L’underground en RDA et en Tchécoslovaquie

Compte rendu de la séance du 6 mai 2022

La troisième séance de l’année du séminaire « L’espace littéraire de Berlin à Vladivostok » qui s’est déroulée le vendredi 6 mai 2022 à la Bibliothèque Diderot de Lyon portait sur « L’underground en RDA et en Tchécoslovaquie ». Organisée par Hélène Martinelli (Maîtresse de conférences en littérature comparée, ENS de Lyon / IHRIM), elle réunissait les communications de Myriam Geiser (Maîtresse de conférences en Études germaniques, Université Grenoble Alpes / ILCEA4) et de Petra James (Chaire de Langue et Littérature Tchèques, Université Libre de Bruxelles / Philixte). Elle s’inscrivait dans le prolongement d’un cours de niveau master en littérature comparée sur « Les littératures Underground d’Est en Ouest », où il s’était agi d’étudier les prémisses des contre-cultures dans les années 1950-1960, à partir de la Beat Generation, du côté des États-Unis, mais en abordant aussi le premier Underground tchèque, qui s’est constitué autour du groupuscule Půlnoc (Minuit) à Prague à la fin des années 1940.
            C’est toutefois plutôt la question de la dissidence qui s’est imposée ici, dans les circuits plus établis des années 1970-80. L’enjeu était notamment de réévaluer l’héritage de l’underground en RDA et en Tchécoslovaquie, voire de mettre à l’épreuve les mythes qui lui ont été associés, en interrogeant les relations entre communautés clandestines, milieux officiels et solidarité internationale. Dans le sillage des travaux engagé après 1990, on a souhaité s’intéresser à des figures aussi incontournables que controversées de l’underground et de la dissidence à l’Est – tels que Sascha Anderson en RDA et Egon Bondy en Tchécoslovaquie. L’un à Berlin et l’autre à Prague, ces deux écrivains ont été des figures centrales des milieux dits underground, mêlant mode de vie marginal, littérature novatrice ou sulfureuse, pratiques éditoriales officieuses, et participation à des groupes de rock plus ou moins célèbres (respectivement Zwitschermaschine et Plastic People of the Universe). Pour autant, tous deux témoignent aussi du fait que ces cercles d’artistes étaient infiltrés par la police secrète, à l’encontre du mythe selon lequel aurait prévalu une forme d’étanchéité avec la culture officielle. Après 1991, Anderson est identifié comme collaborateur officieux (Inoffizieller Mitarbeiter) pour la Stasi (Staatssicherheit), ce dont il s’est expliqué à plusieurs reprises ; la réouverture des archives après 1989 a révélé que Bondy avait été délateur actif au service de la police d’État (StB – Státní bezpečnost) et ce sans jamais cesser d’être un marxiste non dogmatique et non conformiste.
            Interroger la réception de ces figures et phénomènes, à l’Est comme à l’Ouest, où on a voulu y voir un modèle de résistance politique et morale autant que d’avant-garde poétique, nous a incitées à approfondir la réflexion. Notre attention s’est ainsi progressivement portée sur les figures oubliées de l’underground tchèque, notoirement des femmes, longtemps réduites au statut de « personnages secondaires » (selon l’expression de Joyce Johnson pour la Beat Generation, Minor Characters, 1983) : leurs témoignages invitent en effet à réviser l’image essentiellement masculine qui a pu en être donnée dans l’histoire littéraire et culturelle. Il est donc temps d’exhumer les œuvres de nombre de femmes essentielles à ces milieux et mouvements – comme c’est désormais le cas dans les recherches menées sur les contre-cultures américaines – et d’interroger, non seulement leur invisibilisation et la reconduction de leur oubli à l’Ouest mais aussi leur discrimination initiale dans des milieux parfois misogynes. Car les rapports entre genre et politique y sont exemplairement posés – que l’on se penche sur les enjeux de séduction inhérents à la figure de leader charismatique qu’a pu être Sascha Anderson ou à la sociabilité masculine, parfois justifiée par son caractère homoérotique  – c’est le cas de la Beat Generation aux États-Unis, mais sans doute aussi en Tchécoslovaquie, où cette dimension n’a pas été inexistante (voir Martin Machovec).
            Enfin, l’état de la recherche n’est pas le même dans les deux cas étudiés : la bibliographie est plus abondante sur les milieux tchèques que sur la RDA, à part quelques ouvrages consacrés à la production musicale plus qu’à la création littéraire sinon à l’auto-édition dite « samizdat » en particulier. Cela peut s’expliquer par une plus longue tradition de clandestinité depuis les productions surréalistes tchèques publiées sous l’occupation allemande mais aussi par la possibilité, pour les Allemands de l’Est, de publier à Berlin-Ouest, qui a limité le développement de la culture de la publication clandestine. En outre, il est vraisemblable que les femmes ont été davantage visibilisées en RDA, ne serait-ce que parce que certaines figures (Christa Wolf, pour n’en citer qu’une) incarnent par excellence cette période de création contrainte pour le lectorat occidental, ce qui n’empêche pas que des rapports de forces méritent encore d’être discutés et réévalués dans l’historiographie à l’Est comme à l’Ouest.

