Jósef Czapski, peintre, écrivain et homme de combats

KARPELES, Éric. L’art et la vie. Paris : Les éditions Noir sur Blanc, 2020.
> Cote BDL : 891.85 CZAP KA
DELAPERRIÈRE, Maria. Józef Czapski : itinéraires de vérité. Paris : Eur’Orbem, 2021.
> Cote BDL : 891.85 CZAP DE

En juin dernier, après la réception dans ses collections de deux ouvrages majeurs sur la vie et l’œuvre de Józef Czapski, la Bibliothèque Diderot de Lyon consacre à l’artiste polonais une présentation d’ouvrages sur tables.

Józef Czapski, peintre, écrivain, critique d’art – un destin hors du commun confronté aux tragédies du XXe siècle, l’incarnation presque trop parfaite d’une vision consensuelle de l’intellectuel et artiste dissident venu d’Europe centrale… Józef Czapski est tout cela et bien plus encore1. Homme de combats, sous l’uniforme militaire comme avec son crayon et son pinceau, Czapski lutte frontalement contre les deux totalitarismes. Son œuvre protéiforme – peinture, écriture… donne à voir et à lire les couleurs du monde, la vie des hommes et la création artistique. Elle est aussi le reflet d’un travail introspectif quasi-quotidien, quête intime et volonté de transmettre, qui se traduit en particulier par son journal, où s’entremêlent toujours mots et dessins. Elle révèle une haute figure morale et une personnalité extrêmement singulière dont l’étendue de la complexité nous échappe encore.

L’œuvre de Czapski semble enfin reconnue aujourd’hui, sinon d’un large public, du moins d’un public averti, amoureux des arts et intéressé par la Pologne et la culture de l’Europe centrale. Plusieurs ouvrages lui ont été récemment consacrés, certains de ses textes sont réédités, et en 2020-2021, son œuvre picturale a fait l’objet de deux expositions. Il est possible à présent, pour qui le souhaite, de s’immerger dans son parcours de vie et d’approcher la richesse et la diversité d’une productivité abondante.

Josef Czapski (1896-1993)

Issu d’une grande famille de l’aristocratie polonaise, pétri de culture russe et européenne, Józef Czapski connaît la fin de l’empire russe, la révolution de 1917 et la renaissance de la Pologne après 1918, ainsi que ses heures sombres, dès 1939 quand elle est envahie par les Allemands et par les Russes, et après 1945 dans le glacis communiste européen imposé par Staline.

Sa vocation de peintre s’affirme dans l’entre-deux-guerres. Czapski se forme à l’Académie des beaux-arts de Cracovie et entame une intense production artistique. Il contribue avec d’autres artistes-peintres à créer à Varsovie le groupe Komitet Paryski dit des Kapistes. Il s’installe quelques années à Paris avec ces compagnons d’art.

Une première fois plongé au cœur d’un conflit meurtrier lors de la première guerre mondiale, puis au moment de la guerre russo-polonaise après 1917, l’officier Józef Czapski est fait prisonnier en 1939 par les Soviétiques. Il est déporté au camp de Starobielsk. Quelques temps plus tard, il est transféré dans un autre camp, à Pawliszczew Bor, puis dans celui de Grazowietz, réalisant beaucoup plus tard qu’il échappe ainsi à un massacre ordonné par Staline, le massacre de Katyn où périssent des milliers d’officiers polonais.
C’est dans le camp de Grazowietz qu’il organise avec d’autres détenus des conférences pour tenter de tenir à distance l’horreur de l’univers concentrationnaire. Czapski relate les souvenirs de cette terrible période dans trois livres, œuvres indispensables à la connaissance de notre histoire et de notre humanité : Terre inhumaine, Souvenirs de Starobielsk et Proust contre la déchéance…
Czapski est libéré en septembre 1941. Après l’entrée en guerre de l’URSS contre l’Allemagne et les accords polono-russes, Czapski prend du service dans l’armée polonaise qui se constitue avec les rescapés de Katyn, aux côtés du général Anders qui mènera ses troupes jusqu’à la victoire de Monte Cassino (mai 1944)2.
Coïncidence tragique, Czapski se voit confier une mission similaire à celle qu’il avait accomplie lors du premier conflit mondial, à savoir retrouver des officiers polonais disparus. S’il finit par aboutir à la même conclusion – les officiers ont été tués, la première fois il ne s’agit que de quelques-uns, tandis que la seconde fois, Czapski affronte la réalité d’un massacre de masse, l’assassinat de milliers d’hommes. Sur les 10 000 officiers détenus prisonniers, 8 000 sont portés disparus. Czapski est chargé de retrouver leur trace et d’établir dans quels camps ils sont toujours incarcérés. Il ne sait pas qu’en mars 1940, Lavrenti Beria, alors chef du NKVD, a reçu l’ordre de Staline de fusiller les prisonniers de Starobielsk, d’Ostachkov et de Kozelsk. Ces prisonniers sont officiers, représentants éminents pour la plupart de l’élite intellectuelle de la Pologne – médecins, scientifiques, avocats, enseignants, artistes… 97% sont condamnés à mort. 395 prisonniers des trois camps, dont Czapski, sont déplacés à Grazowietz. Certains sont épargnés car ils sont des informateurs soviétiques, d’autres parce que des puissances étrangères sont intervenues en leur faveur. Des diplomates allemands auraient plaidé sa cause, ce pourquoi Czapski s’est interrogé sans trouver de réponse3… Katyn reste le lieu le plus connu de ces massacres de masse. Plus de 4 400 hommes y périrent d’une balle tirée dans la nuque.

