Mon Chat, et autres livres pour enfant illustrés par Nathalie Parain (1897-1958)

Si le nom de Nathalie Parain ne semble pas toujours familier, ses dessins le sont généralement puisque c’est elle qui a illustré nombre de livres pour enfants des années 1930 aux années 1950, dont les fameux albums du Père Castor et les contes du Chat perché aux éditions Gallimard. Cette artiste illustre à la fois la richesse de l’influence culturelle de certains émigrés russes, qui ont notamment influencé la littérature française, et le patrimoine collectif que constitue la littérature pour la jeunesse.

D’origine russe, après 1917 Nathalie Parain s’exile en France à la suite de son mariage avec le philosophe français Brice Parain1, qu’elle a rencontré lors de son voyage professionnel à Moscou. Considérée par le régime comme une ennemie de l’URSS, elle ne pourra jamais retourner dans son pays natal.

C’est une artiste de formation, et son travail reflète l’influence du constructivisme russe dans l’art de son époque. Très vite, elle s’immerge dans la culture de sa nouvelle patrie ; elle s’intéresse à la littérature, et en particulier à l’illustration de livres pour enfants. Un ami du couple, André Beucler, écrit, entre autres choses, des livres pour la jeunesse publiés chez Gallimard, où travaille déjà Brice Parain. En 1930, il publie le livre Mon Chat, premier album pour enfant illustré par Nathalie Parain. C’est le premier fruit d’une longue collaboration avec Gallimard, après un premier partenariat infructueux avec l’éditeur Alfred Tolmer.

Source : Bibliothèque nationale de France

Source : Bibliothèque nationale de France

Pour l’éditeur Gaston Gallimard, il s‘agit d’une deuxième tentative de se lancer sur le marché du livre pour enfants, et il écrit à propos de celui-ci à l’illustratrice américaine Esther Holden Averill2 : « Avec cet album, nous comptons commencer une série de livres d’enfants tout à fait modernes ». Le projet de Gaston Gallimard est en effet ambitieux dans un contexte où l’édition de livres pour enfants est encore très peu valorisée en comparaison avec celle des livres pour adultes.

Source : Bibliothèque nationale de France

Source : Bibliothèque nationale de France

Source : Bibliothèque nationale de France

Source : Bibliothèque nationale de France

Dans sa publicité pour la parution de l’ouvrage, la NRF le décrit comme : « une tentative entièrement originale qui réussit à charmer les enfants, tout en renouvelant avec le plus grand bonheur le genre des ouvrages qui leur sont habituellement destinés »3.  Cette œuvre offre en effet un renouveau du style du livre pour enfant en France par sa modernité, son aspect luxueux et son inspiration d’avant-garde. C’est un véritable livre d’artiste ; il est imprimé sur un superbe papier vélin et typographié dans un très beau Bodoni corps gras.

 

Cette œuvre marque également un tournant esthétique inspiré du constructivisme russe. Nathalie Parain, ou Natalia Tchelpanova avant son mariage avec Brice Parain, a poursuivi sa formation à l’école des Vkhoutemas, école d’avant-garde artistique russe située à Moscou. Imprégnée du courant constructiviste, elle apporte un style nouveau à l’illustration du livre pour enfants : les lignes et les formes sont simplifiées et inspirées des formes géométriques, les coloris sont atténués et la palette de couleur restreinte. Parmi les particularités de ces illustrations, on peut sentir au toucher que les dessins ont été réalisés en partie avec des papiers colorés découpés.

Source : Bibliothèque nationale de France

Source : Bibliothèque nationale de France

Autre clin d’œil au courant d’avant-garde, du côté français : sur la deuxième planche on peut voir des meubles pour enfants inspirés du mobilier créé par André Hellé sur le thème de l’arche de Noé, avec le petit éléphant stylisé. Ces meubles furent parmi les premiers réalisés pour les enfants et furent édités par le Printemps en 1911.

 

L’ouvrage est destiné à un public très jeune, sachant à peine lire : de 3 à 6 ans. Pour ses auteurs il s’agit d’une posture artistique et philosophique : penser que même de jeunes enfants peuvent apprécier ces images d’avant-garde. Il s’agit aussi d’une considération artistique qui ne dissocie pas art majeur et art mineur, mais considère le livre pour enfant également comme une véritable œuvre d’art. La modernité de cette œuvre réside aussi dans le fait qu’elle a été conçue comme un décor ; les planches sont reproduites à la gouache au pochoir, et pour certains exemplaires, elles sont séparées pour permettre de les accrocher au mur de la chambre de l’enfant. Ce livre a été vendu comme un vrai livre d’artiste mais a connu un succès relatif notamment en raison de son coût.