Après cette brève introduction, Myriam Geiser présente un exposé sur les « Subversions de l’underground à Berlin-Est – (ré)évaluations du rôle de Sascha Anderson ». Elle entend y réfléchir au paradoxe sur lequel repose une subversion de la subversion– celle de la dissidence elle-même. Elle commence par donner le contexte dans lequel s’inscrit une réflexion qui s’élabore à partir de la figure de Sascha Anderson, mais qui a pour but de dresser un panorama de la situation extrêmement précaire des cercles d’artistes dissidents et d’« avant-garde » à Berlin-Est (et au-delà). Avant même ses enjeux idéologiques, le système de la littérature en RDA est conditionné par des contraintes économiques : si la souveraineté du parti SED affecte jusqu’aux maisons d’édition, on ne doit pas négliger le « facteur papier » (suite aux dysfonctionnements de l’économie planifiée, il fallait importer du papier pour des devises onéreuses, et le parti s’est toujours réservé la souveraineté sur la distribution du papier aux éditeurs de journaux, de revues et de livres).
            Né en 1953, Alexander « Sascha » Anderson fait partie de la génération des « Hineingeborene », c’est-à-dire de ceux qui sont nés après-guerre, dans ce qui était déjà la RDA (selon l’expression que le poète Uwe Kolbe utilise dès les années 1980). Il s’agit donc de la génération qui succède à celle des artistes dissidents de la première heure comme l’auteur-compositeur-interprète Wolf Biermann, né en 1936, interdit de publication de 1965 à 1976, et déchu de sa nationalité est-allemande après cette date, raison pour laquelle il s’installe en RFA, comme de nombreux autres écrivains (tels Sarah Kirsch et Günter Kunert) qui quittent alors la RDA. Contrairement à ses prédécesseurs, cette nouvelle génération refuse d’intégrer les circuits officiels de publication et pratique donc volontiers le « samizdat », diffusant des revues « sub-culturelles » dès le milieu des années 1970.
            Anderson, ayant appris la typographie à Dresde et disposant d’un accès facilité au papier, va organiser la diffusion de tracts et de poèmes photocopiés, notamment ceux de Biermann, ce qui lui vaudra d’être incarcéré au début des années 1970. Sur l’invitation du chansonnier et traducteur Ekkehard Maaß, dont la cuisine tient lieu de salon à une bohème de poètes et de plasticiens, tout en hébergeant l’atelier de céramiste de sa femme Wilfriede, Sascha Anderson s’installe à Berlin-Est. Wilfriede deviendra son amante, et il gagnera la réputation d’être un des protagonistes les plus influents de la scène artistique alternative du Prenzlauer Berg. C’est depuis cette scène alternative qu’il a aussi pu espionner ses amis et collègues en tant qu’informateur (ou « collaborateur inofficiel ») de la Stasi, qui le pilotait et vraisemblablement le surveillait. Pendant les années 1980, les « dissidents loyaux » (comme Christa Wolf et Volker Braun) cohabitent avec des « poètes de la Stasi », mais Anderson se distingue en tant que « Kulturminister » ou « manager culturel » incontesté de la dissidence à Prenzlauer Berg. En 1986, suite à une demande de sortie du territoire, il s’installe à Berlin-Ouest, sans laisser d’avoir la mainmise sur la vie culturelle à l’Est, garantissant encore la diffusion des informations et consolidant son statut d’ambassadeur de la subculture est-allemande en RFA.
            En 2002, dix ans après le « Literaturstreit » autour de la notion de « Gesinnung » (conviction idéologique), Julia Hell dresse le bilan d’un processus de réévaluation de la vie culturelle et artistique en RDA lors duquel le rejet public d’Anderson semble être le pendant nécessaire de la « recanonisation » de Christa Wolf. La même année, Sascha Anderson publie Sascha Anderson, ouvrage qui entérine sa posture esthético-manipulatrice en prolongeant l’autofaçonnement de son identité de marginal cumulant les petits métiers, non sans donner dans une forme de dandysme de l’underground. Il y affirme notamment que « la valeur poétique de la littérature ne s’évalue pas à l’aune de la morale » (« Der poetische Rang von Literatur erweist sich nicht an der Moral »). Mais malgré une généreuse promotion, cet ouvrage a globalement été mal accueilli et parfois même de façon sarcastique.
            La projection d’extraits du documentaire Anderson réalisé en 2014 par Annekatrin Hendel (née à Berlin-Est en 1964) confirme et prolonge cette interprétation rétrospective de la place de l’infameux poète, devenu « Untergrund-Kulturminister » et à l’origine de ce que l’on peut qualifier de « système Anderson », doublement protégé par l’Ouest et par la Stasi. Le documentaire, qui l’interroge sur ses motivations et laisse la parole à différents acteurs et actrices des milieux clandestins, ne plaide pas en sa faveur, mais le mystère reste intact et son personnage principal, insondable.
            Dès 1985, Volker Braun avait attaqué ce qu’il considérait comme l’avant-garde médiocre, esthétiquement parlant, de jeunes auteurs pourtant encore largement inconnus du public – en l’occurrence Anderson, mais aussi Elke Erb. Dans son discours à l’occasion de la réception du prix Georg Büchner le 19 octobre 1991, Biermann lui-même discutait le prétendu talent du poète-traître que s’est révélé être Anderson. Depuis, les réévaluations ont été nombreuses, de la mise en évidence du rôle des « collaborateurs inofficiels » en littérature (par Joachim Walther, qui montre en 1996 qu’Anderson, certes instrumentalisé par la Stasi, semble avoir néanmoins produit ce qu’il était censé empêcher) à l’exhumation de la part de la subversion féminine, à partir des figures de plasticiennes plus ou moins dissidentes ayant participé à la bohème artistique qui a gravité autour de Wilfriede Maaß (Sybille Goepper, 2012).
             Sascha Anderson continue toutefois à jouer le rôle de personnage littéraire qu’il s’est construit, en publiant des recueils de poésie (récemment : « So taucht Sprache ins Sprechen ein, um zu vergessen », 2019), et en tant qu’éditeur, non seulement de la maison d’édition de poésie Druckhaus Galrev (comprendre « Verlag » soit « édition ») fondée en 1990 à Prenzlauer Berg, mais ensuite des Poetische Boegen et de la collection Black Paperhouse qu’il a co-fondées avec Bert Papenfuß-Gorek à Francfort-sur-le-Main.