Czapski participe à l’aventure de Kultura. Kultura, maison d’édition, revue de la dissidence polonaise après 1945, est aussi un Institut culturel qui voit le jour à Rome en 1946, puis s’établit et développe ses activités à Maisons-Laffitte à partir de 1947.
Accompagné par Czapski et Zofia et Zygmunt Hertz, Jerzy Giedroyc crée Kultura, dont l’ambition est de combattre le totalitarisme.
Kultura publie de grands auteurs polonais étrangers censurés dans la Pologne communiste et s’engage contre le totalitarisme. Exilé définitivement à Maisons-Laffitte au moment de l’installation de l’Institut, l’écrivain et artiste polonais lui reste lié jusqu’à la fin de ses jours.

Toutes ces facettes de la destinée de Józef Czapski occultent quelque peu ce qu’il considérait lui-même être avant tout, un artiste-peintre. Son œuvre d’avant-guerre, ses tableaux et ses journaux intimes, est quasiment totalement détruite pendant la guerre.
Czapski renoue après 1945 avec cette activité et reconstruit une œuvre multiple, faite d’écrits, de tableaux et de dessins – scènes de la vie quotidienne, natures mortes, portraits et autoportraits, qui le conduit à exposer de Londres à Paris jusqu’aux États-Unis et enfin dans les dernières années de sa vie à nouveau en Pologne.

Józef Czapski a légué ses archives au Musée national de Cracovie. Une partie de ces archives est constituée de ses journaux intimes. Tous les journaux d’avant 1939 ont disparu, probablement brûlés en 1944 à Varsovie. Ceux qui sont conservés aujourd’hui sont au nombre de 278 ; ils couvrent la période qui va de 1941 à 1992. Ce sont des cahiers de toile noire ou grise couverts d’une écriture la plupart du temps minuscule et très difficilement déchiffrable où se mêlent sans cesse des dessins et des aquarelles.

Plusieurs sites web permettent d’approcher son œuvre.

La fondation Jan Michalski a consacré une grande exposition à l’artiste polonais, « Józef Czapski peintre et écrivain (3 octobre 2020 – 17 janvier 2021) ». Le site offre généreusement une vraie découverte virtuelle du parcours de l’exposition. L’ensemble est abondamment documenté. Un film nous permet de voir et entendre Józef Czapski : WOLSKI, Andrzej. Józef Czapski, 1896-1993 : temoin du siecle. 2015.
<http://www.fondation-janmichalski.com/exposition/jozef-czapski-peintre-et-ecrivain/>
[Dernière consultation le 15 octobre 2021]

Un site est entièrement consacré à Józef Czapski
<https://czapskifestival.pl/>
[Dernière consultation le 15 octobre 2021]

Vivre, créer, témoigner : toute une vie en quelques livres

Pour nous immerger dans le monde et l’œuvre de J. Czapski, voici quelques livres conservés à la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Trois versions de Terre inhumaine

CZAPSKI, Joseph. Terre inhumaine. Traduit du polonais par M.-A. Bohomolec ; Préface de Daniel Halévy. Paris : Éditions Self, 1949.
> Cote BDL : FSJ 983 CZA
CZAPSKI, Joseph. Terre inhumaine. Adapté du polonais par M.-A. Bohomolec et l’auteur ; préface de Daniel Halévy. Lausanne : L’Âge d’homme, 1978.
> Cote BDL : 891.85 CZAP
CZAPSKI, Joseph. Terre inhumaine. Traduit du polonais par Maria Adela Bohomolec et l’auteur ; préface de Timothy Snyder. Paris : Les Éditions Noir sur blanc, 2020.
> Cote BDL : 891.85 CZAP