Enfin, une des évolutions notables dans ce livre est la place attribuée au chat. Le chat est en effet le protagoniste de l’histoire et s’affirme comme un véritable animal de compagnie et compagnon pour l’enfant alors qu’il conservait jusque-là un statut de bête tantôt hystérique, tantôt effrayante.

Source : Bibliothèque nationale de France

Source : Bibliothèque nationale de France

Après la publication de Mon Chat, c’est en 1931 que l’artiste russe commence à travailler avec Paul Faucher, auteur de Je fais mes masques et Je découpe, et fondateur des éditions du Père Castor. Paul Faucher s’inspire de deux idées directrices ; la première veut que l’image doit devenir un langage à part entière, et la seconde suggère que le jeu tient une place centrale dans le développement de l’enfant. Plusieurs œuvres encouragent donc les enfants à la création à travers le pliage, le découpage, le collage. Nathalie Parain, devient l’illustratrice principale des albums du Père Castor et réalise des dessins pour de nombreux titres dont Baba Yaga, Ronds et carrés ou encore Jeux en images.

Nathalie Parain (6)

Dans ses œuvres, l’artiste rend également hommage « à la poésie de l‘univers domestique »4. En soulignant la beauté même de l’objet usuel, son art semble exprimer l’idée que, pour reprendre les mots de Fernand Léger5, « Le beau est partout, dans l’ordre de vos casseroles, sur le mur blanc de votre cuisine, plus peut-être que dans votre salon XVIIIe ou que dans les musées officiels. » En parallèle, elle travaille pour Gallimard et illustre une vingtaine de volumes dont Châtaigne et plusieurs titres des Contes du chat perché de Marcel Aymé.

Nathalie Parain (7)

Nathalie Parain devient l’illustratrice préférée de Marcel Aymé.  Ses dessins trouvent une inspiration dans la maison et le village de la Brie où vécut la famille de son mari ; la ferme des parents, la campagne environnante, les personnages et les paysages vont se changer en illustrations pour les textes de Marcel Aymé. Ce dernier lui écrit en 1940 : « Je n’écris plus un conte du Chat perché sans penser à vos dessins, si bien que vous êtes maintenant responsable du texte et des illustrations »6. Elle illustrera tous les contes du Chat perché de 1937 à 1950.

Les illustrations des contes du Chat perché témoignent eux aussi d’une démarche moderne et, encore une fois, de l’influence du constructivisme dans l’œuvre de l’artiste. Au fil des pages, au sein d’un même conte, les dessins varient de taille et de place : insérés dans le texte, centrés sur une page blanche ou occupant toute la page. Ils peuvent également apparaître en nuances de gris ou en couleurs. La palette de couleurs choisie est toujours simple et les nuances douces.

Nathalie Parain (8)

Son œuvre est de manière générale attachante, inspirée par les sujets simples et marquée par les idées avant-gardistes. Son travail lui a valu en 1944 le prix du centenaire de l’Académie française des Beaux-Arts. Par la suite elle illustrera aussi des poèmes de Charles Péguy et des Fables de La Fontaine.

Outre les œuvres citées précédemment, la Bibliothèque Diderot de Lyon a la chance de posséder plusieurs ouvrages destinés aux enfants illustrés par l’artiste dont : Mon jardin en liberté : lectures pour le cours élémentaire, de Maurice Oléon ; plusieurs œuvres de Charles Péguy ; Les chiens un conte, Les boîtes de peinture ou encore Les contes du Chat perché, de Marcel Aymé et d’autres encore.

Photographie extraite de Châtaigne, Tchekhov, Editions MeMo, 2009. Auteur non identifié.

Photographie extraite de Châtaigne, Tchekhov, Editions MeMo, 2009. Auteur non identifié.

A voir également en ce moment à Paris : l’exposition « Nathalie Parain, une artiste d’avant-garde » organisée par la bibliothèque Sorbier en partenariat avec les éditions MeMo et l’Heure Joyeuse7.