Petra James débute son exposé intitulé « Controverses et amnésies en héritage ? Les discussions contemporaines sur la dissidence et l’underground tchèques » en répondant à la précédente communication, puisqu’elle réoriente le parallèle initialement envisagé : la figure charismatique comparable à Anderson côté tchèque serait vraisemblablement Václav Havel (1936-2011), puisque sa canonisation a contribué à le faire passer de l’underground à l’establishment politique ; une autre figure importante pourrait être, non pas Bondy qui a pourtant joué un rôle important durant deux générations d’underground (d’abord avec Půlnoc puis auprès de Plastic People of the Universe), mais l’écrivain Jáchym Topol, né en 1962, arrivé plus tardivement sur la scène subculturelle et devenu depuis un auteur classique, toujours productif aujourd’hui. Dans les deux cas, un constat semble en tout état de cause pouvoir être fait : celui de la consécration de ces communautés en nouvelles élites politiques et culturelles.
            Petra James rappelle tout d’abord l’importance des travaux de Gertraude Zand (2002) qui a travaillé sur le groupe Půlnoc, constitué à Prague par Egon Bondy, Vladimir Boudník ou Bohumil Hrabal – sans oublier Jana Černá-Krejcarová – dans les années 1948-1953. La prise de connaissance de la Beat Generation dans les années 1960 en Tchécoslovaquie a en outre permis une identification rétrospective et a contribué à la mythologisation sinon l’auto-mythologisation de l’underground : on se rappelle que Václav Havel a reçu Allen Ginsberg et qu’Anne Waldman, bien qu’appartenant à une génération ultérieure de la Beat Generation, est venue à Prague. La réception tchèque, grâce à laquelle des auteurs comme Ginsberg, Kerouac ou Ferlinghetti ont été publiés dans des maisons d’édition prestigieuses, est ainsi plus conséquente que la réception autrichienne, par exemple, même si les écrits d’Anne Waldman n’ont été publiés en tchèque qu’en 2001. Avec l’arrestation et la criminalisation des membres de Plastic People of the Universe en 1976 et la Charte 77 qui s’ensuivit, la néo-avant-garde « underground » inspirée par la Beat Generation et le milieu de la dissidence se rapprochent.
            Dans son ouvrage intitulé A World of Dissent (2012), Jonathan Bolton analyse le mythe de la résistance créative tchèque tel qu’il a été interprété par les journalistes et historiens occidentaux. Il y voit notamment une bataille pour l’espace médiatique, dans la compétition symbolique entre Václav Havel et Milan Kundera, par exemple, mais aussi dans la relative sous-représentation de la dissidence tchèque par rapport au syndicat polonais « Solidarność » après 1980. Il tâche en outre de déconstruire la vision héroïque de la dissidence comme activité individuelle solitaire, en tenant compte des structures communautaires qui, dans l’expérience quotidienne de la dissidence, commencent avec l’unité conjugale – dans la mesure où les femmes et les épouses en particulier ont joué un rôle important dans la distribution de lettres ou la circulation des textes qu’il examine. S’il montre que la production de mythes sur ce milieu n’a pas touché les femmes qui ont été largement oubliées, son ouvrage accorde toutefois une place minimale aux figures féminines majeures que sont Olga Havlová, Madla Vaculíková ou Věra Jirousová, les conjointes respectives de Václav Havel, Ludvík Vaculík et Ivan Martin Jirous, au cœur de l’historiographie consacrée de la dissidence.