La déportation à Starobielsk

CZAPSKI, Joseph. Souvenirs de Starobielsk. Préface de Gustaw Herling-Grudzinski. Montricher (Suisse) ; [Paris] : les Éditions Noir sur blanc, 1987.
> Cote BDL : FSJ 983 CZA

Au camp de Grazowietz, les conférences sur Marcel Proust

CZAPSKI, Joseph. Proust contre la déchéance : conférences au camp de Griazowietz. [Montricher] : Éditions Noir sur blanc, 1987.
> Cote BDL : FSJ 875 CZA
MAINBERGER, Sabine et STEWART, Neil. À la recherche de « La Recherche » : les notes de Joseph Czapski sur Proust au camp de Griazowietz, 1940-1941 = Józef Czapskis Notate zu Proust im Gefangenenlager Grjazovec, 1940-1941. [Lausanne] : les Éditions Noir sur blanc, 2016.
> Cote BDL : 891.85 CZAP MA

Quelques articles parus dans la revue Kultura

CZAPSKI, Joseph. Tumulte et spectres. Trad. du polonais par Thérèse Douchy. Montricher (Suisse) ; Paris : Éd. Noir sur blanc, 1991.
> Cote BDL : 891.85 CZAP

Écrits sur l’art

CZAPSKI, Joseph. L’art et la vie. Textes choisis et préfacés par Wojciech Karpiński ; traduits du polonais par Thérèse Douchy, Julia Jurys et Lieba Hauben. [Paris] : L’ Âge d’Homme : Unesco, 2002.
> Cote BDL : 891.85 CZAP
ROZANOV, Vassily. La face sombre du Christ. Traduit du russe par Nathalie Reznikoff ; préface de Joseph Czapski. Paris : Gallimard, 1964.
> Cote BDL : FSJ 896 ROZ vv 1

Ses tableaux et ses dessins

Catalogue d’une exposition qui s’est tenue au Musée Anna Akhmatova à Saint-Pétersbourg, 12 novembre – 15 décembre 1996.
Čelovek i mesto : Ûzef Čapski : k 100-letiû so dnâ roždeniâ. Vystavka podgotovlenia Nacionalʹnym muzeem v Krakove v sotrudničestve s : Muzeem Anny Ahmatovoj v Fontannom dome (Sankt-Peterburg), Generalʹnym konsulʹstvom Respubliki Polʹša v Sankt Peterburge, Sankt-Peterburgskim naučno-informacionnym centrom “Memorial”, i takže pri učasti Centra “Karta” (Varšava). Krakow : Zaklad poligraficzny Wlodzimierza Skleniarza, 1996.
> Cote BDL : FSJ GFA 539
WERNER-GAGNEBIN, Murielle. Czapski : la main et l’espace. Lausanne : L’Âge d’homme, 1974.
> Cote BDL : SLA 601003
GAGNEBIN, Murielle. Czapski : peintre du quotidien. Paris : Hermann, 2019.
> Cote BDL : 891.85 CZAP GA
KARPELES, Éric. Józef Czapski : an apprenticeship of looking. With essays by Wojciech Karpiński and Adam Zagajewski. London : Thames & Hudson, 2019.
> Cote BDL : FSJ GFA 1092

Les livres de sa sœur, Maria Czapska (1894 – 1981)

CZAPSKA, Maria. À travers la tourmente. [traduit du polonais par A.-M. Zelenski]. Lausanne : l’Âge d’homme ; [Paris] : [Centre de diffusion de l’édition], 1980.
> Cote BDL : 891.85 CZAPm
CZAPSKA, Maria. Une famille d’Europe centrale, 1772-1914. Préface de Philippe Ariès. Paris : Lacurne, 2013.
> Cote BDL : 891.85 CZAPm

Témoignages et récits de ses amis et compagnons

SILBERSTEIN, Jil. Lumières de Joseph Czapski. Montricher : Éd. Noir sur Blanc, 2003.
> Cote BDL : 891.85 CZAP SI
KARPIŃSKI, Wojciech. Portrait de Czapski. Traduit du polonais par Gérard Conio. Lausanne : L’Âge d’homme, 2003.
> Cote BDL : 891.85 KARP
KARPIŃSKI, Wojciech. Ces livres de grand chemin. Traduit du polonais par Elisabeth Destrée-Van Wilder. Paris : Les Éditions Noir sur blanc, 1992.
> Cote BDL : 891.85 KARP

Pour en savoir plus sur Katyn et sur Kultura

CIENCIALA, Anna M. ; LEBEDEVA, Natalia S. ; MATERSKI, Wojciech… Katyn : a crime without punishment. Documents translated by Marian Schwartz with Anna M. Cienciala and Maia A. Kipp. New Haven ; London : Yale University Press, 2007.
> Cote BDL : 943.8 CIE

