précisément sous l’angle des conflits interethniques et de l’antisémitisme, mais qu’avant la catastrophe du XXe siècle, les Carpates ont été le lieu d’une culture syncrétique dont il veut voir l’emblème dans deux personnages historiques devenus personnages de contes, le brigand de grand chemin Oleksa Dovbouch (1700-1745) et le rabbin Israel ben Eliezer dit le Ba’al Shem Tov (1698-1760), fondateur du hassidisme, ce mouvement mystique de renouveau religieux juif qui s’est étendu rapidement à toute l’Europe orientale au XVIIIe siècle.

Олекса Довбуш / Oleksa Dovbouch
Le « Baal Shem Tov » (le « Maître du Bon Nom ») ou le Besht הבעש »ט

Boris Czerny a d’abord rappelé l’histoire du peuplement des Carpates, lieu de refuge, au fil des siècles, pour des populations exposées aux guerres et aux persécutions : pour ce qui est des Juifs par exemple, ils sont venus en partie d’Allemagne (ashkénazes), mais aussi depuis le Sud, pour fuir la Grèce et la Hongrie (sépharades). Puis il a exposé comment les Ukrainiens et les Juifs ont fait des Carpates des conservatoires de leur culture « authentique » respective : ces montagnes sont ainsi devenues des lieux d’inspiration identitaire, représentant une authenticité fantasmée épargnée par le désastre de la civilisation. Ce sont d’abord les ethnographes français et allemands, puis russes et ukrainiens qui, à partir de la fin du XVIIIe siècle, se sont présentés dans la région et ont rédigé des ouvrages et des recueils de chants, contes, légendes… où Boris Czerny a trouvé les récits locaux mettant en scène des personnages juifs. Du côté des Juifs, ce ne sont pas les ethnographes qui sont venus ici à la recherche d’une culture juive authentique, mais les écrivains juifs, à partir de la fin du XIXe siècle et dans le premier XXe siècle. Pour beaucoup de Juifs occidentaux assimilés, les Juifs hassidiques des Carpates ont incarné une promesse de régénération de la « race » juive, une forme de proto-sionisme. De fait, ces Juifs vivaient dans des implantations rurales dispersées, s’occupaient de la gestion des domaines, tenaient les moulins et les auberges, louaient parfois la terre et faisaient office de prêteurs : ces intermédiaires souvent aussi miséreux que la population slave, ont créé avec elle une culture locale commune équilibrée, fondée sur toute une série d’échanges, essentiellement économiques et – curieusement – religieux, le mysticisme des uns faisant bon ménage avec les superstitions des autres. Houtsoules (Ruthènes) et Juifs sont donc indissolublement liés à cette terre déshéritée et ambivalente, à ces confins qui, vus des grands centres urbains d’Europe et de Russie, sont objet de répulsion (pour leur misère, leur arriération) autant que d’attirance (pour leur culture réputée virginale).

Boris Czerny a terminé son exposé en présentant les personnages historiques et littéraires de Dovbouch et du Ba’al Shem Tov (le Maître du Bon Nom) : curieusement, les contes et récits des Carpates, où se fixent les traits constituant la légende de l’un et de l’autre, les font se rencontrer, parfois s’affronter et finalement « collaborer » (par exemple dans le projet de se rendre à Jérusalem par un tunnel), alors qu’en réalité, ils ne se sont jamais vus. Ces rencontres imaginaires témoignent de la proximité des populations, à la fois rivales et solidaires dans la confrontation avec les nécessités d’une vie austère et rude dans l’espace commun des Carpates. Boris Czerny finit sa présentation en racontant le conte « syncrétique » où l’on voit Dovbouch, à la naissance, recevoir son nom de l’aubergiste juif qui a recueilli sa mère : le brigand houtsoule se retrouve ainsi doté d’un nom juif dérivé du mot ours (dont il a l’apparence) à la fois en hébreu et en yiddish (dov et ber) !

Les questions posées à Boris Czerny portent sur cette dimension syncrétique des récits des Carpates : n’y a-t-il pas là une façon d’idéaliser une situation de voisinage entre Juifs et Houtsoules qui n’a certes pas toujours été conflictuelle, mais a tout de même donné lieu à des violences anti-juives ? Boris Czerny admet que voulant rétablir l’équilibre par rapport à une vision très sombre de ce voisinage, il a pu donner trop d’importance aux échanges, mais que ces échanges existent et que les récits recueillis en témoignent. À la question de savoir si les violences extrêmes présentes dans ces récits (notamment la pratique du démembrement de ses victimes, chère à Dovbouch) ne sont pas la trace de violences interethniques réelles, on s’accorde à répondre qu’il s’agit plutôt de violences relevant du monde et de la poétique des contes : elles constituent ici un des traits de la légende de Dovbouch (de même que les scènes où les richesses volées aux riches sont distribuées aux pauvres). En définitive, ces contes houtsoules sont la variante carpatique de contes présents ailleurs en Europe, mais avec des éléments spécifiques, comme le contexte historique, la nature et le paysage propres à la région, et surtout leurs personnages juifs présentés comme des voisins un peu naïfs et stupides parfois, mais pas haïs. Le même attachement sentimental à ce pays et à ses coutumes s’exprime en outre dans les contes juifs de la région. Boris Czerny évoque finalement une autre de ses trouvailles dans les archives ukrainiennes à Kiev, le journal de guerre d’Irina Khorochounova, Carnets de Kiev 1941-1943. Journal d’une bibliothécaire russe pendant l’occupation allemande, présenté, commenté et traduit du russe par Boris Czerny, Calmann Lévy/Mémorial de la Shoah, 2018.

 

Meerbaum, Selma. Nous nous embraserons comme en rêve : vendanges de fleurs. = Wir wollen glühn so wie im Traum : Blütenlese : recueil de poèmes sauvés de la disparition ; traduction, préface et notes de Marc Sagnol ; estampes d’Anne Mounic. Chalifert : Atelier GuyAnne, 2018

Notre deuxième invité de ce jour est Marc Sagnol, directeur de l’Institut Français de Thuringe à Erfurt en Allemagne. Germaniste, philosophe, traducteur, photographe et poète lui-même, Marc Sagnol a publié en 2018 sa traduction des poèmes de Selma Meerbaum (1924-1942), Nous nous embraserons comme en rêve / Wir wollen glühn so wie im Traum, aux éditions Atelier GuyAnne. Il commence sa présentation de l’œuvre de la jeune poétesse en évoquant la capitale de la Bucovine où elle a passé toute son existence avant sa déportation en Transnistrie – une ville alors roumaine, de langue allemande : Czernowitz en allemand, Cernăuți en roumain, Tchernivtsi (Чернівці) en ukrainien, d’où sont originaires d’autres poètes d’expression allemande appartenant à la même génération, comme Paul Celan, le cousin issu de germain de Selma (1920-1970), Immanuel Weissglas (1920-1979) et Rose Ausländer (1901-1988). Puis Marc Sagnol relate les circonstances de la vie de la jeune fille (en s’appuyant sur la biographie que Marion Tauschwitz lui a consacrée : Selma Merbaum : „Ich habe keine Zeit gehabt zuende zu schreiben“. Biografie und Gedichte, Springe, zu Klampen, 2014), et l’histoire de ses 57 poèmes qui ont par deux fois échappé miraculeuse­ment à la destruction. Il explique tout d’abord les trois variantes de son nom (Merbaum, Meerbaum et Meerbaum-Eisinger, du nom de son beau-père accolé au sien par Hersch Segal lors de la première publication de ses poèmes en Israël en 1976), puis sa vie dans Czernowitz occupée par les Soviétiques (1940-1941), période pendant laquelle elle fréquente l’école de yiddish de Hersch Segal, alors que l’école en langue allemande a été fermée. Selma Meerbaum est marquée par cette rencontre avec des écrivains de langue yiddish, comme Itzik Manger – qu’elle traduit en allemand – ou Mordechai Gebirtig – à qui elle emprunte une mélodie pour son poème “Schlaflied für die Sehnsucht” [Berceuse pour le désir] – : elle a même traduit un poème de Verlaine à la fois en allemand et en yiddish. En 1941, les Allemands et les Roumains occupent la ville de Czernowitz : les Juifs sont exposés à des exactions particulièrement atroces, enfermés dans un ghetto, puis pour la plupart déportés en deux vagues vers la Transnistrie, en octobre 1941 et juin 1942 (c’est dans cette deuxième vague qu’est déportée Selma Meerbaum). Dans cette région entre les rivières Dniestr et Bug (ou Boug) sous domination roumaine, une série de camps est implantée où les Allemands viennent rafler des esclaves qu’ils destinent à la construction de routes militaires, comme la route qui va de Lemberg/Lviv à Stalingrad. C’est dans le camp de Mikhaïlovka, à l’est du Bug, dans cette zone “allemande” de l’Ukraine soviétique où elle a été transférée en août 1942, que Selma Meerbaum meurt d’épuisement et du typhus en décembre 1942.

Selma Meerbaum, et son amie Else Schächter à Czernowitz, vers 1940

Ses poèmes, écrits entre 1939 et 1941, sont dédiés à Lejser Fichman, à qui Else Schächter – une amie d’enfance de Selma Meerbaum – les remet en 1942 à la demande de Selma. Le jeune homme les rend à Else en 1944 avant de tenter de fuir pour la Palestine (il est mort au cours de ce périple). Else Schächter, avec une autre amie de Selma, Renée Abramovici, survit à la guerre et emporte ces poèmes en Israël où Hersch Segal les publie à compte d’auteur en 1976 sous le titre de Blütenlese [Offrande de fleurs], titre donné par Selma Meerbaum à son album de poèmes. Jürgen Serke, un journaliste allemand (également redécouvreur de la littérature juive de langue allemande de Prague), les publie à son tour en 1980 en Allemagne, aux éditions Hoffmann & Campe, et s’emploie à faire connaître Selma Meerbaum avec un réel succès : les poèmes de Selma Meerbaum font aujourd’hui partie du canon de la littérature de langue allemande ; ils ont donné lieu à de nombreuses mises en musique et en images, à des interprétations scéniques, à des enregistrements audio et à des traductions, dont une remarquable traduction en ukrainien par Petro Rychlo, artisan de la redécouverte de la Czernowitz juive : Selma Meerbaum-Eisinger, Ich bin in Sehnsucht eingehüllt / Я туroю oгорнутa – Gedichte eines jüdischen Mädchens an seinen Freund / Вірші єврейської дівчини до свого друга, Czernowitz, Knihy–XXI, 2012 (édition bilingue).

Plaque apposée en 2004 sur la maison de Selma Meerbaum à Czernowitz (Ukraine)
Première de couverture de l’édition des œuvres de S. Meerbaim en ukrainien et en allemand

Marc Sagnol lit quelques poèmes de Selma Meerbaum en allemand et dans sa traduction française (Natalya Shevchenko en lit la traduction ukrainienne), puis il présente un ouvrage qu’il a publié et préfacé récemment : Arnold Daghani, La tombe est dans la cerisaie, éditions Fario, 2018. On doit au peintre Arnold Daghani (1909-1985) de connaître la date exacte de la mort de Selma Meerbaum, consignée dans le journal qu’il a tenu secrètement dans le camp de travail de Mikhaïlovka et publié après la guerre en Roumanie (1947, sous le titre : Groapa este in livada de vişini) et en Israël (1960, sous le titre : Lasst mich leben !). C’est l’occasion pour Marc Sagnol de raconter les circonstances dans lesquelles il a retrouvé l’auteur de la traduction française de ce journal, un co-détenu d’Arnold Daghani, lui aussi miraculeusement évadé du camp de Mikhaïlovka dont il est l’un des très rares rescapés, Philippe Kellmer (1923-2016). Marc Sagnol a non seulement revu la traduction faite par Philippe Kellmer, un condisciple de Paul Celan au lycée de Czernowitz réfugié comme lui en France après la guerre, mais il a obtenu de lui une longue interview qui figure à la suite du Journal de Daghani. On peut aussi la lire en ligne sur le site de la revue Mémoires en jeu où elle a été publiée en février 2019 : https://www.memoires-en-jeu.com/varia/philippe-kellmer-1923-2016-rescape-et-temoin-de-mikhailovka/. Marc Sagnol a en outre utilisé cette interview dans son film documentaire, Les Eaux du Boug (2020), pour lequel il recherche actuellement un diffuseur : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/58779 . Pour terminer son intervention, il présente les nombreuses photos en noir et blanc qu’il a lui-même prises à Czernowitz depuis les années 1990, sur les lieux où vécurent Selma Meerbaum, sa famille, ses amis et les membres d’une des communautés juives les plus brillantes d’Europe. À titre anecdotique, il mentionne sa rencontre avec deux rescapés revenus vivre à Czernowitz après la guerre, Mathias Zwilling et Rosa Zuckerman, à qui le réalisateur allemand Volker Koepp a consacré un film en 1999, Herr Zwilling und Frau Zuckerman : https://www.docsurgrandecran.fr/films/m-zwilling-et-mme-zuckerman-1999.php?depuis = produit. On peut lire une interview en allemand de ce réalisateur qui a consacré un deuxième film à Czernowitz en 2004, Dieses Jahr in Czernowitz : https://www.dw.com/de/einmal-czernowitz-immer-czernowitz/a-16379578.

Les questions posées à Marc Sagnol portent sur les principes qui ont été les siens dans sa traduction en français des poèmes de Selma Meerbaum (choix de la rime ou du vers libre), sur les références personnelles de Selma Meerbaum qui marquent sa prédilection pour certains poètes ou écrivains, passés et présents, et dénotent sa vaste culture littéraire (Goethe, Heine, Verlaine, Stefan Zweig, la poésie romantique allemande, la poésie et les chansons yiddish…). Ses poèmes s’apparentent à une sorte de Voyage d’hiver qui retient les moments du jour, les saisons (qui convergent toutes dans le froid et la pluie), l’absence de figures humaines, l’absence de vues d’ensemble d’un paysage réduit à quelques éléments (feuille, arbre, pluie), la présence de couleurs tranchées qui « engrangent » les sensations et les émotions. Ce n’est pourtant pas une poésie minimaliste, tant les émotions sont vives dans ce monde disloqué écrasé par une menace permanente : les procédés utilisés évoquent à Boris Czerny ceux de Chalamov dans ses Récits de la Kolyma. Marc Sagnol rappelle d’une part qu’il ne s’agit pas là d’une écriture de camp, puisque Selma Meerbaum a écrit ces poèmes avant la déportation, et d’autre part que ceux-ci sont traversés par un puissant désir – de vivre, d’aimer, sans qu’on sache exactement si ce désir est tourné vers une personne précise ou s’exprime de manière absolue, comme dans Le Cantique des Cantiques. Ce désir venu de l’intérieur se heurte à un monde à qui le sujet poétique ne parvient pas à donner une cohérence. L’unité des 57 poèmes se fait autour de quelques mots qui constituent la poétique de Selma Meerbaum : Sehnsucht, Einsamkeit, Glück, Tränen, Träume, Blätter, Nacht – désir, solitude, bonheur, larmes, rêves, feuilles, nuit.

Marie-Odile Thirouin

Bibliographie

Boris Czerny

Czerny, Boris. Contes et récits juifs et ukrainiens du pays houtsoule. Paris : Pétra, 2018
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.797 ANT

Carnets de Kiev, 1941-1943 : journal d’une bibliothécaire russe pendant l’occupation allemande / Irina Aleksandrovna Khorochounova ; présenté, commenté et traduit du russe par Boris Czerny ; préface de Georges Bensoussan. – Paris : Calmann-Lévy, DL 2018
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 947.084 2 KHO

Czerny, Boris. Auto-construction et re-construction de l’identité juive–russe, le cas de Sima-Simon-Shimon Markish. In : La fabrique de l’homme nouveau après Staline : les arts et la culture dans le projet soviétique / sous la direction de Cécile Vaissié. – Rennes : Presses universitaires de Rennes, DL 2016. P.
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 947.085 VAI

Lieu(x) d’écriture et écriture de lieu(x) : topographie du réel et de l’imaginaire : hommages à Anne-Marie Gresser / publiés sous la direction de Boris Czerny et Éric Leroy du Cardonnoy ; [publié par l’] équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés [de l’]Université de Caen Basse-Normandie. – Caen : Presses universitaires de Caen, DL 2015
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 809.933 2 GRE

