Journaux de l’extrême

Compte rendu de la séance du séminaire « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » du 26 février 2021

Les organisatrices se réjouissent de la reprise, même en visioconférence, du séminaire « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok », avec la tenue de cette première séance de l’année, initialement prévue le 13 mars 2020 et reportée au 26 février 2021 à cause la pandémie ‑ comme tant d’autres activités de recherche. Organisée par Hélène Martinelli, cette séance, dont les modalités mais aussi le programme avaient été repensés suite à ce report, portait sur les « Journaux de l’extrême », titre proposé par Mateusz Chmurski, en référence à l’exposition « Manuscrits de l’extrême » présentée en 2019 à la Bibliothèque nationale de France (https://www.bnf.fr/fr/agenda/manuscrits-de-lextreme). Contrairement à ce qui avait été programmé l’an dernier en lien avec la venue prévue de Michael Schwarze (professeur de l’université de Constance alors invité au CERCC), le point de départ de la réflexion était donc moins « le journal personnel, entre vie ordinaire et témoignage de guerre » que des conditions extrêmes paradoxalement propices au diarisme, en l’occurrence à l’écriture d’ego‑documents lors du siège de Leningrad comme face à d’autres épisodes de la guerre en Europe centrale, de l’entrée en guerre consignée par des diaristes pragois en 1914 à l’occupation de Varsovie durant la Seconde Guerre mondiale.

Les deux présentations prévues ont été précédées d’un point d’information et d’actualité, réalisé par Hélène Martinelli, concernant les récentes parutions chez Eur’Orbem Éditions (http://eurorbem.paris-sorbonne.fr/spip.php?article889), maison d’édition fondée en 2016 dans le laboratoire parisien du même nom, qui prend le relais, en formats électronique et papier, des publications associées à la revue Cultures d’Europe centrale (2001-2010) et à la Petite bibliothèque des classiques de littérature polonaise de l’Institut d’Études Slaves.
Dans ses différentes collections, Eur’Orbem Éditions publie aussi bien des sources que des études, comme en témoignent aussi les deux volumes que le directeur de publication Xavier Galmiche a consacrés en 2019 à l’amateur suisse d’Europe centrale William Ritter (William Ritter voyage en Slovaquie (1903-1914) : Images d’un pays rêvé), qui associe une solide présentation de l’auteur, des extraits de journal personnel inédits et des sources visuelles, notamment des photographies récemment découvertes qui ont été le prétexte à cette publication ‑ auxquelles est consacré le volume d’annexes, confirmant la très belle facture visuelle des publications réalisées sous l’égide de Stéphanie Cirac. Il est à noter que cette initiative s’inscrit dans un projet au plus long cours, qui a notamment donné lieu à un colloque en 2008, mais aussi à la « Plateforme William Ritter » (http://www.circe.paris-sorbonne.fr/spip.php?article194) ainsi que, plus récemment, à la programmation d’expositions en République tchèque comme en Suisse.
Parmi les récentes publications immédiatement corrélées au thème du séminaire, on peut aussi mentionner l’ouvrage tiré de la thèse de Mateusz Chmurski publié en 2019 (Journal, fictions, identité(s). Modernités littéraires d’Europe centrale (1890-1920) à travers les œuvres de Géza Csáth, Karol Irzykowski, Ladislav Klíma) ainsi qu’un recueil de textes qu’il a réunis et édités la même année : Le Démon du consentement de Dominik Tatarka, dans une traduction de Sabine Bollack, suivi de La Rencontre avec Tatarka par Bernard Noël.
Anna Lushenkova Foscolo, co-organisatrice du séminaire, a enfin eu l’occasion de présenter l’ouvrage collectif Plurilinguisme et autotraduction qu’elle a co‑dirigé avec Malgorzata Smorąg-Goldberg et qui a paru en 2019 chez Eur’Orbem Éditions, dans la collection « Texte/s ». Ce projet de recherche sur l’auto-traduction, après un second volet qui s’est tenu à l’Université de Nice en mai 2019, prévoyait une nouvelle étape comportant notamment un colloque lyonnais avec un magnifique programme international qui a malheureusement été annulé en avril dernier suite à l’annonce du confinement, mais qui donnera néanmoins lieu à une publication dans un numéro spécial des Nouveaux Cahiers de Marge (https://publications-prairial.fr/marge/).

C’est Mateusz Chmurski, maître de conférences en polonais à Sorbonne Université et rattaché au laboratoire Eur’Orbem, qui a proposé la première intervention, sur les « Journaux personnels centre-européens entre faits historiques et faits (auto)biographiques » à partir de leur définition comme « Dispositifs de sur/vie », et d’exemples choisis : les trois écrivains Karol Irzykowski, Franz Kafka et Ladislav Klíma. Dans le prolongement de sa thèse de doctorat mais sur un corpus élargi incluant notamment Kafka, il s’est ainsi interrogé sur ce qui résultait de ses recherches antérieures en se penchant successivement sur les enjeux et méthodes posés par l’étude de journaux personnels de l’extrême, sur la position des trois cas de figure précités dos et/ou face à la guerre pour interroger la texture de leurs « dispositifs de sur/vie » par l’observation de leurs écritures de crise.
Un premier temps de son étude a permis de justifier l’usage de l’appellation de journal « personnel » plutôt qu’« intime » et de définir les enjeux du dispositif, tout en orientant son propos dans trois directions : l’étude de la matérialité et non seulement de la textualité des supports et pratiques diaristiques, la considération de leurs aspects « autogénétiques » (en lien direct avec la production de fictions autoréférentielles chez les auteurs considérés), mais surtout la nécessaire analyse de leur rythme, qui a fait l’objet, dans sa thèse, de l’invention d’un terme qui est aussi un précieux outil : le diarigramme, qui consiste à schématiser la cadence de la production, à commencer par le nombre de pages imprimées ou de feuillets manuscrits produits par jour sur une période donnée.
Le journal d’Irzykowski, consacré en 1916 à la maladie et à la mort de sa fille qui, plus que la « Grande guerre », provoque un pic dans l’intensité de sa production, sera comparativement plus dense pendant la Seconde Guerre mondiale et en particulier en 1939, pendant les trois semaines qu’a duré le siège de Varsovie. L’auteur signale en outre cette intensité de manière graphique, par des barres verticales et soulignements qui fonctionnent comme des sténogrammes émotionnels et distinguent par exemple l’entrée en guerre de l’Angleterre ou l’incendie de la diète dans le bunker de laquelle il est à l’abri lors des bombardements.
À la faveur de la récente retraduction intégrale en français des journaux de Kafka par Robert Kahn (2020), l’observation de ses rythmes de production a permis de révéler que le célèbre écrivain pragois ne s’était pas seulement distingué par son apparente indifférence à l’événement politique contemporain (puisque son journal compte cette fameuse entrée : « 2 août 1914 : l’Allemagne vient de déclarer la guerre à la Russie. Après-midi, piscine ») mais aussi par son intense production écrite face à la Première Guerre mondiale, puisqu’il consacre 118 pages à l’année 1914, qui est aussi la plus marquée par la multiplication et le chevauchement des différents cahiers, même si ces phénomènes ne s’observent pas sur la durée. L’encadrement de sa réaction devant la déclaration de guerre par des remarques sur la solitude et la place qu’elle laisse à la création à venir montre que la guerre est déterminante quant aux relations qui se nouent alors entre écriture et existence.
À Prague lui aussi, où il écrit son journal en tchèque et en allemand, Klíma ne fait quant à lui quasiment aucune mention de la guerre bien que son vécu oppressant l’accule au suicide ‑ au point que sa production fictionnelle devient une échappatoire sinon un trompe-l’œil qui tient littéralement lieu de dispositif de survie en se substituant aux tentatives de suicide. Que le journal soit troublé par le spectre de l’agénésie, comme chez Kafka, ou objet parmi d’autres d’une graphomanie complexe, comme pour Klíma, le rythme de son écriture n’en reste donc pas moins marqué par le mouvement de l’histoire ‑ même quand il ne semble pas le voir.

N.B. Seule cette première intervention a pu être enregistrée, et a par conséquent été mise en ligne directement par le conférencier : https://dropsu.sorbonne-universite.fr/s/7cet66WC8KiDSJ2.

La deuxième communication était présentée par Sarah Gruszka, actuellement en postdoctorat H2020 (CERCEC/CNRS), mais qui a également fait sa thèse au laboratoire Eur’Orbem, et revenait, elle aussi, sur les corpus auxquels elle a consacré son doctorat en histoire (« Voix du pouvoir, voix de l’intime. Les journaux personnels du siège de Leningrad (1941-1944) »), sous l’intitulé : « Voix de l’intime, voie du salut. L’écriture de soi face à la catastrophe (Leningrad, 1941-1944) ».
Bien que l’intervenante ait aussi eu l’occasion de traduire des extraits du journal de la poétesse russe Olga Berggolts pour L’Harmattan, sa communication était, à l’occasion de ce séminaire, orientée sur l’étude des journaux de personnes ordinaires pendant le siège de Leningrad. Or si le nombre de journaux produits dans ces conditions hostiles est difficile à évaluer, les 450 diaristes que la conférencière a recensés pour son travail de doctorat semblent d’emblée indiquer que la démesure de ce siège qui a duré 900 jours et causé près d’un million de morts civils a eu pour corollaire l’intensité globale de la production écrite, dépassant ainsi ce que l’on connaît du nombre déjà important de journaux portant sur la Shoah – tout en restant prudent si on rapporte ce nombre à la population de Léningradois, même sans pouvoir prendre la mesure des journaux qui n’ont pas été conservés.
Le contexte et les conditions matérielles d’écriture ont le mérite de rester sensibles dans la production diariste. Or le cadre scriptural du siège de Leningrad est celui de la contrainte et de l’acharnement : les diaristes consignent la torture des bombardements, de la faim, du froid, les différents manques matériels qui affectent la pratique de l’écriture, dont la faiblesse de la lumière, la pénurie de papier ou d’encre, souvent gelée. Ils expriment aussi la menace permanente de la mort causée par la famine ou les bombardements, leur journal personnel les accompagnant bien souvent jusqu’au dernier moment, malgré le délitement de la graphie et de la pensée.
De fait, c’est dans les bornes chronologiques du siège que l’écriture est la plus intense, tandis que les journaux sont délaissés quand les conditions s’améliorent, contrairement à ce que l’on constate en ce qui concerne l’écriture testimoniale par exemple. En outre, ce sont moins les événements qui sont décrits que les conditions dans lesquelles ils sont vécus, leur retentissement concret sur le plan individuel, l’état de vulnérabilité qui les accueille, comme c’est aussi le cas dans les journaux de camps et d’occupation, avec la nécessité de retrouver un équilibre psychique face à la perte des repères. La conférencière a donc interrogé les diverses fonctions du diarisme qui, obstiné, construit des digues contre la catastrophe : le journal se fait espace de maîtrise du chaos, espace d’évasion et outil de distanciation, l’écriture y est pulsion de vie, succédané de communication pour rompre l’isolement, point d’ancrage dans la civilisation, conjuration de la faim, faisant encore de la pratique diariste un instrument de contrôle et de perfectionnement.
Point d’ancrage de la résistance bien qu’il comporte une évidente composante thanatographique, le journal se fait le support sinon le moteur ou le garant d’une pulsion de vie. Face à la banalisation et à la submersion de la mort dans une ville devenue une « morgue à ciel ouvert », il garde parfois le décompte des proches morts au quotidien, même si la peur de la mort peut elle-même contribuer à l’affaiblissement des diaristes. Le journal est aussi gage d’immortalité, prolongement de soi ne serait-ce que dans l’espace matériel du cahier, quand il n’est pas un compte à rebours macabre qui fait coïncider fin matérielle du cahier et décès. Projection de la survie, il peut aussi permettre une échappée par la pensée vers un futur, au-delà du blocus. Enfin, il est un espace d’affirmation de la volonté de vivre contre l’abdication considérée comme mort psychique, un espace de lutte morale à l’écrit ‑ même si la corrélation entre diarisme et survie ne doit pas être idéalisée.
Pour toutes ces raisons, ces journaux écrits en secret sinon au péril de la vie des diaristes sont précieux pour dire une autre vérité sur ce siège que la version héroïque imposée par l’historiographie officielle, comme en témoignent les polémiques récurrentes et toujours idéologisées sur cette question. Ils méritent également d’être étudiés pour eux-mêmes, en tant qu’écriture du et sur le malheur.

Les manuscrits autobiographiques étant à ce jour dispersés sans que l’on trouve nécessairement d’équivalent de l’Association pour l’Autobiographie (http://autobiographie.sitapa.org/spip.php) voire de la European Diary Archives and Collections (http://www.edac-eu.eu/) pour les pays d’Europe centrale ou pour la Russie (où les initiatives se rapportent en général à une communauté donnée), ne reste plus qu’à les exhumer, les publier et les traduire, pour en mesurer les rythmes et la teneur vitale face aux conditions extrêmes de leur rédaction.

Compte rendu rédigé par Hélène Martinelli

Présentation de la séance à la Bibliothèque Diderot de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search