Les fonds slaves de 2002 à 2014

 

Tout commence en 2002…

La Bibliothèque slave de Meudon, bibliothèque de la Compagnie de Jésus, appelée aujourd’hui  « fonds slave des jésuites », est déposée à la bibliothèque de l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines (ÉNS LSH) en 2002. Son intégration dans les collections de la bibliothèque crée un événement sans précédent dans l’histoire de celle-ci. Le fonds slave des jésuites fait de la bibliothèque une ressource majeure dans le domaine slave, et lui apporte une dimension patrimoniale, reflet d’un héritage historique et culturel russe et européen. Les collections de la bibliothèque voient l’émergence d’un nouvel ensemble, celui des fonds slaves, porté, structuré, irrigué par le fonds slave des jésuites, sans lequel cet ensemble n’existerait pas.

Dans un premier temps, le fonds slave des jésuites est scindé en deux parties. La Bibliothèque de ÉNS LSH accueille la partie « sciences humaines » du fonds (60 000 documents), tandis que la Bibliothèque municipale de Lyon se voit confier les collections « art » et « littérature » (20 000 documents). Au printemps 2008, le fonds slave des jésuites est reconstitué dans son intégrité à la Bibliothèque de ÉNS LSH grâce au transfert à l’École des collections initialement déposées à la Bibliothèque municipale de Lyon. Retrouvant ainsi toute sa cohérence, le fonds slave des jésuites affirme son rôle dynamique dans la structuration des fonds slaves, tout à la fois ressource documentaire et service chargé de valoriser les richesses patrimoniales et scientifiques du domaine slave.

À la suite de ce transfert, une nouvelle convention est signée en 2010 entre la Province de France de la Compagnie de Jésus et l’ÉNS de Lyon. Les collections sont donc mises à disposition de l’Ecole Normale Supérieure pendant 50 ans. L’ÉNS de Lyon et sa bibliothèque s’engagent à assurer l’entretien et la conservation des documents, à les cataloguer, à les mettre à la disposition des publics dans les mêmes conditions auxquelles est soumise la documentation de toute la bibliothèque, et à les valoriser en relation directe avec des activités scientifiques. Il est également établi que l’intégrité de l’identité du fonds slave des jésuites doit être respectée, et que celui-ci doit continuer à s’enrichir selon les lignes de force de la collection d’origine. Enfin on peut citer l’article 8 de cette convention qui détermine toute la politique de valorisation du fonds jésuites et des fonds slaves dans leur totalité :

« L’ÉNS de Lyon s’engage auprès de la Province de France de la compagnie de Jésus à ce que soient conduites en partenariat avec les bibliothèques ou les établissements d’enseignement supérieurs intéressés, des actions de valorisation du fonds notamment à travers le développement d’une bibliothèque numérique, ainsi que des actions de recherche à partir de ces collections : animation de groupe de recherches, organisation de colloques et d’expositions,  par exemple. »

 

Le rôle de la communauté scientifique

L’Institut européen Est-Ouest (IEEO), structure fédérative de recherche, est fondé à l’ÉNS LSH sur la base de la présence du fonds slave des jésuites1.
En 2004, l’IEEO organise un colloque  « La Russie d’Alexandre Ier » (fonds Gagarine) et « Parcours de l’émigration » (fonds Saint-Georges). Parallèlement, il entame des travaux inscrits dans la durée : six journées d’étude ont lieu dans la période 2005-2006.
En 2006, l’IEEO organise deux missions, l’une à Paris, l’autre en Russie pour aller à la rencontre des bibliothécaires français et russes. L’IEEO coopère également à la cartographie du fonds en invitant des chercheurs qui expertisent les collections correspondant à leur domaine de spécialité.

Aujourd’hui plus d’une trentaine de journées d’études ont été organisées par l’Institut. Les actes de certaines de ces journées ont été publiés sur le site de l’Institut. On peut consulter les pages « Projets scientifiques » du site web de l’Institut  et celles qui concernent les expertises réalisées par les chercheurs :
Projets scientifiques
Expertises des collections slaves

 

 

 

Panneau réalisé à l’occasion de la manifestation Une bibliothèque russe en France organisée en 2010 à l’ÉNS de Lyon dans le cadre de l’année France-Russie

 

 

 

 

 

Grâce à l’IEEO, le fonds slave des jésuites a bénéficié également des travaux de chargés de recherche documentaire.
Un chargé de recherche documentaire (CRD) est un normalien agrégé inscrit en thèse dont le doctorat est financé par un contrat de quatre ans qu’il signe avec un établissement d’enseignement supérieur et une Bibliothèque de recherche. Dans le cadre de ce contrat, le CRD effectue à la fois des heures d’enseignement (un demi-service d’enseignant-chercheur, soit 96 heures « équivalent TD ») et des tâches de recherche et de valorisation d’un fonds documentaire (400 heures annuelles). Le sujet de thèse du CRD est obligatoirement étroitement lié aux thématiques fortes des fonds sur lesquels il travaille. Quatre postes de CRD sont à pourvoir chaque année en France.