            Ces remarques orientent rapidement l’exposé sur la nouvelle évaluation de la nature masculine, voire machiste, de la dissidence et de l’underground tchèques, à la faveur de mémoires publiés récemment par des figures féminines importantes, qui permettent de réévaluer la vision un peu manichéenne des dissidents qui a pu être diffusée et conservée à des fins stratégiques. C’est notamment le cas avec Dana Němcová, la femme de Jiří Němec (lui-même étant un des penseurs principaux du mouvement et tous deux comptant parmi les initiateurs et premiers signataires de la charte 77), ou Jitka Vodňanská qui, bien qu’absente des photographies officielles, fut l’amante de Havel – et de sa femme. Comme ces récits qui vont à l’encontre de l’idéal de morale absolue que l’on a pu associer avec la dissidence, les écrits de Tereza Boučková, dès La Course des Indiens (Indiánský běh, 1991), tendent vers une déconstruction du mythe de la dissidence, par un regard critique à l’égard de Václav Havel ou de Pavel Kohout (un autre célèbre écrivain qui a fini par s’opposer au régime et dont elle est la fille).
            Jan Matonoha réfléchit actuellement au genre en littérature et à la façon dont les femmes sont des personnages muets de l’histoire littéraire. Dans cet élan, également représenté par les travaux de Libuše Heczková à Prague, il a travaillé sur les femmes dans la dissidence mais aussi sur l’antiféminisme qui a pu y régner malgré l’entreprise d’émancipation censée la caractériser. Paradoxalement le féminisme a pu y être vu comme trop « establishment », au point d’être délégitimé et que le dissident Havel y voie quelque chose de « dada » (comme il le dit lors d’un entretien avec des féministes italiennes en 1985, après avoir consulté des dissidentes ayant exprimé un rejet emphatique) tandis que l’écrivain exilé Josef Škvorecký trivialisait les enjeux de harcèlement sexuel et de langage politiquement correct dans une série d’articles de journaux (1992). Ainsi, bien qu’ils soient apparus comme des héros voire des martyres de l’anticonformisme, les dissidents utilisaient aussi des stéréotypes genrés qui ont pu d’autant plus s’imposer que leur éthos et leurs discours étaient valorisés par rapport à la culture « mainstream ». Cela peut expliquer que, par peur d’apparaître risibles, les femmes aient intériorisé cette exclusion symbolique, redoublant leur effacement.
            La marginalisation des voix féminines et la moralisation excessive des figures de dissidents ont enfin pu être augmentées dans la réception qui en a été donnée à l’Ouest : dans la traduction française de l’essai de Havel sur les mouvements pour la paix, L’Anatomie d’une réticence (Anatomie jedné zdrženlivosti, 1985), il apparaît que des passages ont été omis, notamment l’entretien avec les féministes italiennes où Havel raillait cette tendance. Voilà qui inviter à penser autrement Le Pouvoir des sans-pouvoirs (Moc bezmocných, 1978) pour reprendre le titre de son ouvrage qui est devenu le manifeste de la dissidence.

Au moment de la publication tardive de ce compte rendu, une nouvelle séance du séminaire pensée dans la continuité de celle-ci a été consacrée au « Samizdat : pratiques locales et formes transversales » le 27 janvier 2023 à Grenoble.

Compte rendu rédigé par Hélène Martinelli
ENS de Lyon / IHRIM



Citer ce billet
Fonds slaves/BDL (2023, 17 mai). L’underground en RDA et en Tchécoslovaquie. Fonds Russie et Europe médiane (ISSN 2492-8747). Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ow3r

2 réponses

  1. 22/05/2023

    […] Lire la suite sur le carnet des Fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon. […]

  2. 21/08/2023

    […] 1980-1990. Pensée comme une prolongation logique d’une précédente séance du séminaire, « L’underground en RDA et Tchécoslovaquie », celle-ci soulève la question de la clandestinité et celle de la circulation des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search