Czerny, Boris. « Témoignages et œuvres littéraires sur le massacre de Babij Jar, 1941-1948 », Cahiers du monde russe [En ligne] 53/4 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2015, Consulté le 25 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/monderusse/9401 ; DOI : 10.4000/monderusse.9401
http://www.fabula.org/colloques/document2757.php

Les Doctoriales de l’Association française des russisants, Caen, 18 décembre 2013 / [Association française des russisants] ; sous la direction de Boris Czerny. – Paris : Institut d’études slaves, 2014
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon SLA 600667

Czerny, Boris. La Steppe de Tchekhov : nouvelles lectures ; [publié par l’] Équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés, Université de Caen Basse-Normandie. – Caen : Presses Universitaires de Caen, 2012
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.790 3 CEHO CZ

Marc Sagnol

Meerbaum, Selma. Nous nous embraserons comme en rêve : vendanges de fleurs. = Wir wollen glühn so wie im Traum : Blütenlese : recueil de poèmes sauvés de la disparition ; traduction, préface et notes de Marc Sagnol ; estampes d’Anne Mounic. Chalifert : Atelier GuyAnne, 2018
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 830.900 9 P MEE

Daghani, Arnold. La tombe est dans la cerisaie : journal du camp de Mikhaïlovka, 1942-1943 ; traduit du roumain et de l’allemand par Philippe Kellmer ; [édition établie et annotée par Thierry Bouchard et Marc Sagnol]. Suivi d’un Entretien entre Philippe Kellmer et Marc Sagnol. – Paris : Fario, 2018.
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 894.2 DAGH

Sagnol, Marc. Synagogues d’Ukraine. In : Cambodge. Tuol Sleng ou l’histoire du génocide en chantier Tuol Sleng, a history of the cambodian genocide under construction. – Paris : Kimé, 2018. – 1 vol. (146 p.) : ill. ; 28 cm. – Numéro de : Mémoires en jeu. Memories at stake, ISSN 2497-2711, (2018) n°6. P. 36-43
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon FSJ GFA 982

Sagnol, Marc. Philippe Kellmer, (1923-2016), rescapé et témoin de Mikhaïlovka. In : Mémorialisations immédiates = Spontaneous memorialization. Paris : Kimé, 2017. – 1 vol. (146 p.) : ill. ; 28 cm. – Numéro de : Mémoires en jeu. Memories at stake, ISSN 2497-2711, (2017) n°4. P. 104-108
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon FSJ GFA 983

Guelman, Alexandre. Les mots veillent sur nous : poèmes, proses et aphorismes ; traduits du russe par Marc Sagnol ; estampes de Guy Braun. – Chalifert, Seine-et-Marne : Atelier GuyAnne, 2016
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 891.790 4 F GEL

Paul Celan : de Czernowitz à Paris / [avec les contributions de] Marc Sagnol, Arnold Daghani, Selma Merbaum… [et al.]. Numéro 690. Paris : TM, 2016
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon SLA 300726

Sagnol, Marc. Tragique et tristesse : Walter Benjamin, archéologue de la modernité ; préface par Stéphane Mosès. – Paris : Ed. du Cerf, 2003
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 190.904 BENJ SA

Sagnol, Marc. Dresde : la mémoire oubliée / dessins Patrice Giorda ; texte Marc Sagnol =@Dresden : vergessenes Gedächtnis / Zeichnungen : Patrice Giorda ; text, Marc Sagnol. – Dresden : Institut Français de Dresde, 1993. – 1 vol. ([non paginé] : ill. ; 25 cm. – Catalogue édité à l’occasion de l’exposition de dessins de Patrice Giorda à l’Institut Français de Dresde du 12 février au 30 mars 1993 qui commémore la destruction de Dresde le 13 février 1945. – Texte en français et en allemand
Cote Bibliothèque Diderot de Lyon 147041

Selma Meerbaum-Eisinger en ukrainien et en allemand

Selma Meerbaum-Eisinger, Ich bin in Sehnsucht eingehüllt / Я туroю oгорнутa – Gedichte eines jüdischen Mädchens an seinen Freund / Вірші єврейської дівчини до свого друга, Czernowitz, Knihy–XXI, 2012.

Sélection d’ouvrages sur l’Ukraine et sur Czernowitz, sur la Shoah par balles et la Shoah en Roumanie

[A télécharger]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search