Deux anciennes élèves de l’ENS LSH ont travaillé et travaillent encore aujourd’hui sur les fonds slaves en tant que CRD :
Julie Grandhaye (contrat 2004-2008) a grandement contribué à la valorisation des collections du XIXe siècle. Elle a soutenu en à l’Université Paris I-Sorbonne sa thèse de doctorat consacrée à la pensée politique des décembristes et est aujourd’hui rattachée à l’UMR 5206 Triangle.
Eléna Ourjoumtseva (contrat 2008-2012), qui rédige une thèse de doctorat sur « Viktor Chklovski, théoricien de la littérature, théoricien de la langue », travaille à la valorisation des collections de linguistique des fonds slaves.

 

Valoriser pour et avec les chercheurs

Valoriser un fonds de recherche, c’est travailler pour des chercheurs. C’est aussi travailler avec eux. Ce sont les chercheurs qui apportent la valeur ajoutée indispensable à la valorisation des collections.

La disponibilité du bibliothécaire, sa qualité d’écoute, la qualité de ses recherches vont installer un climat de confiance avec le chercheur et faire évoluer la relation qu’il a avec lui. A partir d’une situation où l’un se met clairement au service de l’autre, on peut créer des liens et instaurer des nouveaux rapports qui vont permettre un véritable échange et un partage des informations. Ce sont des relations qui peuvent s’établir avec les chercheurs qui fréquentent régulièrement la bibliothèque, avec ceux qui viennent plusieurs jours durant travailler dans les collections.

 

Transmettre un héritage culturel

Le gisement documentaire des fonds slaves représente de grandes richesses conservées jusqu’à aujourd’hui  pour certaines depuis le XVIe siècle et alimentées par des hommes de foi et des hommes de science qui avaient tous en commun une passion à faire partager, celle de la civilisation et de la culture russes, un monde foisonnant, complexe, parfois énigmatique, dont les échos ont bouleversé l’histoire du monde. Les équipes scientifiques et celles de la bibliothèque qui ont aujourd’hui la charge de faire vivre ces ressources s’inscrivent résolument dans cette démarche, transmettre aux étudiants et aux chercheurs, mais aussi au plus grand nombre cet héritage.

Cette volonté d’enrichir et de partager, cet esprit de collaboration bibliothécaires/chercheurs, ont permis d’accomplir un certain nombre de réalisations et d’organiser tout un ensemble de manifestations, scientifiques et culturelles.

 

Inauguration des fonds slaves en 2009

Présentation des fonds slaves et exposition dans la salle Patrimoine de la bibliothèque

 

Les journées du patrimoine – septembre 2009

Une civilisation, une bibliothèque : le monde russe dans les fonds slaves de la Bibliothèque de l’ENS LSH
Exposition à l’ENS de Lyon dans la salle La librairie

 

 

 

 

L’année France-Russie – 2010

 

 

Une exposition à la bibliothèque : Une bibliothèque russe en France
Deux journées d’étude :
Les fonds slaves de l’ÉNS de Lyon
Écrivains de l’émigration russe et traduction

 

 

Panneau réalisé à l’occasion de la manifestation  Une bibliothèque russe en France, organisée en 2010 à l’ÉNS de Lyon dans le cadre de l’année France-Russie

 

 

Commémoration de 1812

Exposition et journée d’étude : 1812, visions russes, histoire européenne
Billet consacré à la manifestation sur le blog Interfaces

 

Aujourd’hui

La bibliothèque de l’ÉNS de Lyon fait aujourd’hui partie de la Bibliothèque Diderot de Lyon et les fonds sont slaves ont intégré le département Patrimoine et Conservation. Si une équipe spécifique de trois personnes est attachée au traitement et à la valorisation des documents, les collections bénéficient de toute la synergie développée dans le département : des équipes spécifiques formées à la conservation et au signalement des fonds patrimoniaux et spécialisés, des forces unies pour la valorisation de l’ensemble des collections du département, et un environnement documentaire riche, divers, rare et précieux, propice à la convergence des projets d’exploitation des collections.

Les fonds slaves constitués par le fonds slave des jésuites, par les collections historiques de la bibliothèque de l’École normale supérieure, par une dizaine de dons prodigués par des spécialistes de la langue et de la civilisation russes, et par des acquisitions, comptent plus de 100 000 documents. Pour caractériser plus précisément ces ressources, on peut dégager plusieurs grandes thématiques.

 

Les lignes de force

 

Histoire

Histoire et civilisation de la Russie et de l’Europe
Histoire de la civilisation russe des origines à nos jours
Historiographie russe et française
Vie politique, sociale et culturelle de la Russie, de la Russie kiévienne à la révolution 1917
Vie politique, sociale et culturelle de l’URSS, répression et dissidence
De la Perestroïka à l’ère Poutine
Émigration russe
La vie culturelle et sociale russe dans le Paris des années 1920-1930, capitale de l’émigration russe
La vie de la diaspora russe dans le monde: Prague, Berlin, New-York, Shanghaï…
Œuvres littéraires et vie artistique
Récits et témoignage
Journaux et revues
L’histoire des relations franco-russes
Histoire des slaves
L’histoire de l’Europe centrale et orientale
L’histoire de l’Europe

7_Histoire

 

 

 

 

Reproduction d’une illustration du livre de l’Atlas de l’histoire de Russie et des principales nations de l’empire russe / par Pierre-Charles Levesque,…. Paris : Fournier : Ferra, 1812

 

 

 

 

 

Reproduction de la couverture de la revue Пролетарская революция / Proletarskaâ revolûciâ : Пролетарская революция: исторический журнал Истпарта / Центральный Комитет Р.К.П., Комиссия по истории Октябрьской Революции и Р.К.П. (большевиков). Москва : Государственное издательство, 1921-1941

Proletarskaâ revolûciâ: istoričeskij žurnal Istparta / Centralʹnyj Komitet R.K.P., Komissiâ po istorii Oktâbrʹskoj Revolûcii i R.K.P. (bolʹševikov). Moskva : Gosudarstvennoe izdatelʹstvo, 1921-1941

 

 

 Religion

La pensée religieuse russe
Les penseurs orthodoxes
La dissidence religieuse
Les grands courants religieux russes et européens
Histoire de l’église russe
Orthodoxie et catholicisme
Relations occident catholique /Russie
Œcuménisme et union des églises
Les jésuites
L’histoire des pères fondateurs du fonds slave des jésuites
L’histoire de la Compagnie de Jésus
Les jésuites et la Russie

 

 

 

 

 

Апостол / Apostol [L’Apôtre]. Livre du nouveau Testament contenant les Actes et les Epîtres es saints apôtres édité à Lvov en 1639

 

 

 

 

 

 

Reproduction d’un portrait d’Ivan Sergueievitch Gagarine (1835). Avec l’autorisation des archives jésuites (Vanves)

 

 

 

 

Philosophie et politique

La pensée philosophique et politique russe et l’histoire de la pensée européenne
Occidentalistes et slavophiles
Marxisme
Libéralisme
Courants pré-révolutionnaires
Soviétologie
Dissidence
Eurasisme
Nationalisme

 

 

 

 

Portrait de Piotr Iakovlevitch Tchaadaev (1794-1856). Reproduction d’une gravure extraite des boîtes d’archives du fonds slave des jésuites : cette gravure a été réalisée pour la première édition des œuvres de Tchaadaev éditée par I. Gagarine en 1862 à Leipzig

 

 

 

 

 

Première page du numéro du 1er avril 1861 de la revue d’Alexandre Herzen (1812-1870), Kolokol : article qui salue le manifeste impérial du 19 février (3 mars] par lequel le tsar Alexandre II a aboli le servage2

 

 

 

Langue, littérature et art

Linguistique russe et slave
Histoire, étude et apprentissage de la langue russe
Manuels et grammaires
Dictionnaires bilingues et unilingues
Terminologies
Phraséologie, lexicologie, phonologie et phonétique
Littérature russe
Œuvres des auteurs russes en langue originale et en traduction
Histoire de la littérature russe
Ouvrages critiques
Théâtre russe
Littérature pour la jeunesse
Œuvres et ouvrages critiques en d’autres langues slaves
Art russe et slave
Artistes russes
Peinture
Architecture
Arts populaires
Cinéma

 

 

 

 

Reproduction de la couverture du numéro 8 de 1909 de la revue d’art Apollon, fondée en 1909 par le poète Sergueï Makovski3

 

 

 

 

 

 

  1. Adresse du site l’IEEO : http://institut-est-ouest.ens-lyon.fr []
  2. Колоколъ: прибавочные листы къ Полярной звѣздѣ = The bell. Лондонъ ; Женева : Волная русская типографiя : Трюбнер & Co. : Tchorzewski, 1857-1867 / Kolokolʺ: pribavočnye listy kʺ Polârnoj zvězdě = The bell. – n°1(1857)-n°247(1867) (Catalogue collectif des périodiques) (Périodiques slaves en caractères cyrilliques. Paris : 1956). – Londonʺ ; Ženeva : Volnaâ russkaâ tipografìâ : Trûbner & Co. : Tchorzewski, 1857-1867 []
  3. Аполлон – oct. 1909-oct./dec. 1917. – [Ст.-Петербургъ] : Якорь, 1909-1917 / Apollon. – oct. 1909-oct./dec. 1917. – [St.-Peterburgʺ] : Âkorʹ, 1909-1917 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *