Métissage et interculturalité dans les espaces littéraires contemporains (Allemagne / Russie)

Compte rendu de la séance du séminaire « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » du 7 mai 2021

La séance du séminaire « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » tenue en visioconférence le 7 mai 2021 reprend les interventions initialement prévues en avril 2020. Organisée par Isabelle Després et Myriam Geiser de l’Université Grenoble Alpes, cette séance intitulée « Métissage et interculturalité dans les espaces littéraires contemporains » portait sur le phénomène du mélange culturel dans l’œuvre des écrivains contemporains d’expression russe, dans l’intervention d’Isabelle Després, et allemande, dans celle de Myriam Geiser.

Ces deux espaces, bien qu’éloignés géographiquement et linguistiquement, sont tous deux propices à l’analyse du point de vue du « métissage » et de « l’interculturalité ». Le premier concept, le métissage, peut être perçu dans le sens ethnique, comme double héritage de l’écrivain ayant deux origines différentes. Par ailleurs, dans le sens culturel, le métissage met en avant la fusion de deux cultures, donnant un résultat organique. Le deuxième concept, l’interculturalité, suppose l’entrecroisement de deux cultures, originairement éloignées, qui entrent en dialogue sur un pied d’égalité. Ainsi, ces deux termes permettent l’exploration de la littérature contemporaine, dans un espace aujourd’hui difficilement défini par les démarcations nationales. En effet, la littérature postsoviétique, majoritairement d’expression russe, ne peut pas être réduite à l’ethnicité russe des écrivains. De nombreux auteurs que nous retrouvons sur les étagères des libraires dans la Russie contemporaine, appartiennent culturellement à d’anciennes républiques de l’URSS (Tadjikistan, Kirghizstan) ou encore à des républiques historiquement habitées principalement par des ethnies autre que Russes (Daghestan, Tatarstan), bien qu’il ne fasse aucun doute que l’œuvre de ces écrivains appartient à la langue et à la tradition littéraire russes. De même, à l’autre pôle du séminaire, dans l’espace germanophone, on peut considérer qu’historiquement il n’y a jamais eu de coïncidence stricte entre les délimitations des territoires politiques (les États) et les aires géographiques d’expression allemande. De ce fait, le paramètre de l’appartenance nationale semble difficilement applicable à la culture germanophone. Les migrations récentes depuis le XXe siècle et le brassage culturel des sociétés contemporaines contribuent à ce phénomène et trouvent leur reflet dans la littérature allemande.

La séance du séminaire se propose de présenter et de croiser différents effets d’interculturalité et de métissage dans les littératures contemporaines d’expression russe et allemande, entre « Berlin et Vladivostok ».

Isabelle Després, Pr. (CESC-ILCEA4, Université Grenoble-Alpes)

Métissage et interculturalité dans la littérature russe contemporaine

Dans son intervention, Isabelle Després analyse les formes de métissage dans la littérature russe. Une conséquence de la postmodernité, indépendamment du pays précis, est l’émergence de subcultures multiples au sein d’une même culture nationale, ce que nous observons actuellement avec l’apparition des discours féministe, postcolonial ou encore queer. L’influence de la postmodernité est d’autant plus visible sur l’exemple de l’Union Soviétique, pays se disant multiculturel, mais ayant imposé à ses citoyens une culture dominante, unilingue, athée, homogène, alors que les territoires de l’ex-URSS sont peuplés de groupes ethniques, linguistiques, religieux et culturels divers.

Tout d’abord, dès l’époque soviétique de nombreux écrivains ont fait le choix de ne pas intégrer le système uniforme de la langue et de la culture russes dominantes, mais de mettre en valeur les cultures de leurs « petites patries ». À la fin de la perestroïka, plusieurs écrivains représentant des nationalités minoritaires de l’URSS occupent le devant de la scène littéraire. Ces écrivains issus du réalisme socialiste ont une identité double, ils ne sont pas simplement les représentants d’un groupe ethnique mineur, mais aussi des citoyens soviétiques, étant ainsi héritiers de deux cultures à la fois.

Pour la nouvelle génération des écrivains des ethnies minoritaires, la situation est différente. En Russie post-soviétique, comme dans les anciennes républiques soviétiques, les traditions et les modes de vie qu’on aurait pu croire oubliés, sont revenus, se mêlant à une postmodernité venue de l’Occident.

Une des écrivaines appartenant à cette génération, Alissa Ganieva, d’ethnie avare, est née en 1985 au Daghestan. Bien que la jeune écrivaine s’exprime en russe, elle décrit sa « petite patrie » dans son œuvre littéraire. Dans ses romans les plus connus, Salam, Dalgat!, 2013, et La Montagne du festin, 2017, elle traite les sujets qui sont au cœur de la question féminine au Daghestan, tels que la place des femmes, le mariage, le voile islamique. Dans son œuvre, la mentalité mythologique autochtone est couplée avec le chaos des années 1990, commun à tout l’espace post-soviétique. Ganieva présente au lecteur une image assez sombre de Makhatchkala, la capitale du Daghestan, mettant en évidence l’opposition entre deux cultures souvent antagonistes, celle de la Russie et celle du Caucase, entre la tradition et la modernité contemporaine, avec les rebelles séparatistes islamistes, les militaires, les vols, la drogue. La présence du Caucase dans les romans fait immédiatement référence à toute l’histoire de la littérature russe, et à ses « lieux de mémoire » des œuvres de Pouchkine, Lermontov et Tolstoï. Le récit de Ganieva montre, notamment, l’opposition de deux mentalités, dominantes au Daghestan, l’une mythologique et religieuse, et l’autre contemporaine et postmoderne. Le métissage est ainsi partout présent dans les romans de Ganieva, y compris dans la langue, un russe caractéristique de l’époque contemporaine, mais parsemé d’une multitude de mots d’autres langues, avar, turc, arabe.

Autre écrivain au centre de l’attention d’Isabelle Després, Vladimir Medvedev est auteur du roman Zahâk, le roi-serpent, publié en 2017. Bien que Russe, son enfance, passée au Tadjikistan, fait de lui un écrivain quasiment métis. Son roman est écrit en russe, avec plusieurs mots tadjiks, ce qui produit un effet de métissage de la langue. Dans son œuvre, Medvedev décrit le Tadjikistan et l’emprise de la religion musulmane, détaillant la place des femmes dans cette société, ainsi que la corruption, le pouvoir de la force brutale, la présence ambiguë de l’armée. Dans ce roman, comme dans ceux de Ganieva, coexistent d’une part, la mentalité mythologique, et d’autre part, la réalité postsoviétique. Ainsi, le roman superpose différentes temporalités, d’un côté le temps historique, le chaos post-soviétique, le trafic de drogue, l’amoralisme et la corruption généralisée, et de l’autre côté le temps du mythe, de l’éternité, de la légende. Le roman suggère ainsi un parallèle entre le mythique empire assyrien, et l’URSS, qui a longtemps imposé son joug aux pays d’Asie centrale.

Enfin, Gouzel Iakhina est née en 1977 au Tatarstan, république musulmane au sein de la Fédération de Russie. L’écrivaine se trouve donc au croisement du russe et du tatare. Son roman le plus célèbre, Zouleikha ouvre les yeux, 2015, se déroule au Tatarstan dans les années 1930, à la fin de l’époque de la NEP. Les tchékistes, ou membres de la police politique, viennent arrêter les koulaks, ou paysans riches. L’héroïne du roman, Zouleikha, est une femme complètement soumise à sa belle-mère et à son mari jusqu’à ce que les tchékistes viennent tuer ce dernier et la déporter en Sibérie. Elle vit ainsi en déportation dans un camp sur une île de l’Angara. Le camp dans le roman est représenté comme lieu du métissage et de l’interculturalité. L’idéal du creuset, du melting pot, est finalement réalisé dans le camp de déportation. Paradoxalement, c’est au camp que Zouleikha s’émancipe du joug de la tradition tatare, « ouvrant les yeux » métaphoriquement.

La littérature russe contemporaine n’est pas seulement le fruit d’un métissage entre les différentes ethnies habitant l’espace de l’ex-Union Soviétique, mais aussi du métissage du fonds slave avec les littératures européennes, entamé à l’époque de Pierre le Grand. Les auteurs russes contemporains sont les héritiers de ce métissage de la Russie et de l’Europe. Notamment, c’est le cas de Mikhaïl Chichkine, un véritable cosmopolite, vivant en Suisse et écrivant en russe. Son roman Le cheveu de Vénus, 2005, tout comme celui de Vladimir Medvedev, compare implicitement l’ex-empire soviétique à l’empire assyrien de Darius.

Quant à Andreï Ivanov, Russe né en Estonie, il s’est trouvé apatride après la dislocation de l’Union soviétique en 1991 et a tenté d’émigrer dans les pays scandinaves. Son roman Le Voyage de Hanumân, 2010, témoigne de son expérience dans un camp pour les réfugiés au Danemark. Le narrateur, l’alter-ego de l’auteur, recherché par Interpol, se cache et ment sans arrêt sur son identité. Les réfugiés qui vivent dans le camp n’ont que très peu de contacts avec les Danois, qui mènent une vie tranquille dans leur monde impénétrable pour les migrants. Le camp étant un espace multiculturel, on y utilise plusieurs langues et on y parle même une langue hybride, propre aux demandeurs d’asile. La vie dans le camp, avec l’alcool, la drogue, la promiscuité, provoque une forme de perte du réel. En observant cette esthétique obscure, on peut esquisser un rapprochement avec la littérature des camps, initiée par Alexandre Soljenitsyne et Varlam Chalamov.

Myriam Geiser, Maîtresse de conférences (CERAAC-ILCEA4, Université Grenoble Alpes)

Esthétiques du métissage : écritures contemporaines transculturelles dans l’espace germanophone

Lors de sa conférence, Myriam Geiser analyse la transculturalité et le plurilinguisme dans la littérature contemporaine de l’espace germanophone. Déjà très influencée historiquement par divers contacts linguistiques et culturels dus notamment à sa situation géographique au sein de la « Mitteleuropa », la littérature d’expression allemande évolue actuellement sous l’effet des mouvements migratoires contemporains, avec leurs multiples contextes et provenances à l’échelle mondiale.

Afin d’étudier divers aspects esthétiques de cette évolution, Myriam Geiser présente tout d’abord quelques bases théoriques du concept du métissage culturel. Un premier aspect mis en avant par des chercheurs de diverses disciplines ayant contribué à la définition de cette notion est l’idée que le terme ne désigne pas le résultat stable d’une alliance parfaite entre deux cultures. En effet, comme le postulent François Laplantine et Alexis Nouss, « le métissage n’est pas la fusion, la cohésion, l’osmose, mais la confrontation, le dialogue » [Le Métissage, 1997, p. 10]. Ainsi, le métissage n’est pas une simple combinaison de deux cultures existantes, mais l’invention d’une troisième identité, complétement nouvelle, et en constante évolution. Le caractère dynamique du métissage est par ailleurs conditionné par les processus permanents de traduction culturelle, telle qu’ils ont été décrits par le philosophe Marc Crépon. Selon lui, « il existe des signifiés culturels qui, d’une culture à l’autre, changent de signifiant ou encore des signifiés dont le passage exige l’invention d’un autre signifiant (une invention qui deviendrait alors le moteur privilégié du devenir des cultures) » [La traduction entre les cultures, 2004, p. 74].

Selon Myriam Geiser, la poétique du métissage peut être caractérisée par quatre critères principaux. En premier lieu, l’hybridité, propre à la littérature transculturelle contemporaine, s’exprime en tant que posture narrative dans les œuvres littéraires. En deuxième lieu, le plurilinguisme, autre élément caractéristique de l’écriture transculturelle, peut être considéré comme catalyseur de la créativité des écrivaines et écrivains dont la biographie est marquée par l’expérience du métissage. En troisième lieu, c’est l’écriture métaphorique qui est le mode d’expression poétique par excellence de la traduction culturelle, permettant de créer des images originales qui instaurent un dialogue interculturel. Enfin, c’est l’humour qui, dans l’écriture transculturelle, sert souvent comme prise de distance et comme forme de résistance par rapport aux discours sociétaux et aux idées préconçues, même dans les récits les plus sombres.

Pour répondre à la question de la place des écritures migrantes dans le monde littéraire, on peut les étudier en tant que modes d’expression de la littérature mondiale (world literature), comme l’ont notamment suggéré Homi K. Bhabha et Mads Rosendahl Thomsen. Si Jacques Rancière considère que les lieux des pratiques de l’art jouent un rôle essentiel pour leur fonction esthétique et politique, Christophe Pradeau et Tiphaine Samoyault soutiennent que la perspective de la littérature mondiale permet de mettre en évidence les mouvements, la circulation, les échanges à voies multiples, et les coïncidences linguistiques des œuvres.

En lien avec les formes d’hybridité en littérature, se pose la question de la langue d’écriture. Dans le contexte de l’écriture migrante, il est souvent question de l’adoption d’une langue « étrangère ». Mais Alexis Nouss fait justement remarquer : « Change-t-on vraiment jamais de langue ? L’écrivain écrit la langue de ses livres, de ses styles. La perte de la langue d’origine marque une des premières consciences de l’exil mais l’acquisition d’une nouvelle, infusée de la première, advient comme un accomplissement post-exilique. » [Plaidoyer pour un monde métis, 2005, p. 108.] En reprenant une idée de Gilles Deleuze développée dans Critique et clinique, 1993, Myriam Geiser rappelle que tout écrivain écrit par défaut dans une langue ‘autre’ : « L’écrivain est un étranger dans sa propre langue : il ne mélange pas une autre langue à sa langue, il taille dans sa langue une langue étrangère et qui ne préexiste pas » (p. 138). Appliqué à l’écriture en contexte plurilingue, ce constat accentue l’importance de la part créative du métissage poétique.

Dans la deuxième partie de sa conférence, Myriam Geiser analyse en détail certaines œuvres d’écrivaines d’expression allemande représentant la transculturalité et le métissage dans la littérature germanophone contemporaine.

La première autrice évoquée est Herta Müller, née en 1953 en Roumanie, héritière d’un double legs roumain et allemand. Elle a grandi dans la région de Timişoara au sein de la minorité linguistique des Souabes du Banat, avec l’allemand comme langue première. Son écriture, caractérisée par une réflexion sur l’emploi des mots et leur effet, reflète un dialogue, une résonance entre les deux langues. Dans son œuvre, ce sont ces correspondances linguistiques, qui créent une nouvelle dimension. L’autrice note : « Dans mes livres, je n’ai jamais écrit une phrase en roumain, mais il va de soi que le roumain est toujours de la partie, puisque mon regard l’a littéralement incorporé » [Essais choisis, 2019, p. 27]. C’est la perspective transculturelle qui introduit une double profondeur dans la perception des choses et dans le sens des mots et qui illustre l’idée exprimée par Jacques Derrida que le concept du monolinguisme est une construction illusoire et restrictive [Le Monolinguisme de l’autre, 1996, p. 123]. La germaniste Yasemin Yildiz a par ailleurs qualifié le concept de « langue maternelle » comme paradigme artificiel qui voile la logique post-monolingue des écritures contemporaines.

Le phénomène du translinguisme en tant que pratique de l’écriture plurilingue est visible dans l’œuvre de deux écrivaines d’expression allemande dont la langue maternelle n’est pas l’allemand. Il s’agit de Zehra Çirak, née à Istanbul en 1960, considérant le turc comme la voix de son âme (« Seelenstimme »), vivant en symbiose avec l’allemand, et de Yoko Tawada, née à Tokyo en 1960, estimant que c’est en tant que poétesse polyglotte, et grâce au translinguisme qu’elle arrive à créer une sonorité unique nourrie de plusieurs langues.

Par la suite, Myriam Geiser étudie les stratégies narratives dans l’œuvre de trois écrivaines contemporaines, toutes d’expression germanophone, mais d’origines diverses, et pratiquant différentes formes d’écriture transculturelle. En premier lieu, il s’agit de l’écrivaine Emine Sevgi Özdamar, d’origine turque, née à Malataya en 1946. Son roman d’inspiration autobiographique La Vie est un caravansérail (Das Leben ist eine Karawanserei, hat zwei Türen, aus einer kam ich rein, aus der anderen ging ich raus, 1992) raconte, dans le style du réalisme magique, la vie d’une jeune fille en Turquie et sa décision de partir en Allemagne. Pour un extrait de ce roman, l’écrivaine reçoit le prix Ingeborg-Bachmann en 1991, devenant ainsi la première lauréate non germanophone dans l’histoire de cette prestigieuse distinction littéraire. L’œuvre d’Özdamar est caractérisée par un plurilinguisme manifeste dans le texte. Le récit inclut régulièrement des tournures ou des phrases en turc ou en arabe, généralement en proposant des traductions ou des paraphrases. L’hybridité linguistique observée ici peut être décrite comme effet textuel, mais doit tout d’abord être perçue comme posture de la narratrice dont l’univers poétique se situe au-delà de la logique binaire de l’identité et de l’altérité.

Le deuxième exemple évoqué est l’écrivaine Terézia Mora, née en 1971 en Hongrie près de la frontière autrichienne, élevée dans un contexte bilingue, sa famille appartenant à la minorité germanophone. Son premier recueil de récits Étrange matière (Seltsame Materie, 1999) contient des textes autofictionnels, représentant la région frontalière de son enfance dans une narration à la première personne. Les récits instaurent une ambiance d’étrangeté, renforcée par un style sombre et déconcertant, basé sur de nombreuses expressions idiomatiques et allusions culturelles, créant ainsi des images étranges et inquiétantes. Dans son écriture, Mora pratique un translinguisme de la « traduction en miroir » (« Spiegelübersetzung ») en dissimulant des traductions littérales du hongrois dans le texte allemand.

Le dernier exemple présenté est celui de l’écrivaine Milena Michiko Flašar, née en 1980 en Autriche issue d’une famille aux provenances multiples, sa mère étant japonaise, son père autrichien ayant des origines tchèques. L’écrivaine introduit une dimension « japonaise » dans son écriture, notamment dans son premier roman La cravate (Ich nannte ihn Krawatte, 2012). Le bref roman propose une réflexion autour de la parole et la communication. Par l’utilisation de mots japonais dans le texte, l’écrivaine crée une ambiance à la fois authentique et exotique pour confronter les lectrices et lecteurs avec le sujet universel de la pression sociale et de l’isolement (un des protagonistes étant un jeune homme de vingt ans, un hikikomori, qui s’est cloîtré dans sa chambre pendant deux ans). Selon Milena Michiko Flašar, ce qui est japonais dans son écriture, c’est le caractère imagé et non-verbal de la narration, ainsi que son style elliptique constitué de blancs et de non-dits.

En conclusion de sa présentation, Myriam Geiser propose une réflexion plus globale sur la notion de littérature « allemande ». Les littératures dites « migrantes », dans leur mouvement perpétuel entre plusieurs cultures, apportent une nouvelle dimension à la littérature germanophone contemporaine. Les œuvres d’écrivaines et écrivains d’horizons multiples font désormais partie intégrante de la littérature allemande, mais représentent également un champ transculturel. L’écriture hybride, et souvent plurilingue, constitue une forme de critique de l’essentialisme culturel et des concepts monolithiques de l’identité. Un certain nombre de textes de la littérature migrante reflètent les particularités linguistiques et culturelles relevant de la situation de métissage et de la diversité ethnique et sociale. Ils contribuent ainsi à la remise en question des notions identitaires figées émergeant régulièrement dans les sociétés postmodernes marquées par les migrations.

Compte rendu rédigé par Daria Terebikhina,
Université Grenoble Alpes

Bibliographie 

BHABHA, Homi K. The Location of culture. London : Routledge, 1994.

CRÉPON, Marc. La traduction entre les cultures. In Revue Germanique Internationale. 2004, n° 21, p. 71-82.

DELEUZE, Gilles. Critique et clinique, Paris : Éditions de Minuit, 1993.

DERRIDA, Jacques. Le Monolinguisme de l’autre : ou la prothèse d’origine. Paris : Éditions Galilée, 1996.

MÜLLER, Herta. Essais choisis. Paris : Gallimard, 2019.

NOUSS, Alexis. Plaidoyer pour un monde métis. Paris : Textuel, 2005.

NOUSS, Alexis et LAPLANTINE, François. Métissages de Arcimboldo à Zombi. Montréal : Pauvert, 2001.

PRADEAU, Christophe Pradeau et SAMOYAULT, Tiphaine. Où est la littérature mondiale ? Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 2005.

RANCIÈRE, Jacques. Le partage du sensible : Esthétique et politique. Paris : La Fabrique-Éditions, 2000.