ПИХОЯ, Р. Г. ; ГЕЙШТОР, А… [et al.]. Катынь : пленники необъявленной войны. Москва : Международный Фонд “Демократия”, 1997.
PIHOÂ, R. G. ; GEJŠTOR, A… [et al.]. Katynʹ : plenniki neobʺâvlennoj vojny. Moskva : Meždunarodnyj Fond “Demokratiâ”, 1997.
> Cote BDL : 947.084 2 PIH

МЕНЬШАГИН, Борис Георгиевич. Воспоминания : Смоленск–Катынь–Владимирская тюрма. Paris : YMCA-Press, 1988.
MENʹŠAGIN, Boris Georgievič. Vospominaniâ : SmolenskKatynʹVladimirskaâ tûrma. Paris : YMCA-Press, 1988.
> Cote BDL : JMN 127556

WAJDA, Andrzej. Katyń. Andrzej Mularczyk, aut. adapté ; Wladyslaw Pasikowski, Przymyslaw Nowakowski, scénario ; Krzysztof Penderecki, musique ; Andrzej Chyr, Maja Ostaszewska, Artur Zmijewski… [et al.], act. Paris : Éd. Montparnasse, 2010. DVD zone 2 (1 h 58 min)
> Cote BDL : V 791.43 WAJ k

MIKOLAJEWSKI, Łukasz. Disenchanted Europeans : Polish émigré writers from ‘Kultura’ and postwar reformulations of the West. Oxford : Peter Lang, 2018.
> Cote BDL : 943.8 MIK

GAUTIER, Brigitte. Combat et création : Zbigniew Herbert et le cercle de la revue « Kultura » : Józef Czapski, Jerzy Giedroyc, Gustaw Herling-Grudziński, Zygmunt Hertz et Konstanty Jeleński : choix de lettres, 1958-1998). [Lausanne] : les Éditions Noir sur blanc, 2017.
> Cote BDL : 891.85 HERB

KOWALCZYK, Andrzej Stanisław. Giedroyc i “Kultura”. Wrocław : Wydawnictwo Dolnośląskie, 1999.
> Cote BDL : SLA 301077

JECHOVA, Hana et WLODARCZYK, Hélène. Émigration et exil dans les cultures tchèque et polonaise : [communications du colloque international organisé par le Centre de recherches sur les langues et cultures slaves de l’Université de Paris-Sorbonne : Paris, 5-7 décembre 1985]. Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1987.
> Cote BDL : SLA 601013

Le site de Kultura
<https://kulturaparyska.com/fr/index>
[Dernière consultation le 15 octobre 2021]

Le site de la bibliothèque numérique franco-polonaise
<https://heritage.bnf.fr/france-pologne/fr/>
<https://heritage.bnf.fr/france-pologne/fr/institut-Kultura>

Anne Maître
Bibliothèque Diderot de Lyon

  1. Voir la postface de Xavier Galmiche, p. 315. In : DELAPERRIÈRE, Maria. Józef Czapski, itinéraires de vérité. En collaboration avec Maciej Forycki et Pawel Rodak. Paris : Eur’Orbem Éditions, 2020. []
  2. Les accords Silorski – Maiski. On peut consulter à ce sujet les mémoires d’Ivan Maiski (1884-1975), dont deux versions sont disponibles à la BDL en russe et en français. La version russe : МАЙСКИЙ, И.М. Воспоминания советского посла : в двух книгах. Академия наук СССР, Отделение исторических наук. Москва : Наука, 1964 / MAJSKIJ, I.M. Vospominaniâ sovetskogo posla : v dvuh knigah. Akademiâ nauk SSSR, Otdelenie istoričeskih nauk. Moskva : Nauka, 1964. 2 vol. (460, 537 p.). Cote BDL : FSJ 976 c MAJ 1 et 2. La version française : MAÏSKI, Ivan. Journal : 1932-1943 : les révélations inédites de l’ambassadeur russe à Londres. Texte établi et commenté par Gabriel Gorodetsky ; traduit de l’anglais par Christophe Jaquet. Paris : les Belles lettres, 2017. Cote BDL : 940.5 MAI []
  3. Voir la préface de T. Snyder, p. 8-9. In CZAPSKI Joseph. Terre inhumaine. Traduit du polonais par Maria Adela Bohomolec et l’auteur ; préface de Timothy Snyder. [Lausanne] : Les Éditions Noir sur blanc, 2020. Cote BDL : 891.85 CZAP. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search