Cinéma soviétique : le regard tendre de Boris Barnet

Du 14 février au 10 mars 2024, la Cinémathèque française a organisé une rétrospective de l’œuvre du réalisateur soviétique Boris Barnet (1902 – 1965) pour accompagner la publication aux éditions de l’Oeil de la très riche monographie consacrée au réalisateur par l’historien du cinéma Bernard Eisenschitz.

Lors de la rétrospective, le public parisien a pu voir 19 films et assister à 2 conférences tandis que l’ouvrage de Bernard Eisenschitz a été largement salué par la critique.

Mais qui est donc Boris Barnet ?

Pour répondre à cette question, il convient de citer le réalisateur Jacques Rivette qui dans son article « Un nouveau visage de la pudeur » paru dans les Cahiers du cinéma n° 20, février 1953 écrit : « …si l’on excepte Eisenstein, Boris Barnet doit être tenu pour le meilleur cinéaste soviétique ; »

En effet, lorsqu’on évoque le cinéma soviétique sur lequel la Bibliothèque Diderot de Lyon possède une riche collection d’ouvrages en libre accès1 et dans les magasins et dont les films sont largement représentés en salle Philosophie2, on pense d’abord aux cinq cinéastes de la Révolution également connus comme théoriciens du montage : Eisenstein, Pudovkin, Vertov, Dovzhenko et Koulechov. Ensuite, viennent à l’esprit les réalisateurs du dégel, Kalatozov, Tchoukhraï, Bondartchouk, Tarkovsky, puis ceux plus contemporains. Seuls les rares connaisseurs semblent réagir au nom de Boris Barnet. Et pourtant…

Les méandres des débuts artistiques

D’origine anglaise du côté de son arrière-grand-père paternel, imprimeur arrivé en Russie au 19e siècle, Boris Barnet est né à Moscou le 18 juin 1902. Admis à l’école des beaux-arts, il suit des cours de peinture. En parallèle, il fréquente un des studios du Théâtre d’Art (Московский Художественный академический театр – MkxAT) créé par Constantin Stanislavski et s’y initie à plusieurs métiers : accessoiriste, machiniste, assistant aux décors et aux effets sonores. Volontaire dans l’Armée rouge, Boris Barnet rentre du front à l’été 1922 et s’inscrit à l’École militaire centrale d’éducation physique des travailleurs où il se forme à la boxe. Toujours aussi attiré par la scène, Barnet rejoint le laboratoire cinématographique et expérimental du réalisateur Lev Koulechov. Il fait ses premiers pas au cinéma en tant qu’acteur dans le film muet de ce dernier Les aventures extraordinaires de Mr West au pays des bolcheviks (Необычайные приключения мистера Веста в стране большевиков) sorti en 1924.

Boris Barnet y joue le rôle du cowboy Jeddy qui se rend en URSS avec son ami Mr West afin de le protéger contre les bolcheviks représentés comme des sauvages sales, barbus et armés jusqu’aux dents. Coiffé d’un chapeau de cowboy, Jeddy porte un revolver, chevauche une moto en guise de cheval et accomplit des cascades invraisemblables dans les rues de Moscou.

Deux ans plus tard, Barnet coréalise avec Fedor Ozep et joue dans le serial d’espionnage en trois épisodes Miss Mend (Мисс Менд)3 > Cote BDL V 791.43 BAR m)). Adapté du premier roman policier « rouge » de la journaliste et écrivaine Marietta Chaguignan, le serial est un mélange de techniques de réalisation de Mack Sennett (la comédie burlesque), de cinéma allemand (la figure du méchant aux visages multiples) et de D. W. Griffith (les actions se développant en parallèle). Le succès public est immense avec 1.7 million de spectateurs dans les six premiers mois d’exploitation.

La réussite de Miss Mend confirme le talent de Boris Barnet et lui permet de se consacrer entièrement au métier de réalisateur. Il réussit à créer son propre style, loin du réalisme socialiste, posant « un regard d’innocence mais pas d’un innocent » sur le monde et sur l’Union soviétique4.

La liberté de création au temps de la NEP

Les années 20, celles des débuts de Boris Barnet comme réalisateur, constituent une période particulière dans l’histoire de l’Union soviétique. Le gouffre économique dans lequel s’est trouvé le pays à l‘issue de la Première Guerre mondiale, de la Révolution et de la Guerre civile oblige le pouvoir bolchévique à changer de cap. Lors du Xe Congrès en 1921, Lénine met fin au « communisme de guerre » et lance la Nouvelle politique économique (NEP). C’est le retour à la liberté du commerce, au capital privé ainsi qu’au pluralisme culturel.

Le développement du cinéma est particulièrement favorisé, car pour Lénine, « le cinéma est de tous les arts le plus important » et constitue un moyen de propagande privilégié dans un pays où plus de 50% des habitants ne sait ni lire ni écrire. Le Commissariat du peuple à l’instruction (éducation et arts) dont dépend l’industrie cinématographique est sous la direction d’Anatoli Vassilievitch Lounatcharski. C’est un bolchevik convaincu mais aussi un esthète à l’esprit éclectique, ouvert à l’innovation et au dialogue, sensible aux questions d’éducation et de culture.

Tant qu’il sera à la tête du Commissariat au peuple à l’instruction (1919 – 1929), Anatoli Vassilievitch Lounatcharski favorisera la création et assurera la liberté nécessaire à son essor, permettant le développement de nombreux mouvements d’avant-garde. Ainsi, les Futuristes côtoient les Constructivistes. De jeunes écrivains comme Zochtschenko réunis au sein du groupe Frères de Sérapion5 cherchent de nouvelles voies littéraires. La Fabrique de l’acteur excentrique (FEKS) fondée par Grigori Kozintsev, Sergueï Ioutkevitch, Leonid Trauberg et Georgi Kryjitski à Petrograd en 1922 puise son originalité dans les traditions du cirque, du music-hall et du théâtre.

Dans le cinéma, la décennie de tous les possibles se prolongera au-delà du départ de Lounatcharski donnant lieu à la création de quelques grands films au début des années 1930. Le rideau de scène tombera de manière définitive juste avant la Grande Terreur.

Les chefs-d’œuvre d’avant-guerre

La volonté politique de développer le cinéma comme outil de propagande, la liberté artistique conjoncturelle et l’existence grâce à la NEP d’un studio de production mi-privé, mi-public Mejrabpom6 sont autant de facteurs qui permettront à Boris Barnet de s’affirmer comme réalisateur et de créer plusieurs chefs d’œuvre.

Sur les 23 longs-métrages réalisés par Boris Barnet, les plus novateurs datent d’avant 1941.

La jeune fille au carton à chapeau (Девушка с коробкой)7 à la fois comédie sociale et romantique, sort en 1927 et marque le début du genre en Union soviétique. On y suit la petite modiste de province Natacha Korosteleva jouée par Anna Sten8. Natacha fabrique des chapeaux pour le compte de Madame Irène, propriétaire d’un magasin de mode à Moscou. Au cours d’un de ses déplacements à la capitale, Natacha fait la connaissance d’Ilia Snegirev, un jeune ouvrier. Afin de l’aider dans son installation à Moscou, elle contracte avec lui un mariage blanc permettant à Ilia d’être logé dans une des chambres de l’appartement de Madame Irène. Cette situation donne lieu à de nombreuses péripéties et gags. Le film est certes une comédie mais il dépeint aussi les difficultés économiques et sociales de l’époque : on y voit la crise du logement, l’opposition entre la ville et la campagne, entre les nouveaux riches issus de la NEP et les moins nantis. Le film est un immense succès populaire mais il n’est pas tout à fait du goût des autorités. On lui reproche entre autres de ne pas suffisamment insister sur le caractère ouvrier et étudiant d’Ilia. Néanmoins, le film est exporté en Europe et aux États-Unis.

Un an plus tard, Boris Barnet réalise La maison de la rue Trubnaïa (Дом на Трубной)9. Barnet y raconte l’histoire de la petite paysanne Paracha Pitounova qui arrive à Moscou et se fait engager comme femme de ménage chez le coiffeur Golikov et son épouse. La crédule Paracha est exploitée sans retenue. Un quiproquo au moment des élections syndicales mettra fin à ses peines. Le film s’ouvre de manière virtuose avec le travelling sur l’escalier de l’immeuble de la rue Trubnaïa, puis la vue de l’immeuble en coupe permet d’en découvrir les habitants en train de s’affairer. Les images de Moscou qui se réveille sont teintées de lyrisme. Le comique avec de nombreuses scènes burlesques et des péripéties est toujours aussi présent et frôle parfois l’absurde.

Dans la première moitié des années 1930, après quelques œuvres mineures, Boris Barnet réalise deux films parlants remarquables. Okraïna en 1933, puis Au bord de la mer bleue en 1936.

Okraïna10 (Le Faubourg) est un film pacifiste qui raconte la Grande Guerre et la Révolution à travers la vie des petites gens qui vivent loin du centre des événements. La perception dualiste de la vie y est abolie, il n’y a que des hommes et des femmes avec leurs joies et peines, luttant contre les aléas de leur existence. Le pathos propre aux films soviétiques de cette époque est absent. C’est un film humaniste qui par son approche de la Grande Guerre peut rappeler la Grande illusion de Jean Renoir qui sortira en 1937. Le film connaît un grand succès, il est aussi très bien perçu par le pouvoir qui récompense le cinéaste d’un séjour de deux mois en France11 pour promouvoir Okraïna. Ce fut le seul voyage de Boris Barnet à l’étranger.

Enfin, le quatrième film d’avant-guerre, Au bord de la mer bleue (У самого синего моря) a été tourné en 1935 au bord de la Caspienne et diffusé en 1936. C’est une histoire d’amour non réciproque où deux marins aiment une jeune fille qui est amoureuse d’un troisième. Ode à la jeunesse et à ses doux tourments, c’est un film lyrique voire fabuleux avec des éléments comiques, loin de tout maniérisme du socialisme réaliste. D’abord bien reçu par les connaisseurs, le film a été attaqué par la presse qui se devait de condamner tout scénario émotionnel, indigne de l’homme soviétique qui n’est pas censé montrer ses sentiments et encore moins y céder. La sortie du film coïncide avec la condamnation dans la Pravda de l’opéra de Dimitri Chostakovitch, « Lady Macbeth du district de Mtsensk », qualifié de « chaos » et non pas de musique. Au même moment, on assiste à la fermeture définitive du studio Mejrabpom. Aussi, Au bord de la mer bleue est-il vite rangé sur une étagère et oublié. On a souvent comparé le sort de ce film à celui d’Atalante de Jean Vigo (1934), incompris à sa sortie et enterré pour des années.

La Grande terreur et la Deuxième Guerre mondiale

Pendant la période de la Grande Terreur, Boris Barnet ne tourne plus. Pourtant, ce n’est pas un dissident. Selon les propos recueillis par Bernard Eisenschitz auprès des contemporains du cinéaste, il aurait plutôt été un artiste apolitique presque inconscient des événements historiques, intéressé avant tout par la réalisation de ses films.

Suite à l’attaque allemande en juin 1941, Barnet participe à l’effort de guerre et tourne des courts-métrages de propagande. Ses deux films de guerre Un brave garçon12 et Une fois la nuit sont jugés insuffisamment combatifs. Le premier est interdit, le deuxième sciemment oublié.

Après 1945

La politique culturelle après 1945 est sous la coupe du très proche et fidèle collaborateur de Staline Andreï Jdanov. C’est l’époque du jdanovisme artistique où seul le réalisme socialiste a le droit de s’exprimer. Sur les dix films que Barnet tourne entre la fin de la guerre et celle de sa propre vie, le titre le plus apprécié par les critiques de cinéma est Un été généreux13 (1950).

L’historien Bernard Eisenschitz analyse avec plus de nuance cette dernière étape dans l’œuvre du cinéaste. Ainsi, selon lui, le Lutteur et le Clown, Alenka puis la Petite gare considérés comme films mineurs mériteraient d’être revus et réévalués pour leur beauté poétique typiquement barnetienne.

Fatigué, devenu alcoolique, Boris Barnet se suicide le 8 janvier 1965 à Riga où il était venu travailler sur un nouveau film.

Le style barnetien et la postérité

Boris Barnet a souvent été trop rapidement défini comme l’inventeur de la comédie soviétique authentique. Or, ses comédies comportent toujours des éléments dramatiques tandis qu’il allège ses œuvres sérieuses en y insérant des scènes comiques. Il est à la fois humoriste et poète. « J’aime les choses drôles dans un drame, et les éléments tragiques dans la comédie. », dit-il.

Contrairement aux réalisateurs qui privilégient le montage (Koulechov, Eisenstein), Boris Barnet se concentre sur l’acteur et la mise en scène. Il donne libre cours à l’improvisation. L’interprète et le personnage ne forment qu’un. La méthode Stanislavski n’est pas loin. Tout au long de sa carrière, il est soutenu dans cette démarche par le formaliste14 et critique de cinéma Victor Chklovski.

C’est aussi un cinéaste de son temps : il ne parle que de ce qu’il connaît, de ce qu’il a vécu et éprouvé.

À l’époque où le cinéma devait servir le politique et où les héros de la révolution, hommes forts et invincibles, bravant les éléments et les sentiments étaient à l’honneur, Boris Barnet a choisi de parler avec respect et tendresse des gens ordinaires et de montrer leur quotidien.

La discrète sortie de l’oubli

En France, la redécouverte de Boris Barnet commence timidement dans les années 1960 grâce aux projections de films rares par Henri Langlois15 dans la salle de cinéma de la rue d’Ulm. À l’époque, le public parisien peut voir Au bord de la mer bleue. En 1968, le réalisateur est présenté dans le cadre du programme « d’Inconnues » conçu par Henri Langlois à Avignon.

En 1982, le Festival La Rochelle Cinéma (Fema) organise une rétrospective du cinéaste. En 1985, c’est au tour du Festival de Locarno de célébrer Boris Barnet.

La première rétrospective russe n’a lieu qu’en 1992 à Moscou.

En 2011, le Festival Cinema ritrovato à Bologne met l’artiste à l’honneur au même titre que Howard Hawks et Elia Kazan.

Au fur et à mesure de ces rétrospectives et programmations ponctuelles dans des cinémas d’art et d’essai16, on s’aperçoit que Boris Barnet a laissé son empreinte sur plus d’un cinéaste. Le franco-géorgien Otar Iosseliani le cite comme un de ses réalisateurs préférés, Jean-Luc Godard le considère comme un des plus grands du 7e art et souligne son influence sur la Nouvelle Vague. Bernardo Bertolucci et Ettore Scola se disent marqués par son œuvre. Andreï Tarkovski avoue lui avoir « volé » quelques idées.

Malgré cette redécouverte au cinéma, Boris Barnet reste peu étudié par les critiques et historiens du cinéma. Un ouvrage lui est consacré au moment de la rétrospective à Locarno en 1985. Sa seule biographie en russe date de 1977, Žiznʹ i filʹmy Borisa Barneta (Жизнь и фильмы Бориса Барнета) de M. Kushnirov. Dans les encyclopédies et dictionnaires consacrés au cinéma soviétique, qu’ils soient en anglais ou en français, Barnet ne bénéficie en général que de quelques paragraphes.

La monographie de l’historien Bernard Eisenschitz vient donc combler un grand vide. Richement illustrée et documentée, elle nous plonge dans l’univers artistique d’un réalisateur resté très longtemps méconnu. Six films du cinéaste disponibles en salle Philosophie viennent compléter cet ouvrage et enrichir avantageusement le catalogue de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Bibliographie

SADOUL, Georges. Histoire générale du cinéma .L’art muet (1919-1929), tome 5. Paris : Denoël, 1975. > Cote BDL : AV 1144

BEUMERS, Birgit. A History of Russian Cinema. London, Bloomsbeury, 2013. > Cote BDL : 791.430 947 BEU

EISENSCHITZ, Bernard (sous la direction de). Gels et dégels : une autre histoire du cinéma soviétique, 1926-1968. Paris : Centre Georges Pompidou ; Milano : G. Mazzotta, 2002. > Cote BDL : 791.430 947 EIS

EISENSCHITZ, Bernard. Boris Vassilievitch Barnet. Paris : Édition de l’Oeil, 2024. > Cote BDL : 791.430 947 BARN EI

ROLLBERG, Peter. Historical Dictionary of Russian and Soviet Cinema. Lanham. Maryland : The Scarecrow Press, 2009. > Cote BDL : 791.430 947 ROL

VIVALDI, Giuliano. Boris Barnet: The Lyric Voice in Soviet Cinema. Brightlights Film Journal [en ligne], 31 juillet 2011 [consulté le 9 avril 2024]. Disponible sur le Web : <https://brightlightsfilm.com/boris-barnet-the-lyric-voice-in-soviet-cinema/> ISSN : 0147-4049

Billet rédigé par Sonja Graimprey
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation, Fonds slaves)



Citer ce billet
Fonds slaves/BDL (2024, 7 mai). Cinéma soviétique : le regard tendre de Boris Barnet. Fonds Russie et Europe médiane (ISSN 2492-8747). Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nbe

  1. Cote 791.430 947 []
  2. Cote V 791.43 puis les trois premières lettres du réalisateur []
  3. Miss Mend / Fedor Ozep, Boris Barnet, réal., scénario, [Paris] : Lobster [éd.], [C 2016] []
  4. Jacques Rivette, Un nouveau visage de la pudeur, Cahiers du cinéma n°20, février 1953 []
  5. Le nom du groupe fait référence au cercle littéraire créé à Berlin en 1814 par l’écrivain allemand romantique E. T.A. Hoffmann et appelé en 1818 les Frères de Sérapion. Lorsqu’en 1819, Hoffmann accepte la proposition de son éditeur de réunir ses contes et nouvelles publiés de manière disparate au sein d’un recueil, il décide de l’intituler Les Frères de Sérapion. Pour donner une trame commune à l’ensemble, Hoffmann crée un cadre fictif, celui de rencontres littéraires d’un groupe d’amis à la manière de Décaméron mais aussi de son propre cercle. Le recueil paru en quatre volumes est disponible à la bibliothèque, en allemand et en français. (Cote BDL : 830.900 6 HOFF (1) ou BG 124334 (1) []
  6. Studio créé en 2024 sous le nom de Mejrabpom -Rous. Fait unique dans son genre, Mejrabpom-Rous est le fruit de l’association d’une organisation prolétarienne, Secours ouvrier international (acronyme russe : Mejrabpom) créé en Allemagne par Willie Münzenberg, et d’une compagnie de production privée russe dirigée par Moisei Aleinikov. Mejrabpom est le premier studio en Russie à créer des films animés, un long métrage sonore et un long métrage en couleur. Sa production est diversifiée, les recettes importantes, les films exportés en Occident. Cependant, de plus en plus en butte aux critiques du Parti, en 1928, le studio doit se séparer de son capital privé, le nom change en Mejrabpomfilm. En 1936, le studio se transforme en studio de films pour enfants. []
  7. La jeune fille au carton à chapeau / Boris Barnet, réal., [Paris] : Bach films, [DL 2006] > Cote BDL V 791.43 BAR m []
  8. Anel Stenskaya Sudakevich, dite Anna Sten, est d’origine ukraino-suédoise. Après des débuts prometteurs en Union soviétique, elle poursuit sa carrière en Europe puis décroche un contrat chez Samuel Goldwyn aux États-Unis. La MGM a pour objectif de concurrencer le studio Paramount où travaillent deux stars à l’accent étranger, Marlène Dietrich et Greta Garbo. Bien qu’elle donne la réplique aux acteurs connus comme Frederic March ou Gary Cooper, Anna Sten ne rencontre pas le succès escompté. Elle est très vite reléguée vers des films de série B voire C, puis tombe dans l’oubli. []
  9. La maison de la rue Troubnaïa / Boris Barnet, réal., [Paris] : Bach films [éd., distrib.], [DL 2006] > Cote BDL V 791.43 BAR m []
  10. Okraïna = Le faubourg / Boris Barnet, réal., [Paris] : Bach films, [C 2006] > Cote BDL V 791.43 BAR f []
  11. Pour sa diffusion en France, on a décidé de garder le titre original. []
  12. Un brave garçon / Boris Barnet, réal. [Paris] : Bach films, [DL 2006] > Cote BDL V 791.43 BAR b []
  13. Un été généreux / Boris Barnet, réal. [Paris] : Bach films, [DL 2006] > Cote BDL V 791.43 BAR e []
  14. Le formalisme russe désigne une école de linguistes et de théoriciens de la littérature (1914 à 1930) qui a révolutionné le domaine de la critique littéraire. L’école était composée de deux groupes : celui de Moscou sous la direction de Roman Jakobson, et celui de Saint-Pétersbourg, l’OPOYAZ, conduit par Victor Chklovski. []
  15. Fondateur avec Georges Franju de la Cinémathèque française en 1936. []
  16. L’Institut Lumière à Lyon présente deux films de Boris Barnet dans le cadre de sa rétrospective Cinéma russe du 17 avril au 20 mai 2012. Voir <https://www.institut-lumiere.org/francais/pdf/RDPF96.pdf> [consulté le 21 avril 2024] []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search