THOMSEN, Mads Rosendahl. Mapping World Literature: International Canonization and Transnational Literatures. London : Continuum, 2008.

YILDIZ, Yasemin. Beyond the Mother Tongue : The postmonolingual Condition. New York : Fordham University Press, 2012.

Ouvrages des auteur(e)s cité(e)s présents à la Bibliothèque Diderot de Lyon

Auteur(e)s russes

Alissa Ganieva
> Cote BDL : 891.790 5 P ANT
GANIEVA, Alissa. Salam, Dalgat. Traduit par Joëlle Dublanchet. In : SLAVNIKOVA, Olga. Écrire la vie : lauréats du prix Début. Moscow : Glas, 2011.

Vladimir Medvedev
> Cote BDL : 891.790 5 F MED
MEDVEDEV, Vladimir. Zahhâk, le roi serpent. Traduit du russe par Emma Lavigne. Paris : Éditions Noir sur Blanc, 2019

Mikhail Chichkine
> Cote BDL : 891.790 4 F SIS
CHICHKINE, Mikhail. Le cheveu de Vénus : roman. Traduit du russe et annoté par Laure Troubetzkoy. [Paris] : Fayard, 2007

Gouzel Iakhina
> Cote BDL : 891.790 5 AHIN
IAKHINA, Gouzel. Zouleikha ouvre les yeux. Traduit du russe par Maud Mabillard ; [préface de Lioudmila Oulitskaïa] ; [postface de Georges Nivat]. Lausanne : Les Éditions noir sur blanc, 2018
ЯХИНА, Гузель. Зулейха открывает глаза : [роман. [предисловие Людмилы Улицкой]. Москва : Издательство АСТ : Редакция Елены Шубиной, 2016

Andreï Ivanov
> Cote BDL  : 891.790 5 F IVA
IVANOV, Andreï. Le voyage de Hanumân. Traduit du russe (Estonie) par Hélène Henry. [Paris] : le Tripode, 2016

Auteures allemandes : choix de titres

Herta Müller
> Cote BDL : 830.900 9 MULLh
MÜLLER, Herta. Mein Vaterland war ein Apfelkern : ein Gespräch mit Angelika Klammer. München : Carl Hanser Verlag, 2014
MÜLLER, Herta. Atemschaukel : Roman. München : Carl Hanser ; Frankfurt am Main : Fischer Taschenbuch, 2009
MÜLLER, Herta. Der Fuchs war damals schon der Jäger : Roman. München : Fischer-Taschenbuch Verl., 2009

Yoko Tawada
> Cote BDL : 830.900 92 TAWA
TAWADA, Yoko. Etüden im Schnee : Roman. Tübingen : Konkursbuch Verlag Claudia Gehrke, 2014.
TAWADA, Yoko. Überseezungen. 4. Auflage. Tübingen : Konkursbuch Verlag Claudia Gehrke, 2013

Emine Sevgi Özdamar
> Cote BDL : 830.900 92 OZDA
ÖZDAMAR, Emine Sevgi. Die Brücke vom Goldenen Horn : Roman. 5. Auflage. Köln : Kiepenheuer & Witsch, 2015
ÖZDAMAR, Emine Sevgi. Seltsame Sterne starren zur Erde : Wedding-Pankow 1976/77. Köln : Kiepenheuer & Witsch, 2003
ÖZDAMAR, Emine Sevgi. Das Leben ist eine Karawanserei : hat zwei Türen : aus einer kam ich rein : aus der anderen ging ich raus. Köln : Kiepenheuer & Witsch, 1994

Terézia Mora
> Cote BDL : 830.900 92 MORA
MORA, Terézia. Auf dem Seil : Roman. München : Luchterhand Literaturverlag, 2019
MORA, Terézia. Die Liebe unter Aliens : Erzählungen. München : Luchterhand, 2016
MORA, Terézia. Nicht sterben : Frankfurter Poetik-Vorlesungen. München : Luchterhand, 2014

Milena Michiko Flašar
> Cote BDL : 830.900 92 F FLA
FLAŠAR, Milena Michiko. Herr Kato spielt Familie : Roman. Berlin : Verlag Klaus Wagenbach, 2018


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/11/2021

    […] Lire la suite sur le carnet Fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search