 

 

 

 

Billet rédigé par Emilie Bleschet, stagiaire ENSSIB, Master 2, Cultures de l’écrit et de l’image

Bibliographie :

  • Livres illustrés ruses et soviétiques pour enfants 1917-1945 : actes de la journée d’étude proposée par la bibliothèque l’Heure Joyeuse, sous la direction de François Lévèque, Paris, Paris Bibliothèques, 1999.
  • De la jeunesse chez Gallimard : 90 ans de livres pour enfants – Alban Cerisier, Jacques Desse, Gallimard, 2008.
  • Brice Parain, Un homme de parole, sous la direction de Marianne Besseyre, Gallimard, 2005
  • Châtaigne, Tchekhov, Editions MeMo, 2009.
  • Mon jardin en liberté : lectures pour le cours élémentaire, Maurice Oléon, Société universitaire d‘éditions et de librairie, 1973
  • Les contes du chat perché : cinq contes ; le Loup ; le Chien ; l’Eléphant ; l’Ane et le cheval ; le Canard et la panthère, Marcel Aymé, Gallimard, 1958
  • Eve, première mortelle, Charles Péguy, Gallimard, 1954
  • Jeanne d’Arc : cinq poèmes, Charles Péguy, Gallimard, 1952.
  • Sainte Geneviève : dix poèmes, Charles Péguy, Gallimard 1951
  • Cinq prières dans la cathédrale de Chartres, Charles Péguy, Gallimard, 1950
  • Les Chiens un conte, Marcel Aymé, Gallimard, 1948
  • Noix de Coco et son ami, Marie Colmont, Flammarion, 1948
  • Baba Yaga, Rose Celli, Flammario, 1932
  • Je découpe, Nathalie Parain, Flammarion, 1931
  • Mon chat, André Beucler, Gallimard, 1930

Pour aller plus loin :

  • Dictionnaire du livre de jeunesse : la littérature d’enfance et de jeunesse en France, Isabelle Nièvres-Chevrel et Jean Perrot, Editions du Cercle de la librairie, 2013
  • Russian children’s literature and culture, Marina Balina et Larissa Rudova, Routledge, 2008
  • Voyages en Russie, Nic Diament, La Joie par les livres, 2005
  • Le Renard, le lièvre et le coq : conte populaire russe, Vitaly Statzynsky, Ipomée, 1985
  • L’Homme de la lune, Tchoumatchenko, Editions la Farandole, 1956
  • Contes : choix pour la jeunesse, Tchekhov, Albin Michel, 1954
  • Légende de la montagne et de la steppe : contes populaires russes, Jean Chuzeville, Editions de l’Ecureuil, 1952
  • Récits d’un chasseur, Ivan Tourguéniev, Gedalge, 1927

 

  1. Brice Parain (1897-1971)  s’intéresse à la Russie suite à la révolution bolchévique, il apprend le russe, admire les grands auteurs, surtout Tchekhov, et se rend à Moscou en 1925. Il est alors attaché culturel et rencontre plusieurs intellectuels russes dont Nathalie et son père le philosophe Georges Tchelpanov, fondateur d’un institut de psychologie et démis de ses fonctions par les bolcheviks parce qu’il n’était pas marxiste. []
  2. Esther Holden Averill (1902-1992) : écrivaine et illustratrice connue notamment grâce à la collection « The Cat Club ». Elle crée en 1931 la maison d’édition Domino Press spécialisée dans les livres pour enfants. []
  3. De la jeunesse chez Gallimard : 90 ans de livres pour enfants – Alban Cerisier, Jacques Desse, Gallimard, 2008. []
  4. « Les illustrateurs franco-russes : 1925-1940 », Claude-Anne Parmegiani. In Livres illustrés ruses et soviétiques pour enfants 1917-1945 : actes de la journée d’étude proposée par la bibliothèque l’Heure Joyeuse, sous la direction de François Lévèque, Paris, Paris Bibliothèques, 1999. []
  5. Fernand Léger (1881-1955) est un peintre français, mais il s’est également essayé à d’autres arts dont la décoration,  le dessin, la sculpture. Il a été l’un des premiers à exposer des œuvres d’orientation cubiste. []
  6. « La collection de l’illustratrice Nathalie Parain », Tatiana Mailliard-Parain. In Livres illustrés russes et soviétiques pour enfants 1917-1945 : acte de la journée d’étude proposée par la bibliothèque de l’Heure Joyeuse, sous la direction de François Lévèque, Paris, Paris Bibliothèque, 1999. []
  7. http://memoiredimages.net/2016/04/06/nathalie-parain/ []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/05/2016

    […] Un très bon billet sur l’oeuvre magistrale de Nathalie Parrain ici : https://fslavesbdl.hypotheses.org/757 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *