L’œuvre d’Ivan Bounine en France

Compte rendu de la séance du séminaire « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » du 2 avril 2021 

L’occasion du 150e anniversaire de la naissance d’Ivan Bounine, prix Nobel de littérature, devait donner lieu à un colloque international en octobre 2020. Suite à la situation sanitaire particulière, l’évènement s’est pour l’heure transformé en séance du séminaire « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » organisé par Anna Lushenkova Foscolo (Université Lyon 3) le 2 avril 2021, en visio-conférence. À cette occasion, il s’agit entre autres de réfléchir aux différentes formes de la circulation et de la transmission de l’œuvre d’Ivan Bounine aujourd’hui, dans une séance qui réunit slavistes et traductrices, et de présenter le volume de nouvelles traductions de certains écrits de l’auteur paru chez YMCA-Press en 2020.

Vivre pleinement : recueil / Ivan Bounine ; nouvelles traduites du russe par Anne-Marie Tatsis-Botton et Anna Lushenkova Foscolo ; poèmes traduits du russe par Hélène Henry ; composition, préface et commentaires Anne Lushenkova Foscolo (prose), Tatiana Dvinyatina (poésie) ; sous la direction de Tatiana Victoroff.
Cote BDL : 891.790 4 BUN

Les intervenantes sont Anne Maître (Bibliothèque Diderot de Lyon), Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg), Anne-Marie Tatsis-Botton (traductrice littéraire), Tatiana Dvinyatina (Institut de littérature russe Maison Pouchkine / Institut de littérature mondiale Gorki) et Anna Lushenkova Foscolo (Marge, Université Lyon 3).

Après une courte présentation de la séance, Anna Lushenkova Foscolo remercie Hélène Martinelli (ENS Lyon), Marie-Odile Thirouin (Université Lyon 2), Anne Maître (Bibliothèque Diderot de Lyon), et plusieurs collègues de l’Université de Grenoble pour leur travail en commun dans le cadre de ce séminaire depuis trois ans.

 

Anne Maître (Bibliothèque Diderot de Lyon)

« Traces russo-françaises d’Ivan Bounine à la Bibliothèque Diderot de Lyon »

La présentation d’Anne Maître introduisant à l’univers éditorial construit autour de Bounine, contrariée par un problème technique ne permettant pas le partage d’images, est faite sans l’appui visuel prévu, une présentation en images des diverses publications de Bounine conservées à la bibliothèque. Ces documents ont deux origines principales, le fonds slave des jésuites et le fonds Georges Maklakoff.
Le fonds slave des jésuites, ancienne Bibliothèque slave de Meudon bien connue des slavistes, est le fruit de la réunion de deux bibliothèques jésuites, l’une, le fonds Gagarine, initiée par un noble russe, Ivan Sergueievitch Gagarine (1814-1882) converti au catholicisme et exilé en France au milieu du XIXe siècle, et l’autre, le Fonds Saint-Georges, associée à une communauté d’émigrés russes réfugiés après 1917 à Istanboul et prise en charge par des pères jésuites. Ce fonds jésuite est installé à l’ENS de Lyon en 2002.
Le fonds Maklakoff est la bibliothèque de la chaire de russe de la faculté des lettres de l’Institut catholique de Lilles (1927-1964), créé par Georges Maklakoff (1892-1969). Elle est acquise par la bibliothèque en 2008.
Ces collections abritent de nombreuses « traces » d’Ivan Bounine, portes d’entrée diverses à son œuvre, des premières éditions ante-1917 jusqu’à aujourd’hui. Elles témoignent de la vie intense et féconde des émigrés russes en France. Et elles font revivre quelques personnages emblématiques de cette Russie hors-frontières, comme la poétesse Alla Golovina (1909-1987), dont une bonne partie de la bibliothèque fut donnée au fonds jésuite par son époux après sa mort et dont les ouvrages sont riches d’ex-libris, de dédicaces et de notes marginales.
Afin d’éclairer le propos, Svetlana Garziano, maître de conférences en littérature russe à l’université Lyon 3, montre les images d’œuvres du fonds slave annotées ou dédicacées.
[Télécharger la présentation « Traces russo-françaises d’Ivan Bounine » à la Bibliothèque Diderot de Lyon]

Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg / YMCA-Press)

« Publier Ivan Bounine en France aujourd’hui »

Tatiana Victoroff, maîtresse de conférences et représentante de la maison d’édition YMCA-Press, replace Ivan Bounine dans son époque, aux côtés de Léon Tolstoï et d’Anton Tchékhov.
Grand écrivain, il a d’abord été reconnu dans son pays et élu à l’académie Russe.

Suite à la révolution d’Octobre, il part vivre en France où, bien qu’écrivant beaucoup d’œuvres, il reste peu connu du public français. Gardant son enracinement dans la culture russe, il reste un écrivain européen et recevra le prix Nobel de littérature en 1933. Les premières traductions sont faites par Maurice Donzel, sous le pseudonyme de « Parijanine » dès les années 20.
« Le Monsieur de San Francisco », « Le Village » et « Le calice de la vie » sont les trois premiers recueils traduits et reconnus par des écrivains français comme André Gide, Roger Martin du Gard ou Romain Rolland. Longtemps, seuls ces trois volumes resteront traduits.
« Le sacrement de l’amour » en 1925 et « La Nuit » en 1929 viendront compléter les traductions de son œuvre. Il faudra attendre 1937 pour voir la parution de « La délivrance de Tolstoï » chez YMCA-Press. Ses « Mémoires » paraissent en 1950 chez Calmann-Lévy. Ivan Bounine n’est pas totalement satisfait de ces traductions qu’il ne trouve pas très fiables.

Beaucoup de ses œuvres ne seront traduites qu’après sa mort, comme « Jours maudits » et « Les allées sombres ».

La poésie d’Ivan Bounine n’est pas forcément très connue du lecteur français, il la considérait lui-même comme intraduisible, et Boris de Schlœzer reste, à ce jour, celui qui aurait le mieux transcrit en langue française la musicalité poétique de ses œuvres. L’illustration de la couverture de l’édition 2020 de « Vivre pleinement » est due à Ivan Sollogoub et s’inspire parfaitement de la tonalité de l’œuvre. Un grand travail reste à faire en France pour la reconnaissance et la diffusion des œuvres d’Ivan Bounine.

Tatiana Dvinyatina (Institut de littérature russe Maison Pouchkine / Institut de littérature mondiale Gorki)

« La poésie comme élément originel de l’œuvre de Bounine »

Bien que prosateur reconnu et récompensé, Ivan Bounine se voyait avant tout comme un poète et pour lui, vers et prose étaient liés, comme imbriqués.
Ayant grandi au milieu des paysages de steppes isolées, il exprime de manière lyrique et imagée les splendeurs de la nature qui l’entoure.
Pour lui, tout est poésie avant de devenir prose et cela se retrouve dans « Les Pommes d’Antonov ». Sa prose se nourrit souvent de ses vers comme « Rêves de Tchang » qui est issu des vers « orientaux ».
Il en est de même pour ses nouvelles des années 1910, ainsi que de « La Vie d’Arseniev », imprégné de sa vision poétique et nostalgique de la Russie, qui lui a valu le prix Nobel de 1933.
Le souci du verbe juste et de la musicalité issus de sa poésie donne à la prose de Bounine sa profondeur et son atmosphère propre et le place au premier plan dans la littérature russe du XXe siècle.

Tout en étant célébré comme écrivain prosateur, Bounine a toujours priorisé sa poésie et il considérait également Tchékhov, Tourgueniev et Tolstoï comme poètes.
Il avait une sensibilité exacerbée qui lui permettait de trouver les images pour transmettre ses sensations aux lecteurs.

La poésie était l’essence même de sa vie et la base de sa philosophie de la création.
Son œuvre en vers est consubstantielle de son œuvre en prose, confondues l’une dans l’autre et aussi vastes que le monde.
Son univers poétique reflète l’immense variété de l’existence terrestre ; son monde prosaïque se caractérise par un élan vers les limites de l’être terrestre et au-delà.
Ceci est parfaitement illustré dans le court récit « Musique » (1924) et le poème « La Source » (1900), figurants dans le recueil « Vivre pleinement » paru en 2020.

Pour approcher la conception du monde de Bounine, il faut se plonger dans son poème « Nuit » (1901) où il se sent attiré par les souvenirs innés de ses ancêtres qui induisent sa condition d’aujourd’hui, et l’universalité de la vie.
Recherchant un héritage spirituel, Bounine a beaucoup voyagé en Orient, ce qui l’a inspiré pour certains de ses poèmes comme « Eschyle ». Il a également voyagé en Europe, plus particulièrement en Italie, où Venise l’a grandement inspiré.
Les prémices de sa future vie d’émigré en France se retrouvent dans le poème « La Bretagne » (1916).

L’œuvre de Bounine est un dialogue incessant entre ses vers et sa prose, une longue série de questions posées à lui-même ainsi qu’aux lecteurs, la poésie étant sa réponse à lui-même ainsi qu’au monde présent et futur.

Anna Lushenkova Foscolo (Université Lyon 3 / équipe MARGE)

« Rêve lointain de l’enfance : Ivan Bounine en dialogue avec Anton Tchekhov »

« Vivre pleinement » est un titre qui s’est imposé comme une évidence pour le recueil paru en 2020. Il met en avant les thèmes favoris de Bounine : enfance, art, mémoire, passion et mort, ces éléments fondamentaux qui participent à rendre une vie « pleine » (expression de l’auteur). Dans « La Vie d’Arseniev », il nous montre ainsi la prépondérance du rôle de l’enfance dans l’éveil de la mémoire sensorielle, du « savoir propre », ainsi que de la mémoire et des perceptions acquises ou innées qui permettent d’être connecté au passé et de le comprendre. Pour Bounine, la mémoire relie l’artiste et l’univers ; c’est ce qui est pour lui à l’origine de « l’universalité de l’être », cette manifestation ultime de la plénitude de la vie, et qui est au cœur de son œuvre.

Anna Lushenkova Foscolo nous parle ensuite de la relation entre Ivan Bounine et Anton Tchékhov ainsi que de leur vision de l’enfance.
Prédécesseur et contemporain, Tchékhov se retrouve dans les œuvres de Bounine, perçu comme son héritier. Beaucoup de comparaisons ont été établies entre les deux auteurs.
Pour Tchékhov, l’enfance est souvent malheureuse, difficile et sans espoir.
Pour Bounine, la perception de l’univers de l’enfance diffère ; de façon ambivalente, il perçoit l’enfance et l’adolescence comme des périodes heureuses, mais aussi comme les « âges malheureux » dus à une sensibilité à fleur de peau.
Bounine s’inscrit également dans l’héritage de Léon Tolstoï lorsqu’il traduit le point de vue de l’enfant découvrant le monde, mais en plus, il nous livre des réflexions des figures d’adultes sur leurs relations complexes avec les enfants. Dans le recueil « Vivre pleinement », la nouvelle « Les chiffres » donne un exemple de cette ambivalence ; son thème qui touche aux rapports entre adulte et enfant, et surtout le point de vue adopté – le regard de l’adulte – sont originaux pour l’époque. La nouvelle possède un registre étendu (tendresse, douleur, etc.), et traduit de fortes émotions et une grande sensibilité des personnages. La forme est également originale puisqu’il s’agit d’un dialogue indirect mélangeant les couches temporelles dans l’écriture, parfois au passé, parfois au présent.
Cette nouvelle est qualifiée par Mikhaïl Pavlovitch Tchékhov, jeune frère d’Anton Tchékhov, comme « une des meilleures œuvres écrites ces derniers temps ».
Également publiée dans le recueil « Vivre pleinement », la nouvelle « J’ai huit ans » montre un enfant découvrant le monde et savourant le bonheur présent et à venir. Il remplit le cœur du jeune héros lors d’une journée passée avec son père dans la plaine. Récit fait écho à « La steppe » de Tchékhov, notamment au niveau des champs lexicaux, du déploiement narratif et de la construction des images. « J’ai huit ans », remaniée plusieurs fois, est écrite à la première personne et montre l’éveil de la conscience au travers de manifestations sensorielles du héros. Pour Bounine, c’est le fait de ressusciter dans l’écriture les sensations éprouvées dans le passé qui permet de faire le lien entre le vécu de l’enfance et le « moi » d’aujourd’hui.
Une autre nouvelle du recueil, « Le taureau de neige », nous expose également le point de vue de l’adulte, voyant le monde au travers du filtre de l’enfance. La tendresse paternelle y est également palpable.

La vision de l’enfance par Bounine est donc novatrice à plusieurs égards.

Anne-Marie Tatsis-Botton (traductrice littéraire)

« La Russie profonde et l’Occident familier : traduire les paysages intérieurs de Bounine »

Selon Anne-Marie Tatsis-Botton, « la traduction est un artisanat, plus un tour de main que de la théorie ».
Des problèmes se posent, certains mots, comme par exemple le vocabulaire de la campagne et de l’isba, n’ont pas d’équivalents en français.
Une des solutions est de transcrire et d’ajouter des notes en bas de page, méthode utilisée en journalisme et pour les ouvrages techniques mais qui est à éviter en traduction littéraire ; une autre solution est d’expliquer avec l’ajout d’une définition ou d’une qualification de l’objet. On peut aussi trouver un mot sensiblement équivalent en français ou enfin omettre le terme purement et simplement.
Afin de garder le rythme et l’image du texte original, Anne-Marie Tatsis-Botton choisit ainsi parfois d’omettre certains mots de la phrase russe dans sa traduction, comme dans « Tanka ». Ce choix est fait pour préserver les éléments essentiels du texte en supprimant ce qui n’aurait pas de sens pour un lecteur français, tout en conservant le rythme et l’énergie du texte original.
Bien que certains mots russes soient passés dans la langue française, il est préférable de trouver leur équivalent français. Chaque passage ayant sa solution à trouver au coup par coup.

Dans l’œuvre de Bounine, on peut trouver des dictons, des expressions idiomatiques et même certains régionalismes, d’où la nécessité de traduire finement pour garder les idées compréhensibles. Anne-Marie Tatsis-Botton s’inspire de ses lectures de Guy de Maupassant, de George Sand ou puise dans ses propres souvenirs. La traduction ne sera jamais du mot-à-mot.

Certains auteurs russes utilisent le slavon, langue de la prière ayant bercé tous les orthodoxes, nobles ou manants, qui, bien que très rare chez Bounine, se retrouve dans des citations bibliques, notamment dans « Le cheval blanc », où le héros cite le Livre de Job, ou dans « Plus belle incomparablement que le soleil », nouvelle sur Pétrarque.
Le niveau de langue du slavon n’ayant pas d’équivalent en français, il est très difficile de le traduire fidèlement et de garder la complicité entre l’auteur et son lecteur. Il faut savoir garder les mêmes teintes du langage.

La difficulté de la traduction de la prose de Bounine se trouve dans ses descriptions et dans son utilisation des temps. C’est un « maître coloriste au regard aigu qui capte tous les mouvements ». Dans la nouvelle de style romantique « En automne », qui fait partie du recueil « Vivre Pleinement », sont décrits les grands mouvements de la nature, métaphores des tempêtes de l’âme. Tout y est très précis et il faut réussir à traduire ces visions sans les affadir, sans s’éloigner du texte et en s’interdisant de rallonger les phrases au risque d’en perdre l’énergie et l’équilibre.
Quant aux temps, leur utilisation est délicate à traduire, Bounine passant constamment et consciemment du présent au passé. La langue française a plus de temps et de modes, ce qui la rend plus rigide et ancrée sur la ligne temporelle. Le verbe russe, lui, ne s’exprime pas de la même manière, il a la qualité irrémédiable de l’aspect perfectif et l’inachevé de l’imperfectif.

Bounine étant avant tout poète, son style précis d’une simplicité trompeuse exige qu’on lui fasse confiance et qu’on respecte ses choix des mots, du niveau de langue, qu’on lui laisse ses audaces, qu’on veille au rythme, à l’euphonie, à la coloration musicale de la phrase.
Ayant vécu en Europe une partie de sa vie, Bounine partage avec les Français une culture commune. Ses thèmes sont universels (enfance, amour, vie, mort…) et certains de ses textes (« J’ai huit ans » par exemple) sont atemporels, chacun pouvant s’y reconnaître.
En revanche, pour que les textes ayant trait aux souvenirs de l’auteur trouvent écho chez le lecteur français, il faut essayer de rétablir entre eux la connivence qui pouvait exister entre Bounine et les Russes de sa génération – qui d’ailleurs n’est déjà plus la même entre lui est ses lecteurs russes actuels. Ce n’est pas seulement un problème de traduction : c’est un problème de transmission, de dépaysement spatio-temporel, et il faut que le lecteur, par sa culture, son intérêt, y mette aussi du sien. La seule façon pour le traducteur de l’aider sera de glisser discrètement une explication dans le texte, ou peut-être de mettre une note.
Bounine n’est pas intraduisible. Mais, comme en tout autre auteur, il y a de l’intraduisible en lui – un « intraduisible » qui n’est sans doute pas le même pour tous les traducteurs et toutes les époques.

Table ronde

Ce séminaire consacré à Ivan Bounine s’achève sur une table ronde animée par Galina Subbotina (Université de Poitiers, MIMMOC / membre associée du CREE, INALCO).
Plusieurs questions ont été soulevées dont l’influence du contexte épidémique sur le travail de traduction et d’édition du recueil « Vivre pleinement », ainsi que la question de la traduction de l’aspect « russe » et « européen » des œuvres d’Ivan Bounine.
Les intervenantes, qui ont participé à titres divers à la nouvelle traduction et à la publication du recueil de nouvelles d’Ivan Bounine « Vivre pleinement », ont ainsi présenté différentes facettes de l’œuvre de cet écrivain, tout en ouvrant à une réflexion quant à la diffusion en France de cet auteur injustement méconnu du grand public.

Aglaé MICHELON, étudiante à l’Université Lyon 3

 

La nuit / Ivan Bounine ; traduit par Boris de Schloezer. Paris : Éditions Émile-Paul frères, 1933
Cote BDL : 896 BUN ia 13
Крикъ / Иван Алексеевич Бунинъ. [Берлин] : Книгоиздательство « Слово », 1921.
Cote BDL : FSJ 890 c BUN ia 39
Окаянные дни [Texte imprimé] / И. А. Бунинъ. Берлинъ : Петрополисъ, 1935.
Cote BDL : FSJ 890 c BUN ia 34

Présentation de la séance à la Bibliothèque Diderot de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search